2 décembre 2007

30ème semaine de Sarkofrance : vous avez dit "rupture" ?


La 30ème semaine de Sarkofrance révèle que la rupture n'est pas toujours là où Sarkozy nous l'a promise.

1. Aucune rupture en banlieues
Les émeutes de Villiers-Le-Bel ont confirmé que rien n'avait changé en banlieue. Surtout, Nicolas Sarkozy a affirmé, une fois de plus, qu'exaspération sociale et violences en banlieues n'avaient rien à voir. Le silence de Fadela AMARA fut assourdissant. "Y-a-t-il un espoir ? Eux n'étaient pas au Fouquet's" écrit Destin et Turbulences. "Fabriquer de la peur" est la maxime de la Sarkozie, nous rappelle CSP. Quoi de plus fort qu'une émeute réprimée ?

2. Une vraie rupture éthique dans la justice
Rachida Dati a présenté son projet de loi contre la délinquance sexuelle et l'irresponsabilité pénale amendé après un avis défavorable du Conseil d'Etat. On s'éloigne un peu peu plus chaque jour de l'Esprit des Lumières. Sarkozy réintroduit la peine de mort par d'autres moyens, (ab)usant de toutes les émotions de la population. On appelle cela de la manipulation. Nul besoin d'être à gauche pour s'en offusquer. Il suffit d'être démocrate. Réveillez vous.

3. Aucune rupture dans la langue de bois ni le pouvoir d'achat
Nicolas Sarkozy s'est exprimé à la télévision jeudi 29 novembre : "je vous promets ce que vous avez déjà". Bravo ! Il a tenté de nous convaincre que pouvoir d'achat et dépense étaient synonymes. Comment dépenser plus ? Videz votre épargne entreprise (la "participation"), "monétisez vos RTT" (mais en quoi cela représente-t-il une hausse du pouvoir d'achat ?), travailler le soir, la nuit ou le dimanche (mais en quoi est-ce une revalorisation salariale ?). C'est l'échec en rase campagne d'une campagne sur le pouvoir d'achat : "travailler plus" ? la promesse sera tenue. Gagner plus ? Revenez plus tard (lire aussi Nicolas Jégoun). Un slogan électoral déjà usé, aussi rapidement que celui de la fracture sociale de Jacques Chirac, obsolète dès l'automne 1995.

4. Aucune rupture en politique étrangère
Sarkozy a visité la dictature la plus peuplée du monde cette semaine. Pour éviter de froisser qui que ce soit là bas, il a demandé à Rama Yade, sa secrétaire aux Droits de l'Homme, de ne pas l'accompagner. Même Jean-Michel Apathie s'en est étranglé devant Xavier Bertrand dans le Grand Journal de CANAL+: "qu'est ce que c'est la Chine ? La Chine, c'est la plus grosse dictature du monde !" Merci au Canard de Mulhouse de rappeler certaines promesses non tenues: "Je ne passerai jamais sous silence les atteintes aux droits de l'homme partout où ils sont méconnus ou menacés". Merci aussi à LA PIRE RACAILLE de souligner comment les FARC espèrent eux aussi l'intervention de Nicolas Sarkozy pour libérer Ingrid Betancourt.

5. Aucune rupture en Amérique
Sarkozy a beau faire le beau en Amérique, TIME MAGAZINE rappelle notre déclin culturel. Cela choque, cela amuse, cela fait grincer (à lire chez l'excellent Eric Mainville). Paradoxalement, la Sarkofrance n'a séduit que Georges Bush Junior. Dur, dur pour Nicolas.

6. Rupture à gauche et au Centre
Fait marquant, les électeurs de gauche ("segophobes" ou pas) se détournent de Nicolas Sarkozy. Julien Toledano note avec justesse cette rupture : l'électorat de gauche a décroché.
A lire dans LE MONDE : A gauche, Nicolas Sarkozy ne fait plus recette. Pendant plusieurs mois, la confortable élection du président et l'ouverture à gauche avaient semé le trouble et la curiosité dans cet électorat. "Jusqu'à présent, face aux propos toujours très concrets et de bon sens de Nicolas Sarkozy, l'électorat de gauche se laissait séduire en direct, décrypte Denis Muzet, président de l'institut Médiascopie. Dans cette période de post-conflit social, on sent que l'électorat de gauche est davantage sur ses gardes, il manifeste moins d'empathie, moins de soutien." Mais pas encore de véritable rejet.

Ségolène Royal publie son livre, bilan de sa campagne. Il y a 5 ans, un autre candidat de gauche prénommé Lionel aurait pu faire de même. Il eut rendu service à nombre d'électeurs. Les supporters de la candidate se sont rassemblés ce samedi, pour construire leur pacte rénovateur. Les comptes-rendus par Dagrouik sur Intox2007 laisse penser que le chemin sera long, mais les espoirs sont immenses (merci Wildo). Marc Vasseur relate d'ailleurs certains débats du Parti Socialiste.
Le Modem fait son Congrès, et la (jeune) base militante s'impatiente de virer les caciques chrétiens-démocrates du passé (n'est-ce pas Luc Mandret ?). Dagrouik a tort de se moquer de Luc (lire ici)
Les Verts tentent de simplifier leur organisation algorithmiques. Deux seuls s'en sortent, Noël (c'est la période !) et Baupin.
Lutte Ouvrière se rassemble pour les municipales et cela choque la LCR. L'ancien sympatisant trotskyste que je suis (aïe, je vais perdre des lecteurs) n'est pas surpris. Au moins, ça bouge.

Enfin, un mot pour vous rappeler que la femme sera toujours l'avenir de l'homme (désolé, les gars), avec deux exemples évidents : massi13 a mis en place le remarquable portail des VIGILANTS, CeeCee maintient une inspiration hors norme.
Bravo à elles.

Ami Sarkozyste, où es tu ?





Jules dans Diner's Room rapporte l'une de ses manipulations de langages :
"En visite auprès d'un commissaire de police blessé, le Président de la République s'est fendu d'une déclaration des plus attendues.
- Ceux qui prennent la responsabilité de tirer sur des fonctionnaires se retrouveront devant la cour d'assises. Cela porte un nom, c'est une tentative d'assassinat.
Une "tentative d'assassinat", mazette. La froideur de la qualification juridique au service de la pédagogie pénale, un peu. De l'opportunisme politique, un peu aussi. C'est que l'assassinat et la tentative sont des termes de droit. Et désigner des faits - "cela porte un nom" - constitue une opération de qualification."

3 commentaires:

  1. J’ai survolé votre blog
    Je m’en vais comme je suis venu. Ce blog est trop marqué négativement : on sent la rancœur de l’auteur….alors je m’en vais, je préfère de loin manier l’humour...

    RépondreSupprimer
  2. je viens de voir ça ! wow :) arrête je vais rougir ...

    RépondreSupprimer
  3. @langevin: survolez, cher(e?) langevin, survolez. Point de rancoeur ici, juste une ENORME inquiétude qui ne cesse de croitre. Pour vous, pour mes enfants, pour moi.
    @massi13: o:)

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.