18 novembre 2007

28ème semaine de Sarkofrance : infection de mythes

Cette 28ème semaine est placée sous le signe des mythes. Alors que la France s'enlise dans la grève des transports, avant que ne suivent celle de la Fonction publique, le Président et son Premier Ministre ne tirent aucun bénéfice d'image de leur position auprès de l'opinion : les Français (sondés) leur font de moins en moins confiance.

Le Mythe de Zoé:
Des faits troublants restent sous silence. Ce blog a relayé cette affaire. Grâce à des blogueuses actives et vigilantes (Massi13 de Sarkozy sous Surveillance et Wildo de CENESTPASMONPRESIDENT), nous savons qu'il existe des liens directs entre cette association humanitaire, l'Arche de Zoé, et Paris Biotech, une société d'incubation de star ups dans le secteur des nano- et biotechnologies : même dirigeant, mêmes commissaires aux comptes, mêmes adresses. Le nom de Cécilia Sarkozy est même apparu ces dernier jours. L'assurance du responsable de l'expédition commando est également un indice troublant. Disqualifier toute enquête parce qu'un tel lien entre un rapt d'enfants tchadiens et des labos pharmaceutiques est une thèse "énorme" et "incroyable" est stupide. Se désolidariser des comploteurs professionnels et douteux du réseau Voltaire est une évidence. Rester vigilant contre les amalgames est une exigence.

Le mythe des régimes spéciaux
Raphael Anglade a justement décrit le "Bal des hypocrites" qu'est le débat actuel sur les régimes spéciaux de retraites (lire aussi Intox2007 ) . Ceux qui disqualifient les régimes spéciaux au motif que ce sont des avantages particuliers ne manifestent pas la même détermination contre les avantages fiscaux particuliers votés cet été (bouclier fiscal). Pourtant, les franchises médicales ou judiciaires ne sont-elles pas au moins autant inéquitables ?
Pourquoi Nicolas Sarkozy, François Fillon, Xavier Bertrand et la droite en général ne se réfèrent à l'équité que pour taper sur la retraite d'un cheminot payé 1300 euros par mois ?

Le mythe de l'efficacité du Président
Nicolas Sarkozy avait deux atouts pour son électorat : sa rapidité et son efficacité. On peut lui reconnaître la première des qualités. Il a modernisé la fonction présidentielle (Ségolène l'aurait fait également), il en a soulevé les limites. Mais son efficacité apparaît toute relative. Son inefficacité se révèle progressivement au grand jour, même pour un supporteur de ses idées.

Sa réforme des retraites est mal préparée. Pourquoi ne pas l'avoir lancée dans la foulée de l'élection en juillet ? Pourquoi avoir attendu que l'opposition syndicale se ressaisisse ? Il a préféré servir ses deux piliers électoraux : les classes aisées avec le paquet fiscal, et l'électorat frontiste avec les peines planchers.

Le mythe de la France rassemblée
Nous nous risquerons à une interprétation : Nicolas Sarkozy aime la confrontation. Gagner faute de combattants ne l'intéresse pas. Ce n'est pas la réforme des retraites qui lui importe (il aurait pu la lancer dès le 19 juin), mais sortir vainqueur d'un bras de fer avec les syndicats. Avis aux électeurs : Sarkozy préfère le combat à la solution.
Avec l'aide des JT, il tente de rallier les "usagers" contre les grévistes et y parvient, parfois (lire à ce sujet Eric Mainville de CRISE DANS LES MEDIAS , Bastien Gentil sur Betapolitique).

Avec l'aide des Présidents d'universités (merci Abfaboune), il durcit sa position contre les étudiants (même si l'azuteur de ce blog est hostile aux blocages d'universités non décidés par vote à bulletin secret...n'est-ce-pas Fanette ?)

D'une façon générale, il tente de convaincre que le mouvement social n'a globalement aucune légitimité (merci à Cratyle).

"Vive la grève", serions nous tenter de répliquer comme dit Jegoun. Je vous renvoie aussi sur le conseil de Ségolène Royal à Nicolas Sarkozy, repris par Wildo : "il faut accepter de temps en temps de perdre la face"

Son inefficacité se mesure aussi dans
sa pratique de gestion : un bon dirigeant d'entreprise délègue à plus compétent que lui. Un bon PDG ne remplace pas le DRH, le directeur financier, etc. Ce serait déresponsabilisant et simplement ineficace. Nous avions très tôt soulevé cette lacune de Nicolas Sarkozy. Il ne sait pas diriger. Aujourd'hui, il prend le risque de s'embourber (merci La Pire Racaille)

Je laisse le mot de la fin à CeeCee:
"Les grèves commencent à me courir sur le haricot...Encore heureux que nous avons la télé avec nous..."

Ami Sarkozyste, où es-tu ?

4 commentaires:

  1. Et en plus avec le mot de la fin !
    Merci !
    Et bon résumé de la semaine...
    ;)

    RépondreSupprimer
  2. Encore du nouveau avec l'article de Florence Aubenas et la manif anti Françafrique à paris ...
    ça bouge !
    :)

    RépondreSupprimer
  3. @CC: merci à toi pour l'inspiration sans cesse renouvelée !
    @wildo : je vais aller voir. Merci !

    RépondreSupprimer
  4. Je suis outrée des avantages fiscaux accordés et de la politique de Sarko en général placée sous le signe de l'iniquité et de la vulgarité. Pour autant, je ne soutiens pas les grévistes cheminots et je pense qu'il faut réformer les régimes de retraite. Après, tout est dans la manière de faire... Mais je ne vais pas crier "vive la grève"...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.