29 février 2008

Immigration : un accord avec le Sénégal

Jeudi 28 février 2007, Brice Hortefeux, le ministre de l'Identité Nationale, a signé a Dakar un avenant a l'accord d'immigration conclu entre le Sénégal et la France de septembre 2006.
Ce nouveau texte donne accès aux citoyens Sénégalais aux 108 métiers définis par les services de l'Identité Nationale. Il facilite également les procédures de visa pour les professions intellectuelles. Il porte a 5 millions d'euros l'aide au codeveloppement.
Plus discretement, la presse a rappelé a cette occasion que le Sénégal avait été exempté de tests Adn pour ses ressortissants candidats au regroupement familial.

Commentaires : combien d'autres pays sont exemptés de tests ADN ? Les tests ADN restent un exemple de la strategie sarkozyenne : casser un principe pour adresser finalement peu de cas.

28 février 2008

Sarkozy reprend la main à l'international

Pour oublier des turpitudes nationales, rien de tel qu'un déplacement à l'étranger, agrémenté de nouvelles promesses. Ces dernières 48 heures, Nicolas Sarkozy est parti pour l'Afrique du Sud, avec escale au Tchad. Il a aussi lancé un nouvel appel à la libération d'Ingrid Bétancourt. Sauver Ingrid, l'Afrique ... et Sarkozy ?

Sauvez Ingrid
Les témoignages d'anciens otages des Farc sur l'état de santé de la sénatrice franco-colombienne détenue depuis six ans sont inquiétants. Les appels pour sa libération se multiplient. En mai dernier, le Président français avait laissé croire que sa libération n'était qu'une question de jours. Ferme mais plus mesuré, il a profité de son voyage en Afrique du Sud pour lancer un nouvel appel jeudi 27 février:


"C'est une course contre la mort qui est engagée", a déclaré le président français lors de sa visite d'État en Afrique du Sud. "Il y aura ceux qui porteront la responsabilité de sa mort", a-t-il ajouté (source L'EXPRESS).

Sauvez l'Afrique... et la démocratie
En escale à N'Djamena, mercredi 27 février, Nicolas Sarkozy a demandé au Président Tchadien que toute la vérité soit faite sur les disparitions d'opposants. " La France veut la vérité"

Le président M. Déby a dû annoncer le soir même qu'il acceptait "la mise en place d'une commission d'enquête internationale pour faire la lumière sur l'ensemble de ce qui s'est passé". Les associations de droits de l'homme restent inquiètes par la "légèreté" du processus ainsi engagé.
"Beaucoup d'éléments véreux des forces de sécurité sèment la terreur et la
désolation, témoigne le président de la LTDH. Sous couvert de fouilles chez les
gens destinées à retrouver des objets pillés, ils se livrent à des exactions
nocturnes sur les citoyens."
(source LE MONDE)


Arrivé au Cap, en Afrique du Sud, il a annoncé une "initiative de soutien économique" à l'Afrique de 2,5 milliards d'euros sur cinq ans. Celle-ci se décompose en 3 parties : un "fonds d'investissement de 250 millions d'euros", qui prendra des participations dans d'autres fonds thématiques ou mixtes, et d'un "fonds de garantie de 250 millions d'euros" pour "faciliter l'accès des PME africaines au crédit bancaire et au capital", et, enfin, un "doublement" de l'activité de l'AFD "en faveur du secteur privé"


Sauvez Sarkozy
Malheureusement, l'actualité nationale ne reste jamais longtemps absente. Lionel Jospin a fermement démenti les propos de Nicolas Sarkozy qui l'accusait (1) d'avoir fixé son propre salaire de Premier Ministre quand il était en fonction et (2) de l'avoir augmenté de 9 à 20 000 euros. Dans le Parisien/Aujourd'hui en France du jeudi 27 février, Jospin réplique ainsi:

"C'est faux" (...) "Mon traitement était fixé, comme celui des ministres, par
décret du président de la République" (...) Celui-ci était, lorsque je suis
arrivé à Matignon en 1997, de 59.000 francs net (indemnités comprises), soit
9.000 euros. Ensuite, et jusqu'à mon départ en 2002, ce traitement n'a progressé
qu'au rythme des augmentations opérées dans la fonction publique"
Nicolas Sarkozy ne peut pas toujours compter sur les siens : Rama Yade se permet une nouvelle bourde, une vraie : "il faut tout tenter dans une ville" a-t-elle ainsi expliqué, lors d'un meeting de soutien à M. Mothron mardi 26 février à propos de l’utilisation l’été dernier par ce maire d'Argenteuil d’un répulsif chimique sur les SDF.

Rama Yade: "il faut tout tenter"



Elle est secrétaire aux Droits de l'Homme. La précision est importante...

27 février 2008

"casse toi, pauvre con" : curieuse defense

Les proches du President se sont livres a une curieuse defense de leur mentor.


Francois Fillon a été surpris que le discours presidentiel ait été occulte par ce 'fait divers'. Roger Karoutchi a compati avec Nicolas Sarkozy (a sa place, il aurait eu recours a une 'baffe' !). Xavier Bertrand s'indigne du manque de respect pour le Chef de l'Etat ('on ne refuse pas une main tendue'). Même Michel Barnier a exprime son accord.
D'autres enfin louent la spontaneite, la transparence du President. Un homme comme tout le monde.

Commentaire : personne n'a emis l'hypothese que le comportement presidentiel a valeur d'exemple. Quand Sarkozy ministre était insulte, les responsables étaient juges et ... Condamnes a de la prison ferme !

26 février 2008

Promesses non tenues : double échec sur la croissance et l'inflation

Tandis que les Français terminent leurs vacances de février, le gouvernement s'inquiète d'un retour de l'inflation. Il y a un an, la candidate socialiste était raillée quand elle dénonçait d'une part la vie chère et d'autre part la faible pertinence de la mesure actuelle de l'inflation pour une majorité de ménages.
François Fillon, lundi 25 février, a ainsi promis une "opération coup de poing". L'opération est surtout verbale. A moins de vouloir revenir au contrôle des prix, on ne voit pas de quel droit un gouvernement d'obédience libérale reprocherait aux entreprises et distributeurs de faire des profits. C'est un peu le principe du système... Fillon tente d'inventer un concept: celui de l'augmentation de prix "abusive". "L'objectif est également d'expliquer les raisons des prix plus élevés en France que chez nos voisins européen" (source).
Le gouvernement s'inquiète en fait de l'absence d'effet de la réforme de la loi Galland en décembre dernier.
"Il y a quelques mois, M. Chatel avait estimé que cette réforme entraînerait une baisse des prix de 3% à 7% sur les produits de grandes marques. Lundi, il a a refusé de donner des prévisions, mais selon lui, les prix en France sont "5% plus chers en moyenne que les autres pays européens dans la grande consommation".

Les distributeurs préviennent que les prix vont continuer de monter. Michel-Edouard Leclerc, patron des centres éponymes, prévoit une augmentation de 4% chaque mois au cours du premier semestre, alors que le patronat des distributeurs (FCD) évoque +3% sur 2008."(source).
Coté croissance, l'échec fut relatif en 2007 : Sarkozy est arrivé en cours d'année aux commandes, son paquet fiscal n'a pas produit grands résultats. Pourtant, on ne saurait accuser l'environnement extérieur. La croissance française n'a été que de 1,9% contre une moyenne européenne de 2,7%. Le plus surprenant est que la France semble être devenue improductive.

Les opposants aux 35 heures dénonceront une France de flemmards, qui n'a plus goût au travail. Les réalistes souligneront que (1) les employeurs ont toute latitude pour imposer des heures supplémentaires si le travail est nécessaire (grâce aux aménagements des gouvernements Raffarin et Villepin), et (2) la défiscalisation des heures supplémentaires depuis le 1er octobre n'a eu ... aucun effet sur la durée moyenne travaillée en 2007. Même pas un petit quart d'heure de plus par Français !

De façon surprenant, certains membres du gouvernement semble mesurer l'échec de certains de leurs principes initiaux ("travailler plus ..."). Ainsi, lors de la récente émission A VOUS DE JUGER sur France 2, Xavier Bertrand a admis qu'il ne servait à rien de reculer l'âge légal de départ à la retraite puisque les Français partaient, faute de travail suffisant, plutôt vers 58 ans que 60 ans.

En 2008, les prévisions de croissance sont exécrables : "selon les prévisions publiées le 21 février par la Commission, la croissance française ne dépassera pas 1,7 % (1,5 % selon le FMI), soit légèrement moins bien que l’ensemble de la zone euro (1,8 %). " (source: LES COULISSES DE BRUXELLES). L'équation budgétaire du gouvernement est donc en péril. la prévision de déficit budgétaire reposait sur une croissance de 2,25% !

Croissance et inflation, les deux terrains d'action favoris de la droite au pouvoir sont ceux de l'échec pour l'équipe Sarkozy.


Surprenant ?

25 février 2008

Hors de France, Nicolas Sarkozy ne rassure pas

Le prochain sommet franco-allemand a ainsi été annulé. La rencontre entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel devait se tenir le 3 mars. D'après le quotidien allemand DIE WELT, la chancellière allemande n'a pas accepté qu'elle fusse l'occasion de signer une déclaration de principe en faveur du projet d'Union Méditerranéenne.
La correspondante de l'EXPRESS en Allemagne rapporte que "Sarkozy et Merkel ne communiquent plus." C'est un comble si l'on se souvient comment le candidat Sarkozy soignait sa relation privilégiée avec la la chancellière, pendant la campagne présidentielle française.


"Les différends s’accumulent : le président français a par exemple abordé la question nucléaire allemande en avançant que les énergies renouvelables ne suffiraient pas, en plein conseil des Ministres allemand. Mais ce n’est pas à lui d’en décider. Sa façon de tout ramener à lui comme de dire "le traité européen, c’est moi", irrite beaucoup en Allemagne. Vu de Berlin, les relations actuelles ressemblent aux pires temps entre Jacques Chirac et Gerhard Schroeder." (source L'EXPRESS)
Coté espagnol, les relations sont à peine meilleures. Dès la fin de l'été, le premier ministre avait taclé François Fillon publiquement. Souvenez-vous :
La goutte d'eau qui fait déborder le vase.depuis des mois, Nicolas Sarkozy
et François Fillon ont usé et abusé de l'argument selon lequel le gouvernement
espagnol de José Luis Zapatero regrettait d'avoir régularisé 600 000
travailleurs irréguliers en 2005.François Fillon, interrogé sur TF1 dimanche 25
août, l'a répété.Une fois de trop. Il s'est fait mouché par le premier ministre
espagnol. Il ne fallait le chercher.


Plus récemment, le Directeur adjoint d'El Païs, un quotidien espagnol de centre gauche qui ne peut être soupçonné d'extrêmisme gauchiste, livre également une charge violente contre notre chef de l'Etat. La simple mention de cet article au second rang de la couverture de COURRIER INTERNATIONAL a valu à ce dernier d'être censuré des couloirs du métro par la RATP:
"La maladie dont souffre Sarkozy n’a pas la gravité du cancer de la prostate
de Mitterrand, mais elle touche un organe vital s’il en est : l’ego. Celui du
président est d’évidence atteint d’une hypertrophie probablement incurable
. "
ou encore :

"Le traitement qu’il [Nicolas Sarkozy] a infligé en public aux uns et aux autres, y compris à certains de ses collaborateurs les plus proches, est digne du comportement d’un monarque bilieux et capricieux avec ses laquais."


"Il n’a pleinement triomphé que dans le rôle de sultan, seigneur en son sérail, paré des atours qui passionnent un certain public – et manifestement aussi ses pairs. Le voilà fasciné par son propre pouvoir de séduction, son goût exquis et sa désinvolture. Mais ce triomphe-là a le don de déprimer beaucoup de Français car il rabaisse la République au niveau de la principauté de Monaco. "

La presse américaine n'est pas plus tendre. Un éditorialiste de l'éminent Washington Post s'amusait de la santé mentale de Sarkozy : "ses actions poussent certains à s'interroger sur son état mental"

Hors de France, Nicolas Sarkozy ne rassure pas.

Note technique : j'ai profité d'une connexion aléatoire, et certainement non reproductible, pour cette publication. A demain ou à plus tard.

Sarkofrance en Vacances


Annoncé il y a quelques jours, ce blog se met au rythme des vacances. Les Brèves de Sarkofrance vous réserveront quelques surprises quotidiennes, un retour vers l'histoire ancienne, à l'aube de la télévision en couleur.


Je vous invite aussi à consulter mes confrères VIGILANTS et à réviser vos classiques.

Enfin, pendant mon absences, les commentaires sont filtrés et publiés à mon retour.

24 février 2008

Rétention : le communiqué de la Présidence

L'Elysée a publié le communiqué suivant samedi 22 février au soir, relatif à la décision du Conseil Constitutionnel.

"Le Président de la République se réjouit que le Conseil Constitutionnel ait validé l'introduction de la rétention de sûreté dans notre droit.

Cette mesure permettra d'empêcher la libération pure et simple d'un criminel à l'issue de sa peine, alors même qu'il a refusé d'être soigné pendant son incarcération et que tous ceux qui le suivent, surveillants, travailleurs sociaux, médecins, sont convaincus que l'intéressé est toujours dangereux et qu'il va récidiver.

La rétention de sûreté est la réponse à cette récidive annoncée.

Le Conseil Constitutionnel a accepté toutes les mesures d'accompagnement de la sortie des criminels actuellement détenus que contenait la loi. Pour autant l'application immédiate de la rétention de sûreté aux criminels déjà condamnés, qui présentent les mêmes risques de récidive, reste un objectif légitime pour la protection des victimes.

Le Président de la République a demandé au Premier Président de la Cour de Cassation d'examiner la question et de faire toutes les propositions nécessaires pour l'atteindre.

source: Elysée

42ème semaine : droite complexée


Vendredi 22 février, Nicolas Sarkozy s'est implicitement comparé au Général de Gaulle : critiqué de toutes parts, de l'extrême gauche à l'extrême droite, mais sûr de lui et de ses réformes. Pourtant, semaine après semaine, la paranoïa présidentielle s'étend. Et l'opposition donne raison au Président. En cette 42ème semaine de sarkofrance, la vie politique se crispe. La droite retrouve ses complexes.

Cette semaine, Nicolas Sarkozy a fait sonner la charge.
Plainte contre un blogueur, Rama Yade qui crie au racisme, méthodes de la STASI, Laurent Wauquiez nous traite de terroristes, journaliste entendu par la police. Roger Karoutchi a raison, la période actuelle ressemble de plus en plus aux années trente... Il y a même des ministres mis en examen pour détournement de fonds. Il faut parfois lire la presse étrangère pour constater qu'elle est bien plus sévère sur la santé mentale de notre Président que l'auteur de ce blog.

Cette semaine, Sarkozy a fait du vacarme
Pour distraire notre attention, le Président fidèle à son habitude, a allumé des contre-feux : il a initié une petite polémique sur les sectes, via sa directrice de cabinet, polémique qu'il a éteint lui-même. Cette irruption des sectes dans le débat politique n'est pas anodine (rappelez vous ce que nous écrivions en mai dernier). Autre vacarme, Villiers-Le-Bel fut le théâtre d'une gigantesque intervention policière à l'aube du 18 février. 400 policiers et une centaine de journalistes. Chacun de se défausse sur l'autre pour l'origine de la fuite.
Le vacarme permet d'occuper l'espace médiatique. Il permet de cacher que les Français en 2007, qui n'ont pas gagné plus, n'ont pas travaillé plus non plus. Il permet d'évacuer le débat sur la France improductive. Il permet d'évacuer le pouvoir d'achat des discussions médiatiques.

Cette semaine, Sarkozy a tenté d'agir
Nicolas Sarkozy a attaqué la décision du Conseil Constitutionnel sur la rétention de sûreté. Ce dernier a interdit sa rétro-activité, ce qui ne plaît pas au Président. Il tente surtout de faire plaisir à l'électorat frontiste qui l'a déserté dans les sondages. Faut il craindre un retour du Front National lors du scrutin municipal ? Il a aussi installé une nouvelle commission, "pour une nouvelle télévision publique".

Cette semaine, tous les sondages ont confirmé l'impopularité inégalée de Sarkozy
Le dernier d'entre eux, de l'IFOP pour le Journal du Dimanche du dimanche 24 février, affiche des résultats catastrophiques: 62% des Français interrogés sont "mécontent de Nicolas Sarkozy comme président de la République". Le Président est 19 points derrière son Premier Ministre.

Bref, cette semaine, la droite complexée est de retour.
La violence des attaques, la percée du discret premier ministre dans les sondages, les tentatives de ripostes laissent penser que la droite est désormais solidement complexée par son Président. Elle perd sur le terrain moral, et piétine d'incompétence sur le terrain économique. Elle pensait avoir trouvé son nouveau De Gaulle, elle a hérité de Berlusconi.


Surpopulation pénitentiaire : Rachida Dati se tait sur une promesse non tenue

Au 1er janvier 2008, la France comptait 61 076 personnes incarcérées. le Ministère de la Justice notait (avec satisfaction ?) que cela "représente une baisse (- 1,5 %) par rapport au mois précédent (62 009)". La réforme pénitentiaire, annoncée par le candidat Sarkozy n'a pas eu lieu. Elle n'est même pas annoncée.
La promesse électorale était claire :
Je suis également partisan d'une grande loi pénitentiaire permettant à notre démocratie de définir ce qu'elle attend de ses prisons et de se donner les moyens de sa politique dans ce domaine.

La poursuite de la construction des établissements pénitentiaires dont nous avons besoin ; la réduction du nombre de personnes en détention provisoire, en réservant cette hypothèse aux cas d’atteintes ou de tentatives d’atteinte à l’intégrité physique des personnes, et le placement dans d’autres structures, mieux adaptées, d’un grand nombre de personnes qui n’ont rien à faire en prison, je pense en particulier aux personnes qui souffrent de troubles psychiatriques ; enfin, l’élaboration d’une loi pénitentiaire exigeante et la création d’un contrôle général indépendant des prisons, feront qu’il ne sera plus possible, en France, d’obliger un détenu à partager sa cellule.
La présentation de ces statistiques est surprenante, et révèle l'échec :

1. l'équipe Sarkozy avait déclaré que la déliquance des mineurs était sa priorité

"
Je poursuivrai la politique de sécurité que j’ai engagée depuis 2002. Des peines planchers seront instaurées pour les multirécidivistes et le droit pénal des mineurs sera réformé. (...) Je demande qu’on change l’ordonnance de 45 sur les mineurs, ça ne peut plus continuer comme ça. Un mineur de 17 ans, n’a rien à voir avec un mineur de 17 ans en 1945 et d’ailleurs quand vous êtes frappé par un mineur ça vous fait la même souffrance que quand vous êtes frappé par un majeur. Le mineur multirécidiviste de 16 à 18 ans sera puni comme un majeur" déclarait le candidat.
Le nombre de mineurs détenus sur un an accuse une baisse de 0,4 % ; ils sont 724 au 1er janvier 2008, au lieu de 727 un an plus tôt. Ils représentent ainsi aujourd’hui 1,2 % de la population pénale.

2. Curieusement, le nombre de détenus a baissé par rapport au mois précédent (-1,5%).
Mea Culpa, je croyais que les peines planchers allaient aggraver la situation pénitentiaire. La non-augmentation du nombre de prisonniers signifie donc que cette loi ... ne sert à rien. Il fallait des peines planchers pour envoyer en prison quasi-automatiquement une foule de récidivistes de tous âges que des juges indulgents n'osaient condamner.
"Je souhaite qu’on créé des peines planchers pour les multirécidivistes, parce que 50 % des délits, c’est 5 % des délinquants. Et celui qui ne comprend pas qu’on ne doit pas revenir 25 fois devant le même tribunal pour la même chose, je souhaite qu’il soit puni sévèrement avec la certitude de la sanction.

Je veux des peines doublées pour les multirécidivistes. Je veux résoudre enfin le problème des mineurs. Le mineur multirécidiviste de 16 à 18 ans sera puni comme un majeur." (source: programme de Nicolas Sarkozy)
5 mois après la publication de la loi, le nombre de détenus ... baisse.

Qu'en pense Rachida Dati ?

Source: Ministère de la Justice

22 février 2008

La France improductive

Les 300 000 créations d'emplois privés en 2007, annoncés récemment, sont surprenants. Conjugués à une croissance faible, ils laissent supposer que le secteur privé recrute pour... pas grand chose. Travailler plus pour produire moins ? Et si c'était une question de pouvoir d'achat ?
Christine LAGARDE s'est félicitée du nombre d'emplois créés en 2007 dans le secteur privé, en progression de plus d'un tiers par rapport à l'année précédente. Mais, surprise, la France créé plus d'emplois pour moins de croissance du Produit Intérieur Brut que ces voisins européens (1,9% contre une moyenne européenne d'un point supérieur).

Si l'on ajoute le constat que la durée moyenne du travail en 2007 n'a pas bougé par rapport à l'année précédente, le paradigme sarkozyste est en mauvaise posture :

1. Les Français n'ont pas travaillé plus en 2007, malgré un dispositif en vigueur depuis le 1er octobre et l'auto-félicitation du gouvernement.

2. Ils ont été plus nombreux à travailler pour produire moins !

Risquons nous à un début d'explication: pourquoi travailler plus quand on ne gagne pas plus ?

- l'inflation, dopée par l'augmentation du prix des matières premières (pétrole, céréales, etc), a atteint 2,8% en 2007, un niveau inégalé depuis ... 1992. L'OCDE la prévoit à 1,7% pour 2008.
- le travail précaire est encouragé.
- les minima sociaux ont été augmentés ... a minima (exception faite du minimum vieillesse)
- les fonctionnaires ne sont pas mieux lotis. Aucune organisation syndicale n'a signé l'augmentation de 0,8% du point d'indice proposée par Eric Woerth.

Pour mémoire, la France est déjà classée au-dessus de la moyenne européenne en terme de durée moyenne du travail ...

Sans commentaire.

Jean Sarkozy, du scooter à Neuilly: en a-t-on pour 20 ans de plus ?

David Martinon a été flingué. Il se murmure à l'Elysée qu'il s'éclipsera discrètement le soir du deuxième tour des élections municipales. Jean Sarkozy, "traître junior", est sérieusement pressenti pour une élection cantonale à Neuilly-sur-Seine. Une video le montre portant le premier (?) coup de poignard dans le dos de Martinon, le samedi fatidique. Au fait, on n'a toujours pas retrouvé son scooter.


"Monsieur le maire, on vous aime beaucoup mais laissez nous choisir ! (...). D'une certaine façon, je rentre en opposition; mais si je ne le fais pas, je ne suis pas fidèle à ce que vous êtes, des sarkozystes" déclare-t-il. En a-t-on pour 20 ans de Sarkozy ?

Par ailleurs, on recherche toujours le fameux scooter.
Le fils du chef de l’Etat, âgé de 21 ans, comparaissait devant le tribunal correctionnel de Paris pour un banal accident : il est accusé d’avoir percuté en scooter, place de la Concorde, l’arrière d’une BMW en octobre 2005. Surtout, le plaignant, M’Hamed Bellouti, assure que le scooter en question a pris la fuite après que son pilote lui ait adressé un geste désobligeant. (...)

Comme l'explique le FIGARO, Jean Sarkozy "ne se défilera pas devant la justice". Toute la question est de savoir laquelle, celle du citoyen ou une autre plus personnelle ? La justice a en affet décidé d'un nouveau report il y a une quinzaine de jours le temps qu'une expertise puisse être réalisée.
"Trois courriers auraient été adressés à son propriétaire par l'assurance de l'automobiliste, sans aucune réponse. M'hamed Bellouti dit même avoir déposé plainte au commissariat du 16e arrondissement de Paris, "plainte qui a été égarée", selon lui. "
François Bayrou nous met collectivement en garde : "Arrêtez de faire du sensationnel, arrêtez de faire du spectacle (...). Arrêtez d'essayer de provoquer perpétuellement des événements pour faire des titres" a-t-il suggéré à Nicolas Sarkozy lundi 18 février.

Promesse non tenue : on n'a pas "travaillé plus" en 2007 en France

Les entreprises ont utilisé la défiscalisation des heures supplémentaires sans en octroyer davantage à leurs salarié: on n'a pas travaillé plus en France en 2007 ! Selon des chiffres provisoires du ministère de l'Emploi, communiqués vendredi 15 février, la durée hebdomadaire collective moyenne du travail est restée stable à 35,6 heures à la fin décembre 2007. Le dispositif Sarkozy est pourtant entré en vigueur le 1er octobre.
L'équipe gouvernementale se félicitait


Source: Ministère de l'Emploi, Nouvel Obs

21 février 2008

Nicolas, cherche-moi : je suis un "terroriste intellectuel"


Nicolas Sarkozy a missionné ses prroches, ses redevables, ses débiteurs pour attaquer les attaquants. Laurent Wauquiez, "né en politique avec une cuillère en argent"(*) a parlé de "terrorisme intellectuel". Après les accusations de Roger Karoutchi, de François Fillon, l'appel de Rachida Dati, la paranoïa de Rama Yade, c'était de bonne guerre de la part d'un PORTE-PAROLE. Voici maintenant Yves JEGO qui porte plainte contre ... un blogueur.
Autant s'adresser à Dieu plutôt qu'à ses curés. Nicolas, cherche-moi. Je suis "un terroriste intellectuel". Voici mes aveux, mes motivations.


1. J'avoue, je riposte chaque jour à un Président omni-présent.

2. J'avoue, je parle de Carla Bruni quand celle-ci se fait photographier par 600 journalistes avec Sarkozy à Petra.

3. J'avoue, je casse chaque jour chaque déclaration nouvelle d'un ministre ou d'un conseiller

4. J'avoue, je souhaite terroriser Roger Karoutchi un peu plus chaque jour.

5. J'avoue, j'aimerai harceler Brice Hortefeux pour chaque défenestré.

6. J'avoue, je traite Christine Lagarde d'incompétente aussi fréquemment que possible, c'est-à-dire à chacune de ses bourdes.

Désolé, amis centristes, il fallait que cela sorte.



(*) il a hérité de la circonscription de Jacques BARROT, quand celui-ci est devenu Commissaire Européen.

Sarkozy aime-t-il les sectes ?


Jeudi 21 février, France Info répétait que Nicolas Sarkozy avait "éteint" la polémique sur les déclarations de sa chef de cabinet Emmanuelle Mignon, une collègue d'école de commerce. Et si c'était faux ? Et si le Président était sur ce terrain - les sectes - dangereux ?

Jeudi 21 février, Nicolas Sarkozy a ainsi déclaré:
"En ce qui concerne les sectes, ma position a toujours été claire: les activités sectaires sont inacceptables, inadmissibles, il faut faire preuve de la plus grande fermeté» (...) «Ce n’est pas à moi de dire si la Scientologie est une secte. Il y a une commission"

Commentaire : ni Charles de Gaulle, ni VGE, ni François Mitterrand, ni jacques Chirac n'auraient eu une quelconque hésitation contre la Scientologie.
Mais pourquoi donc Nicolas Sarkozy a-t-il du mal à les suivre ?

Lire aussi Julien Tolédano, et le fil anti-sarko.

Sarkozy veut il renforcer l'enseignement religieeux à l'école ?



Finalement, on a peut être raté l'essentiel de la déclaration de Sarkozy au dîner du CRIF...
Merci à Bakchich !

"Non, vous n'avez rien compris": quand il faut nier en Sarkofrance


Ces derniers jours, on a beaucoup nié et démenti en Sarkofrance: non, nous n'avons rien compris, rien appris, rien entendu: fraude aux ASSEDIC, soutien des sectes par l'Elysée,


1. Non, le député-maire UMP n'a pas fraudé les Assedics
L'Assedic a dédouané Gérard Gaudron, le député-maire qui a perçu des allocations chômage.
«Son cas a fait l'objet de l'établissement d'un "trop perçu" qui donnera lieu à un remboursement des sommes concernées comme l'allocataire s'y est de lui-même engagé», a précisé l'Assedic. Elle rappelle que «le maire d'une commune de moins de 100.000 habitants (comme Aulnay-sous-Bois) peut cumuler son indemnité d'élu municipal avec une allocation chômage», ce qui est «en revanche interdit» pour un parlementaire. Gaudron, élu en juin 2007, a bien signalé sa situation en septembre 2007 par un courrier à la direction départementale du travail, confirme l’organisme (source).

Par ailleurs, la mention de cette information de cumul "indemnités-salaires" de la part d'un élu cumulard sur le blog LES BREVES DE SARKOFRANCE a suscité des commentaires acides et hargneux. En langage blogosphérique, on appelle cela des "trolls".

2. Non, Emmanuelle Mignon, chef de cabinet de Sarkozy, n'a pas dit que les sectes étaient un «non-problème»

« En France, les sectes sont un non-problème », a déclaré Emmanuelle Mignon, la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, dans une interview à «VSD» *. Sollicitée dans le cadre d’un article intitulé « Scientologie : la secte américaine vise la respectabilité. Pourquoi la France laisse faire », Emmanuelle Mignon affirme : « Quant à la scientologie, je ne les connais pas, mais on peut s’interroger. Ou bien c’est une dangereuse organisation et on l’interdit, ou alors ils ne représentent pas une menace particulière pour l’ordre public et ils ont le droit d’exister en paix.»

Dès la parution de l’article ce 20 février, ces propos ont suscité une série de réactions. L’intéressée par le biais d’un communiqué de l’Elysée a démenti avoir fait de telles déclarations, assurant « n’avoir jamais tenu les propos qui (lui) sont prêtés par l’hebdomadaire “VSD” ». « Interrogée de manière informelle sur les positions du président de la République, j’ai rappelé la position constante de Nicolas Sarkozy sur ce sujet », a-t-elle ajouté. Pour sa part, «VSD»” maintient, dans un communiqué, les informations publiées : « M. Emmanuel Fansten, journaliste à “VSD, a rencontré Mme Emmanuelle Mignon à son bureau de l’Élysée le mercredi 6 février, de 11 heures 15 à 12 heures. La rédaction de “VSD” confirme que les propos cités dans l’entretien ont bien été tenus dans le cadre de ce rendez-vous.» (source VSD)


3. Non, Jean-Luc Fromentin, candidat "officiel" de l'UMP à la mairie de Neuilly-sur-Seine, n'est pas soutenu par la famille Sarkozy.
On aurait pu le croire. Mais non, nous nous sommes trompés. Jean Sarkozy déclarait sa candidature au canton sud de Neuilly, grâce au désistement local du rival de Fromentin, Arnaud Teullé. Et la mère du Président assistait à un meeting de soutien au même Teullé, décidemment très apprécié par la famille de Nicolas Sarkozy. Qu'en pense Carla Bruni ? (italienne, elle vote dans le ... 16ème arrondissement).
(...) Qu'en pense Arnaud Teullé qui avait été initialement investi par l'UMP dans ce canton ?

Bien sûr, c'est une décision prise en accord avec Arnaud. Il a fait le choix de se présenter aux élections municipales et veut y consacrer toute son énergie.
Qui allez-vous soutenir entre Arnaud Teullé et Jean-Christophe Fromantin, le candidat investi par l'UMP ?
Je vais respecter la plus grande neutralité. Je ne souhaite pas intervenir dans le débat des municipales. Je réserverai à l'isoloir le secret de mon vote.

Vous faisiez équipe avec David Martinon et Arnaud Teullé. N'avez-vous pas l'impression d'avoir trahi l'un puis l'autre ?
Je n'ai jamais trahi personne. Je regrette sincèrement l'incompréhension qui s'est installée. J'ai apporté à la campagne ma contribution franche et loyale. J'ai averti très régulièrement le candidat des problèmes que nous rencontrions. Je l'ai fait de la façon la plus franche qui soit. (...)
Source: LE FIGARO


4. Non, nous n'aurons pas de rigueur budgétaire après les élections municipales.
François Fillon, répondant aux soupçons, dément tout plan de de rigueur post-électoral dans le FIGARO MAGAZINE du 15 février. Xavier Bertrand s'était livré au même exercice sur France 2 il y a 8 jours.
Les socialistes vous accusent de préparer un plan de rigueur !
Les socialistes se trompent, et ils le savent. Le budget 2008 a été voté, il sera appliqué sans changement de cap.

Même après les municipales ?
Bien sûr ! Quelle est la politique économique et financière que nous menons ? Travailler plus, investir plus et dépenser moins.

Travailler plus grâce à la libération des heures supplémentaires, des comptes épargne-temps et des RTT, au meilleur accompagnement des demandeurs d'emploi avec la fusion ANPE-Unédic, à la modernisation du contrat de travail, qui sera mise en œuvre au printemps, à la réforme de la formation professionnelle et à celle du dialogue social, qui permettra de négocier le régime des heures supplémentaires dans l'entreprise.

Investir plus grâce aux mesures de cet été sur l'ISF, celles destinées à tripler le crédit impôt recherche, mais aussi la revue générale des prélèvements obligatoires. Celle-ci va se traduire par des mesures qui placeront la fiscalité des entreprises françaises dans la moyenne européenne. Le Président s'est engagé sur la suppression de l'impôt forfaitaire annuel en 2009. Au printemps, Christine Lagarde fera des propositions sur l'impôt sur les sociétés, la taxe professionnelle, pour une application au budget 2009. Sans oublier l'autonomie des universités et l'effort considérable d'investissement sur la recherche et l'enseignement supérieur.

Dépenser moins grâce au gel des dépenses publiques en volume pendant cinq ans, qui n'a jamais été fait jusqu'à maintenant dans notre pays, à la révision générale des politiques publiques, et à la réduction du nombre des emplois publics. Dans le budget 2008, un fonctionnaire sur trois partant à la retraite n'a pas été remplacé. Dans le budget 2009 la règle sera de un sur deux. Car on anticipe les réformes de structures que nous sommes en train de réaliser. Grâce également à l'évaluation des politiques publiques, la mise en œuvre du budget pluriannuel sur trois ans, et le chantier ouvert par le Président sur les retraites et la protection sociale avec les partenaires sociaux. L'objectif est clair : assurer l'équilibre des comptes sociaux.
(source LE FIGARO)



Sarkozy et la Shoah: l'appel du Nouvel Obs

Voici l'appel publié dans le NOUVEL OBSERVATEUR, daté du 21 février, relatif à la proposition de Nicolas Sarkozy de faire parrainer chaque enfant juif de France mort en déportation par un élève de CM2.


"Les personnalités signataires de cet appel se placent résolument en dehors de toute stratégie politique et de toute spéculation électorale. Elles apprécient diversement, sur tel ou tel point, la façon dont le président et le gouvernement conçoivent leurs responsabilités. Mais il s’agit ici d’une urgence citoyenne. Nous adjurons le président de la République de revenir sans attendre sur une proposition qu’il a cru devoir faire dans un lieu déjà communautaire et juif. Il s’agit du désir du président de confier à de jeunes enfants la mémoire d’autres enfants morts victimes de la Shoah. Nous nous refusons à discuter la noblesse des intentions, la bonne volonté et le niveau de spiritualité qui animent un tel projet. Mais nous en voyons déjà les effets et ils sont catastrophiques. Ils divisent les communautés y compris, et peut-être plus encore que les autres, la communauté juive. Ils suscitent déjà une sordide compétition des victimes, ils empoisonnent toutes les ambitions pédagogiques des professeurs et ils sont désavoués par tous les pédiatres et les psychanalystes. Il faut purement et simplement renoncer à cette proposition. Nous saurions tous gré au président de la République française de faire ce geste indispensable.

Jean Daniel"


Les premières personnalités signataires :

Régis Debray
Jacques Delors
Gabriel Farhi (rabbin, responsable du Mouvement juif libéral de France, MJLF)
Stéphane Hessel
Jacques Julliard
Jacques Le Goff
Mona Ozouf
Alain Touraine
Georges Wajs (président du Cercle Gaston-Crémieux)
Pierre Rosanvallon
Jean Daniel

20 février 2008

Une bourde par jour ? Rama Yade serait victime de racisme

Yves Jego dénonçait les "forces secrètes", Roger Karoutchi le harcèlement, Voici Rama Yade qui suit son Patron de Président dans le climat général de paranoïa. La voilà qui attaque "une gauche qui s’en prend à elle parce qu’elle est noire"", en critiquant violemment l'un de ses adversaires - communiste - locaux.

Lors de cette réunion à Colombes samedi 16 février, dont des extraits ont été mis en ligne sur le site Internet du Parisien, Rama Yade évoque une visite improvisée à des squatteurs à Aubervilliers, peu après son entrée au gouvernement, qui lui avait valu les remontrances de François Fillon.

"Je suis allée voir et j’ai découvert que le maire qui avait fait ça, c’était un maire communiste", explique la secrétaire d’Etat aux droits de l’homme. "Cette gauche qui dit défendre les modestes, les minorités et les immigrés, c’est cette gauche qui s’en prend à moi, qui ne suis que numéro 3 de la liste, je le rappelle, qui s’en prend à moi parce que je suis noire", a-t-elle ajouté.

Dénonçant des propos d’une "rare violence", Philippe Sarre "trouve désolant que l’UMP en soit rendue à ce niveau et qu’un membre du gouvernement de la République n’ait pas d’autres arguments à faire valoir en direction des Colombiens"."En l’absence d’excuses publiques, nous nous réservons la possibilité de poursuivre en justice ces propos diffamants et souhaitons que chacun et chacune revienne à une attitude digne et responsable", conclut le candidat de gauche (source).
La video est consultable ici.

19 février 2008

Vigilance républicaine: les contre-appels de la sarkofrance


Création de groupes sur le réseau social FACEBOOK, contre-appel concocté pour la fin de la semaine, la riposte plus ou moins maladroite tente de s'organiser pour défendre Nicolas "Biquounet" Sarkozy.

Roger Karoutchi, déjà auteur d'une mémorable comparaison avec les années trente, a préparé l'appel suivant, mis en ligne par Marianne2.fr:

• Parce que la République et la démocratie doivent être constamment confortées et ne sont pas naturellement éternelles ;

• Parce qu'il est dangereux pour la démocratie d'utiliser et de multiplier les attaques personnelles contre le chef de l'Etat pour essayer de déstabiliser son action politique ;

• Parce qu'il faut respecter l'expression récente du suffrage universel, source et origine des pouvoirs du Président de la République, du Parlement et du Gouvernement ;

• Parce qu'il y a urgence à revenir à la confrontation des idées, des propositions et des projets, seule capable de faire prospérer la démocratie et seule à même de provoquer une mobilisation citoyenne quelle qu'en soit la sensibilité ;

• Parce qu'il faut raison garder et que les expressions de « Comité de vigilance » ou de « Résistance » ont une connotation historique reconnue ;

J'appelle tous les élus à restaurer le débat démocratique et républicain au-delà des appartenances partisanes, dans un esprit apaisé de recherche du bien commun.


Roger Karoutchi
Secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement


Les "amis de Rachida Dati pour Paris"
Subject: "Trop c'est trop! Contre le lynchage, je soutiens Sarkozy" Cher(e) ami(e), Alors que le Président de la République est la victime d'un lynchage politico-mediatique, je vous invite a rejoindre la "cause" facebook lancée ce week-end: "Trop c'est trop! Contre le lynchage, je soutiens Sarkozy." N'hésitez pas à mobiliser vos ami(e)s afin que les français ne se fassent pas voler leur vote du 6 mai 2007. A très bientôt ! Romain Mouton
http://apps.facebook.com/causes/view_cause/63245?recruiter_id=13568213


Sarkozy : 36% de satisfaits


Les baromètres se confirment les uns les autres. Sarkozy est à 36% d'opinions favorables dansl'un d'entre eux. «Ceux qui ont parlé à Villiers toucheront leur argent» explique Michèle Alliot-Marie à propos des délateurs de Villiers Le Bel. Un autre avoue sa franc-maçonnerie. Un troisième cumule une nouvelle mission pour Sarkozy. Bref, une journée ordinaire en Sarkofrance.
La cote du chef de l'Etat est en recul de 9 points en un mois, d'après un sondage BVA à paraître jeudi dans l'Express. Nicolas Sarkozy ne recueille plus que 36% de bonnes opinions, tandis que les avis négatifs bondissent de 10 points à 58%.

« Nicolas Sarkozy atteint un niveau d'impopularité rare pour un président de la République », commente le directeur de BVA, Jérôme Sainte-Marie, le chef de l'Etat se situant au niveau atteint par l'ex-président socialiste François Mitterrand après trois ans de mandat, en 1984, ou de Jacques Chirac, cinq mois à peine après son élection en 1995.
De son côté, "MAM", la ministre de l'Intérieur, a expliqué que les 3 personnes ayant donné les indices permettant l'arrestation de 33 habitants de Villiers Le Bel soupçonnés de participation active aux émeutes de décembre dernier, seraient rémunérées comme convenu.
Le «premier flic de France» a confirmé mardi que le montant total s'élèverait à «plusieurs milliers d'euros». Les «petits indics» ne toucheront pour leur part que «quelques centaines d'euros».
Xavier Bertrand a avoué être "franc-maçon". Une démonstration de franchise tout à son honneur, qui prépare sans doute sa promotion au poste de premier ministre au lendemain des élections municipales. la surprise est plutôt la date de sa "conversion": 1995. La bonne nouvelle vient de réaction aux positions sarkozystes sur la laïcité :
Avez-vous confié votre engagement à Nicolas Sarkozy?
Non.
Que pensez-vous de ses positions sur la laïcité?
Je ne souhaite pas vous dire plus que les raisons de mon engagement franc-maçon.
Jean-François Copé, maire de Meaux, avocat d'affaires, président du groupe UMP à l'assemblée nationale, préside désormais une commission composée de parlementaires de droite et de professionnels de l'audiovisuelle, "pour une nouvelle télévision publique" (mardi 19 février). une commission que Renaud Revel (l'Express) qualifie de simulacre.

Nicolas Sarkozy aime Thierry La Fronde.




NS attend le "Thierry la Fronde du futur".

Les médias et Sarkozy : on lèche, on lâche, on lynche

La formule est d'Arlette Chabot, lors de l'émission A VOUS DE JUGER jeudi 14 février sur France 2. Nous avons déjà évoqué le "retournement" opportuniste de certains journaux, et la vigilance constante de certains autres. En fait, la vraie vigilance vient d'une blogosphère désintéressée, souvent anonyme par précaution, toujours sincère sans ambition. Ca résonne dans les blogs, et la Sarkozie a les oreilles qui vibrent. Exemples

Exemple n°1: Les Forces secrètes
Ainsi avons nous été parmi les premiers à railler Yves Jego et sa théorie du complot: La Pire Racaille soulignait que Sarkozy n'est plus invincible. Je confirmais que nous cherchons bien à "abattre politiquement" Nicolas Sarkozy. Dagrouik s'amuse à nommer "l'armée du crime" qui sabote ainsi l'action présidentielle (les seniors, Villepin, Dupont-Aignant, Ségolène Royal, etc). Donatien enfonce le clou en soulignant que "la majorité n’a pas besoin d’opposition. Elle fait très bien ces conneries toute seule…"

Exemple n°2 : "Carla Bruni est une buse politique"
Quand l'épouse contractuelle du Président écrit pendant 5 jours une interview à l'Express, elle dérape (personnellement, je connais peu de personnalités politiques qui préparent à ce point leur dérapage !). Peuples.net lance la charge ("une couverture très classique destinée à rassurer l'électorat conservateur du 3ème et 4ème age de Nicolas Sarkozy"). J'en rajoute un peu. Le Fil anti-sarko s'en amuse.

Exemple n°3: Sarkozy voudrait que ma fille parraine un enfant juif mort en déportation.
Certes, je personnalise un peu. Wildo rappelle son expérience personnelle: "
Sarkozy est vraiment une catastrophe ambulante. Pas un gramme de psychologie de base. Je me souviens très bien de la première fois ou j'ai vu, seule un soir devant la télévision, les images tourné par les Américains des camps de Auschwitz et de Dachau. Je ne comprenais tout simplement pas ce que je voyais. J'étais dans un état de stupeur tétanisante." Marc Vasseur suggère moultes autres idées pour les élèves de CM2: la sécurité routière, le hooliganisme, le tabagisme, etc. Peuples.net dénonce l'instrumentalisation de la Shoah. Nicolas J trouve l'illustration qui fait mal. Raphaël Anglade fustige l'opportunisme présidentiel ("Donc un matin M. Sarkozy se lève en panne de sondage. Que faire ? Il faudrait une idée pleine de bons sentiments, émouvante, pleine de pathos... Et si possible un machin qui fusille l’opposition. Un truc contre lequel on ne pourrait rien dire. Des enfants ? Pas mal les enfants. Mais on a déjà fait plein de trucs sur la pédophilie, et en plus il n’y a pas de résultats. Il faudrait autre chose...").
Ma fille parrainerait volontiers un enfant juif déporté. Mais elle sait ce qu'est la Shoah. Nous en avons parlé. Le terrain est connu.

Bref, les blogs défoncent la Sarkofrance, jour après jour. Simplement en posant par écrit ce que l'équipe Sarkozyste avance, propose ou met en oeuvre. Sans plus.

Je comprend l'étonnement d'Arlette Chabot ("on lèche, on lâche, on lynche") devant l'attitude de la presse française à l'égard du Président. Mais la presse a besoin de vendre. la blogosphère vigilante n'a pas ses problèmes là.

Choisissez vos sources
...

Villiers Le Bel : qui a appelé les médias ?

Les réactions à la gigantesque opération de police à Villiers Le Bel lundi 18 février, sont surprenantes :

1. Les médias ont été invités
Leur présence en nombre au petit matin lundi 18 sur les lieux de l'intervention ne laisse aucun doute. La procureure en charge de l'énquête a nié que les ministères de la Justice ou de l'Intérieur aient invité la presse.


Marie-Thérèse de Givry, procureure de Pontoise, répond aux accusations de "mise en scène" de l'opération de police à Villiers-le-Bel qui a conduit à l'interpellation, lundi 18 février, de 33 personnes soupçonnées d'être impliquées dans des violences contre les forces de l'ordre les 25 et 26 novembre 2007: ""La justice n'a pas à cacher la façon dont elle interpelle les gens".
La mémorable Sylvie Noachovitch, ex-candidate UMP aux législatives et avocate de l'un des émeutiers exonère également le gouvernement : "cette fuite ne peut pas venir du gouvernement". Les syndicats policiers nient toute responsabilité, alors que LE MONDE les accuse. D'autres expliquaient ce matin qu'il vaudrait mioeux chercher du côté de l'entourage du Président (source FRANCE INTER).

2. Les 33 arrestations ont été permises grâce à l'appel au témoignage anonyme lancé après les émeutes de décembre.
Faut-il s'en réjouir ?

3. La mise en scène policière détruit les efforts de Fadela Amara.
Depuis janvier, la secrétaire d'Etat défend bec et ongle son plan "Banlieue Espoirs", et la volonté du gouvernement Sarkozy de reconsidérer les "quartiers". Après la déception sur les faibles moyens dédiés, il y a 10 jours, voici un retour aux démonstrations de force ultra-voyantes qui ne feront que crisper un peu plus les habitants.
"L'hostilité à l'égard des médias est palpable : Vous êtes contents, vous avez de belles images ?", interroge une mère de famille

18 février 2008

Sarkozy dans le Washington Post

Dans un article édifiant, John Ward Anderson de l'éminent Washington Post s'amuse du soap-opera à la Française et de la santé mentale du Président Sarkozy: "Actions prompt some to question his mental state" ("ses actions poussent certains à s'interroger sur son état mental")

"Depuis 9 mois, la présidence Sarkozy se compare de plus en plus à un mauvais soap-opera". Et le journaliste de raconter à ses lecteurs le harcèlement sur Internet dont Sarkozy fait l'objet, son augmentation salariale auto-octroyée de 172%, son attrait pour les jets privés, son idylle de 80 jours avec Carla Bruni qui se termine en mariage, etc.

If the French think they've seen everything, they can think again. Three books are just hitting the shelves that deconstruct the Sarkozy-Bruni love affair in glorious detail. Such as Bruni supposedly telling a friend, "I want a man with nuclear power." Such as the former model reportedly inviting Sarkozy up to her apartment for a cup of coffee when he drove her home after their first dinner together, and Sarkozy replying, "Never on a first date."

Commentaire: Le WASHINGTON POST fait peut-être partie de ces "forces secrètes" héritées des années 30 qui cherchent à harceler le Président.

17 février 2008

Roger Karoutchi: la honte.


Roger Karoutchi, secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, s'est permis une SALOPERIE. Sans conteste, sans honneur, sans complexe.

"Samedi 16 février, lors d'une réunion politique dans le IVème arrondissement de Paris où il était venu soutenir Vincent Roger, candidat UMP, Roger Karoutchi a comparé l'attitude des journalistes d'aujourd'hui à celle de la "presse des années 30". Se référant au SMS de Sarkozy à Cécilia, publié sur le site du Nouvel Observateur, et plus largement au "déballage médiatique" de ces "journalistes qui passent derrière vous dans les chambres", il a dit : "On a l'impression d'un vent de folie qui respire les années 30 avec ce que cela a de plus nauséabond"
(Source).


Lire aussi LA PIRE RACAILLE, ou Guy Birenbaum.

41ème semaine de Sarkofrance: Fillon président en 2012 ?


François Fillon est devenu, involontairement, le premier rival de Nicolas Sarkozy. Le Président élu il y a 41 semaines s'est emmêlé dans ses ambitions "bling bling, ray-ban, jet prêté et pépée italienne épousée en 6 semaines". Le 22 juin dernier, nous souhaitions que Nicolas Sarkozy "aille vite et fort", "afin de lever rapidement les malentendus". C'est chose faite. Nicolas s'est dépêché et quelquechose s'est brisé depuis décembre en Sarkofrance. François Fillon en est le grand vainqueur.

1. Sarkozy est sorti provisoirement de l'équation.
Un front commun, de Dupont-Aignant à Ségolène Royal, de Noël Mamère à Villepin, a lancé un "appel anti-Sarkozy" dans les colonnes de Marianne, expliquant que Nicolas Sarkozy a instauré une monarchie républicaine qui met à mal notre démocratie.
Simone Veil, la caution morale de Nicolas Sarkozy, s'est indignée du dernier vacarme de Sarkozy sur la Shoah. Nicolas Sarkozy l'avait appelée en renfort au lendemain de sa proposition de Ministère de l'Identité Nationale pendant la campagne électorale. Le boomerang a mis un peu moins d'un an à lui revenir dans la face. Localement, les candidats UMP au scrutin municipal cachent leur logo présidentiel. Bref, Sarkozy est devenu un handicap général.

2. Les Sarkozystes ont tenté de riposter avec la théorie du complot.
Rama Yade avait lancé la charge contre les journalistes charognards, lundi dernier, au micro de RTL. Belle bourde, les charognards s'attaquent à des animaux blessés ou morts. Sarkozy serait il affaibli à ce point ? Le Président appréciera l'avis de décès !
D'autres proches du Président, secoués par leur chef, se sont joints à la défense la semaine dernière: poser Sarkozy en victime est un classique. Yves Jego préfère dénoncer les "forces secrètes". Tiens, il ne parle pas de complot islamique ou judeo-maçéoniques. A le lire, une grande coalition underground s'est créée, des "intellos gauchistes" aux cheminots et aux chauffeurs de taxis (ah, non, pardon, les chauffeurs de taxi, ils ont paralysés Paris, Sarko a lâché et ce sont donc les nouveaux amis de l'UMP).
Vendredi 15 février, Fillon a contre-attaqué: "Cet acharnement que mettent certains responsables politiques qui n'ont pas été élus par les Français (...) à tenter de déstabiliser le président de la République est de mon point de vue profondément choquant et profondément anti-démocratique"

Sarkozy serait-il injustement harcelé ? Pauvre biquounet. Comme on dit dans la cour d'école de mes enfants, "fallait pas commencer, gamin !". On finit même par se moquer de ses difficultés érectiles ! Damned !

3. François Fillon est populaire, pas sa politique.
Fillon bénéficie de la chute de son chef. Après tout, il a l'air sobre et calme. Et il gère son gouvernement pendant que l'autre fébrile s'agite à raison de 2 promesses vite oubliées par jour.
Le 30 septembre dernier, nous écrivions: " l'impression est réelle: Sarkozy accélère pour éviter de trébucher. Pour la première fois depuis le 7 mai, la presse se fait l'écho de ses premiers échecs, de sa nervosité croissante en public. Paradoxalement, Sarkozy tient ses promesses de moyens, pas de résultat." Depuis 41 semaines, Fillon gère cette fébrilité présidentielle, et les Français lui en sont reconnaissants.

Sarkozy annonce-t-il sans prévenir que l'audiovisuel public n'aura plus de recettes publicitaires ? Fillon et Albanel tentent d'amortir le choc. Sarkozy traîne-t-il à lancer la réforme des retraites ? Fillon lui grille la politesse à Sarkozy en septembre dernier. Sarkozy annonce-t-il la tenue de carnets de notes, confiés à un cabinet privé, pour évaluer les ministres ? Fillon fait le gros dos.

Pourtant, les sondages ne révèlent aucun jugement favorable sur la politique menée. La croissance est faible, les marges de manoeuvre fiscales sont nulles. Les Français doutent de la compétence de l'équipe en place.
Cette semaine a vu l'adoption d'une loi sur la rétention à vie. On aurait dit que Rachida Dati s'excusait de la faire voter. La chasse aux sans-papier se poursuit, avec son lot de drames et de révoltes.

4. Carla Bruni veut aider son nouveau mari, et trébuche !
Cette semaine, la nouvelle épouse du Président a pris la parole, histoire de rassurer l'électorat senior déboussolé d'avoir fait connaissance avec tous les slips de bains de la dame depuis Noël. Patatras, Carla Bruni fait un rapprochement douteux entre le Nouvel Obs et les flics de Pétain...Et pourtant, elle a mis 5 jours à écrire son interview !

Bref, c'est un curieux quinquennat qui se déroule sous nos yeux. Jacques Chirac, avec les grandes grèves de 1995, ou Dominique de Villepin, avec les manifestations anti-CPE, avaient eux aussi touché le fonds de l'impopularité très rapidement après leur entrée en fonction. Mais il y avait eu combat. Nicolas Sarkozy n'a pas eu cette gloire.
Il s'est immolé tout seul comme un grand. Il est évidemment trop tôt pour deviser sur la prochaine présidentielle. Nicolas Sarkozy est certainement l'une des meilleures bêtes politiques quand il s'agit de conquête et d'élection. Mais Il a fait preuve de son incapacité à gérer. Sarkozy est un Président incompétent.

Purge en Sarkofrance: après Martinon, Dati ?


Une révolution de palais se déroule sous nos yeux. L'excellent Bakchich raconte comment Rachida Dati, "la meilleure amie de Cécilia" Sarkozy, pourrait être la prochaine victime du divorce présidentiel.

La semaine dernière, le week-end avait début par un sondage "confidentiel" publié par le Figaro, qui annonçait la défaite de David Martinon, porte-parole de l'Elysée et proche de l'ex-épouse de Nicolas Sarkozy. On connaît la suite. Lundi, Martinon jettait l'éponge et mercredi il partait en vacances.

Ce samedi, le JDD publie à son tour un sondage (certes moins catastrophique) annonçant la le probable ballotage de Rachida Dati dans le 7ème arrondissement de Paris. Le début de la disgrâce ?

"L'anniversaire surprise" de Nicolas Sarkozy organisé par Carla Bruni le 28 janvier dernier avait déjé "glacé" Rachida Dati:
Toujours pimpante, élégante et de Dior vêtue, Rachida ne peut qu’être flattée d’être associée à cette soirée qui rassemble la famille des nouveaux intimes du Président et de sa promise. Le spectacle qu’elle découvre va pourtant la glacer. La mariée a pris grand soin d’inviter les meilleurs ennemis de la Garde des sceaux : « l’insupportable » et pourtant délicieuse Rama Yade, déjà, qui ne fait pas partie en principe des historiques. Et dont la présence aurait été accueillie par Rachida d’un « mais qu’est-ce qu’elle fait là, celle-là ? » (source).
Tous les membres de la "Firme" étaient là. La "Firme" désigne le groupe des fidèles de Sarkozy que Cécilia méprisait et avait écarté à son retour auprès de Nicolas (Laurent Solly, Frédéric Lefebvre, Brice Hortefeux, etc).

Elle ne désespère pas de prendre le ministère de l'Intérieur après les élections municipales. mais la tâche sera rude.

Les ennemis sont sortis du bois, et la purge a commencé.

16 février 2008

A vous de juger: Xavier Bertrand pilonné par Moscovici

Xavier Bertrand promet qu'il n'y aura pas d'augmentation des impôts en 2008.




Au passage, il avaoue qu'il ne sert rien d'augmenter l'âge de départ à la retraite au-delà de 60 ans... puisque les Français partent en moyenne vers 57 ans !
A la bonne heure !

Bourde: le président de l'Assemblée Nationale charge Henri Guaino



Lors d'un colloque sur les institutions, Bernard Accoyer n'a pas apprécié qu'un haut fonctionnaire, qui n'est autre qu'Henri Guaino, ait pu qualifier le Parlement de "groupe de pression."
Merci à politique.net

Promesse non tenue: la suite du Grenelle de l'Environnement

Les associations écologistes, Greenpeace en tête, participantes au Grenelle de l'environnement qui s'est cloturé en octobre dernier, dénoncent la non-tenue des engagements en matière de transports.

Mercredi 13 février, à l’issu d’une journée de réunion, les représentants de trois syndicats (CGT, CFDT et CFE-CGC) et de sept associations (Amis de la terre, Fédération nationale des associations d’usagers des transports, Fondation Nicolas Hulot, France nature environnement, Greenpeace, Réseau Action Climat France, WWF) ont rappelé leur volonté de concrétiser l’objectif du Grenelle de réduire de 20 % dans un premier temps les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports d’ici à 2020.

« La future loi de programmation doit confirmer les déclarations d’intentions ambitieuses affichées par le Grenelle, ce qui suppose une véritable rupture dans l’organisation de notre système de transports, souligne Anne Valette, chargée de campagne Climat à Greenpeace France. Or aujourd’hui c’est l’inverse qui se produit, avec la poursuite du projet de l’A 65, la décision de construire un nouvel aéroport en Loire-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes ou encore l’absence de traduction budgétaire d’un certain nombre de mesures annoncées… »

Fort du travail commun effectué durant le Grenelle, syndicats et associations ont décidé d’agir ensemble pour peser sur le débat parlementaire à venir et sur la présidence française de l’Union européenne au deuxième semestre 2008, et plus particulièrement sur les textes relatifs à l’euro-vignette poids lourds et à l’efficacité énergétique des voitures. En France, les transports constituent le secteur le plus polluant. Ils représentent 26 % de nos émissions, et 14 % sont dus aux voitures particulières. En Europe, les émissions de CO2 liées aux transports ont augmenté de 26 % de 1999 à 2004. « Il faut d’urgence inverser cette tendance. La France du Grenelle doit peser pour que l’Europe adopte une réglementation qui fixe les émissions moyennes de CO2 du parc automobile à 120 grammes par kilomètre d’ici à 2012 (contre 160g/km aujourd’hui), et 80g/km à l’horizon 2020, reprend Anne Valette. Tout objectif en deçà de cette limite ne tiendrait pas la route. En la matière, chaque gramme de CO2 compte. »


Vigilance républicaine : tous ensemble


Marianne a publié l'appel à la Vigilance Républicaine d'une vingtaine de personnalités de tous bord. Bravo. Merci. Un modèle pour tous.

"Les soussignés se réclament de sensibilités très diverses, et ils ont sur un certain nombre de sujets importants des positions très différentes, mais ils ont malgré tout en commun un certain nombre de convictions et de valeurs qu'ils entendent réaffirmer."



- Leur attachement au principe républicain et, en conséquence, leur refus de toute dérive vers une forme de pouvoir purement personnel confinant à la monarchie élective.

- Leur attachement aux fondamentaux d'une laïcité ferme et tolérante, gage de la paix civile.

- Leur attachement à l'indépendance de la presse et au pluralisme de l'information.

- Leur attachement aux grandes options qui ont guidé, depuis cinquante ans, au-delà des clivages partisans, une politique étrangère digne, attachée à la défense du droit des peuples et soucieuse de préserver l'indépendance nationale et de construire une Europe propre à relever les défis du XXI° siècle.



Au-delà de leurs divergences, les soussignés tiennent à rappeler leur engagement à défendre, séparément ou ensemble, ces impératifs, comme toujours cela fut fait au cours de l'Histoire de la République.

Pierre Lefranc, ancien chef de cabinet du Général de Gaulle
Dominique de Villepin, ancien Premier ministre
Ségolène Royal, ancien ministre, Présidente de la région Poitou-Charentes
François Bayrou, ancien ministre, député des Pyrénées-Atmantiques
Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre
Corinne Lepage, ancien ministre
Nicolas Dupont-AIgnan, député de l'Essonne
Bertrand Delanoë, maire de Paris
Maurice Leroy, député de Loir-et-Cher
Nöel Mamère, député de la Gironde
Jean-Christophe Lagarde, député de la Seine-Saint-Denis
Marielle de Sarnez, conseillère de Paris
André Gérin, député du Rhône
Arnaud Montebourg, député de la Saône-et-Loire
Jacqueline Gourault, sénatrice du Loir-et-Loire
Jean-Pierre Brard, député de la Seine-Saint-Denis
Jean-Paul Bled, président des Cercles universitaires d'études et de recherches gauliennes


Parrainage d'enfants déportés : Sarkozy a réussi son vacarme

Affaibli dans les sondages, questionné sur sa capacité à gouvernement jusque dans les rangs de sa majorité, mis à mal dans son action, Nicolas Sarkozy a trouvé la parade, la vraie diversion, le vacarme efficace: il a lancé l'idée, mercredi 13 février lors du dîner du CRIF, de faire parrainer chacun des 11 000 enfants juifs de France déportés pendant la seconde guerre mondiale par un élève de CM2. La polémique fut immédiate, dépassant le clivage droite/gauche.

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) a émis des doutes mesurés :
"Depuis toujours la LICRA œuvre à maintenir vivante la mémoire des victimes de la Shoah, à lutter contre le négationnisme, à encourager le travail historique, à contribuer à l’enseignement raisonné de cette page de notre histoire. C’est pourquoi, forte de son expérience, la LICRA se considère en droit d’exprimer des doutes sur la pertinence du projet soumis par la président de la République lors du dîner annuel du Crif, le 13 février dernier, certainement motivé par de louables intentions.

L’enseignement de l’histoire de la Shoah ne saurait passer prioritairement par le recours à l’émotion car cela conduit à tous les anachronismes et confusions puisque le temps est aboli par l’approche identificatoire. Profiter de l’immaturité psychologique de jeunes élèves de cm2 ne nous paraît pas judicieux si c’est l’histoire que l’on veut transmettre. Est-il sage, à l’âge où l’enfant construit sa personnalité, de lui demander de s’identifier à un enfant mort et porter la responsabilité d’être le « gardien » de son souvenir ? Enfin, par cette injonction à destination du monde scolaire émanant du politique, la LICRA s’inquiète de voir offerte une nouvelle occasion d’expression à ceux, élèves ou adultes, qui contestent les contenus d’enseignement relatifs à la Shoah.
"
François Hollande et Malek Boutih se sont félicités.
François Bayrou a dénoncé "un mélange des genres entre émotion et Histoire qui pose de lourdes questions". Ségolène Royal est également opposée: "Cette façon de faire traduit un manque de respect et une étonnante légèreté"

Simone Veil a peut-être porté le coup de grâce éthique à cette proposition Bling Bling :
«C’est inimaginable, insoutenable, dramatique et, surtout, injuste. On ne peut pas infliger cela à des petits de dix ans! On ne peut pas demander à un enfant de s’identifier à un enfant mort. Cette mémoire est beaucoup trop lourde à porter. Nous mêmes, anciens déportés, avons eu beaucoup de difficultés, après la guerre, à parler de ce que nous avions vécu, même avec nos proches. Et, aujourd’hui encore, nous essayons d’épargner nos enfants et nos petits-enfants. Par ailleurs, beaucoup d’enseignants parlent -très bien- de ces sujets à l’école»

Elle pose même le débat là où cela fait mal: «Comment réagira une famille très catholique ou musulmane quand on demandera à leur fils ou à leur fille d’incarner le souvenir d’un petit juif?»

Commentaire : Ma fille a 10 ans. Nous avons déjà parler de la Shoah. Des familles exterminées. De la seconde guerre mondiale. Elle a pleuré. C'est une discussion qui se prépare, se discute, en tête à tête. Cela choque. Inutile d'en faire une manoeuvre politique.

Et il dommage que certains dans l'opposition s'engouffrent dans le futile débat des "pour ou contre". La Shoah est quelque chose de trop sérieux pour laisser un Président Bling Bling s'en servir.

PS: John Naima, un jeune Kényan de 19 ans, débouté de sa demande d'asile, s'est suicidé par pendaison, vendredi 15 février dans l'appartement qu'il occupait à Meudon. Voilà qui mérite débat, indignation et mobilisation.