31 juillet 2007

Bachelot : «La franchise sera juste»


Roselyne Bachelot, Ministre de la Santé, se défend dans LE FIGARO du projet de franchise médicales annoncées mardi 31 juillet par Nicolas Sarkozy. Ces franchises devraient rapporter 850 millions d'euros, et Mme Bachelot "ne pense pas" que les franchises de 50 euros soient trop difficiles à supporter pour les revenus modestes."

"Nous proposerons, dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2008, d’instaurer à partir du 1er janvier prochain une franchise de 0,50 euro par boîte de médicament, de 0,50 euro par acte paramédical et de 2 euros pour les transports sanitaires. Nous présenterons plus en détail ces mesures aux organisations syndicales et aux professionnels de la santé en septembre, mais d’ores et déjà je peux vous dire qu’elle sera plafonnée à 50 euros par an et par personne, que les personnes titulaires de la couverture maladie universelle (CMU), soit 4,8 millions de Français, et de l’aide médicale d’état en seront exonérées. De même, les femmes enceintes ou les enfants en seront exclus. Nous voulons que cette mesure soit la plus juste possible. Bien entendu, la concertation permettra d’affiner les modalités techniques." (...)

Le plafond de 50 euros n’est-il pas trop élevé pour les revenus modestes ?
"Je ne le pense pas. Nous estimons que ce plafond ne sera atteint que par 10 à 15 % environ de nos concitoyens. Et cette somme correspond à environ 4 euros par mois. En Allemagne, le plafond est fixé à 2 % des revenus. Vous voyez que les mesures que nous envisageons en sont très loin. e le pense pas. Nous estimons que ce plafond ne sera atteint que par 10 à 15 % environ de nos concitoyens. Et cette somme correspond à environ 4 euros par mois. En Allemagne, le plafond est fixé à 2 % des revenus. Vous voyez que les mesures que nous envisageons en sont très loin."
(...)
"Comme l’a rappelé hier le président de la République, les Français sont prêts à participer au financement d’actions pour lutter contre la maladie d’Alzheimer, améliorer la prise en charge des soins palliatifs, ou développer les traitements et la recherche contre le cancer. Ils savent bien que c’est la condition pour renforcer l’efficacité de notre système de soins et lui donner tous les moyens nécessaires."
Lire l'intégralité de l'entretien sur lefigaro.fr

L'OIP "consternée" par le manque de moyens alloués au futur contrôleur général des prisons



L'Observatoire international des prisons OIP a vivement critiqué mardi les "moyens humains et financiers indécents" annoncés par la ministre de la Justice Rachida Dati pour le nouveau poste de contrôleur général des lieux de privation de liberté.

Rachida Dati a présenté mardi devant le Sénat le projet de loi instituant ce nouveau contrôleur général. Lors de la discussion générale au Sénat, elle a expliqué que le gouvernement prévoit de doter la nouvelle institution de "18 emplois et de 2,5 millions d'euros de crédits", à la "consternation" de l'OIP (source: AP).

"La garde des Sceaux achève de disqualifier le dispositif proposé par le gouvernement, et considéré par l'OIP comme doté de pouvoirs trop restreints pour garantir une prévention effective et efficace des traitement inhumains et dégradants dans l'ensemble des 6.000 lieux privatifs de liberté", a estimé la section française de l'organisation dans un communiqué.

L'OIP a lancé un appel aux sénateurs pour qu'ils obtiennent de Mme Dati d'ici la fin de l'examen en première lecture du texte "son engagement solennel sur une dotation budgétaire à la hauteur des enjeux en présence".

L'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International avait également demandé, lundi, "les moyens humains et financiers nécessaires pour cette fonction".

Amnesty avait également exhorté les parlementaires à amender le texte afin que la possibilité pour le contrôleur de réaliser des visites inopinées dans les prisons soit illimitée. Le projet de loi évoque des "circonstances particulières" pour ce cas de figure.

Budget 2008 : c'est cela, la rupture ?

Le Premier ministre François Fillon annonce la suppression de 22.700 postes de fonctionnaires. Les dépenses de l'Etat n'augmenteront pas en volume. Le déficit devrait être ramené à 2,3% du PIB (avec l'hypothèse d'une croissance à 2,5%). Le budget de la Justice progresse de 4,5%.
Un budget en deçà des promesses du candidat Nicolas Sarkozy.

Fonction Publique : promesse non tenue
Nicolas Sarkozy avait promis le non remplacement dès 2008 d'un fonctionnaire partant à la retraite sur deux, soit 40 000 suppressions de postes. Il y en aura un peu plus de la moitié (22 700). Economie attendue : 350 Millions d'euros en 2008, 700 à 800 M€ en 2009, d'après Eric Woerth, le Ministre des Comptes. Ce non-respect de la promesse électorale est due à 3 ministères :
l'Education (1 départ sur 3 "seulement"), à cause de l'encadrement des nouvelles études dirigées dans les collèges, (coût : 140 millions d'euros); la Justice (+1.600 créations d'emplois, afin notamment de couvrir la construction de neuf nouvelles prisons), et l'enseignement supérieur et la recherche (effectif maintenus et 1,8 milliard d'euros supplémentaires seront dégagés).

Déficit public : promesse non tenue
Il est prévu à 2,3% du PIB (versus 2,5% en 2006 et 2,4% prévus en 2007). Une maitrise toute relative.


Sources : Le Nouvel Obs, Marianne, La Tribune

Contrôle des Prisons: l'imposture.


On pouvait se féliciter de la création d'un Contrôleur Général des Lieux de Privations de Liberté. la surpopulation carcérale et les conditions de détention sont telles en France que notre pays est régulièrement pointé du doigt par des organisations humanitaires.
Puis Mme Dati a précisé son texte. Le projet de loi est déposé au Sénat. On découvre que le Contrôleur ne limitera pas sa surveillance aux 200 prisons françaises, mais couvrira quelques 5 500 établissements !
On pouvait alors s'interroger sur les moyens dédiés à cette tâche.
Nous avons la réponse : 18 emplois et un budget de 2,5M€ par an.
305 établissements par an et par membre de l'équipe à visiter.
En comptant les jours fériés et les congés, 3 établissements tous les 2 jours....
Rachida Dati et Nicolas Sarkozy se fichent de nous.

Le CNE emballe moins les patrons

Selon une enquête publiée lundi par l'Union professionnelle artisanale, les chefs d'entreprise ne recrutent t que 10% de leur salariés en contrat nouvelle embauche et privilégient les CDI. Pourtant, depuis la création de ce contrat en août 2005, plus des trois quarts des employés en CNE sont toujours en poste (source).

Après avoir recueilli 14% des embauches à l'été 2006, le contrat nouvelle embauche (CNE) ne rassemble plus que 10% d'entre elles" depuis janvier 2007 selon une enquête de l'Union professionnelle artisanale (UPA) publiée lundi. "La proportion de CNE régresse pour toutes les professions (de l'artisanat) et varie de 2% dans l'alimentation à 12% dans le bâtiment et la fabrication."

Légère baisse du moral des ménages en juillet : effet Sarkozy ?

La presse est parfois formidable. Quand l'INSEE révèle que le moral des ménages a progressé en mai dernier, les journaux louent un effet Sarkozy ("Spectaculaire remontée du moral des ménages en mai; les promesses électorales font leur effet" écrivait La Tribune; "le moral des ménages bénéficie de l'état de grâce présidentiel" titrait le Figaro; "Le moral des ménages bénéficie d'un « effet Sarkozy » ajoutait L'Expansion; ). Quand ce même "moral" s'essoufle deux mois plus tard, les constats sont plus discrets. Pourtant, c'est le premier recul de cet indicateur depuis 7 mois, en données corrigées des variations saisonnières (source) .
Le moral des ménages français s'est "légèrement" dégradé en juillet , selon l'enquête mensuelle de conjoncture publiée mardi 31 juillet par l'Insee. Après la hausse des mois de mai et juin, l'indicateur qui le mesure s'établit à - 15, un recul de trois points par rapport au moins de juin.
Quand on lit le détail de ce barômètre, on constate que les ménages sont surtout inquiets pour ... leur niveau de vie A croire que les mesures en faveur du pouvoir d'achat (bouclier fiscal, etc) du fameux "travailler plus pour gagner plus" adopté ces derniers jours n'ont finalement pas produit le choc de confiance réclamé par le Président...!

Beslan, Tchétchénie: une video sur un carnage.

Et pendant ce temps là, loin de notre sarkofrance...

Promesse tenue: Nicolas Sarkozy annonce la création d'une 5e branche de la Sécu et de nouvelles franchises

En déplacement à Dax, Nicolas Sarkozy a annoncé mardi 31 juillet la création d'ici "le tout début 2008" d'une cinquième branche de la protection sociale pour les personnes âgées dépendantes ou handicapées (source Reuters/Le Monde). Le chef de l'Etat a, d'autre part, annoncé la création d'une franchise médicale afin de financer le plan de lutte contre le cancer, la maladie d'Alzheimer et l'amélioration des soins palliatifs.
Cette franchise sera de 0,5 euro par boîte de médicaments, 0,5 euro pour tous les actes paramédicaux et de deux euros sur tous les transports sanitaires. Cette franchise sera annuellement plafonnée à 50 euros par assuré social. En seront dispensés les familles aux revenus les plus modestes, les enfants et les femmes enceintes.Nicolas Sarkozy a fait ces déclarations à l'hôpital de Dax, dans les Landes, où il a visité un centre de gériatrie et une unité de lutte contre la maladie d'Alzheimer.

Première réaction de Bernard Kouchner à l'accord nucléaire avec la Libye : "une hypothèse"

Bernard Kouchner, répondant aux questions de la Commission des Affaires Etrangères de l'Assemblée Nationale mardi 31 juillet 2007, est resté bien flou et évasif sur l'accord conclu la semaine passée avec la Libye prévoyant la livraison d'un réacteur nucléaire. En fait, nous avons tous mal compris.

Le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a estimé mardi que la livraison par la France d'un réacteur nucléaire à la Libye n'était encore qu'une «hypothèse», en réponse aux critiques, en particulier en Allemagne, sur ce sujet.«Il y a eu des grincements (en Allemagne) en particulier parce qu'on a évoqué l'hypothèse, qui n'est pas du tout avérée», de la fourniture d'un réacteur à la Libye, lors du voyage du président Nicolas Sarkozy à Tripoli mercredi dernier, a déclaré Bernard Kouchner à l'issue d'une audition devant la commission des Affaires Etrangères de l'Assemblée nationale. Il assure que le document signé lors de ce voyage n'était «pas un protocole», mais un simple «mémorandum d'engagement, un cadre éventuel» pour un «éventuel réacteur nucléaire».«Je vous rappelle que c'est pour désaliniser l'eau de mer, ce n'est pas pour faire la guerre, et que c'est contrôlé complètement», en particulier par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), «si cela se fait, et il n'est pas sûr que ça se fasse (...) personne n'en sait rien», a-t-il continué (source).

Commentaire : si l'accord est aussi souple et flou, pourquoi avoir autant communiqué dessus (visite de Nicolas Sarkozy, accompagné des 3 ministres et secrétaires d'Etat, de son Secrétaire Général, etc) ? De plus, la force de contrôle de l'Agence internationale de l'énergie atomique est toute relative, comme en témoigne les exemples irakien (2003), coréen (2005-2007) et même iranien (2006/2007).

Pire, Bernard Kouchner a déclaré à la même occasion que les infirmières bulgares détenues en Libye n'étaient pas des otages à l'époque de leur détention ! Elles étaient victimes d'une décision "judiciaire injuste." Le pragmatisme diplomatique a des limites. Venant d'un ancien French Doctor, cette attitude est décevante.

Les médias et le « fameux déficit de la sécurité sociale ».


Acrimed publie avec l’autorisation de l’auteur et de l’éditeur, des extraits du Mythe du « trou de la Sécu », par Julien Duval, Raisons d’Agir, avril 2006, 6 euros.

Depuis une vingtaine d’années, quelques idées très répandues structurent le débat public en matière de protection sociale : les difficultés financières de la Sécurité sociale, ses sombres perspectives d’avenir, les effets négatifs sur l’économie d’un trop haut niveau des prélèvements...


Récapitulatif de La France de Demain

Merci à Damien L
Pour réviser pendant les vacances, La France de Demain a établi un récapitulatif simple et efficace des mesures récentes. A lire d'urgence.

Quand Sarkozy pompe Wikipedia

Grâce à Julien Tolédano, on apprend que le communiqué de la Présidence de la République à la mort d'Ingmar Bergman et la rubrique française de Wikipedia consacrée au cinéaste ont des similitudes troublantes...
Merci Julien !

Sarkozy et le Maroc

DoubleRegard nous livre un témoignage sur le Maroc, les marocains, Sarkozy et Hortefeux. Un témoignage "de terrain" comme dirait la presse officielle.

Nicolas Sarkozy réclame une baisse de 5 % de la délinquance d'ici deux ans


Tu pouvais pas le faire avant ?







Sarkozy avec les forestiers

L'anecdote pourrait être drôle. Elle illustre le caractère ridicule de ce déplacement présidentiel africain : quand Sarkozy parle de la forêt "durable" gabonaise, il le fait devant... des forestiers ! Rue89.com a identifié, sur les photos du service de communication de l'Elysée, Francis Rougier, président du directoire de Rougier SA, une entreprise qui a dégagé 161 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2006, avec 2800 collaborateurs (dont 70 expatriés précise son site internet), qui commercialise 70 espèces de bois tropicaux...

Ouverture verte ??

"Les écologistes se sont étrillés autour du projet d’inviter le ministre à leur université d’été." raconte Libération.
Faut-il inviter Boroloo à l'université d'été des Verts ? Grave question...

Dur d’être écologiste au pays de Nicolas Sarkozy. Presque aussi dur que d’être socialiste en pleine «ouverture». A trois mois du «Grenelle de l’environnement» concocté par le chef de l’Etat pour leur couper l’herbe sous le pied, les Verts se sont étrillés la semaine dernière sur une question apparemment anecdotique : inviter ou non Jean-Louis Borloo, le ministre de l’Ecologie, à leur université d’été, le 26 août à Quimper. «Cette idée de Voynet a provoqué une grosse polémique, raconte Jean-Vincent Placé, président du groupe vert au Conseil régional d’Ile-de-France. Ça a été assez saignant, sur les listes Internet des Verts et au sein du collège exécutif [CE, organe de direction, ndlr].» (source)

62 000 prisonniers en France au 1er juillet 2007

Le nombre de détenus en France s'élevait au 1er juillet à 61 810 personnes, son plus haut niveau depuis le pic historique de juillet 2004, selon les statistiques de l'administration pénitentiaire publiées mercredi 18 juillet. Ce chiffre marque une hausse annuelle de 3,9 % par rapport aux 59 488 détenus comptabilisés au 1er juillet 2006.


Contrôler Mieux ou Communiquer Plus ?



Rachida Dati aurait pu être fière d'avoir créé le poste de Contrôleur Général des Lieux de Privations de Liberté. Le Sénat débute l'examen du projet de loi relatif à la création de ce poste, l'Assemblée devant s'y pencher en septembre.
En 2000, Guy Canivet, premier Président de la Cour de Cassation, l'avait préconisé à la Ministre de la Justice de l'époque, Elizabeth Guigou. Marylise Lebranchu, Ministre suivante, n'avait pas eu le temps de le mettre en place. Rachida Dati s'est même déplacée en Angleterre la semaine passée, pour y rencontrer "l'inspecteur en chef des prisons de Sa Majesté."
Un tel contrôleur pourrait enfin être cette autorité indépendante à même de surveiller la mise aux normes de nos prisons, doté de pouvoirs d'investigation voir de sanction.
Malheureusement cette création ressemble à une simple opération de communication que même les critiques les plus modérées du gouvernement ne manquent pas de souligner.

  • Les moyens de contrôle ne sont pas chiffrés ni garantis: son périmètre d'action est pourtant considérable. Au lieu de le limiter aux 190 prisons , établissements pour peine et centres de semi-liberté (comme en Angleterre), il couvre "tout lieu de privation de liberté" c'est-à-dire les quelques 4000 locaux de garde à vue de la gendarmerie et la police nationale, les 28 centres éducatifs fermés, une centaine de zones d'attente dans les aéroports, ports et gares, une centaine de locaux de rétention administrative, les 138 locaux d'arrêt des armées, et, "last but not least, les secteurs psychiatriques des centres hospitaliers. 5 500 lieux, d'adminsitrations diverses!
  • Son rôle sera limité à des recommandations (au Royaume Uni, les recommandations de l'"Inspecteur" doivent être suivies à 95%)
  • Il sera nommé par décret gouvernemental, et non par un collège équilibré et paritaire.
  • Pire, le nom d'Arno Klarsfeld est chuchoté....
Y-a-t-il de quoi être fier ?



Un chiffre du chômage prévisible ?


Lundi 30 juillet , le ministère de l'Emploi a publié les chiffres du chômage pour le mois de juin : 8%, soit 24 500 personnes de moins.

Le nombre de chômeurs en France a baissé de 1,2% (-24'500 personnes) en juin, ramenant le taux de chômage au sens du BIT à 8% de la population active (-0,1 point sur un mois), selon un chiffre provisoire publié lundi par le gouvernement.

Fin juin, la France comptait 1'962'700 demandeurs d'emploi de catégorie 1, qui sert de baromètre officiel en France depuis 1995, mais ne concerne que les personnes immédiatement disponibles, à la recherche d'un CDI à temps plein et ayant travaillé moins de 78 heures dans le mois.

En mai, le nombre de chômeurs en France avait déjà baissé de 1,2% (-24.100 personnes) pour passer sous la barre des 2 millions. Le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) étant ramené à 8,1% de la population active (-0,1 point sur un mois).
Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie 1 (qui sert de baromètre officiel en France depuis 1995 mais ne concerne que les personnes immédiatement disponibles, à la recherche d'un CDI à temps plein et ayant travaillé moins de 78 heures dans le mois) a reculé de 1,2% sur un mois pour atteindre 1.987.200 en mai.
Par ailleurs, à l'époque, ces résultats avaient été publiés sur fond de polémique récurrente sur les chiffres du chômage.
En effet, l'Association des journalistes de l'information sociale (Ajis) avait adressé un courrier, le 5 juin, à l'ancien ministre de l'Emploi Jean-Louis Borloo pour réclamer que 2 des catégories de demandeurs d'emploi qui sont encore absentes des statistiques mensuelles du chômage y soient désormais intégrées. A savoir les catégories 4 et 5 qui représentent des chômeurs non disponibles sur le champ et qui ne sont pas tenus d'accomplir des "actes positifs de recherche d'emploi".
Ces 2 catégories regrouperaient 320.000 personnes.
Aussi, le gouvernement avait confié une mission à l'Inspection générale des finances et à l'Inspection générale des affaires sociales "pour faire le point sur les modalités de calcul" et "faire toute la transparence" sur ces chiffres.
(source)

Les bruits de la Mare aux Canards


Quelques bruits et rumeurs rapportés par le Canard Enchaîné (25/7/7):

  • Nicolas Sarkozy a invité les Directeurs des principaux journaux français pour dîner vers la mi-septembre....
  • Nicolas Sarkozy a déclaré à quelques journalistes, à propos de la réformer constitionnelle : "le seul truc auquel je tiens vraiment, c'est de parler devant les parlementaires. Je sais que je peux les convaincre." Mais "Le Président n'est pas et n'a pas à être responsable devant le Parlement, sinon on changerait de République. C'est le Premier Ministre qui est responsable devant le Parlement." Cohérent ?

lire la une...

Drôle ? : « Nicolas Sarkozy ne sera jamais bonapartiste ! » pour les Bonapartistes


Secrétaire général du mouvement France Bonapartiste, David Saforcada a récemment publié un communiqué de presse pour se plaindre de ce que l'adjectif « bonapartiste » soit accolé au nom de Nicolas Sarkozy. Il revient pour Marianne2007.info sur ce qu'il considère être une erreur de jugement sur le nouveau président de la République. Selin lui, il méprise l'appel au peuple, la citoyenneté et l'indépendance de la France, valeurs cardinales du bonapartisme, et que seul Nicolas Dupont-Aignan incarnerait aujourd'hui en politique.

Marianne2007.info : Pourquoi vous êtes-vous plaint de ce que Nicolas Sarkozy soit décrit comme un bonapartiste ?
David Saforcada : Pour moi, Nicolas Sarkozy n'a rien d'un bonapartiste au sens propre du terme. Ses propositions de pré-campagne ont certes pu laisser penser qu'il avait un petit côté Napoléon III. Quand il a défendu le retour à l'autorité, par exemple, ou bien dans les discours écrit par Henri Guaino où l'on sentait une fibre sociale proche de notre courant. La TVA sociale allait dans ce sens même s'il semble qu'on ne veuille pas la remettre au goût du jour. Mais ses déclarations se sont contredites : on ne peut pas se faire le défenseur de la citoyenneté et prôner par ailleurs la discrimination positive. Quand il est allé faire des génuflexions à Washington pour dire que la France était arrogante, c'était totalement à côté des principes bonapartistes. Sa façon d'amener le mini-traité européen en niant le vote des Français sur le TCE montre bien son mépris pour l'appel au peuple, une valeur fondatrice de notre mouvement. Nicolas Sarkozy ne sera jamais bonapartiste : c'est pour moi et ceux que je représente une atteinte à la mémoire des Bonaparte que de le prétendre.
Lire la suite sur Marianne2007.info

L'heure du repos approche ...


"La semaine verra la fin de la session extraordinaire du Parlement, qui aura adopté les textes emblématiques du début de mandat de Nicolas Sarkozy, et le dernier conseil des ministres avant la relâche estivale, première pause après deux mois et demi de maelström politique. Après deux mois et demi d'activité sur tous les fronts, "l'hyper-président" devrait là aussi donner l'exemple, s'éclipsant tout d'abord vers un lieu de villégiature à l'étranger"
(source)

Partisans et opposants du service minimum donnent de la voix


A lire dans la Tribune :
"Alors que le projet de loi qui inclut le "paquet fiscal" a été adopté samedi par le Sénat, le brûlant sujet du service minimum dans les transports est aujourd'hui entre les mains de l'Assemblée. Alors que l'opposition juge ce projet régressif et inutile et Fédérations de cheminots et de transport ont appelé à des rassemblements demain"

Examiné dès aujourd'hui par les députés à l'Assemblée nationale, le projet de loi sur le service minimum suscite des remous chez l'opposition et les syndicats. Ce texte, qui devrait être adopté dès vendredi dans le cadre de la procédure d'urgence, avance trois mesures essentielles :
- l'obligation pour les salariés de se déclarer grévistes 48 heures à l'avance, sous peine de sanction disciplinaire, ("une atteinte au droit individuel" dénoncent les syndicats)
- le non-paiement des jours de grèves (pourtant déjà prévu par la loi)
- la possibilité d'instaurer un vote "indicatif" sur la poursuite du conflit après huit jours de grève.

Déjà adopté par le Sénat, ce texte "est pour nous une régression sociale et constitue une atteinte préoccupante aux droits des travailleurs", a déclaré le secrétaire national du PS Faouzi Lambdaoui, " (...) ce système est inefficace car il incitera les travailleurs à se déclarer grévistes pour ne pas être sanctionnés". "De plus, ce dispositif est mal ficelé et ne permettra absolument pas aux usagers de bénéficier d'un meilleur service les jours de grève", a-t-il ajouté.

Sept fédérations de cheminots et quatre fédérations de transport (CGT, CFDT, FO et CFTC) ont appelé à des rassemblements mardi dans toute la France contre le projet de loi.

De son côté, le gouvernement défend son projet de pied ferme. "OK pour le droit de grève, évidemment pas de problème, ça fait partie des droits fondamentaux de la Constitution, mais en face il y a un autre droit, qui est que celui qui va travailler ait le temps de s'organiser et de se retourner", a déclaré sur RMC le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez, affirmant que 60% des trains annulés à la SNCF l'étaient pour cause de grève (soit 2 à 3% des retards par an.)

Le service minimum a vocation à être étendu aux autres services publics de transport, voire à d'autres services publics, a déclaré lundi sur France 2 Hervé Mariton (UMP), président de la Commission spéciale chargée du service minimum à l'Assemblée nationale.

30 juillet 2007

Réseau de caméras pour SNCF, RATP, grands magasins... Une nouvelle loi sécuritaire pour un nouveau recul


Un communiqué de "Souriez vous êtes filmés" (27 juillet)

Encore une loi sécuritaire

LOPSI comme LSQ, LSI, LEN, lois Perben I et II, plan Vigipirate, est une loi de plus à ajouter à la panoplie sécuritaire. Cette loi d’orientation et de programmation de Sécurité intérieure se prépare actuellement pour l’automne.

Annonçée par l’un des porte paroles du vizir de france, soit madame la ministre de l’intérieur, cette loi prévoit non seulement de "tripler" les capacités de vidéo-surveillance mais encore d’avoir une "meilleure mise en réseau (avec) tous ceux" qui utilisent déjà cette technologie, citant notamment "les collectivités, la RATP, la SNCF, les grands magasins"...

Ben voyons, non seulement cela va encore coûter une fortune aux contribuables mais en plus nous sommes parti pour l’interconnexion et la mise en réseau des caméras !

Pour quel résultat ? Pour l’instant aucune étude n’a pu démontrer autre chose de la vidéosurveillance que son coût mirobolant... pour une efficacité encore à prouver en 15 ans d’existence cela fait cher...

10 milliards d’euros de délinquance financière, ça ne se filme pas !

La délinquance financière ne se filme pas, ni les valises diplomatiques, les vols d’oeuvres d’arts dans les ambassades françaises, les rachats d’immeubles par l’état français, le détournement de fonds pour un parti politique... De plus, les délinquants finançiers échappent au FNAEG grace à la loi sur les prélèvements ADN étendue aus délits mineurs ou aux syndicalistes, pas de traces, pas de délits...

Le coût de la délinquance a été chiffré par un expert de l’Institut national des hautes études de sécurité (Inhes), et l’officier de police Jean-Philippe Arlaud, auteur de "Délinquance et insécurité : Combien ça vous coûte ? (Publibook) " assure que c’est la délinquance financière qui constitue le plus gros poste dans son addition : « 10 milliards d’euros au bas mot, estime-t-il...

Pour masquer cette vérité il faut encore faire peur aux gens et ressortir le coup du terrorisme avec un nouvel arsenal sécuritaire qui promet de nous filmer trois fois plus, de nous prendre en filature depuis les transports entassés à nos courses au supermarché... jusqu’à 400 fois par jour comme en angleterre ?

Rien de moins qu’une minable perspective de politique américaniste qui va permettre encore aux marchands d’armes de s’enrichir en attisant toujours plus le sentiment d’injustice et de violence, et en enfermant dans les prisons les plus démunis. (cf les écrits de Loïc Wacquant)

Source


Humour : le nouveau clip de Torapamavoa

"Après le succès de "Torapamavoa Nicolas" et de ses multiples remix, de ses videos informatives totalisant à ce jour et depuis le 11 janvier quelques 1 500 000 visites, Le Torapamavoa Collectif lance l'anti Tube de l'été ! "

Videosurveillance: les projets du gouvernement


Michèle Alliot-Marie a annoncé que le gouvernement envisageait de tripler au plus vite les capacités de vidéosurveillance sur le territoire français.
Développé dans le cadre de la future loi d’orientation et de programmation de sécurité intérieure (Lopsi), le projet a pour ambition une meilleure interconnexion des dispositifs déjà en place afin de couvrir le plus large territoire possible. Collectivités, RATP, SNCF et grands magasins devraient ainsi améliorer leur réseau.
Cette annonce intervient alors que la Cnil, Commission nationale de l’informatique et des libertés, dit s’inquiéter du développement très rapide de la vidéosurveillance. Entérinée en 1995 par la loi Pasqua, la pratique s’est banalisée et a encore pris de l’ampleur au nom de la lutte contre l’insécurité et contre le terrorisme. Dans son rapport d’activité 2006, rendu public en début de mois, l’instance chargée de veiller au respect de la loi « Informatique et libertés » souligne une hausse de son activité et dénonce un manque de moyens pour y faire face.
En France, on estime à plus d’un million le nombre de caméras en service, dont 400 000 en région parisienne. Mais c’est l’Angleterre qui reste le pays le plus surveillé au monde. Un Londonien serait en moyenne filmé près de trois cents fois par jour ! (source: Le Point)

"Il faut bien déconnecter celui qui agit et celui qui contrôle", avait plaidé jeudi 26 juillet Alex Türk, le président de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés), déplorant que les commissions départementales (source).

"200.000 à 400.000 étrangers clandestins" vivent en France


La France compterait « entre 200.000 et 400.000 étrangers clandestins », selon Brice Hortefeux, ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité Nationale et du Codéveloppement dans un entretien paru lundi dans Le Parisien. « 10.000 contrôles ont été effectués depuis le début de l'année », qui a aboutit à 811 interpellations (un tiers employeurs, deux tiers étrangers). « C'est une augmentation de 300% en un an », précise le ministre. Brice Hortefeux se donne pour objectif de parvenir à 50% « d'immigration de travail, légale et maîtrisée », qui représente d'après lui 7% actuellement (source).

Fillon arrête ses choix budgétaires pour 2008


Le Figaro révèle que François Fillon rassemble ses Ministres pour un séminaire gouvernemental à compter du 31 juillet. Il devrait annoncer 40 000 suppressions d'emploi dans l'administration publique en 2008.
L'objectif des lettres de cadrage budgétaire est de ramener les comptes publics à l’équilibre et la dette sous les 60 % de PIB, au plus tard en 2012, deux ans plus tard que les engagements pris par la France auprès de ses partenaires européens.

Dans son rapport en vue du débat d’orientation budgétaire, le rapporteur général du Budget au Sénat, Philippe Marini, a tenté de chiffrer les efforts que cela suppose de la part de l’État, de la Sécurité sociale et des collectivités locales. Les gisements à trouver sont énormes.
Avec 2,5 % de croissance, il faudrait économiser 80 milliards d’euros d’ici à 2012, soit tout de même 16 milliards par an. Avec 3 % et un objectif 2010, il faudrait économiser 60 milliards, soit 20 milliards par an durant trois ans. C’est la
raison d’être de la révision générale des politiques publiques lancée il y a un mois par l’Élysée et Matignon et qui doit permettre d’identifier les premiers gisements d’économie au printemps prochain

(...) "Faisant preuve d’une déroutante précision, Philippe Marini prévoit même dans son rapport au Sénat quelque 82 115 départs l’an prochain. En appliquant la règle du « un sur deux » énoncée par François Fillon, le gouvernement devrait donc annoncer un peu plus de 40 000 suppressions d’emplois l’an prochain.
Là encore, il n’y a pas de miracle. Selon Philippe Marini, 90 % des départs en retraite seront concentrés sur quatre ministères : Enseignement scolaire (57 % des départs), Défense (17 %), Intérieur (8 %) et Finances (7 %). Dans ce contexte, difficile d’imaginer que le ministère de l’Éducation nationale pourrait n’avoir à supporter que 10 000 suppressions d’emplois l’an prochain."(source : Le figaro).


Tripoli détaille les compensations pour les infirmières bulgares


La République Tchèque, le Qatar et la Bulgarie ont contribué à un fonds international de soutien aux centaines d'enfants contaminés par le virus du sida dans les années 1990 à l'hôpital de Benghazi, a indiqué samedi 28 juillet le Premier ministre libyen al Baghdadi Ali Al Mahmoudi.
Il a ajouté que la France avait promis d'équiper l'hôpital de Benghazi et de fournir du personnel qualifié pendant cinq ans. Elle a aussi accepté de former une cinquantaine de médecins libyens. Il n'a pas mentionné les différents accords signés avec la France à l'occasion de la venue de Nicolas Sarkozy en Libye la semaine dernière (réacteur nucléaire, accord de défense, etc). "Pas un euro" de compensation avit pourtant précisé Nicolas Sarkozy lors de sa conférence de presse du 24 juillet.


"Je remercie le Qatar pour son rôle dans l'affaire des infirmières. Des pays européens, dont la Bulgarie et la République tchèque ont contribué au fonds pour les enfants contaminés", a déclaré le chef du gouvernement à des journalistes à Tripoli.

Le Fonds international Benghazi a déjà accordé un million de dollars aux familles de chacun des enfants contaminés dans le cadre d'un accord aux termes duquel elles ont accepté que la peine de mort à laquelle cinq infirmières et un médecin bulgares avaient été condamnés soit commuée en détention à perpétuité.

L'argent a été dégagé grâce à un prêt libyen de 460 millions de dollars, remboursable lorsque les fonds des donateurs seront disponibles, a fait savoir vendredi une agence humanitaire.

L'Union européenne a par ailleurs promis de renforcer ses liens avec la Libye en échange du renvoi des condamnés en Europe. Ils sont arrivés mardi à Sofia où ils ont été immédiatement graciés par le président bulgare. Les cinq infirmières et le médecin accusés d'avoir inoculé volontairement le virus du sida aux enfants se déclarent innocents. Des experts ont fait valoir que la contamination était due à un manque d'hygiène à l'hôpital de Benghazi. Le fonds financera aussi le traitement médical des enfants et des améliorations du système de santé libyen (source Reuters).

Echauffourées dans les Yvelines


Des échauffourées ont opposé samedi 28 juillet en fin d’après-midi les forces de l’ordre à plusieurs groupes d’une quarantaine de jeunes chacun aux Mureaux (Yvelines). Les forces de l’ordre, cibles de jets de projectiles, ont tiré des grenades lacrymogènes (source : Libération)

Grenelle de l’environnement: révolution ou communication?

Rue89.com publie une tribune de France Nature Environnement (FNE), une fédération française de 3000 associations de protection de la nature et de l’environnement.


"En octobre se tiendra un "Grenelle de l’environnement", appelé de ses vœux par le président de la République. A cette occasion, l’ensemble des acteurs concernés par la protection de l’environnement (pouvoirs publics, patronat, syndicats, associations...) négocieront des mesures prioritaires destinées à inverser la tendance actuelle. Le constat est en effet connu: notre mode de vie est incompatible avec les limites de la planète. Les remèdes, par contre, font débat. C’est tout l’intérêt du Grenelle que de donner un cadre à ce débat."

"Pour nous, le Grenelle ne permettra pas de régler définitivement et en trois mois la question de l’urgence écologique. Le Grenelle ne sera peut-être même qu’une opération de communication."


Le service minimum de M. Sarkozy irrite les régions dirigées par la gauche


Les région dirigées par la Gauche déclarent leur réticence à la loi sur le service minimum. "Les conflits sociaux ne sont pas responsables des plus graves dysfonctionnements, dit M. Malvy, Président de la Région Midi-Pyrénées," et ce n'est pas cette loi qui va régler le problème." Mais, ajoute-t-il, "on est coincés. Si la loi est votée, nous l'appliquerons d'autant que, précise le projet, si on ne le fait pas, ce sont les préfets qui le feront".



Un député UMP propose de laisser son siège à Dominique de Villepin


C'est aimable.
Dans une tribune au Journal du dimanche, publiée le 29 juillet, le député UMP Jean-Pierre Grand propose son siège à Dominique de Villepin, mis en examen dans le cadre de l'affaire Clearstream.


Hortefeux contre le travail clandestin


Pour Brice Hortefeux, ministre de l'immigration et de l'identité nationale, les employeurs d'étrangers en situation irrégulière n'ont aucune excuse. "Ma détermination est totale. Nous ne fermons plus les yeux et les premiers résultats arrivent", a-t-il déclaré dans un entretien paraître lundi dans Le Parisien.
"10 000 personnes ont été contrôlées depuis le début de l'année. Dans ce cadre, 275 employeurs et 536 étrangers ont été interpellés. C'est une augmentation de 300% en un an", a-t-il expliqué avant de mettre en garde les contrevenants: "Les employeurs n'ont désormais plus d'excuse de ne pas savoir: depuis le 1er juillet, ils sont dans l'obligation de saisir les préfectures afin que celles-ci vérifient la validité des titres de séjours de tout étranger candidat à un travail."

2007 © Le Journal du Dimanche |

29 juillet 2007

La presse africaine a évidemment largement commenté le déplacement de Nicolas Sarkozy en Libye, au Sénégal puis au Gabon. Jugez plutôt.

France/Afrique : Les Africains dénoncent «la leçon» de Sarkozy (
Jeune Indépendant)
Afrique: Sarkozy suscite une polémique (All Africa)
"L’Eurafrique" : la vraie fausse rupture de Nicolas Sarkozy (Afrik.com)
Nicolas Sarkozy: Après le Crime, l’Insulte (Ici Cemac)

Afrique: Je règle mes pas sur les pas de mes prédécesseurs (All Africa)
Sarkozy reconnaît que la colonisation "fut une grande faute" (Le Matin Online)
SARKOZY ET L’AFRIQUE : UN MAUVAIS DÉPART (Sud Quotidien)
L`Eurafrique, nouveau projet de Sarkozy pour l`Afrique
(AngolaPress)

Jeunes Actifs ?


Je cherchais le site des Jeunes de l'Ump de mon quartier (n'étant plus "jeune" au sens statistique du terme, je reste fasciné par les motivations droitistes des plus jeunes). Après avoir erré sur le blog de Fabien de Sans Nicolas (cela ne s'invente pas), le patron des jeunesses UMP, je tombe ainsi sur "les jeunes actifs" : "les jeunes de plus de trente ans qui ne sont plus Jeunes populaires (limite d’âge statutaire à 29 ans) sont visés, ainsi que les jeunes de moins de trente ans qui souhaitent valoriser leur expérience professionnelle, et plus généralement leur expérience de la vie."
Puis j'ai lu la rubrique "témoignage".
Et là, le choc.
Axel N me regardait. Il déclarait sa flamme pour l'UMP. Il est plus jeune que moi. Il est Contrôleur de Gestion.
"Ta profession ?
Contrôleur de gestion… et j’ai aussi une petite fille ! "



L'iconisation de Rama Yade par France 2


Vous êtes en France, même si l'impertinence du reportage et de l'entretien font penser à la Roumanie de Ceaucescu.

A visionner ici.

"Je ne suis pas qu'en charge des droits de l'homme (...). Je suis censée insuffler une culture des droits de l'homme dans notre politique étrangère"

Sarkozy somnole en conférence

le Président Français manque de s'endormir en pleine conférence au Sénégal.

Voir la video.

Sarkozy en Afrique, même l'Express s'y met



Décidemment, Nicolas Sarkozy va devoir rapidement oublier cve déplacement africain.
La quasi-totalité de la presse française n'en finit pas de critiquer les actions et interventions du Président français sur le continent.
Dernier en date, Vincent Hugeux, envoyé spécial de L'EXPRESS sur ce déplacement, relate les conditions du discours au Sénégal : "Comment diable expliquer le malaise diffus qui flottait dans l’amphi, et que reflétera la maigreur des applaudissements?"
Et de continuer : "Le président français tenait à s’adresser à la "jeunesse africaine". Or, il eut pour auditoire la fine fleur du gouvernement sénégalais." (...) "Un monologue conceptuel, long, redondant, plombé par des artifices rhétoriques insistants." (...) Certes, il fut question du continent noir. Ô combien: au fil des 16 pages du soliloque, les mots Afrique ou africain apparaissent 157 fois. Mais l’essentiel fut dit aux "Jeunes d’Afrique" sur le registre de l’injonction. "Ecoutez", "N’écoutez pas", "Vous devez", "Vous ne devez pas"…"

"Réacteur nucléaire libyen : certains militants de l'UMP râlent"

Christophe Carignano ("militant de l'Union pour la Majorité Présidentielle") réagit assez mal à la vente d'un réacteur nucléaire à la Libye.
La monnaie d’échange pour libérer les infirmières bulgares des geôles de Libye n’était pas l’argent du Qatar comme l’affirmaient de nombreux observateurs « avertis » mais bien le nucléaire. Ce n’était pas non plus la force diplomatique de Cécilia Sarkozy ! (...) En fournissant du nucléaire, même civil, à la Libye l’hyperprésident Sarkozy prend une décision de manière unilatérale qui engage notre pays et l’Europe. Avant d’engager la France, je pense que le Président Sarkozy aurait pu au moins poser la question sur un plan politique dans l’Hexagone.
Une militante UMP, Emmanuelle Colombani, lui répond :
"Heureuse de constater que je ne suis pas la seule militante UMP à "tiquer" sur le sujet libyen ... le politiquement correct a des limites ... je comprends les intérêts financiers et stratégiques de la France mais je me résouds difficilement à les mettre systématiquement sur le chemin du plus élémentaire des bons sens démocratiques .."
Elle écrit d'ailleurs dans son blog : "Vous reprendrez bien un peu de Libye ?"

"Je fais la politique de droite dont vous avez toujours rêvée"


Nicolas Sarkozy aux élus UMP, inquiets de cette ouverture à gauche prolongée: ""Je fais la politique de droite dont vous avez toujours rêvée, je réduis l'impôt qui frappe les plus riches, je supprime presque les droits de successions, j'impose aux syndicats un service minimum das les transports... Et c'est grâce à l'ouverture à gauche que je peux faire passer tout ça!" (Lu dans Marianne, édition du 28/7/7, page 8.)

Kouchner, Bockel, Fadela Amara, Attali, et Lang apprécieront.

Contrôle des prisons: L'exemple britannique


D'après le JDD, Rachida Dati est revenue "confortée" de son passage sur le sol britannique où elle a passé la journée du vendredi 27 juillet. Après avoir visité la prison de Feltham, près de Londres et s'être entretenue avec Anne Owers, "inspectrice en chef des prisons de Sa Majesté", Rachida Dati entend bien créer un poste similaire en France, celui de "contrôleur général des lieux de privation de liberté". En Angleterre, ce poste qui existe depuis 25 ans permet aux services, en toute liberté, d'inspecter de façon inopinée les centres pénitentiaires. Ainsi la moitié des visites de ses inspecteurs ne sont pas annoncées. Ses équipes examinent quatre critères : la sécurité des détenus, le respect de leur dignité, l'utilité ou le caractère formateur de leurs activités et la préparation de leur réinsertion. Si l'inspectrice en chef n'a aucuj pouvoir de sanction, elle fait des recommandations dans son rapport annuel, qui est présenté par le ministre de l'intérieur au Parlement.