3 septembre 2007

La police a-t-elle reçu des instructions de casser Velib ?



Le Monde rapporte que la mise en place de Velib depuis le 15 juilelt s'est accompagné d'un regain de répression par la police des infractions cyclistes. Première attaque en vue des municipales ?

La police parisienne applique les directives visant à la "répression des infractions commises par les cyclistes". Dans une note de service, le directeur de la police urbaine de proximité, Alain Gardère, demande à la police la "sanction des comportements dangereux" (circulation sur le trottoir ou en sens interdit par exemple) "compte tenu de l’augmentation du nombre de cyclistes".

Lancé le 15 juillet, le système Vélib’a dépassé le cap des 2,6 millions de locations. Samedi 25 août, un record a même été établi avec 100 300 vélos loués alors que la moyenne journalière se situe entre 50 000 et 70 000.

Pour mémoire, Alain Gardère est un fidèle soutien de Nicolas Sarkozy.
Alain Gardère, 50 ans, soutient ouvertement le candidat UMP à la présidentielle. Cet
ex-directeur de cabinet de Michel Gaudin à la DGPN avait été remarqué en 2002
comme patron de la sécurité publique d'Ille-et-Vilaine par le préfet de Rennes de
l'époque, Claude Guéant. Sur les conseils de ces deux fidèles serviteurs de Nicolas
Sarkozy, Alain Gardère a été envoyé en 2005 à la préfecture de police (PP) de Paris,
autant dire en milieu ennemi, pour prendre le contrôle des forces vives de cet «Etat
dans l'Etat», les bataillons de policiers en tenue de la PUP. «Gardère a la main mise
sur tous les commissariats parisiens et roule à fond pour Sarkozy, le dit partout, le
clame et le déclame», selon un de ses collègues de haut rang à la PP, «ce qui ne fait
pas l'unanimité». Nicolas Sarkozy a également placé à la direction de la logistique de
la PP, qui gère de gros moyens (financiers et matériels), son ancien conseiller à la
sécurité, Luc Rudolph, pour noyauter un peu plus la préfecture.

5 commentaires:

  1. La question se pose effectivement. Des flics en voitures banalisées qui arrêtent les cyclistes qui brûlent les feux rouges, je n'en était pas à ma cinquième minute de Vélib que j'étais déjà témoin d'une interpellation.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai fait le même constat dans Paris 18ème...

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de me prendre 90€ d'amende, ces salopards de flicaillons arrêtent plus de vélos (et pas seulement les vélibs) que de bagnoles.
    C'est du harcèlement pur et simple.

    RépondreSupprimer
  4. Alors la les enfants faudrait pei-ut etre calmer le jeux.
    Il ne s'agit pas d'une volonté de la police de casser les velib.
    La police fait simplement sont boulot.
    Tu gueule (je cible nicolas) pour ton amendes mais tu etais en infractions donc c'est normal.
    Les gens en velo considerent que la route leurs appartient, sens interdit, feux rouge, trottoirs rien ne les arretent a part les roues d'une voiture quand ils sont dessous.
    Alors plutot que de gueuler respecte le code de la route et tu verra ca ira mieux.
    La police est forcé de passer par la case PV vue que les francais ne comprennent que ca

    RépondreSupprimer
  5. @prince des chats : les ilotiers du quartier nous expliquent que velib et le pv de stationnement, c'est plus sur que tacler les dealers du metro barbes...
    y en a un peu marre.
    non ?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.