21 janvier 2008

Nicolas Sarkozy ressemble à Louis XIV, LE POINT l'a dit


LE POINT, dans son édition du 17 janvier, reprend une comparaison qu'a faite Ségolène Royal à propos de Nicolas Sarkozy :"Nicolas Sarkozy a choisi de faire des évènements de la vie privée des évènements publics, comme Louis XIV : vous avez le petit matin du roi, le déjeuner du roi, le coucher du roi, les maîtresses du roi" (source).

Les courtisans ne sont pas apparus avec Nicolas Sarkozy. Les plus jeunes ne se souviennent peut être pas que François Mitterrand fut surnommé le SPHINX, une figure impériale. LE POINT se permet d'ailleurs de rappeller les spécicifités de chaque "Cour" présidentielle de la Vème République.

Mais l'omniprésence de Nicolas Sarkozy, la monarchie présidentielle, où toute décision découle de lui, rend la situation quelque peu différente. La flagornerie semble avoir atteint un seuil : "Contredire Sarkozy, quand on est conseiller, c'est prendre le risque de ne plus être écouté ; ministre, cela équivaut à faire acte de candidature à la prochaine présidentielle. Alors, on l'applaudit. " peut on lire.

LE POINT publie aussi les bonnes feuilles d'un livre de Patrick RAMBAUD (« Chronique du règne de Nicolas Ier » aux éditions Grasset). l'ouvrage semble plus drôle, qu'informatif. Extraits.
Le Cardinal de GUEANT: "Serviteur avant tout, Son Eminence faisait office à la fois de truchement et d'écran entre Sa Majesté Remuante, ses employés et ses sujets. Notre Empereur, lorsqu'il ne savait répondre aux ennuyeux qui le pressaient, se défaussait d'un ton sans appel : « Demandez à M. le Cardinal. »

Le Chevalier de Guaino : "« La dissimulation est une industrie qui consiste à ne pas faire voir les choses telles qu'elles sont. » En la matière, le chevalier de Guaino était un maître.

Le Petite Marquis de Benamou : "Partout, si on ne s'abaissait pas, il avait coutume de rappeler d'une voix fine : « Savez-vous qui je suis ? » Mais les gens ne savaient pas, alors il tonnait contre eux, appelait le Château à son secours."

Quatre ministres se rebiffent, dans les colonnes de l'hebdomadaire, contre l'idée d'une telle courtisanerie excessive et l'existence d'une monarchie. Fadela Amara estime être "la démonstration vivante que Nicolas Sarkozy n'est pas un monarque ", et Wauquiez répète son chef et se trompe comme lui de définition sur la monarchie (il a pourtant fait des études ? "Une monarchie repose sur deux piliers : le droit divin et l'héritage").

Autistes ?

4 commentaires:

  1. On a déjà le droit divin, il nous faut maintenant un héritier... Carla, elle n'a pas un peu grossi ces derniers temps? lol

    RépondreSupprimer
  2. la date de ce billet est un hasard ? il y en a qui se radicalisent vraiment ;)))

    RépondreSupprimer
  3. @althea : un peu, effectivement...
    @gael : au risque de dégrader l'image que tu peux avoir de moi, la date est malheureusement un hasard inconscient... Je pense que j'ai un deuxième cerveau qui bosse en clandestin... Ah, Louis 16... La guillotine..

    RépondreSupprimer
  4. et je ne sais pas si vous avez remarqué la contre offensive médiatique du monarque actuellement sur les chaines de télévision. 4 sujets différents lui ont été consacrés dans le journal de France 2 de ce mardi 22 janvier. pas un (ça c'est tous les soirs ) pas 2 ni 3, 4! et bien sûr dans les 4 situations et séries d'images toutes sont à l'avantage du grand petit homme.

    C'est consternant...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.