7 juin 2008

57ème semaine de Sarkofrance : "vous saviez ?"


Avez vous remarqué ? A chaque coup dur gouvernemental, donc très régulièrement, Nicolas Sarkozy ou l'un de ses ministres nous expliquent qu'ils ne font qu'appliquer le programme présidentiel, que les Français ont voté en connaissance de cause, que les promesses sont tenues. Bref, "nous savions, vous saviez." Donc il n'y a aucune raison de se plaindre.

Pour cette 57ème semaine de Sarkofrance, nous savions effectivement beaucoup de choses.

Saviez-vous... pour le Bling Bling ?
La pause dans l'exubérance de paillettes n'a eu qu'un temps. Nicolas Sarkozy et son épouse font à nouveau la une des magazines. Carla Bruni a confié ses secrets à quelques journalistes, et se fait prendre en photo dans le Fauteuil Présidentiel devant un Nicolas Sarkozy souriant. Elle nous apprend même qu'"Il a cinq ou six cerveaux remarquablement irrigués."
Nous savions évidemment que Nicolas Sarkozy aimait les femmes, ou qu'il avait un besoin à la fois narcissique et politique d'exhiber sa vie privée sous les flashes des photographes.

Saviez-vous... pour la politique d'immigration ?
C'était dans son programme. Nicolas Sarkozy a créé ce ministère d'un autre âge, "l'Identité Nationale", durcit le regroupement familial, fixé des quotas d'expulsions de clandestins, défini des quotas d'emploi par pays. Nous savions que cette "politique du chiffre" génèrerait des tensions, des dérapages, des douleurs. Nous savions qu'elle était un gage essentiel à l'électorat frontiste du Président. A l'approche de la présidence française de l'Union européenne, Sarkozy veut exporter son modèle ailleurs en Europe.

Saviez-vous... pour Rachida Dati ?
La nomination de Rachida Dati à un la tête d'un ministère régalien en juin 2007 était un signe formidable... pour l'image. Pour le reste, la personne était déjà porte-parole du candidat Sarkozy. On connaissait ses bourdes. On connaissait son parcours. On savait qu'elle était la "médaille beurette" que le Ministre de l'Intérieur avait très tôt accrochée à sa veste quand il visitait les banlieues. Il ne fallait pas attendre Rachida Dati sur le fonds.
Un an à peine après sa nomination au poste de Garde des Sceaux, l'état de grâce est bien loin. Nous ne savions pas que son échec pouvait être aussi rapide et patent : elle est l'icône de Dior pour les Guignols de l'Info, la risée des gazettes. Ses volte-faces opportunistes agacent jusque dans son camp. Ses bourdes inquiètent Sarkozy. Elle s'est mise à dos l'institution judiciaire, la moitié de son cabinet l'a quitté, elle dérape à l'Assemblée.

Saviez vous .. pour les inégalités ?
L'été dernier, Nicolas Sarkozy a fait adopter un "paquet fiscal" qui prévoit , notamment, l'éxonération partielle des droits de succession, et le renforcement du bouclier fiscal (de 60% à 50%). Il applique son programme. La droite au pouvoir était déjà responsable d'une forte augmentation des niches fiscales, entre 2003 et 2008, dont leur coût est passé de 50 milliards d'euros en 2003 à 73 milliards en 2008. En mai 2008, le gouvernement fait mine de découvrir que les défiscalisations en tous genres font du mal au budget de l'Etat. Nous savions aussi que le gouvernement réduirait le nombre de fonctionnaires, et plus particulièrement d'enseignants. Les lycéens et leurs professeurs protestent. Mais ils savaient.

Saviez-vous... pour le déficit budgétaire ?
Le candidat Sarkozy avait promis fromage et dessert : on travaillerait plus, on gagnerait plus et il réduirait les prélèvements obligatoires de 68 milliards d'euros en 5 ans. Nous savions qu'il enterrerait les 35 heures sans le dire. L'UMP fait une fixette idéologique sur un dispositif qui ne concerne même pas la majorité des actifs en France.
Finalement, le déficit budgétaire se creuse: on l'a annoncé à 45 milliards d'euros cette semaine. Êtes-vous surpris ? A force de défiscaliser à tout crin, les ressources publiques font défaut.

Saviez-vous... pour le pouvoir d'achat ?
Le plus embêtant est certainement que nous n'avons pas eu davantage de pouvoir d'achat pour autant ! Depuis un an, le Président peine à convaincre de ses mesures en faveur du pouvoir d'achat. Il s'est même résolu à nommer un publicitaire, Thierry Saussez, à ses côtés, pour redresser la barre. La flambée du prix du pétrole et des matières premières n'arrange rien. Que le Grenelle de l' Environnement ait omis de définir des mesures concrètes en faveur des transports collectifs et du fret, et des énergies renouvelables ne choque personne. Nous le savions. L'écologie était un sticker électoral de plus sur le blazer du candidat.
Nous savions que le slogan de campagne ne concernait pas les retraités (travailler plus ?), les chômeurs, les précaires du temps partiel. Nicolas Sarkozy avait fait des 35 heures sa bête noire idéologique. Qu'une majorité d'actifs ne soit pas concernée par les RTT importait peu. Nous savions que le gouvernement viderait les dispositifs Aubry de leur substance sans chercher à les aménager. Nous pouvions même savoir que la France n'est pas ce pays de fainéants où l'on travaille moins qu'ailleurs ! Nos voisins européens ont une durée moyenne hebdomadaire de travail facialement plus élevée, mais davantage de travailleurs à temps partiel que nous

Oui, vous saviez.

Et pourtant, vous avez voté.

Pourquoi ?


12 commentaires:

  1. quelle étonnante capacité a critiquer..
    ça me fait plaisir de voir que des gens font autant d'efforts pour analyser et passer en revue l'ensemble des décisions d'un gouvernement.. cela veut dire qu'ils doivent être eux memes des modèles exemplaires que l'on devrait tous suivre..

    hé bien désolé, je ne partage votre vue sur aucun de vos points, sachez pour info que je suis loin d'etre une personne favorisée par ce gouvernement, juste un jeune pas vraiment fortuné, qui souhaite que son pays soit un pays d'actifs heureux plutot que de passifs aigris..
    ..comme l'est ce blog.

    PS: bien que n'étant pas foncierement provocateur ni outrancier, je doute quand meme que ce post soit publié.. ça fait bien longtemps que les modérateurs ne respectent plus les opinions de chacun afin de se complaire dans leur critique.

    RépondreSupprimer
  2. @anonyme : mais si votre commentaires sera publé. La preuve. Pas de problème. C'est toujours bien de rencontrer des gens qui ne pensent comme nous.
    Me traiter de "passif aigris" est amusant. J'aimerai être passif. Ne pas bosser le jour et bloguer la nuit. A bientôt

    RépondreSupprimer
  3. @ anonyme : Vous dites être un jeune peu fortuné qui souhaite que son pays soit peuplé d'actifs heureux.
    Il faut avoir des rêves surtout lorsqu'on est jeune.
    J'espère que vous viendrez souvent sur ce blog et vous constaterez qu'il s'agit d'une analyse de la politique. Il s'agit d'une critique objective des faits. Aussi, il serait intéressant que vous donniez votre avis et...
    que vous choisissiez un nom
    ou surnom. A bientôt, j'espère.

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas Sarkozy a déclaré:"Je suis très déçu des Français. Avant mon élection, tous ceux que je rencontrait était bien habillés: tous pareil, en bleu marine. Depuis mon élection, c'est le bordel. Je rencontre des marins pas content, des ouvrières pas contentes et plein de syndicalistes barbus qui n'arrêtent pas de lire Marx. Ils m'énervent."

    RépondreSupprimer
  5. David75

    Anonyme
    jeune et pas fortuné

    La France depuis déjà quelque temps dans les faits, est aussi composée en grande partie d'actifs malheureux qui travaillent au soit au smic, soit à temps partiel, pour d'autres la précarité des CDD ou encore le chomage, les minimas sociaux.
    Il ne faut pas oublier que la vie est chère et que bon nombre de français en subissent les conséquence.
    Jeune homme, il est heureux de savoir qu'il existe des blogs tels que Sarkofrance pour dénoncer les fautes, les travers et les dérives du pouvoir quel qu'il soit.

    RépondreSupprimer
  6. Vos arguments sonr étayés et à mon avis plutôt objectifs.

    RépondreSupprimer
  7. Jean-Marie Belgique8 juin 2008 à 10:38

    Toujours aussi pertinentes vos analyses, bravo Juan, continuez... et merci.
    Vous êtes tout sauf un "passif aigris".
    Quant au jeune pas fortuné et pas spécialement favorisé par ce gouvernement, je lui conseille de prendre exemple sur vous, de créez son propre blog s'il en est capable et de "donner" un peu de son temps pour expliquer aux autres les dessous de la politique afin qu'ils ne restent pas des moutons incapables du moindre libre arbitre.

    RépondreSupprimer
  8. BiBi lit et relit Lewis Caroll. Non seulement alice au Pays des Merveilles mais aussi la Chasse au S(n)ark... où excelle l'Homme à la Cloche qui rappelle furieusement à BiBi le Petit Nikos.

    "Sarko en Grèce – Sarko aux condoléances des accidentés d’Allinges – Sarko à Rungis – Sarko en Pologne ou à Beyrouth. Pascal disait que «Tout le malheur de l’homme est de ne savoir demeurer en repos dans une chambre ».
    Vitesse, saut d’un problème à une solution problématique, bond d’une solution à un problème insoluble : l’arrivée au pouvoir du Petit Nicolas et sa maintenance a été programmée sur ce seul programme.
    La règle constante de ce jeu est de parler haut, de ne pas se servir du langage comme d’un moyen de communication mais comme d’un Tam-Tam. TF1 et Paris-Match en peaux de tambours. Hortefeux, Darcos et Bertrand en Chefs de tribus pour une politique qui nous cannibalise.
    L’Homme à la Cloche, héros de l’écrivain Lewis Caroll, répétait dans sa Chasse au S(n)ark : « Ce que je vous ai dit trois fois est vrai ». Répétez trois fois : « Le Pays des Merveilles a besoin de Réformes » et vous finirez par entendre cette Vérité : « Le Pays des Merveilles a besoin de mes Réformes ».
    Les mots ne sont plus des signes qui alimentent les chaudières de la Pensée mais des pétards à répétition. Les faits – chômage qui augmente, spéculation qui grossit, profits qui s’amplifient – importent peu à l’Homme à la Cloche qui s’évertue à nous tintinnabuler sa partition afin que seul l’effet compte.
    Cette habitude de l’inflation et du pilonnage verbal ne date pas d’aujourd’hui. La Gauche d’hier traitait à tout va et à tous vents de « fasciste » le moindre opposant qui doutait de sa politique.
    L’Homme à la Cloche fait l’incessante promotion de son programme de réformes. BiBi, lui, a l’écoute flottante, sonnante et trébuchante. Au mot de « réforme », le signifiant lui répond par trois fois en échos doubles : «OR-OR-OR » et «EFFORT-EFFORT-EFFORT»
    Ben oui, pour les pauv’cloches qui n’ont pas compris : l’OR pour quelques-uns et les EFFORTS pour le reste..."

    Pour ceux qui veulent un autre son de cloche... voyez BiBi sur son site.


    BiBi....[http://www.pensezbibi.com]

    RépondreSupprimer
  9. C'est brillant, c'est lucide, c'est limpide, c'est aussi une analyse qui révèle cette tendance de Nicolas Sarkozy à toujours se rattacher à sa campagne et à son élection présidentielles ("Mais heu ! j'ai été élu pour ça, alors, hein, si vous z'êtes pas contents, c'est trop tard, z'avez plus qu'à être contents")

    Quant à l'anonyme ci-dessus,

    1) je trouve toujours rassurant que l'opinion politique des gens ne soit pas forcément alignée sur leur statut social (des gens modestes de droite et des gens aisés de gauche, ça prouve au moins une chose : qu'ils ont des opinions politiques en fonction de ce qu'ils croient être l'intérêt général, et non en fonction de leurs intérêts particuliers) ;

    2) dans le cas Sarkozy, qui n'est pas un homme de droite mais un homme de droite extrême, populiste, xénophobe et contraire à l'esprit de tradition républicaine français, être pour lui signifie, quel que soit le bord politique de la personne qui prend sa défense, qu'elle est tombée dans la manipulation (habile, certes) menée par le personnage depuis 2005.

    RépondreSupprimer
  10. Cela doit tous nous questionner.

    Et ce cas n'est pas un cas isolé, entre la réélection de Bush et le Nième retour de Berlusconi, dont les caractères catastrophiques des mandats successifs sont une évidence quasi-consensuelle, au dela même des clivages politiques.

    Et pourtant ces gens savaient en effet. En dépit de la complicité d'une majorité de medias soumis ou eux mêmes interessés, l'information était là, à porté de kiosque pour quelques euros ou de quelques clics sur le Web.

    Morale de l'histoire ?

    RépondreSupprimer
  11. on nous demande de voter tous les 5 ans seulement donc évidemment faut pas se tromper !! je l'avais dit autour de moi mais en vain, les c.. restent des c.. sauf quelques uns qui admettent quand même qu'ils ont mal votés.
    j'en profite pour gueuler un peu :
    20 REGIONS sur 22 à GAUCHE et LE SENAT RESTE A DROITE, C'EST UN SCANDALE, UNE PARODIE DE DEMOCRATIE ! si on voyait ça au Zimbabwe on rigolerait d'eux !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.