5 juillet 2008

61ème semaine de Sarkofrance: Ingrid, sais-tu où tu es ?


La libération heureuse d'Ingrid Bétancourt fut l'évènement de la semaine. Depuis mercredi, l'univers médiatique s'est saisi de l'affaire. Vendredi 4 juillet, les chaînes d'information nous ont fait vivre un feuilleton. L'avion atterrit. Ingrid Bétancourt en sort. Elle embrasse Nicolas Sarkozy qui l'attendait en bas des marches. Carla Bruni lui fait la bise. Déclaration au micro. Ingrid prend la main du Président. Quelques heures plus tard, les deux se retrouvent à l'hôtel Marigny. Déclaration "improvisée." Nicolas Sarkozy, son épouse chanteuse qui sort un disque dans 8 jours, Bernard Kouchner, Rama Yade, les enfants de l'ex-otage et quelques autres sont sur l'estrade. Les soutiens d'Ingrid Bétancourt applaudissent à chaque pause. Les paroles de l'ex-otage sonnent juste, parfois maladroites d'un trop plein d'émotions. Sarkozy a chaud.

Sarkozy a eu chaud.

Il n'y est pour pas grand chose dans cette libération. Il s'est activé. C'est tant mieux. C'est aussi son boulot. La presse étrangère s'amuse de sa surprise. Il ne savait pas. C'est peut être la vraie surprise de la journée. Quand un journaliste lui demande s'il était au courant, il répond par la négative. Quand les rumeurs de rançons versées par les Etats Unis font surface, le Ministère des Affaires Etrangères se dégage encore plus : «N'ayant pas été associés à cette opération, nous n'avons pas été associés à ses modalités de financement, si tant est qu'il y ait eu des modalités de financement».

Nicolas Sarkozy a vraiment eu chaud.

La semaine avait extrêmement mal débuté pour le Président.
Certains pouvaient louer son activisme des jours précédents. En quelques jours, quelques heures, couacs et obstacles se sont multipliés. Lundi, le chef de l'état major de l'armée de Terre a démissionné. Les attaques verbales présidentielles après le dramatique fait divers de Carcassonne ont eu raison de lui. L'armée souffre du Sarkozysme. Mardi, la France a pris la Présidence de l'Union Européenne pour 6 mois. Le même jour, le Président polonais a refusé de signer le Traité de Lisbonne. Pris à parti par Sarkozy ces derniers jours sur les négociations agricoles à l'OMC, le commissaire européen Peter Mandelson, en charge du Commerce, lui a répliqué simplement : le président Français "base ses chiffres sur un scénario erroné." Une manière diplomatique de dire qu'il ment. Mardi toujours, le patron des chaînes publiques de télévision a mis sa tête sur le billot. La veille, Nicolas Sarkozy s'était invité sur le plateau de France 3 pour ne pas répondre aux questions d'Audrey Pulvar et avait critiqué les programmes de France Télévisions.

Grâce à Ingrid Bétancourt, les Français ont pu oublier quelques instants la dure réalité. A Ingrid de découvrir maintenant dans quel pays elle met les pieds.

Ingrid ne connaît pas Christine
Pour gagner moins, il faut travailler plus. Le constat a peu à voir avec le dispositif de défiscalisation des heures supplémentaires mis en place par le gouvernement en octobre dernier. Ce dernier plombe les comptes de la Sécu et des retraites d'environ 150 millions d'euros par mois. Le pouvoir d'achat est en berne, on le sait. Pourtant, la ministre de l'Emploi Christine Lagarde se félicite d'une hausse d'heures supplémentaires. Elle omettait de préciser que cette hausse avait démarré avant le dispositif gouvernemental d'octobre 2007. Vous avez bien lu. On travaille plus pour gagner ... moins. L'inflation générale y est pour beaucoup. le gouvernement joue sa parti également. Il encourage le déremboursement des frais médicaux, y compris pour les diabétiques et les cancéreux.

Ingrid ne connaît pas Edvige
Depuis le 27 juin, les adolescents peuvent être fichés dès 13 ans. Ce fichier s'appelle Edvige, pour Exploitation Documentaire et Valorisation de l’Information GEnérale. Il sert à « centraliser et d’analyser les informations relatives aux personnes physiques ou morales ayant sollicité ou exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui jouent un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif... », et « analyser les informations relatives aux individus, groupes, organisations et personnes morales qui, en raison de leur activité individuelle ou collective, sont susceptibles de porter atteinte à l’ordre public.» La même semaine, la nouvelle Direction Centrale du Renseignement Intérieur a été créée. Elle rapporte au Président. Nulle inquiétude. C'est pour mieux lutter contre les méchants terroristes. A lire ses missions, certains blogueurs pourraient s'inquiéter: cette DCRI assurera "la surveillance des mouvements subversifs violents et des phénomènes de société précurseurs de menaces". Sommes-nous subversifs et porteurs de menaces ?

Ingrid ne connaît pas Brice.
Brice Hortefeux est ce ministre d'Etat, dont la caricature aux Guignols de l'Info sur CANAL+ sue à grosses gouttes en permanence qui est charge de défendre l'identité Nationale française. L'immigration est le sujet central de la présidence Française de l'Union Européenne. Nicolas Sarkozy a annoncé son programme. Il semble vouloir gagner là-bas (à Bruxelles) ce qu'il a perdu depuis longtemps ici : la crédibilité. Les Européens accepteront-ils de "partager la honte" d'une politique d'immigration choisie qui expulse des parents sans leurs enfants ? Nos voisins ont d'autres priorités, tels le déblocage institutionnel de l'Union. Pas Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux. Cela fait 18 mois que l'Etat français traque en vain des clandestins. Il agite la menace d'une immigration galopante. Il en est réduit à expulser des parents à la sortie des écoles. Ingrid découvrira que près de la moitié des expulsions de clandestins en 2007 ont été effectués... à Mayotte. L'immigration est un sujet de divertissement pour Nicolas Sarkozy.

Ingrid Bétancourt a beaucoup à découvrir sur la France de 2008.

Espérons qu'elle gardera sa lucidité.

3 commentaires:

  1. Les mafaisants ont souvent de la chance, du moins provisoirement. Plus recule l'heure du constat (non amiable)retardée par des rebondissements Hollywoodiens, plus il sera sec, dur, évident et mortel.

    RépondreSupprimer
  2. un cauchemard appelé sarkozy

    RépondreSupprimer
  3. Désormais, quand Uribé "libère" des otages détenus par les FARCs, Nicolas de le sait pas ..

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.