10 février 2008

40ème semaine de Sarkofrance : un président anxiogène


Cette 40ème semaine est marquée par l'anxiété. Sarkozy est fébrile, les Sarkozystes sont nerveux, l'UMP est anxieuse, nous sommes inquiets.

1. On sait ce qu'il n'a pas fait
On pourrait parler de l'enterrement du Grenelle de l'Environnement par le Sénat, des ratés de l'ouverture politique, de la poursuite de la Françafrique (comme récemment au Tchad), Le Président n'a pas (encore ?) tenu une promesse, celle du pouvoir d'achat. Ce premier échec est réel. Le paquet fiscal de l'été 2007, débattu dans l'urgence de juillet, dans une session extraordinaire du Parlement, n'a pas produit les effets escomptés: le marché immobilier reste prohibitif pour les classes moyennes malgré (ou à cause de) la défiscalisation partielle des intérêts d'emprunt immobilier, la croissance est en berne. Le bouclier n'a jamais eu d'autre ambition que de réduire la facture fiscale des amis de François Pinault. La défiscalisation des heures supplémentaires n'a eu aucun impact, à l'exception de creuser un peu plus le déficit des comptes sociaux (sécu, retraites).

Pire, les caisses sont maintenant vraiment vides. Un aveu présidentiel quelques 6 mois avoir supprimer 14 milliards d'euros de recettes fiscales par des allègements douteux. Ségolène Royal a eu le mot juste : Sarkozy est devenu "Monsieur Taxes". Que peut il faire d'autre ?

40 semaines après l'élection, un second paquet de mesures a été enfin adopté pour soutenir le pouvoir d'achat. Nous en avons déjà parlé. On peut craindre son inefficacité.

3. On sait ce qu'il a fait.
Outre le Traité Européen, sans référendum comme promis, et le plan Alzheimer "grâce" au franchises médicales, Nicolas a surtout appliqué la partie sécuritaire de son programme. Cette semaine, la loi sur la rétention de sûreté a été adoptée par le Parlement. En 9 mois, le Président a brisé à trois reprises l'éthique républicaine: la loi sur l'immigration, avec notamment ses tests ADN et ses quotas ethniques, a cassé l'ambition d'intégration en créant une ségrégation injustifiable par le sang et l'origine. Les peines plancher ont cassé l'autonomie du juge. La rétention de sûreté est la plus grave: la justice cherchait à punir le coupable. Elle cherchera désormais à écarter le "dangereux". L'administration Bush justifie l'enfermement à Guantanamo avec les motifs.

C'est bien le drame du Sarkozysme : il a voulu justifier les moyens par la fin. Mais il a échoué sur la fin : les objectifs de reconduite à la frontière n'ont pas été tenus en 2007, malgré une mobilisation des moyens de l'Etat de l'ordre inégalée depuis des décennies. Il a perdu l'honneur, sans gagner l'efficacité.

1. On se demande ce qu'il fait
Qu'il s'agisse de sa vie privée ou de son action politique, Nicolas Sarkozy inquiète. Il paraît fébrile ou nerveux.
- Qu'un site internet mentionne l'envoi d'un SMS - vous avez bien lu, un site internet - et le voici portant plainte pour "faux et usage de faux." Qu'il constate qu'un de ses homologues européens a un avion plus gros que le sien à un récent sommet, et le voilà qu'il demande un gros Boeing.
- Que Cécilia le plaque en plein automne, lassée que l'hypocrisie nécessaire à la campagne présidentielle se poursuive au-delà de l'été, et le voici qu'il cherche la vengeance, trouve Carla Bruni, la drague et l'épouse en moins de 7 semaines, contrat d'exclusivité pendant 4 ans compris. pas de fiançailles, non. On est pressé. il faut se marier avant que Cécilia ex-Sarkozy n'officialise son union avec l'homme de sa vie, Richard Athias.
- Que les sondages persistent à baisser, et voici venu Noël en février. Nicolas Sarkozy distribue les cadeaux à son électorat, et les baffes à ses proches, en attendant un probable remaniement ministériel et un plan de rigueur : "La colère de Nicolas Sarkozy, lors du dernier conseil des ministres, a impressionné tous les participants" rapporte Bakchich

2. On se demande où il va
En 2007, les Français ont confondu volontarisme et fébrilité. Sarkozy ne sait pas prendre du recul. Il corrige sa trajectoire en courant. Il change de direction sans ralentir. La base UMP est déboussolée. La discorde enfle entre les ministres : Xavier Bertrand laisse courir le bruit que sa collègue Christine Lagarde va démissionner. Fadela Amara se fait redressée par Christine Boutin.
David Martinon, son fils spirituel et porte-parole, pourrait abandonner la campagne municipales à Neuilly-Sur-Seine (un comble !). Françoise de Panafieu n'affiche pas de logo UMP sur son site de campagne ou ses tracts. Les Sarkozystes ont-ils disparu ?
Certains témoignages au sein de l'Elysée sont éloquents: «Irrespirable… Tout le monde a la trouille de s’en prendre plein la tête. Si les municipales sont mauvaises, ça va être sanglant», rapporte vendredi 8 février un conseiller du Président au quotidien Libération.

Nicolas Sarkozy est devenu anxiogène : pour sa majorité, qui se cache pour les prochaines élections; pour les Français interrogés à chaque sondage, qui s'inquiètent de son manque de sang froid. Si l'on sait ce qu'il a fait et ce qu'il n'a pas fait depuis 9 mois, on s'interroge sur la suite et sa capacité à tenir 4 ans. Après tout, Chirac nous a appris que l'immobilisme pendant un mandat entier est largement possible...

Ami Sarkozyste, il est temps de changer de camp.

Reste à droite si tu veux, mais reste digne.

Crédit Photo : Juan de Sarkofrance

3 commentaires:

  1. Hollande: sarkozy est en "surendettement politique". C'était dit sur "sauce" il y a... 2 mois pile!

    RépondreSupprimer
  2. http://tunisie-harakati.mylivepage.com

    Les paroles étaient trop facile pour Sarkozy aujourd'hui il a le retour du bâton. Il a trop rassuré et rien donné, il retourne sur le terrain pour marquer des points mais il n'a pas encore compris que nous attendons des résultats et non plus du bla, bla....le fait divers de madame Harakati Sameh aurait dû être pour lui l'occasion de modifier sa politique étrangère en faisant un geste pour l'aider.
    Seulement il est égal à lui même.

    http://tunisie-harakati.mylivepage.com

    RépondreSupprimer
  3. ...1577 jours... et la France sera libérée !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.