2 septembre 2008

Pourquoi le pouvoir d'achat baisse-t-il ?


Le 21 août dernier, Christine Lagarde, la ministre de l'Economie et de l'Emploi, se félicitait du succès du paquet fisscal voté il y a un an : le gouvernement estime qu'il a rendu 7,7 milliards d'euros aux Français, à travers la défiscalisation des heures supplémentaires, des intérêts d'emprunt immobilier, des exonérations de droits de succession, l'abaissement du bouclier fiscal à 50%, etc.

L'Institut National de la Consommation vient de publier une étude apparemment paradoxale: le pouvoir d'achat moyen des ménages a reculé de 0,4 % entre juin 2007 et juin 2008. "Sur une année, le pouvoir d'achat devrait reculer de 0,8 % en 2008", prévoit l'INC, après une hausse de 1,4 % en 2007. Comme le note LE MONDE, l'INSEE est plus optimiste mais relève également un ralentissement: il prévoit plutôt une hausse de 0,9% en 2008 après un +,3,3% en 2007.

Primo, l'inflation atteint un niveau inégalé depuis des années (+3,6% sur 12 mois), que les ménagers et ménagères peuvent constater chaque jour dans leurs supermarchés.
Dans le détail, 60 millions souligne que si le revenu moyen par ménage a augmenté de 99 euros (3 192 euros en juin 2008), la hausse des prix a entraîné un surcoût de 113 euros. Soit 14 euros de moins tous les mois. Premiers accusés, comme prévu, le carburant automobile, le fioul domestique et les produits alimentaires, mais aussi les pièces détachées, les réparations auto, le tabac ou les dépenses de santé (source).
Deuxio, le gouvernement a participé à cette diminution (ou stagnation) du pouvoir d'achat: citons les franchises médicales qui retirent quelques euros par mois aux malades; la stagnation des retraites en valeur réelle (i.e. déduction faite de l'inflation de l'année); l'absence de coup de pouce au SMIC (au-delà de son indexation mécanique sur l'inflation); la réduction des allocations familiales pour les foyers avec adolescents; toutes ces mesures sont omises du bilan de Mme Lagarde.

In fine, quelque soit l'institut, le pouvoir d'achat des ménages a baissé (ou sa hausse s'est ralentie) depuis l'entrée en vigueur (progressive) du paquet fiscal du gouvernement Sarkozy !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.