3 mars 2008

Defiscalisation : Sarkozy se rend compte de son erreur

Le gouvernement Sarkozy ne reconnaitra pas son erreur en matiere de défiscalisations massives (sur les heures supplémentaires, les primes de 1000 euros, les intérets d'emprunts immobiliers, l'élargissement du bouclier fiscal et des exonérations de droits de succession,etc).
Mais un revirement idéologique majeur de la stratégie fiscale du gouvernement est en passe de s'opérer sous nos yeux.

1. Les défiscalisations n'ont pas permis une baisse particuliere du chômage, ni une reprise de l'activité économique.


2. Les défiscalisations ont contribué a déséquilibrer les comptes sociaux et publics. Nous avons largement traité ce point.

3. Les défiscalisations n'ont pas empeché la création d'impots nouveaux et injustes (i.e. Non proportionnels aux ressources), comme les franchises médicales.

4. Voici que Nicolas sarkozy envisage de supprimer la défiscalisation de l'épargne salariale.
Chaque année, quelques 15 milliards d'euros sont consacrés par les entreprises a l'intéressement et la participation par les entreprises. Ces sommes sont bloquées 5 ans en contrepartie d'exonérations fiscales (hors CSG et CRDS). Ces deux dispositifs concernent les moyennes et grandes entreprises. Le gouvernement souhaite les assujetir aux cotisations sociales et a l'impot, en contrepartie d'un déblocage immédiat. Il ferait ainsi d'une pierre deux coups : il donnerait l'illusion d'une augmentation du pouvoir d'achat (faut il rappeler que ce n'est qu'une illusion ? Ces sommes appartiennent déjà aux salariés concernés), et il renfloue un peu les caisses "vides" de l'Etat.

"Il faut bien trouver de nouvelles recettes pour les retraites" explique le député UMP et confident du Président Frédéric Lefebvre (source Le Monde 1er mars 2008).

Effectivement, "il faut bien."

5. Bizarrement, les indemnités départ ne font pas partie des pistes fiscales a l'étude. On apprenait ces derniers jours que Denis Gautier-Savagnac, contraint a la démission pour "abus de confiance" dans l'affaire des retraits d'argent suspects de l'organisation patronale UIMM, avait négocié 1,5 millions d'euros d'indemnités de départ. Un vrai divorce a l'amiable totalement défiscalisé !
Quelques cotisations retraites sur une si jolie somme aideraient grandement les comptes publics...

Ami sarkozyste, ou es tu ?

3 commentaires:

  1. Je ne crois pas que Sarkozy conçoive les baisses d'impôts pour les riches comme une erreur.
    Pour lui, il s'agit bien de faire une ségrégation entre les riches et les pauvres.

    RépondreSupprimer
  2. ce n'est pas une; erreur

    RépondreSupprimer
  3. Bravo de rappeler que les golden parachutes sont nets d'impôts !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.