28 juillet 2007

Sarkozy passe, la liberté trépasse (au Gabon)


Reporters sans frontières dénonce les interpellations de Vincent Hata, Michel Shango et Risasi Ntambwe, journalistes de la chaîne publique Radiotélévision nationale congolaise (RTNC), arrêtés respectivement les 26 et 27 juillet 2007 par la garde républicaine, en raison d’activités syndicales.

"Les arrestations abusives se multiplient dans le pays, en violation des droits les plus élémentaires. La liberté syndicale est reconnue par la constitution congolaise, et elle représente un élément essentiel au droit du travail et un corollaire à la liberté d’opinion. Les allégations de l’administrateur général quant aux intentions néfastes de Vincent Hata, Risasi Ntambwe et Michel Shango ne semblent avoir aucune justification sérieuse. Les trois journalistes dont on peut craindre qu’ils soient maltraités, doivent être libérés au plus vite", a déclaré l’organisation.

D’après l’organisation partenaire de Reporters sans frontières en RDC, Journaliste en danger (JED), Vincent Hata, Risasi Ntambwe et Michel Shango ont été arrêtés sur ordre d’Emmanuel Kipolongo, administrateur délégué général de la RTNC. Ils sont accusés d’avoir "préparé une réunion en vue de détruire les installations de la chaîne publique".

Dans un entretien avec JED, le président national de la délégation syndicale de la RTNC a rejeté ces allégations et affirme que les journalistes souhaitaient simplement organiser une assemblée générale en vue de réclamer des droits supplémentaires pour les travailleurs de la RTNC. Une crise oppose le comité de gestion de la RTNC et la délégation syndicale depuis plusieurs mois, en raison de problèmes de gestion au sein de la chaîne.

Dans la soirée du 27 juillet, les trois journalistes ont été illégalement transférés dans des cachots installés au sein même d’un camp de la garde républicaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.