30 septembre 2007

21ème semaine de Sarkofrance : accélérer pour ne pas trébucher


Il faut du temps pour dresser un bilan. Mais l'impression est réelle: Sarkozy accélère pour éviter de trébucher. Pour la première fois depuis le 7 mai, la presse se fait l'écho de ses premiers échecs, de sa nervosité croissante en public. Paradoxalement, Sarkozy tient ses promesses de moyens, pas de résultat.

Du côté des promesses tenues, les peines-planchers sont en place, le durcissement du regroupement familial est en passe d'être définitivement adopté, le dispositif d'heures supplémentaires défiscalisées entre en vigueur lundi et la réforme des retraites démarre.

En fait, les vraies promesses sont des résultats : et celles-là sont plus compromises.

Sur l'immigration, l'échec est double : Hortefeux ne trouve pas suffisamment de clandestins à expulser (un comble!) et provoque rafles et dérapages. Et il décourage l'immigration légale.
Le Sénat a certes rejeté l'amendement ADN, largement évoqué la semaine passée (signez la pétition que vous pourrez trouver notamment sur Archipel Rouge). Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée Nationale, a annoncé que sa majorité le ré-intégrerait (brave Jean-François. Maire, Député, ancien ministre du déficit, avocat d'affaires, il cumule tout : les postes, les salaires, les erreurs). Il nous faudra sans doute davantage de temps pour mesurer l'impasse de la politique d'immigration du Président. Encourager l'immigration économique en décourageant l'immigration familiale, c'est un peu comme si on transformait des chambres d'hôtels en cellule de prison pour attirer le touriste: tout y est, rafles, tests ADN, contrat d'accueil, tests de Français, etc.

Enfin, je voudrais terminer cette lettre par une anecdote assez révélatrice. Quand mon épouse a passé son entretient d’embauche ici aux Etats-Unis, les recruteurs lui ont demandé pourquoi elle était restée sans travailler pendant deux années. Elle leur a alors raconté ses diverses démarches sans succès en France. Ils ont eu d’abord du mal à la croire et face à l’évidence et ils ont dit être surpris par ce mode de fonctionnement. Pour nous, cela a été d’un profond réconfort car nous avons alors compris que nos déboires ne venaient pas de nous mais du système français (merci Jean Quatremer)

Du côté des promesses (provisoirement) non tenues, on peut aussi citer l'économie.
L'échec économique des 4 premiers mois de la Présidence Sarkozy est désormais manifeste. Même l'Express s'en inquiète! Cela ne signifie pas qu'il faille dresser un bilan définitif. L'économie a sa part d'inertie. Mais on peut juger au moins le Président sur deux points : le choc de confiance n'a pas eu lieu, et le projet de budget pour 2008 n'augure rien de bon.
Sur la "confiance", tous les sondages concordent pour disqualifier le Président et son équipe gouvernementale en matière de défense du pouvoir d'achat et d'emploi. Un vrai désaveu pour le chantre du "travailler plus pour gagner plus." Même le moral des Français reste en berne.
D'un point de vue budgétaire, les prévisions 2008 sont mauvaises : comme Chirac en 1995, le Président a mangé son pain blanc en faisant d'inévitables cadeaux fiscaux.

Sur l'insécurité, on attendait une vraie réforme pénitentiaire, dotée de moyens et d'une vision. Octobre est là, et le calendrier de la réforme n'est même pas annoncé. Au contraire. Même le récent point de presse du porte-parole de la Ministre n'y fait toujours pas allusion. Et les chiffres de l'insécurité sont toujours aussi mauvais.

Fidèle à son habitude, Nicolas Sarkozy applique une méthode largement connue dans certaines entreprises : accélérer chaque jour un peu plus, et éviter de faire le bilan des actions passées. Diriger l'attention chaque jour vers un nouveau "chantier"; ne pas laisser le temps au bilan. Multiplier les réformettes pour brouiller les cartes.

Bref, accélérer pour éviter de trébucher.

C'est le rôle de ce blog de ne pas tomber dans le piège.

4 commentaires:

  1. Peut importe le mur. Seul compte la vitesse d'impact ...

    RépondreSupprimer
  2. Peut importe le mur. Seul compte la vitesse d'impact ...

    RépondreSupprimer
  3. @finky : oui, mais ce serait bien que le mur arrive vite...

    RépondreSupprimer
  4. Hum ... Malheureusement, nous payerons collectivement tous les pots cassés dans cette affaire.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.