15 août 2008

International: avis de tempête sur Sarkozy


La diplomatie française vit des moments difficiles. La situation georgienne s'aggrave et la Chine menace. Avis de tempête ?

Sarkozy croyait avoir réglé le conflit russo-georgien
Nous aussi, nous le croyions. Quarante-huit heures après la conclusion d'un accord aussitôt annoncé par le président français, la Russie est aujourd'hui accusée de saboter les installations georgiennes !

"A Poti, une équipe d'APTN a vu un navire géorgien détruit, alors que deux blindés russes et deux camions de transport de troupes étaient sur le port, les soldats s'identifiant comme membres de la force de paix russe en Ossétie du sud. En lisière de la ville, un peu plus tôt, un autre convoi russe fouillait une forêt à la recherche de matériel militaire géorgien.

A Washington, un responsable américain a déclaré que les forces russes ont apparemment saboté des aérodromes et autres infrastructures militaires géorgiennes, dans le but d'empêcher la Géorgie de livrer un autre conflit à l'avenir. Ce responsable qui a requis l'anonymat a cité des témoignages sur place." (source)

Les troupes et blindés russes ont fait mouvement jeudi au moins dans ou autour de trois villes de Géorgie, Moscou expliquant que le plan de paix validé mardi par la Russie et la Géorgie sous l'égide de la présidence française de l'Union européenne permettait à la Russie de mettre en oeuvre des "mesures additionnelles de sécurité" en attendant le déploiement d'observateurs internationaux.

Ne voulant visiblement pas interrompre plus que cela ses vacances, Nicolas Sarkozy reçoit Condy Rice ... à la plage ! Ou plutôt
au fort de Brégançon (Var), la résidence officielle des chefs d'État français, pour s'entretenirde la situation en Géorgie. Aurait il bâclé l'affaire ? Bernard Kouchner minimise les problèmes : "Il y a toujours des inquiétudes. Un cessez-le-feu n'est jamais appliqué tout de suite, mais à chaque fois qu'on contrôle, c'est plutôt positif."

Sarkozy croyait avoir calmé la Chine
Des éloges dans la presse officielle, un déplacement à la cérémonie d'ouverture des JO, un refus d'accueillir le Dalaï-lama pourtant en visite 15 jours en France. Le président a tout fait pour satisfaire les autorités chinoises. EDF a même pu signer un accord nucléaire dans la foulée. La pression interne a-t-elle été trop forte ? Les critiques ont été nombreuses ... et le gouvernement a lâché que le Dalaï-Lama serait bien reçu officiellement à la fin de l'année. La Chine l'a plutôt mal pris et a adressé une mise en garde officielle jeudi 14 août.
"La position de la Chine sur la question tibétaine est cohérente et claire", a affirmé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, au lendemain de l'annonce selon laquelle le président français Nicolas Sarkozy pourrait rencontrer le Prix Nobel de la Paix 1989 en décembre.
"Nous espérons que la France prendra en compte les préoccupations de la Chine et abordera prudemment cette question importante et sensible", ajoute le texte.

3 commentaires:

  1. enfin, à verifier mais j'ai cru comprendre (cf canard enchaine, je crois de memoire)que nicolas sarkozy allait reunir tous les nobels de la paix en decembre, ainsi le daila lama sera fondu dans la masse ...ca passera mieux pour les chinois ...

    (à verifier encore une fois, j'ecris de memoire)

    RépondreSupprimer
  2. tu as raison, j'en parle demain...

    RépondreSupprimer
  3. Heureusement, à l'étranger, y compris en Europe, les chefs d'Etat ne prennent pas au sérieux notre zébulon.
    Contrairement à ce que l'on pourrait craindre, c'est une chance.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.