19 juillet 2008

63ème semaine de Sarkofrance : chez Nicolas, "le menu est plus varié"


La garden party fut réussie, à en croire les participants. Le Président a réussi un joli coup pour sa 63ème semaine. La Sarkofrance s'affichait sous ses plus belles couleurs à ses 43 hôtes étrangers. «L'avantage, avec l'Union pour la Méditerranée, c'est que le menu est plus varié» déclarait un participant.... Mais les plats ont ils vraiment changé ?


La real-politik jusqu'à l'écoeurement.
Quand il reçu les députés UMP mardi 15 juillet pour les souder autour de sa réforme constitutionnelle, Nicolas Sarkozy a martelé son propos: "J'ai raison". Sur la Syrie, la Chine et le reste, il a "raison" de soutenir les dictateurs laïques contre la menace islamistes; qu'il devait accueillir Kadhafi à Paris pour la libération des infirmières bulgares, qu'il a besoin de Bachir El Assad pour celle du soldat Shalit; que la Chine est indispensable pour faire pression sur le Soudan dans la crise du Darfour.

"Avec la Syrie, j'ai raison" (...) "En Orient, on a soit des talibans, soit des Atatürk"

Par cette simple phrase, Sarkozy nous résume sa filiation conservatrice et atlantiste. Celle qui faisait préférer les dictatures sud-américaines contre la menace communistes. Avec cette simple phrase, nous sommes revenus - pardon, restés 65 ans en arrière. Le même raisonnement faisait dire à Chirac, VGE puis Mitterrand "plutôt Saddam Hussein que Khomeiny."

Et bien, nous avons eu les deux.

La casse sociale
Le dialogue social est paraît-il fructueux. Sarkozy se fécilite d'avoir reçu les "partenaires sociaux" comme jamais aucun président. Il ne pensait insulter personne qund il déclara que les grèves passaient désormais inaperçu. Il voulait dire qu'elle ne gênaient désormais plus, grâce aux lois sur le service minimum. La dernière en date concerne l'Education Nationale. Elle a été adoptée en urgence cette semaine. Le pouvoir met moins d'énergie sur d'autres sujets sociaux: cette semaine encore, il a laissé s'embourber définitivement le débat sur la prise en compte de la pénibilité du travail dans le calcul des retraites entre syndicats et patronat. Point d'urgence parlementaire cette fois-ci.

La faillite écologique
Cette semaine, Areva s'est décidée à reconnaître ses erreurs. Son enquête interne fait apparaître "un manque de coordination évident entre les équipes en charge des travaux et celles responsables de l'exploitation." Près de deux semaines après une fuite d'uranium à la centrale de Tricastin. Depuis son élection jusqu'à la récente annonce de la construction d'un inutile et coûteux second EPR, Nicolas Sarkozy a montré une vraie énergie à promouvoir la technologie nucléaire. La quasi-totalité des pays de la toute nouvelle Union pour la Mediterranée ont fait ou vont faire l'objet de contrats nucléaires avec la France. Mais le Président n'a pas eu cette même célérité pour améliorer les procédures de contrôles ni punir les responsables quand l'incident du Tricastin est intervenu.


"L’ère du pétrole bon marché, c’est fini. Le nucléaire est plus que jamais une industrie d’avenir et une énergie indispensable"

La monocratie en marche
Robert Badinter a peut être trouvé la meilleure expression. N'en déplaise à Jack Lang, la réforme des institutions est un toilettage présidentiel.

"Je rappelle qu'à la différence d'un despote, je suis élu"

Le Président de la République reste ce monarche élu, qu'aucune faute, sauf la trahison, ne peut désavouer en cours de mandat et de qui tout pouvoir découle. Une seule réforme aurait pu réellement tranformer radicalement le régime : supprimer la possibilité de dissolution de l'Assemblée Nationale. Au lieu de quoi, Sarkozy a entretenu la confusion institutionnelle. Au lieu d'alléger la toute-puissance présidentielle, il a donné quelques gages à ... l'opposition parlementaire. Il a ainsi concédé qu'à chacune de ses longues interventions radiotélévisées sur l'actualité "politique" du pays, l'opposition disposerait d'un droit de réponse. Nous attendons avec impatience la définition du périmètre de ces interventions régulées: quand Sarkozy parle des grèves, de l'actualité étrangère ou du pouvoir d'achat, est-ce politique ?

On croyait qu'une bonne démocratie signifiait avant tout l'équilibre des pouvoirs. En France, le Législatif et le Judiciaire resteront seconds derrière l'Executif. Et le "tout premier ministre" se contentera de regarder le match entre un "despote élu" et une opposition de façade.

Ami Sarkozyste, où es-tu ?

2 commentaires:

  1. Qu'est-ce qu'il a l'air con sur cette photo !

    RépondreSupprimer
  2. BiBi s'ennuyait ce dimanche 20 juillet. Il a lu le JDD pour avoir les Nouvelles du jour et de la semaine précédente. Ce Dimanche, gros comme le nez au milieu de la figure, BiBi ne peut qu'arriver à ce constat : le JDD est bien le journal du Frère Lagardère.

    A l’échéance du lundi où les députés français doivent se prononcer sur la « réforme » constitutionnelle, le JDD fait jouer de la grosse caisse avec en titre (« Le Grand Suspense »). Le JDD a commandé un méga-sondage étiqueté IFOP ( rappelons-nous que l’ancienne directrice de cet Institut de Sondage n’était autre que la Patronne des Patrons Laurence Parisot et que cette brave dame est restée actionnaire majoritaire dans l’Entreprise). Les questions sont posées de telle sorte que, oui, les Français sont pour une révision institutionnelle. Le JDD a tôt fait d’en déduire que le peuple français est favorable à celle présentée par le Petit Nikos. Mais bah, peu importe les approximations et les raccourcis.(...)

    Pour la suite, passez faire un tour sur le site de BiBi(http://www.pensezbibi.com)On y parle d'Atomic Anne ( Lauvergeon) de François-Henry Pinault et du Petit Nikos. A bibientôt !
    BiBi

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.