30 juin 2007

Guy Roux et Sarkozy

Le ridicule ne tue plus. En France, un éminent quotidien d'affaires peut titre :"Guy Roux relance le débat sur l'emploi des seniors"

La polémique autour de l'âge de Guy Roux, trop vieux pour occuper le poste d'entraîneur du Racing Club de Lens, a pris une tournure politique après les interventions de Nicolas Sarkozy et de Christine Lagarde. Pour la ministre de l'Economie, il "faut réfléchir" à la suppression des limites d'âge à l'emploi.

"Sécu" : le plan d'économie est jugé insuffisant pour 2007


Le comité d'alerte sur l'évolution des dépenses d'assurance-maladie a émis des réserves, vendredi 29 juin, sur le plan de réduction des coûts présenté, mardi 19 juin, par le directeur de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM), Frédéric Van Roekeghem. Face à un déficit prévisible de 2 milliards d'euros en 2007, les experts qui composent cette structure avaient préconisé de réaliser 900 millions d'euros d'économies pour respecter l'objectif fixé par la loi de financement de la Sécurité sociale.
En attendant les décisions que devrait annoncer le gouvernement mercredi 4 juillet, après la publication des comptes de la "Sécu", le comité d'alerte considère que l'objectif fixé ne sera pas atteint : "Sur l'année 2007, le montant d'économies peut être évalué entre 370 millions et 570 millions d'euros, dans l'hypothèse d'une mise en oeuvre aussi rapide que possible, entre le 1er août et le 1er novembre." Encore cette hypothèse est-elle rendue incertaine par la croissance élevée (5,4 %) des remboursements en mai.
Le comité d'alerte relativise les gains attendus de l'augmentation et du déplafonnement du forfait à la charge du patient de 1 euro à 4 euros par jour des actes de consultation, de radiologie ou de biologie. Le comité d'alerte estime cependant que le plan d'économies de 1,5 milliard d'euros envisagé devrait permettre d'"aborder l'année 2008 sur un rythme de progression plus modéré".
Michel Delberghe (Le Monde)

Le Réseau "Sortir du nucléaire" et l’ouverture du marché de l’électricité

Déjà effective depuis plusieurs années pour les industriels, l’ouverture du marché de l’énergie concerne aussi les particuliers à partir du 1er juillet 2007. EDF et GDF perdent le statut de "monopole d’Etat" et sont donc confrontés à la concurrence d’autres opérateurs.


Les nombreux citoyens qui sont opposés à l’énergie nucléaire ont, c’est le moins que l’on puisse dire, de lourds griefs à l’encontre des dirigeants d’EDF qui imposent cette industrie depuis 50 ans. Pour autant, la situation reste complexe et le Réseau "Sortir du nucléaire" ne saurait proposer à ses adhérents et sympathisants des réponses "clé en main".
En premier lieu, le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle qu’il a développé depuis plusieurs années une campagne intitulée "Pour un vrai service public de l’électricité... sans nucléaire". Attaché aux valeurs de respect des citoyens et de solidarité, le Réseau se prononce en faveur du service public, tout en exigeant qu’il soit démocratisé, décentralisé, déconcentré. Et donc dénucléarisé.
Le positionnement du Réseau "Sortir du nucléaire" reste d’autant plus d’actualité que, contrairement à ce qui est parfois dit, il est illusoire d’espérer que la privatisation et/ou le démantèlement d’EDF suffirait à remettre en cause le nucléaire. En effet, dans divers pays, les centrales nucléaires sont exploitées par des compagnies privées. Cela ne les empêche d’ailleurs pas de recevoir les fortes aides publiques sans lesquelles il n’y aurait pas de nucléaire.
Le libéralisme ne "tuera" donc pas le nucléaire. Du point de vue purement antinucléaire, la privatisation d’EDF et l’ouverture du marché ne changent finalement pas grand-chose. Les restrictions budgétaires qui aggravent le risque nucléaire (déjà très important sans cela) ont été mises en ˛uvre depuis plusieurs années, avant même l’ouverture du capital d’EDF. Et les deux plus graves accidents nucléaires de l’Histoire, Tchernobyl et Three mile island, ont eu lieu respectivement en Union soviétique et aux USA, ce qui montre bien que, public ou privé, le nucléaire est toujours extrêmement dangereux.
Ceci dit, de nombreux citoyens se posent aujourd’hui la question de quitter ou non EDF au profit d’un autre opérateur comme par exemple la coopérative Enercoop qui propose des offres "vertes", c’est-à-dire l’achat d’électricité d’origine renouvelable.
Cependant, des associations de consommateurs déconseillent vivement de "quitter EDF" car la première conséquence de ce choix serait la perte définitive du tarif dit "administré", c’est-à-dire du prix de l’électricité fixé par l’Etat.


Voir ici :

PDF - 531 ko



Faut il bruler Patrick Devedjian ?


se demande Franz Olivier Giesberg sur son blog ?
(source)

Oui.

Pas double-peine pour Salif Kamaté : la justice résiste à la SarkoFrance


Incroyable.
Salif Kamate est cet immigré malien sans papier qui avait été arrêté alors qu'il venait aux nouvelles concernant son dossier de régularisation, expulsé dans un avion d'Air France sur le champs, et roué de coups par les policiers qui l'accompagnaient quand il a refusé d'embarquer.
La scène s'était déroulée devant de nombreux témoins, dont le cinéaste Laurent Cantet, tous choqués par l'attitude des policiers.

Salif Kamate, avant de s'évanouir, avait mordu au biceps l'un des agents qui le plaquait au sol.
"Il faut croire que cette justice sait faire preuve de discernement puisqu'elle ne suivra pas du tout le procureur. Considérant que Salif Kamaté a réagi «par nécessité» «face à des faits de violence manifestement excessifs», elle le relaxe pour ce chef d'accusation. Il se voit finalement condamné pour séjour irrégulier et soustraction à une mesure d'éloignement, mais bénéficie d'un ajournement de peine (jusqu'en mars 2008! NDR) pour entreprendre un processus de régularisation. La double peine n'a pas eu lieu." (source)

Inégalités : une étude fait mentir l'INSEE


D'après une étude de l'économiste Camille Landais de l'Ecole d'économie de Paris, dont Libération publie, vendredi 29 juin, les principaux résultats, les revenus français les plus élevés se sont envolés depuis 1998.
  • 1% des plus riches Français ont vus leurs revenus augmenter de 19% entre 1998 et 2005;
  • 0,1% des plus riches de 32%
  • 0,01 % des plus fortunés de 42,5%.
  • Pour la même période, le revenu moyen par foyer n'a enregistré qu'une hausse de 5,9%.
Les différences avec les données de l'Insee résultent des différences entre les échelles d'analyse, l'Institut mesurant l'écart entre les 10% les plus riches avec les 10% les plus pauvres.

Réforme de l’Université : et les stages dans tout ça ?


Communiqué de Génération Précaire

Le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en surchauffe : effets d’annonce et tactiques de couloir

Madame Valérie Pécresse fait des heures sup’. Elle a confié aux journalistes que son équipe avait travaillé plus de 60 heures cette semaine sur le dossier de la réforme. Les négociations avec les syndicats et les présidents d’universités sont en effet allées bon train.

Pendant ce temps, à Vera Cruz...

Génération Précaire, qui avait obtenu un rendez-vous avec les cabinets conjoints de Valérie Pécresse et de Xavier Bertrand suite aux déclarations fracassantes de ce dernier (vous vous rappelez ? [1] ), commence à s’agacer. L’entrevue ne cesse d’être reportée : deux fois en deux semaines, pour des raisons d’ <<>>.

Raison acceptée. Pourtant...

Les stages, comme nous le martelons depuis bientôt deux ans, doivent retrouver leur vocation formatrice. Les stagiaires doivent cesser d’être utilisés sur le marché de l’emploi comme une main d’OEuvre captive et gratuite. Pour ce faire, quoi de mieux que de les réintégrer aux cursus universitaires, plus tôt, plus souvent et plus valorisés, et de les bannir une fois que les études sont finies ?

Dans le Monde du 26 Juin, la Ministre expliquait : <<>>

C’est bien... mais pas suffisant. Des stages, mais dans quelles conditions ?!

Nous nous impatientons quelque peu... et espérons que la question ne sera pas pudiquement passée sous silence. Il semblerait que le message du collectif ait été compris. Le calendrier reste flou. Le gouvernement communique largement sur sa volonté de mettre en place des réformes avec rapidité et efficacité (top crédibilité) et traîne singulièrement du pied sur la question des stages. Il serait préjudiciable pour tous ceux qui attendent que ça bouge que cette superbe occasion de mettre à plat le statut du stagiaire soit manquée.

Allez, on serre les poings bien fort, et on y croit, pour qu’avant la rentrée prochaine, toutes les garanties nécessaires puissent être offertes à ceux qui souhaitent faire des stages sans plus se sentir invisibles, inaudibles et jetables.

L’équipe de Génération Précaire

Rappel des principales revendications :
- Inscription du statut du stagiaire dans le Code du travail,
- Gratification minimale et progressive (50% du SMIC pour les stages inférieurs ou égaux à 3 mois, 80% du SMIC pour les stages de plus de 3 mois),
- Limitation de la durée de tous les stages à 6 mois,
- Inscription des stagiaires sur le Registre Unique du Personnel,
- Mise en place d’un quota maximal de 10 % stagiaires par entreprise et limitation du nombre de stagiaires par maître de stage
- Règlementation des stages dans la Fonction publique

vendredi 29 juin 2007, par generation-precaire Vous aussi, signez la pétition pour la réforme du statut des stages et relayez-là autour de vous !

Pourquoi Hervé Morin devrait démissionner


Hervé Morin a déclaré au Figaro : "quand on fait les choix qui ont été les nôtres, on ne se tire pas une balle entre les deux yeux en se déjugeant six mois plus tard ! Nous avons une obligation de loyauté dans la majorité"
Puis à la question: "Quelles sont les deux ou trois propositions qui vous tiennent à coeur ?", il répond:
HM: "La rénovation des institutions, qu'on a fait inscrire dans la plate-forme législative commune de l'UMP, avec notamment l'introduction d'une dose de proportionnelle à l'Assemblée nationale et au Sénat. Pour les législatives, je suis favorable à un système à l'allemande, moitié majoritaire, moitié proportionnel, avec une liste nationale. Nous tenons aussi à la création d'un Small Business Act à la française et à l'inscription dans une loi organique de l'interdiction d'élaborer des budgets en déficit de fonctionnement."
Nicolas Sarkozy est contre le scrutin proportionnel aux législatives (à moins qu'il n'est changé d'avis) et le budget de l'Etat en 2007 a été voté déficitaire. les promesses fiscales de l'exercice n'arrangeront rien.

"Je veux m’adresser aussi à tous ceux qui après le premier tour ne se sentent pas représentés, ont l’impression d’être exclus, d’être condamnés à ne pas avoir leur mot à dire dans la République. A tous ceux-là je veux dire que je les comprends et que je les respecte. Je veux leur dire que la proportionnelle n’est pas un bon système parce qu’elle donne le pouvoir aux partis, parce qu’elle rend difficile la constitution de majorités stables." Nicolas Sarkozy, Programme

"Je dis non à la proportionnelle aux législatives mais oui en ce qui concerne le Sénat", déclare le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle." Nicolas Sarkozy, 25 avril 2007

29 juin 2007

Les objectifs "durables" de Jean-Louis Borloo


Devant la presse ce vendredi 29 juin 2007, Jean-Louis Borloo paraissait mal à l'aise, aux dires de certains journalistes. Il a tout de même présenté ses actions à venir. Il sera le « ministre du passage à l’acte », avec pour horizon immédiat, une ambition : « parvenir à un accord sur le climat le plus mondial et le plus contraignant possible » dans le cadre des négociations sur l’avenir du Protocole de Kyoto dès décembre à Bali.

Le ministère s'est organisé en 5 pôles (climat et politique de l'énergie , transport, biodiversité, aménagement durable de l'espace, et prévention des risques techniques et sanitaires), et 5 groupes de travail (mêmes intitulés) vont se réunir cet été pour préparer le Grenelle de l'Environnement prévu en octobre par Alain Juppé.

Sur la question de l’OGM MON 810, qui avait divisé Alain Juppé et l’ex- ministre de l’agriculture Christine Lagarde, "de nouvelles expertises sont nécessaires". En attendant, la France n’a pas mis en place de moratoire comme l’a fait l’Allemagne sur ce dossier.

Des mesures immédiates ? la création d'une « task force commune » avec le ministre de l’agriculture sur la question des nitrates et la création du parc naturel marin de la mer d'Iroise, un projet attendu depuis 1999 (source), et le bilan carbone de tous les bâtiments publics pour en vérifier le bilan énergétique (source).

Est-ce à la hauteur des enjeux, même nationaux pour une équipe gouvernementale qui se prépare depuis tant d'années ? A vous de juger....

La réalité du chômage : les vrais chiffres


Fin mai, en données corrigées des variations saisonnières, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie 1 aurait reculé de 1,2% soit 24.100 personnes en moins, portant leur total à 1.987.200 chômeurs officiels.

D'après ACTUCHOMAGE, les catégories suivantes ne sont pas inclues dans ces chiffres :
  • "les non inscrits à l'ANPE dont quelque 500.000 jeunes et 750.000 RMistes + tous les invisibles qui ne peuvent prétendre à aucune allocation,
  • les inscrits des catégories 2 à 8, dont le total est désormais supérieur à celui de la seule catégorie 1 : les précaires et les contrats aidés qui subissent un chômage récurrent (lire en commentaire), les chômeurs en arrêt maladie, en formation ou en CRP…
  • les 418.000 "seniors" de plus de 55 ans qui sont dispensés de recherche d'emploi,
  • les quelque 200.000 chômeurs des DOM qu'on élude systématiquement."
Lire aussi chez Lupin : tous les détails des données du chômage mois par mois!

Justice des mineurs : la réponse de Rachidat Dati

Parole à la défense...
"J'ai pris connaissance d'une pétition circulant sur votre site internet intitulée 'Les adolescents ne sont pas des adultes'. Elle conteste le projet de loi renforçant la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs au motif qu'il conduirait à faire juger les adolescents âgés de plus de seize ans comme des majeurs.

Je tiens à rappeler que je suis très attachée au primat de l'éducatif sur le répressif.

Je considère en effet que les mineurs doivent être protégés par la société et bénéficier de toutes les mesures éducatives propres à leur permettre de s'insérer ou se réinsérer socialement.

Toutefois, j'estime que certains mineurs, particulièrement ceux à qui sont imputables des actes de violence aux personnes, doivent faire l'objet de sanctions empreintes de fermeté, de nature structurante et fondées sur la responsabilité individuelle des intéressés. Ces sanctions constituent aussi un rappel salutaire des limites à ne pas franchir.

C'est dans cet esprit que le projet exclut l'excuse de minorité pour les mineurs de plus de seize ans qui commettent de nouveau des crimes ou des délits de nature violente ou sexuelle, après avoir été déjà condamnés à au moins deux reprises pour des faits identiques ou similaires.

Pour autant, le projet de loi ne modifie pas la majorité pénale qui demeure fixée à dix-huit ans.

Il ne remet pas non plus en cause l'existence de juridictions spécialisées pour mineurs.

Il n'instaure pas davantage de peines automatiques d'emprisonnement, le juge pouvant déroger aux peines minimales à condition de motiver sa décision.

Les garanties exceptionnelles d'insertion ou de réinsertion qui, dans le régime le plus sévère établi par le projet, permettent seules de prononcer une peine inférieure aux peines minimales, relèvent de l'appréciation souveraine de la juridiction de jugement.

Dans les cas où le projet exclut de plein droit l'excuse de minorité, la juridiction de jugement appréciera souverainement l'opportunité de la rétablir.

De manière plus générale, j'ai tout particulièrement veillé à ce que le projet de loi permette au juge de discerner, parmi les mineurs, ceux qui à raison de faits particulièrement graves doivent être sanctionnés avec fermeté et ceux qui relèvent en priorité d'une décision à caractère éducatif.

Pour terminer, je voudrais indiquer que les mots 'enfants' et 'adolescents', qui suscitent des sentiments de protection et d'empathie recouvrent des réalités très contrastées. Chacune d'elles appelle des réponses adaptées, en fonction de la gravité des faits en cause."

(source)

Gageons qu'elle lira Le Monde ce soir : Dominique Versini, la défenseure des enfants, a appelé les parlementaires, jeudi 28 juin, à ne pas adopter la nouvelle loi contre la récidive; le même jour, la commission des lois du Sénat a adopté le texte en rappelant son opposition aux sanctions pénales automatiques.

Copé Ministre du budget : +34Milliards d'euros de dette publique au 1er trimestre 2007

La dette des administrations publiques françaises a augmenté au premier trimestre 2007 par rapport au dernier trimestre 2006, atteignant fin mars 1.175,9 milliards d'euros, soit environ 65% du produit intérieur brut, indique l'Insee vendredi 29 juin 2007.

Merci Jean-François.
Rappelez vous vos promesses, maintenant que vous êtes Président du GroupeUMP à l'Assemblée Nationale...

"Nous avons respecté à l’euro près le plafond des dépenses autorisées par le
Parlement, et nous avons diminué le déficit dans des proportions inégalées,
atteignant le meilleur score jamais enregistré depuis 1991, tout en respectant les engagements du président de la République et du Premier ministre en matière de sécurité, de justice, de défense, d’éducation et de recherche
."

Jean-François Copé répondant au député Charles de Courson à l'Assemblé Nationale le 30 janvier 2007.

Lire aussi le compte rendu de l'intervention de JF Copé au Grand Jury RTL-Le Monde en août 2006 par Jean-Michel Apathie (RTL)

Un communiqué de la Société des rédacteurs du "Monde"



Compte tenu des résultats du vote sur le renouvellement d'Alain Minc à la présidence du conseil de surveillance de la société Le Monde Partenaires et associés (LMPA) (10 voix pour, 7 voix contre et 3 abstentions), le conseil de gérance de la Société des rédacteurs du Monde (SRM) condamne l'attitude d'Alain Minc, qui, pour assurer son maintien à la tête des conseils de surveillance du groupe, a refusé de respecter les statuts et les règles de vote en vigueur.

Pour être élu, Alain Minc devait recueillir 11 voix sur les vingt membres présents ou représentés au conseil de surveillance. N'ayant pas obtenu la majorité dans LMPA, Alain Minc n'aurait pas dû être élu à la présidence du conseil de surveillance du Monde SA. En passant en force, il a pris le risque de provoquer une crise dont la conséquence est d'interrompre le processus de renouvellement des instances dirigeantes du Monde soutenu par la SRM (source)

Les syndicats protestent contre les suppressions de postes dans l'Education Nationale

L'annonce par le ministre Xavier Darcos de la suppression de 10.000 postes en 2008 provoque la colère des syndicats. L'Unsa-Education fustige un "pilotage par la seule approche budgétaire". La FSU prévient qu'elle va "organiser la riposte" (lire la suite)

90 % de la population française disposent d’un complémentaire santé

Une étude de l'INSEE met en évidence que 90 % de la population française disposent d’un complémentaire santé en 2003, contre 69 % en 1981.
Quelques détails troublants :
  • 21 % des ménages les plus pauvres et 13 % des familles monoparentales n’ont pas recours à un complémentaire santé, contre 4 % des ménages les plus aisés et 5 % des foyers vivant en couple avec 2 enfants.
  • 14% des 18-29 ans qui ne bénéficieraient pas de couverture santé, contre 10% pour les plus de 70 ans
  • 25% des assurés, leur adhésion à une complémentaire santé est rendue obligatoire dans le cadre de leur entreprise
  • Les étrangers sont beaucoup moins couverts que les "Français de naissance" : "46% des Africains non maghrébins, 42% des Maghrébins vivant en France, 33% des ressortissants des pays européens hors UE et 21% des ressortissants des pays de l’Union européenne ne sont pas couverts contre 8% des Français.

Fillon écrasé par Sarkozy


Où l'on apprend que Sarkozy fait plus de bruit que Fillon.

Les chiffres contestés du chômage

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie 1 a reculé de 1,2% sur un mois pour atteindre 1.987.200 en mai.

les chiffres du chômage faisant l'objet de polémiques de façon récurrente, le gouvernement a confié, mercredi dernier, une mission à l'inspection générale des finances et à l'inspection générale des affaires sociales pour faire à la fois "toute la transparence" et"le point sur les modalités de calcul" .

La démission de Devedjian


"Le tout nouveau délégué général de l'UMP et président du département des Hauts-de-Seine pourrait être amené à démissionner de ces mandats" (source)

La boulette, le dérapage, le gros mot. C'est peu dire que la sortie de Patrick Devedjian sur Anne-Marie Comparini, la candidate MoDem défaite dans le Rhône, va faire non pas du bruit mais du tapage. Dans un reportage, tourné par la chaîne lyonnaise TLM, qui était censé suivre les premiers pas à Paris des députés du Rhône fraîchement élus, on voit Renaud Muselier, député des Bouches-du-Rhône, présenter le député Michel Havard à Patrick Devedjian en lui expliquant qu'il est celui "qui a battu Madame Comparini". Patrick Devedjian, tout sourire, le félicite et ajoute: "Cette salope!", en lui serrant la main.
Selon 20minutes.fr, qui a joint Jean-Pierre Vacher, le directeur d'antenne de TLM, Michel Havard, "était très gêné et nous a demandé de ne pas le diffuser, mais Patrick Devedjian savait qu'il était filmé, et nous trouvons assez déplorable de tenir de tels propos, donc nous l'avons laissé dans le reportage".

Au vu de l'ampleur médiatique engendrée par son mot, Patrick Devedjian a réagit dans la soirée, par un communiqué écrit à la va-vite: "Patrick Devedjian, déplore la diffusion sur Dailymotion d'images volées lors d'une conversation privée. Il regrette son interjection déplacée à l'égard de Madame Anne-Marie Comparini à qui il renouvelle son estime et toute son amitié." Un exercice acrobatique périlleux, entre l'excuse et la défausse.
Le blog de Patrick Devedjian est silencieux.

Devedjian (UMP) à Comparini (MoDem) : "salope"


La scène s'est passée lors d'un reportage, filmé par la chaîne lyonnaise TLM, consacré aux premiers pas parisiens des députés du Rhône nouvellement élus, Michel Havard (UMP) et Pascale Crozon (PS). Renaud Muselier, député des Bouches-du-Rhône, venait de présenter Michel Havard au secrétaire général délégué de l'UMP en lui expliquant qu'il avait battu sa rivale du MoDem, Anne-Marie Comparini. C'est après l'avoir félicité, que Patrick Devedjian ajoute : "cette salope"

Patrick Devedjian est vice-président de l'UMP, député, Président du Conseil général des Hauts de Seine. Olivier Bonnet revient dans son blog sur cette droite décomplexée...

Comparini
envoyé par TDLYON

FOG n'aime pas les vigilants


Franz-Olivier Giesberg s'attaque à "lapenséeunique.com" dans un billet du 27 juin sur son blog.

"La pensée unique règne partout. Y compris dans la blogosphère. Là aussi, contrairement à ce qu’on aurait pu penser, on est condamné au sens unique et au plat unique, jusqu’à l’indigestion. Gare à vous si vous sortez des sentiers battus du TSS (Tous Sauf Sarkozy).

(...) A croire les petits maîtres penseurs de la blogosphère, la république est en danger, la démocratie aussi. Pour eux, depuis le 6 mai, c’est la fin du monde. Fébriles et frénétiques, ces militants pavloviens appellent chaque instant à la révolte sans jamais quitter les yeux de leur écran. C’est la révolution en chambre (avec les RTT en prime, j’imagine).

(...) En me relisant, je me dis que j’ai tort de leur répondre. Il faut juste les plaindre. Ils sont trop pathétiques."

La presse en danger : l'appel à la vigilance





LA PRESSE EN DANGER ?
envoyé par jeromebellot

John-Paul Lepers raconte le déroulement de cette journée sur son blog: "Le but de cette réunion est de lancer un appel au Président Sarkozy pour qu’il inscrive dans la loi l’existence juridique des Sociétés de Journalistes, pour devenir des partenaires à part entière, comme les syndicats."

Sarkozy l'hyperpresident


Laissez Jack Bauer tranquille...

La défiscalisation des heures supplémentaires repoussée



«Travailler plus pour gagner plus» : le slogan de Nicolas Sarkozy devait se matérialiser dès le 10 juillet à l'Assemblée nationale dans la défiscalisation des heures supplémentaires, applicable dès le 1er octobre dans les entreprises. Hier, Gilles Carrez, rapporteur (UMP) du Budget, a nuancé la rapidité d'exécution de la mesure. Ainsi, la commission des finances pourrait demander par amendement que la date d'application soit repoussée le temps que les entreprises «puissent mettre à jour leurs logiciels de paie» (source)

Les proches de Sarkozy : Minc résiste au Monde


Le président du conseil de surveillance du groupe le Monde a été reconduit jeudi dans des conditions irrégulières. Devant ce coup de force, la Société des rédacteurs du Monde a claqué la porte. Le tribunal de commerce pourrait être saisi pour trancher (Libération)

Pour être reconduit, selon les statuts, Minc doit recueillir 11 voix. Résultat du vote: dix voix pour Minc (celles des actionnaires externes), sept voix contre et trois abstentions (le camp des actionnaires internes). Le grand argentier du Monde, qui depuis 1994 tire les ficelles du journal, est donc viré. Sauf que non. Coup de théâtre: le président de séance, Claude Perdriel, par ailleurs PDG du Nouvel Observateur, le déclare… élu. Et il va même jusqu’à ajouter: «Nous allons maintenant procéder au renouvellement des membres du directoire». Abasourdis et furieux, les actionnaires internes (Société des rédacteurs du Monde, personnels des Publications de la Vie catholique, journalistes de Midi libre, employés et cadres du Monde) n’en croient pas leurs oreilles.

Sur les péripéties du Monde : lire l'article d'ACRIMED
Lire aussi : "Conflits d'intérêts" (Libération)

Non-cumul des mandats: le maire de Paris 13e donne l'exemple


PARIS, 28 juin 2007 (AFP) - 11h31 heure de Paris - Serge Blisko, député-maire PS du XIIIè arrondissement de Paris, a annoncé jeudi qu'il quittait son fauteuil de maire pour "s'appliquer à lui-même le non cumul" des mandats et se consacrer exclusivement à son mandat de député.

Dans un communiqué, Serge Blisko, réélu le 17 juin député de la 10è circonscription, a précisé avoir informé le maire de Paris Bertrand Delanoë et avoir envoyé mardi sa lettre de démission au préfet de Paris.

"Je m'applique à moi-même le non cumul d'un mandat de parlementaire et d'un mandat de maire, proposition contenue dans le projet socialiste, mais pas encore dans la loi républicaine", a-t-il expliqué.

Serge Blisko, proche de Laurent Fabius, a rappelé que le maire de Paris "Bertrand Delanoë avait lui-même fait ce choix en 2001 en renonçant à son poste de sénateur pour se consacrer à la Mairie de Paris".

Le prochain maire du XIIIè arrondissement sera élu le 12 juillet, a précisé le maire démissionnaire en plaidant pour la candidature de Jérôme Coumet, un proche de Dominique Strauss-Kahn, "premier adjoint depuis 2001" dans l'arrondissement et qui en "connaît parfaitement tous les dossiers".
une éthique partagée par peu de parlementaires :

238 députés (41,24%), dont 20 femmes, sont aussi maires (six d’entre eux sont même maires de communes de plus de 100.000 habitants : Nantes, Grenoble, Orléans, Aix en Provence, Limoges et Saint-Denis de la Réunion.
140 députés (24,3%) détiennent un mandat de conseillers généraux (21 sont même présidents de leur conseil général).
85 députés (14,73%) siègent aussi dans un conseil régional. (Sept d’entre eux sont même présidents de région : Rhône-Alpes, Aquitaine, Centre, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse, Guadeloupe, Martinique.
99 députés sont en situation de double cumul : 72 députés (12,48%) détenant un mandat communal et un mandat départemental, et 27 (4,67%) cumulant mandat communal et mandat régional (source)

Un milliard d’euros supplémentaire pour rénover les quartiers

Christine Boutin, ministre du Logement et de la Ville, Christine Lagarde, ministre de l’Economie, et Eric Woerth, ministre du Budget, ont signé, le 27 juin, avec les partenaires sociaux un avenant à la convention de financement de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine portant sa capacité d’intervention de 11 à 12 milliards d’euros. Ces fonds permettront d’améliorer la qualité de vie des habitants de 530 quartiers (source)

Promesse (de Ségo) tenue : un socialiste hérite de la commission des Finances


Comme l'avait souhaité le président Nicolas Sarkozy (et avant lui, la candidate Ségolène Royal), la présidence de la commission des Finances - la plus puissante de l'Assemblée nationale -, est confiée à un membre de l'opposition. Une première fois dans l'histoire de la Ve République. Et comme prévu, c'est le député socialiste de l'Isère Didier Migaud qui hérite de ce poste stratégique.

28 juin 2007

Le gouvernement Fillon étudie bien la possibilité de briser le compromis de 1905


Rapporté par Betapolitique:

Extrait de l’article de Stéphanie Le Bars paru dans Le Monde du 21.06.07, « Mme Alliot-Marie a reçu ensemble les représentants des principaux cultes » :

Pour la première fois, la ministre de l’intérieur, chargée des cultes, Michèle Alliot-Marie, a reçu, ensemble, mercredi 20 juin, les représentants des confessions catholique, protestante, musulmane et juive. (...) Les représentants religieux ont en effet évoqué les conclusions du rapport Machelon sur les relations entre les pouvoirs publics et les cultes, remis en septembre 2006 à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur. Ce rapport prévoit notamment des aménagements de la loi de 1905 afin de faciliter le financement public des lieux de cultes et d’harmoniser le statut des associations et des responsables religieux.

Ces dispositions concerneraient au premier chef les « nouveaux » cultes, présents en France, l’islam et le protestantisme évangélique, mais intéressent l’ensemble des religions en proie à des difficultés financières. Catholiques et protestants tiennent à ce que soit mis en place « un comité de suivi ». (...) La ministre devrait s’atteler au chantier de la formation des imams, une « priorité » systématiquement laissée en friches par ses prédécesseurs. Par ailleurs, en 2008, des élections renouvelleront les instances représentatives musulmanes, qui, au niveau national tout au moins, peinent à asseoir leur légitimité ; un processus qui sera sans aucun doute suivi de près par le ministère.

Zapping du 27 juin : une journée sans Sarkozy ?



Les patrons UMP de l'Assemblée Nationale


Les six commissions permanentes de l'Assemblée nationale ont élu jeudi (28 juin) matin leur président respectif et leur bureau. Cinq d'entre elles seront dirigées par des élus UMP:
Axel Poniatowski, proche UMP de JP Raffarin, est à la tête des Affaires étrangères,
Pierre Méhaignerie (UMP) hérite des Affaires culturelles et sociales,
Patrick Ollier (UMP) empoche les Affaires économiques,
Guy Teissier, député UMP des Bouches du Rhones, reste à la Défense
Jean-Luc Warsmann (député UMP des Ardennes) préside la Commission des Lois.

Dimanche, l'énergie sera "libérée"


Vous avez sans doute eentendu comme moi les conseils, les alertes, les recommandations prodigués danss la presse sur la libéralisation de l'énergie : ce dimanche 1er juillet, EDF et GDF perdent leur monopole de commercialisation de l'électricité et du gaz auprès des particuliers.

Sur France Inter, ce matin 28 juin : "si vous changez de prestataire, pas de retour en arrière possible" "il n'est pas sûr que les prix montent" (ouf! je croyais que la concurrence faisait baisser les prix!); "si vous quittez EDF, vous ne bénéficierez plus des prix réglementés" (i.e. encadré par l'Etat); etc etc

J'ai quelque souvenir de mes cours d'économie libérale : la concurrence consiste à laisser un choix au consommateur, pas le transférer d'un monopole public à un monopole privé.

Et la cerise sur le gâteau, à 3 jours de cette "ouverture du marché": "Le Conseil demande à l'opérateur historique de proposer dans les deux mois des nouvelles offres à ses concurrents mais sans leur faire subir de ciseau tarifaire." (source)

il était temps...

(lire aussi chez Attac : ici)

Qui est Christine Lagarde ?


"Avec son emploi du temps de ministre, elle s'arrange toujours pour caser un jogging matinal, une séance de yoga ou des longueurs dans la piscine d'un hôtel, à Sydney, à Singapour."

"Le droit social français ? "Compliqué", "lourd", "un frein à l'embauche", répond-elle"

Chouette!

les blogs de la vigilance - mise à jour

Mise à jour (au 28 juin) de notre liste des blogs politiques surveillant l'action du Président Sarkozy

Surveilleurs de Sarkozy (merci massi13 pour ce portail synthétique)

lesarchivesdu6mai
Cabinet de Subversion
Comité de Salut Public
Sarkofrance
pourquoipassarkozy
qui-est-nicolas-sarkozy
rentrecheztoi
sarkozy.saimal
vivreavecsarkozy
La pire racaille
La Sentinelle républicaine
LAFRANCEQUISELEVETARD
Ma France de demain
Nico Shark, votre nouveau chef du personnel
RESISTONS
sarkostique
Sarkowatch, le blog
sarkozynews
Spectateur 2007-2012
WATCHING SARKO
bilan-promesses-sarkozy
politis.fr/Observatoire
jaipasvotesarko
RVR25 - Réseau de vigilance et de résistance
Defendons la démocratie
face à sarkozy...resistance!
Opposants politiques
Un nain pour président
les cahiers
paleblueyes


Toucher Rectal


Joli site
concision, efficacité, pertinence, humour,
allez-y !

Après la réforme Pécresse, la réforme Dati critiquée par les professionnels

Pas de répit pour les réformes

Magistrats et avocats ont exprimés leur opposition à une réforme menée au pas de charge. Le projet mené par Rachida Dati, vise à regrouper des tribunaux afin de les adapter aux évolutions démographiques et d'assurer la collégialité des décisions.

La réunion, hier du "comité consultatif de la carte judiciaire" n'a pas réellement permis de désamorcer la grogne que suscite la réforme de la carte judiciaire, engagée par la Garde des Sceaux, Rachida Dati. Cette réforme vise à améliorer le fonctionnement de la justice en regroupant des tribunaux trop dispersés, quitte à fermer les plus petits d'entre eux (source)
Les principales critiques ? un calendrier qui ne permet pas la concertation, un teste mal préparé, l'absence d'étude d'impact. Fichtre ! Pour un Président qui prépare ses réformes depuis 5 ans tous les matins en se rasant....
Les trois principaux syndicats de magistrats (USM, droite, ont remis un exceptionnel texte commun. Ils y dénoncent une réforme "engagée à la veille de l'été et des vacances judiciaires sans étude d'impact préalable et en fixant une date d'entrée en vigueur au 1er janvier 2008"
C'est la 2ème fois de la semaine où Sarkozy est pris en excès de vitesse...

Menace de hausse des prix sur les produits alimentaires

Faut-il revoir l'augmentation du smic et des indemnités chômage ?

Les ménages français vont-il de nouveau devoir se serrer la ceinture pour aller faire leurs courses ? A l'heure où le pouvoir d'achat est l'une de leur préoccupation majeure, une vague inflationniste est à craindre. Alors que les prix des produits alimentaires sont à la baisse depuis trois ans après avoir fortement augmenté à la suite de l'instauration de l'euro, le mouvement pourrait à nouveau s'inverser. En cause la flambée des cours des matières premières agricoles.


Education Nationale : 10 000 postes en moins


Sur les 30 à 40 000 postes de fonctionnaires que Nicolas Sarkozy veut supprimer l'an prochain, 10 000 seront à l'Education Nationale.

Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, a estimé "aux alentours de 10.000" le nombre de postes supprimés dans l'Education nationale au budget 2008, lors d'une interview sur BFM TV jeudi 28 juin.

8.000 postes devraient disparaître dans le domaine "des emplois aidés et de tout ce qui concourt à la vie scolaire dans le second degré en ne remplaçant pas un emploi équivalent temps plein sur deux", a précisé le ministre à l'antenne. Le nombre exact des suppressions d'emplois à l'Education nationale est en discussion avec le ministère du Budget dans le cadre du projet de loi de finances pour 2008, précise-t-on au ministère de l'Education nationale. Xavier Darcos avait rencontré le ministre du Budget dans la matinée. Ces réductions de personnel s'inscrivent dans le cadre d'un objectif gouvernemental: celui de ne pas remplacer 30 à 40.000 fonctionnaires. Nicolas Sarkozy avait promis lors de la campagne qu'il ne remplacerait pas un fonctionnaire partant à la retraite sur deux.


il est vrai que les promesses du candidat Sarkozy étaient très floues en matière de moyens dédiés à l'Educaation :
Il faut d’abord que nos enseignants exercent leur métier dans de bonnes conditions. Ils sont la clé de la réussite de tous les élèves. Je souhaite que leur autorité et leur liberté pédagogique soient respectées, que leur formation initiale et continue soit assurée, et qu’ils aient la possibilité de travailler plus pour gagner plus (source : programme).
Darcos ? Darkos ? c'est bien le fils de l'infâme Maltazard ?