18 janvier 2008

Sarkozy et les racines chrétiennes de la France


Nicolas Sarkozy a prononcé ces voeux aux institutions religieuses jeudi 17 janvier. Ici ou là, on pousse des cris d'indignation préventives. il est vrai que Nicolas Sarkozy, devenu Président, n'a pas varié de sa vision chrétienne "décomplexée" de la société, aux détriments de la laïcité. Mais ne crions pas au loup pour rien.

Les déclarations de Nicolas Sarkozy à Rome devant le Pape en décembre dernier en ont heurté plus d'un, parmi les défenseurs de la laïcité. Ce blog, comme d'autres, s'en est fait l'écho. Ce blog, comme d'autres, en a été choqué.
"Comme Benoît XVI, je considère qu’une nation qui ignore l’héritage éthique, religieux, spirituel de son histoire commet un crime…"

"Je partage l’avis du pape quand il considère, dans sa dernière encyclique, que l’espérance est une des questions les plus importantes de notre temps." (source)
Puis, ses propos lors de de sa visite en Arabie Saoudite, présentaient les conflits et tensions internationales du monde "moderne" sur le terrain des "civilisations" et des "religions". C'est une vision attendue de la part d'un homme de droite. Un homme de gauche aurait sans doute, a minima, placé les inégalités économiques et les tensions sociales au premier plan. Devant le Conseil Consultatif de Riyad, il faisait l'apologie de Dieu, comme un prêtre en pleine messe. Jugez plutôt :
"Sans doute, Musulmans, Juifs et Chrétiens ne croient-ils pas en Dieu de la même façon. Sans doute n’ont-ils pas la même manière de vénérer Dieu, de le prier, de le servir. Mais au fond, qui pourrait contester que c’est bien le même Dieu auquel s’adressent leurs prières ? Que c’est bien le même besoin de croire. Que c’est le même besoin d’espérer qui leur fait tourner leurs regards et leurs mains vers le Ciel pour implorer la miséricorde de Dieu, le Dieu de la Bible, le Dieu des Evangiles et le Dieu du Coran ?
Finalement, le Dieu unique des religions du Livre.
Dieu transcendant qui est dans la pensée et dans le cœur de chaque homme.
Dieu qui n’asservit pas l’homme mais qui le libère.

Dieu qui est le rempart contre l’orgueil démesuré et la folie des hommes.
Dieu qui par-delà toutes les différences ne cesse de délivrer à tous les hommes un message d’humilité et d’amour, un message de paix et de fraternité, un message de tolérance et de respect." (source)
Cette déclaration est indécente. Sarkozy n'est plus le Président de tous les Français. Sur un sujet aussi intime que la croyance, il s'exhibe.

Est-il donc surprenant de constater une levée de boucliers sur ses éventuels propos jeudi 17 janvier devant les représentants des différentes communautés religieuses ?
"Incompatibles avec l'exercice de sa fonction", ces propos ne peuvent que "scandaliser les défenseurs de la laïcité qu'il soient croyants ou non-croyants", estime le Snes-FSU dans un communiqué publié jeudi. Le syndicat enseignant accuse Nicolas Sarkozy de "distiller l'idée d'une République soumise à la religion".

Lors des questions d'actualité mercredi à l'Assemblée nationale, le député socialiste des Hautes-Pyrénées Jean Glavany avait interpellé la majorité à propos du discours de Riyad, "où Dieu n'est plus cité à chaque page, mais à chaque ligne, créant désormais un problème de fond dans la République (source LE MONDE)
A l'issue de ses voeux, la Présidence communiqua la déclaration suivante:
« Si les circonstances historiques de la séparation de l’Église et de l’État furent douloureuses parce qu’il s’agissait de rompre des liens multiséculaires, nul ne doit plus avoir de raison aujourd’hui de se sentir blessé par la laïcité.

La reconnaissance du sentiment religieux comme une expression de la liberté de conscience et la reconnaissance du fait religieux comme un fait de civilisation font partie, au même titre que la reconnaissance de l’héritage des Lumières, de notre pacte républicain et de notre identité.

Tous ceux qui sont attachés à la République, à son idéal, devraient s’efforcer de défendre les valeurs de diversité, de tolérance et de compréhension. Dans la République apaisée et fraternelle que souhaitent les Français, tous ceux qui ont des convictions philosophiques, morales, religieuses, devraient avoir à cœur de faire preuve de respect pour les convictions qu’ils ne partagent pas ».
J'ai tendance à penser qu'il faut réserver les combats aux "causes réelles et sérieuses" d'inquiétudes. La laïcité, aujourd'hui, est-elle menacée par une décision du gouvernement Sarkozy ? Non. La sécurité sociale, oui. L'intégration, oui. La démocratie parlementaire, oui. Le pouvoir d'achat des plus pauvres, oui.

Au contraire, ne s'agit il pas d'un "vacarme" supplémentaire ? Il est toujours plus facile pour la gauche de pousser des cries effrayés sur la laïcité (qui leur reprochera ?), que de se mettre d'accord sur des contre-propositions contre les mesures de destructions sociales ou le mini Traité Européen.
Cela n'empêche pas la vigilance, bien au contraire. Mais on a l'habitude.
Nicolas Sarkozy a certainement un besoin personnel de réconciliation avec sa foi et son Eglise : divorcé deux fois, il vit dans le péché avec une jeune femme elle même multi-compagnon. Il y a une quarantaine d'années, il aurait été excommunié. Notre seul problème est qu'il ait besoin, comme toujours, d'exhiber ses croyances et d'en profiter les autres.

8 commentaires:

  1. Sans rapport avec cet article, excusez nous mais en rapport avec sarko; est-ce que quelqu'un sait si ce qui circule actuellement comme mail (reproduit ici http://www.newsnours.com/2008/01/sarkozy-impots.html) est vrai ou un fake ?

    RépondreSupprimer
  2. je pense qu'il s'agit d'un fake... je vois mal un agent des impôts prendre tant de risque aujourd'hui pour balancer cette info.
    de plus il faut savoir que pour toute personne politique ou publique les dossiers fiscaux passent par les grands chefs.

    RépondreSupprimer
  3. étonnant qu'aucun journaliste n'ose la comparaison: on a aujourdh'ui simultanément deux sources qui tendent vers remettre le religieux dans la sphere politique, sarozy et... Huckabee!
    http://afp.google.com/article/ALeqM5jKgOkwUa0TuU6OcpgUskBDY1OE-w

    RépondreSupprimer
  4. "Dieu est dans le coeur de chaque homme"
    Nicolas Sarkozy.
    euH....
    non, pas chez moi, pardon.
    profondément attachée à la laïcité, je suis.
    Dis tu crois qu'il le fait exprès de dire des trucs pareils, juste pour me contrarier "Petit cheval fougueux".
    Et sinon, je n'y connais rien en politique américaine, mais...
    rappelez ce qui est inscrit sur le billet vert du pays de Son très cher ami Bush ?

    RépondreSupprimer
  5. Justine Larmedan-Tézieux18 janvier 2008 à 16:31

    La laïcité pas menacée?

    « Jeudi, le chef de l'État a confirmé son intention d'ouvrir le Conseil économique et social aux représentants des religieux et évoqué la perspective d'un service civique pour les jeunes, qui pourraient l'effectuer dans le cadre d'associations à caractère confessionnel. » (Le Figaro, ce vendredi)

    « J'ai beaucoup fait pour que nos compatriotes les plus récents puissent vivre leur foi dans les meilleures conditions, mais ceux qui ne respecteront pas les valeurs de la République française seront immédiatement expulsés » (NS, discours de Sens, ce vendredi)

    Oui, le Président de la République vient juste de promettre l'expulsion à nos compatriotes qui se conduisent mal...

    Et voilà le Bien et le Mal selon l'ordre nouveau qui se dessine pour la suite du quinquennat:

    Le Bien
    - l'État comme simple garant de la liberté individuelle
    - la liberté individuelle comme unique dynamique de progrès
    - la récompense du mérite individuel comme espérance fondamentale
    - la foi religieuse comme unique porteuse du sens
    - la charité comme unique recours pour les non-méritants

    Le Mal
    - l'État comme manifestation d'une volonté commune de solidarité
    - la solidarité comme exonération de la responsabilité individuelle
    - la neutralité laïque comme destruction des repères spirituels
    - l'égalité comme destruction des capacités et des élans individuels
    - la République comme destruction des repères communautaires

    Comment réformer le Mal en Bien
    - le contrat négocié entre individus remplace progressivement la loi votée par tous et pour tous
    - chaque individu est tenu de manifester clairement son appartenance à une communauté d'intérêts, de pensée, de foi
    - la protection sociale d'une communauté est confiée à ses instances communautaires (partenariats avec les religions)
    - la notion de laïcité (qui oppose stérilement les communautés) est progressivement redéfinie par celle d'identité nationale (qui encadre les négociations entre les communautés)
    - le mot République ne sert plus que dans l'expression valeurs de la République, qui signifie identité nationale fondamentalement catholique et de souche
    - la seule séparation acceptable sera celle du développement (en afrikaans, « apartheid ») pour les communautés qui n'acceptent pas cette identité

    RépondreSupprimer
  6. @justine : je souscris à votre/ta typologie. Mais les "actions" de Sarkozy en matière de laïcité et religion restent encore du domaine symbolique et oral.

    RépondreSupprimer
  7. Une mécanique ne serait-elle pas en marche, qui passerait justement par les symboles?

    Les discours officiels de Latran et de Ryad sont-ils seulement des propos de bistrot tenus en France pour bousculer l'électeur, ou au contraire un engagement fort pris par la France sous les yeux de la planète?

    Un tel engagement pourrait être la "normalisation" programmée de l'hérésie économique que représente le modèle social et politique républicain français dans le nouvel ordre mondial.

    Dans cet ordre, les multinationales religieuses sont les acteurs centraux d'un marché des oeuvres, "normalisation" de l'idée absurde que représente la solidarité à la française.

    NS choie cette clientèle-là, comme il choie celle du CAC40, et d'autres. L'avantage, c'est que sur ce marché du Bien, la monnaie a moins de risques de se volatiliser.

    Et puis, la vraie ruse du diable n'est-elle pas de faire croire à son inexistence?

    RépondreSupprimer
  8. http://tunisie-harakati.mylivepage.com

    La laïcité est un acquis tels que les droits de l'homme, il y a des des valeurs qui sont intouchables même pour notre Sarkozy national.
    Il devrait plutôt respecter ses promesses et ses engagements de campagne au lieu de noyer le poisson avec des stupidités de la sorte. Madame Sameh Harakati galère en prison pendant que son altesse refuse de l'aider.
    Honte à vous Monsieur le président dont l'humanité n'éxiste pas.

    http://tunisie-harakati.mylivepage.com

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.