6 juin 2007

rapport sur la Seine Saint Denis: la chronique d'une magouille de la sarkofrance

Ségolène (Royal) a tiré en premier: elle a évoqué samedi un rapport caché de l’Institut national des hautes études de sécurité . Malgré la réponse de la direction générale de la police nationale (DGPN) que ce rapport de l'INHES était un "document interne qui n'avait pas vocation à être diffusé", l'AFP s'en est procuré une copie et a divulgé l'information.

Ce rapport de l'INHES, commandé par le préfet de Seine-Saint-Denis, livré en décembre 2006, qui qualifiait les relations entre la police nationale et la population de "difficiles et emprunts de tensions évidentes" en Seine Saint Denis a ainsi été somptueusement caché pendant les 5 mois de campagne présidentielle.

Il faut avouer que peu nombreux étaient les contradicteurs à Nicolas Sarkozy quand celui ci brandissait son bilan en matière de sécurité après 4 années au Ministère de l'Intérieur.
Certes la presse s'amusait sur les hésitations du candidats à retourner dans ces banlieues dites "chaudes" du "9-3". mais c'était pour reconnaître que Sarkozy avait bien raison de ne pas jeter de l'huile sur le feu; qu'un tel déplacement aurait été une provocation (Il est quand même allé à Meaux, la municipalité du JFK de la Seine et Marne, Jean-François COPPE, rencontrer 200 jeunes et protégé par 300 policiers).

La presse s'en empare. Le Monde évoque le malaise. Dès dimanche, l'un des portes-flingues de Nicolas Sarkozy, Patrick Devedjian, fraîchement élu Président du Conseil Général des Hauts de Seine, fait savoir que c'est la faute au communistes (sans rire) : le PC a « ancré les gens dans la misère parce que c’était aussi une manière pour eux d’asseoir leur pouvoir politique ». Le problème est que l'influence du Parti Communiste n'a cessé de baisser depuis 30 ans dans ce département (3,54% à la dernière élection présidentielle; les communistes ont 14 élus sur 40 au Conseil Général du département depuis 2001).

Lundi, second contre-feu : la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, se saisit du dossier en tenant dans la soirée une réunion avec tous les acteurs de la sécurité du département.

Les citoyens seront ils senseibles à cette tentative d'escamotage d'Etat ?

Rue89.com parle de polémique. Agoravox résume les faits simplement: "sous la direction de N. Sarkozy, les conditions de travail des policiers se sont dégradées de même que les relations entre la police et les habitants du département le plus défavorisé d’Ile-de-France. L’insécurité avec violence contre les personnes a augmenté. L’ancien ministre de l’Intérieur et son ami l’ancien préfet de police de Paris affichent dans l’ensemble un excellent bilan."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.