21 février 2008

"Non, vous n'avez rien compris": quand il faut nier en Sarkofrance


Ces derniers jours, on a beaucoup nié et démenti en Sarkofrance: non, nous n'avons rien compris, rien appris, rien entendu: fraude aux ASSEDIC, soutien des sectes par l'Elysée,


1. Non, le député-maire UMP n'a pas fraudé les Assedics
L'Assedic a dédouané Gérard Gaudron, le député-maire qui a perçu des allocations chômage.
«Son cas a fait l'objet de l'établissement d'un "trop perçu" qui donnera lieu à un remboursement des sommes concernées comme l'allocataire s'y est de lui-même engagé», a précisé l'Assedic. Elle rappelle que «le maire d'une commune de moins de 100.000 habitants (comme Aulnay-sous-Bois) peut cumuler son indemnité d'élu municipal avec une allocation chômage», ce qui est «en revanche interdit» pour un parlementaire. Gaudron, élu en juin 2007, a bien signalé sa situation en septembre 2007 par un courrier à la direction départementale du travail, confirme l’organisme (source).

Par ailleurs, la mention de cette information de cumul "indemnités-salaires" de la part d'un élu cumulard sur le blog LES BREVES DE SARKOFRANCE a suscité des commentaires acides et hargneux. En langage blogosphérique, on appelle cela des "trolls".

2. Non, Emmanuelle Mignon, chef de cabinet de Sarkozy, n'a pas dit que les sectes étaient un «non-problème»

« En France, les sectes sont un non-problème », a déclaré Emmanuelle Mignon, la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, dans une interview à «VSD» *. Sollicitée dans le cadre d’un article intitulé « Scientologie : la secte américaine vise la respectabilité. Pourquoi la France laisse faire », Emmanuelle Mignon affirme : « Quant à la scientologie, je ne les connais pas, mais on peut s’interroger. Ou bien c’est une dangereuse organisation et on l’interdit, ou alors ils ne représentent pas une menace particulière pour l’ordre public et ils ont le droit d’exister en paix.»

Dès la parution de l’article ce 20 février, ces propos ont suscité une série de réactions. L’intéressée par le biais d’un communiqué de l’Elysée a démenti avoir fait de telles déclarations, assurant « n’avoir jamais tenu les propos qui (lui) sont prêtés par l’hebdomadaire “VSD” ». « Interrogée de manière informelle sur les positions du président de la République, j’ai rappelé la position constante de Nicolas Sarkozy sur ce sujet », a-t-elle ajouté. Pour sa part, «VSD»” maintient, dans un communiqué, les informations publiées : « M. Emmanuel Fansten, journaliste à “VSD, a rencontré Mme Emmanuelle Mignon à son bureau de l’Élysée le mercredi 6 février, de 11 heures 15 à 12 heures. La rédaction de “VSD” confirme que les propos cités dans l’entretien ont bien été tenus dans le cadre de ce rendez-vous.» (source VSD)


3. Non, Jean-Luc Fromentin, candidat "officiel" de l'UMP à la mairie de Neuilly-sur-Seine, n'est pas soutenu par la famille Sarkozy.
On aurait pu le croire. Mais non, nous nous sommes trompés. Jean Sarkozy déclarait sa candidature au canton sud de Neuilly, grâce au désistement local du rival de Fromentin, Arnaud Teullé. Et la mère du Président assistait à un meeting de soutien au même Teullé, décidemment très apprécié par la famille de Nicolas Sarkozy. Qu'en pense Carla Bruni ? (italienne, elle vote dans le ... 16ème arrondissement).
(...) Qu'en pense Arnaud Teullé qui avait été initialement investi par l'UMP dans ce canton ?

Bien sûr, c'est une décision prise en accord avec Arnaud. Il a fait le choix de se présenter aux élections municipales et veut y consacrer toute son énergie.
Qui allez-vous soutenir entre Arnaud Teullé et Jean-Christophe Fromantin, le candidat investi par l'UMP ?
Je vais respecter la plus grande neutralité. Je ne souhaite pas intervenir dans le débat des municipales. Je réserverai à l'isoloir le secret de mon vote.

Vous faisiez équipe avec David Martinon et Arnaud Teullé. N'avez-vous pas l'impression d'avoir trahi l'un puis l'autre ?
Je n'ai jamais trahi personne. Je regrette sincèrement l'incompréhension qui s'est installée. J'ai apporté à la campagne ma contribution franche et loyale. J'ai averti très régulièrement le candidat des problèmes que nous rencontrions. Je l'ai fait de la façon la plus franche qui soit. (...)
Source: LE FIGARO


4. Non, nous n'aurons pas de rigueur budgétaire après les élections municipales.
François Fillon, répondant aux soupçons, dément tout plan de de rigueur post-électoral dans le FIGARO MAGAZINE du 15 février. Xavier Bertrand s'était livré au même exercice sur France 2 il y a 8 jours.
Les socialistes vous accusent de préparer un plan de rigueur !
Les socialistes se trompent, et ils le savent. Le budget 2008 a été voté, il sera appliqué sans changement de cap.

Même après les municipales ?
Bien sûr ! Quelle est la politique économique et financière que nous menons ? Travailler plus, investir plus et dépenser moins.

Travailler plus grâce à la libération des heures supplémentaires, des comptes épargne-temps et des RTT, au meilleur accompagnement des demandeurs d'emploi avec la fusion ANPE-Unédic, à la modernisation du contrat de travail, qui sera mise en œuvre au printemps, à la réforme de la formation professionnelle et à celle du dialogue social, qui permettra de négocier le régime des heures supplémentaires dans l'entreprise.

Investir plus grâce aux mesures de cet été sur l'ISF, celles destinées à tripler le crédit impôt recherche, mais aussi la revue générale des prélèvements obligatoires. Celle-ci va se traduire par des mesures qui placeront la fiscalité des entreprises françaises dans la moyenne européenne. Le Président s'est engagé sur la suppression de l'impôt forfaitaire annuel en 2009. Au printemps, Christine Lagarde fera des propositions sur l'impôt sur les sociétés, la taxe professionnelle, pour une application au budget 2009. Sans oublier l'autonomie des universités et l'effort considérable d'investissement sur la recherche et l'enseignement supérieur.

Dépenser moins grâce au gel des dépenses publiques en volume pendant cinq ans, qui n'a jamais été fait jusqu'à maintenant dans notre pays, à la révision générale des politiques publiques, et à la réduction du nombre des emplois publics. Dans le budget 2008, un fonctionnaire sur trois partant à la retraite n'a pas été remplacé. Dans le budget 2009 la règle sera de un sur deux. Car on anticipe les réformes de structures que nous sommes en train de réaliser. Grâce également à l'évaluation des politiques publiques, la mise en œuvre du budget pluriannuel sur trois ans, et le chantier ouvert par le Président sur les retraites et la protection sociale avec les partenaires sociaux. L'objectif est clair : assurer l'équilibre des comptes sociaux.
(source LE FIGARO)



5 commentaires:

  1. ça patine
    ça patine
    Je m'attend à une manf de folie pour défendre la laïcité

    RépondreSupprimer
  2. La Sarkofrance part en sucette. Personnellement, j'aurais cru que ça durerait plus longtemps.

    Mais l'autre en a encore pour au moins 4 ans. Le néant seul sait ce qu'il risque encore d'inventer ou de faire...

    RépondreSupprimer
  3. Cela va durer, et durer, et durer...

    RépondreSupprimer
  4. salut juan, un blogueur de gauche a un proces intenté par le porte parole de l'UMP. je me suis occupé de son cas. Si cela te dit, tu peux y remettre une couche

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.