15 novembre 2008

80ème semaine de Sarkofrance: agitation "technique" d'un président


Le 11 novembre, Nicolas Sarkozy a félicité les mutins de la Grande Guerre, maintenant que tous les poilus sont morts. Le 12 novembre, Sarkozy s'est félicité de la célérité de sa Direction du renseignement intérieur qui a arrêté de dangereux anarchistes qui menaçaient de faire sauter nos rails. Mercredi, Sarkozy. Le 13 novembre, il a agacé Georges W. Bush (qui s'en plaindra ?) mais aussi amusé la galerie américaine. Le 14 novembre, il voulait réconcilier l'Union Européenne avec la ... Russie en oubliant la Géorgie. Le 15 novembre, il tient "son" G20, sans Obama, avec un Bush réticent.

En France, le monarque échange réflexion contre agitation. Il accuse, agite, invective. Il lui faut une apparition médiatique par jour. C'est la technique du chef !

Vite ! Des terroristes du rail !
Une semaine à peine après le dépôt de 18 plaintes pour sabotages divers (et dangereux) par la SNCF, les forces de police plaçaient dix personnes en garde à vue, ce 11 novembre. Le lendemain, on croyait que l'enquête avait été d'une célérité rarissime. Michèle Alliot-Marie en profitait pour louer sa nouvelle Direction Centrale du Renseignement Intérieur. Le Président lui-même a tenu "à saluer l’efficacité et la mobilisation des forces de police et de gendarmerie dans cette enquête". Comme nous l'écrivions mardi dernier, nul besoin de s'encombrer avec la présomption d'innocence en Sarkofrance. Laurence Ferrari, lundi 10 novembre, s'inquiétait dans le journal télévisé de TF1 devant la multiplication de ces actes de sabotage. Le téléspectateur peut être rassuré. Les "espions" de l'Elysée ont chopé 10 gauchistes. Pour peu qu'ils soient récidivistes, et jugés dangereux, les voilà partis pour longtemps dans les geôles de la République. Samedi, neuf d'entre eux seront déférés et présentés à un ou plusieurs juges d'instruction en vue d'être mis en examen. Voici Al Quaïda version ultragoche corrézienne. La Sarkofrance était en danger !

Vite ! Un Bretton Woods en 3 semaines !
Dans l'estimé Washington Post, le quotidien américain pro-démocrate que l'on ne suspectera pas de pro-Bushism primaire, on pouvait lire cette semaine un éditorial de David Ignatius. Il livrait une belle critique contre l'amateurisme pressé du président français.
"Le danger est que ce sommet organisé à la hâte, hébergé par un président américain boiteux, propagera aussi un message subliminal de discorde sur le futur de l'économie mondiale." (...)

"Ce G20 a été comparé à un nouveau Bretton Woods. Mais comme un commentateur l'a noté, la conférence historique de 1944 a demandé 3 années de préparation, tandis que celui-ci n'a pris que 3 semaines. Même dans un monde en colère contre l'Amérique, il fait sens de construire un nouveau système financier avec davantage de prudence."
Nicolas Sarkozy, ministre des Finances il y a encore peu, a gentiment saboté les travaux des commissions Montebourg-Peillon contre les paradis fiscaux. Il y a encore un an, le président élu encourageait les crédits hypothécaires. Il y a encore 6 mois, le président sauvait la tête de Daniel Bouton, le patron de la Société Générale après les déboires de l'affaire Kerviel (qui cachait elle-même quelques millions de pertes dans les subprimes). Le pyromane cherche aujourd'hui à se refaire une santé. Tant mieux pour lui. On s'amusera, au passage, de son comportement de petit garçon : l'un de ses conseillers a confié au Figaro que «Le président a été bien inspiré dans le choix de la date» qui tombe au beau milieu du Congrès de Reims du Parti Socialiste... Finalement, rares sont ceux qui attendent quelque chose de la grand-messe organisée à Washington: Sarkozy voulait la présence d'Obama, il ne viendra pas. Sarkozy avait exigé un G8 élargi à la Chine et l'Inde; Bush a convoqué un G20 pour le noyer; Sarkozy le voulait à New York, "là où tout a commencé", Bush a convié tout ce monde à Washington, et précisé que les seules subprimes américaines ne sauraient être l'unique cause des tourments financiers et économiques mondiaux. On dirait que l'administration américaine réalise un peu tard que Sarkozy ne fonctionne qu'à la vindicte expéditive et sans lendemain.

Vite ! Surveillons les blogs !
Il n'est pas nouveau que les services du gouvernement surveillent l'actualité du Web. Il y a quelques mois, la nomination du jeune Nicolas Princen a fait rire bien des blogueurs. Déjà l'an dernier, En 2007, c'était WATCH, le département de veille conseil de TBWA Corporate, qui avait remporté l'appel d'offre du premier ministre. Il utilisait un moteur de veille "Weetrack" développé par l'institut d'études ... Opinion Way, le sondeur de la Sarkofrance. La nouvelle est que le ministère de l'Education Nationale a également 220 000 euros à dépenser pour, je cite, "repérer les leaders d’opinion, les lanceurs d’alerte et analyser leur potentiel d’influence et leur capacité à se constituer en réseau." Xavier Darcos doit sacrément avoir peur du Web pour demander une telle alerte professionnelle. Certains confrères vigilants ont chacun(e) recensé les visites gouvernementales sur leurs blogs: Défense, Elysée, Intérieur, Éducation Nationale, tous y passent. Fonctionnaires solidaires ou veille du pouvoir ? Nul ne sait.

Vite ! Fichons les fous !
Triste mercredi, un jeune homme de 26 ans a été poignardé par un fou. Un vrai fou, schizophrène de 56 ans. Sans surprise, la présidence de la République dégaine le communiqué qui fâche, heurte et bouscule sans raison: le monarque demande au gouvernement "de préparer sans délai une réforme en profondeur du droit de l’hospitalisation psychiatrique destinée notamment à mieux encadrer les sorties des établissements, à améliorer la surveillance des patients susceptibles de représenter un danger pour autrui, dans le cadre notamment de la création d’un fichier national des hospitalisations d’office". Il ne se produit pourtant qu'un crime de cette nature tous les 3 ans, sur quelques 600 000 schizophrènes traités. Début 2007 déjà, le ministre de l'intérieur de l'époque avait dû retirer de sa loi de prévention de la délinquance son projet de ficher les fous. Pire, Sarkozy choisit ses victimes. On ne l'entend peu sur le drame des clandestins bloqués dans la région de Calais.

Vite ! la Russie est notre amie !
Vendredi 14 novembre, les dirigeants européens retrouvent la Russie à Nice pour un sommet commun. Nicolas Sarkozy, allié à l'Allemagne et l'Italie, a beaucoup fait pour ce rapprochement avec cet encombrant voisin qui a annexé cet été - il faut appeler un chat un chat - deux provinces géorgiennes. Le clivage est rude entre les Européens. Les dirigeants de certains pays d'Europe centrale et orientale, voisins de l'Ours russe, alliés au Royaume Uni et à la Suède sont plus prudents. Ils ont exigé que le projet de déclaration commune prévoit que les négociations avec la Russie "ne légitiment en rien le statu quo en Géorgie, ou les comportements russes contraires à nos valeurs et principes". Ils sont aussi inquiets du projet russe de déploiement de missiles dans l'enclave de Kaliningrad. Sarkozy ce vendredi a botté en touche sur le sujet...
Et contrairement aux propos tonitruants du président français un mardi 12 août, la Russie ne s'est pas retiré "sur les lignes antérieures au déclenchement des hostilités" de l'été dernier. Fallait-il se rapprocher d'elle aussi rapidement ?

Vite ! C'est la crise, il faut bosser le dimanche jusqu'à 70 ans !
La surprise du chef est enfin tombée vendredi matin. L'INSEE a publié le chiffre de la croissance du PIB au troisième trimestre : +0,14%. Prononcez-le à voix haute : zéro-virgule-quatorze-pour-cent. Le terme "quatorze" a son importance. Après le recul de 0,3 % du produit intérieur brut au deuxième trimestre, la France n'est pas en récession "technique", un concept statisticien qui permet de sauver la face ("pas plus de deux trimestres de récession consécutifs"). Le chômage augmente, la production industrielle chute, les ventes de voitures neuves reculent de 7,3% en octobre ; les prix de l'immobilier se tassent. Les économistes n'ont que deux explications: les ménages ont finalement davantage consommé en septembre que prévu. C'est l'effet "rentrée des classes." Et l'investissement des entreprises s'est redressé de façon inexpliqué. Plus dure sera la chute puisque la zone euro est globalement entrée, elle, en récession.

Nicolas Sarkozy n'a sans doute pas pris le temps de lire le blog de cette mère célibataire et SDF, "Un temps de retard". La chronique d'une précarité sans filet.

Cela demande du calme.

Ami sarkozyste, où es-tu ?

6 commentaires:

  1. Bonjour,
    je voulais juste vous faire part de mon admiration devant votre travail acharné sur votre blog.
    Je vous lis régulièrement et je ne vous avais jamais adressé de compliment à ce jour.
    Je remédie donc à cette lacune ce jour et évidemment continuerai à vous rendre visite quasi quotidiennement.
    Bonne continuation
    Bien cordialement

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi je n'avais pas encore jusqu'à ce jour dit combien j'appréciais votre travail c'est donc chose faite, du bon boulot.
    J'ai mis le lien sur mon blog ce qui me permet de vous lire tous les jours.
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  3. Les bénéfices du CAC 40 battront encore des records cette année : + 12,09 % de hausse par rapport à 2007.

    Les entreprises du CAC 40, c’est-à-dire les quarante plus grandes firmes françaises en termes de capitalisation boursière, devraient finir l’année avec des résultats supérieurs, en moyenne, de 12,09 % par rapport à 2007.

    Tel est l’un des constats de l’étude réalisée, vendredi 14 novembre 2008, jour de la publication des derniers résultats trimestriels des entreprises du CAC 40, par le cabinet d’expertise comptable PricewaterhouseCoopers (PWC) pour Le Monde.

    Ce taux de croissance est une moyenne pondérée (en fonction de la capitalisation boursière de chaque société) des résultats anticipés par l’ensemble des analystes de la place, “le consensus” dans le langage des spécialistes. Globalement, les 40 firmes devraient donc terminer 2008 avec 2,2 milliards d’euros de bénéfices de plus qu’en 2007, qui avait déjà été une année record.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/11/15/les-benefices-du-cac-40-seront-encore-record-en-2008_1119084_3234.html

    RépondreSupprimer
  4. Secrétariat général

    Délégation à la communication
    110, rue de Grenelle ­ 75357 PARIS 07 SP

    Cahier des clauses particulières CCP n° 2008 / 57 du 15 octobre 2008
    Appel d¹offres ouvert passé en application des articles 57 à 59 du code des marchés publics

    Objet : Veille de l¹opinion
    Le présent cahier des clauses particulières comporte 8 pages, numérotées de 1 à 8
    ARTICLE 1 - OBJET DES MARCHES ET MODE DE PASSATION
    Les présents marchés portent sur la veille de l¹opinion dans les domaines de l¹éducation, de l¹enseignement supérieur et de la recherche.
    Ils sont passés en application des dispositions des articles 57 à 59 du code des marchés publics, relatives à l¹appel d¹offres ouvert.
    ARTICLE 2 - ALLOTISSEMENT ET FORME DES MARCHES
    L¹appel d¹offres comporte deux lots. Ils s¹agit de marchés à bons de commande passés en application de l¹article 77 du code des marchés publics :
    ARTICLE 3 - PIECES CONSTITUTIVES DU MARCHE
    Chaque marché est composé des pièces suivantes, par ordre décroissant de priorité : - l¹acte d¹engagement et le bordereau des prix ; - le présent cahier des clauses particulières ; - le cahier des clauses administratives générales applicables aux marchés publics de fournitures
    courantes et de services (approuvé par décret n° 77-699 du 27 mai 1977 modifié) ; - la proposition du titulaire.
    ARTICLE 4 - DUREE DU MARCHE
    Chaque marché est conclu du 1er janvier 2009 ou à partir de la date de notification (si celle-ci est postérieure au 1er janvier 2009) jusqu¹au 31 décembre 2009. Il pourra ensuite être renouvelé pour une nouvelle période d¹une année sans que sa durée totale puisse excéder deux ans.
    ARTICLE 5 - DESCRIPTION DES PRESTATIONS
    5.1 Présentation
    5.1.1 Objectif
    Le dispositif de veille en question vise, en particulier sur Internet, à :
    . Identifier les thèmes stratégiques (pérennes, prévisibles ou émergents). Identifier et analyser les sources stratégiques ou structurant l¹opinion
    . Repérer les leaders d¹opinion, les lanceurs d¹alerte et analyser leur potentiel d¹influence et leur capacité à se constituer en réseau

    (y’a du boulot sur la Feuille de Chou…)

    . Décrypter les sources des débats et leurs modes de propagation
    . Repérer les informations signifiantes (en particulier les signaux faibles)
    . Suivre les informations signifiantes dans le temps
    . Relever des indicateurs quantitatifs (volume des contributions, nombre de commentaires, audience, etc.)
    . Rapprocher ces informations et les interpréter
    . Anticiper et évaluer les risques de contagion et de crise
    . Alerter et préconiser en conséquence Les informations signifiantes pertinentes sont celles qui préfigurent un débat, un « risque opinion » potentiel, une crise ou tout temps fort à venir dans lesquels les ministères se trouveraient impliqués.
    5.1.2 Sources surveillées
    La veille sur Internet portera sur les sources stratégiques en ligne : sites « commentateurs » de l¹actualité, revendicatifs, informatifs, participatifs, politiques, etc. Elle portera ainsi sur les médias en ligne, les sites de syndicats, de partis politiques, les portails thématiques ou régionaux, les sites militants d¹associations, de mouvements revendicatifs ou alternatifs, de leaders d¹opinion. La veille portera également sur les moteurs généralistes, les forums grand public et spécialisés, les blogs, les pages personnelles, les réseaux sociaux, ainsi que sur les appels et pétitions en ligne, et sur les autres formats de diffusion (vidéos, etc.)
    Les sources d¹informations formelles que sont la presse écrite, les dépêches d¹agences de presse, la presse professionnelle spécialisée, les débats des assemblées, les rapports publics, les baromètres, études et sondages seront également surveillées et traitées.
    Les interactions entre des sources de nature différente, les passages de relais d¹un media à l¹autre seront soigneusement analysés.
    5.1.3 Finalités
    L¹analyse attendue des principaux arguments, des critiques et des tendances, à partir du corpus défini, tous les canaux étant pris en compte, donnera lieu à des notes de synthèse (rapport quotidien, note de synthèse hebdomadaire, cartographie commentée des acteurs et débats en présence).
    Plus particulièrement en matière de veille Internet, l¹analyse permettra un suivi précis de l¹évolution de l¹opinion internaute et des arguments émergents relayés et commentés sur ce canal.
    5.2 Prestations à réaliser
    5.2.1 Définition des thèmes
    Les thème(s) pérennes ou prévisibles sont prédéfini(s) par la personne publique. Ils varient selon l¹actualité, le calendrier de travail des deux ministères, en fonction des échéances (parlementaires, médiatiques, événementiellesŠ) auxquelles sont soumis le ministre chargé de l¹Education nationale et le ministre chargé de l¹Enseignement supérieur et de la Recherche.
    Les thèmes émergents sont signalés par le prestataire. Les thèmes émergents seront identifiés dans le cadre de l¹activité de veille Internet qui permettra de mieux anticiper les mouvements d¹opinion et les critiques et de détecter systématiquement les signaux faibles de crise.
    Toute nouvelle veille thématique donne lieu à une réunion de lancement, à la constitution du corpus à observer et analyser, à une cartographie détaillée de ce corpus et des types d¹arguments et de critiques en présence.
    Un plan de veille constituera le référentiel commun entre le ministère et le prestataire. Il sera formalisé et mis à disposition du ministère.
    5.2.2 Livrables attendus
    La veille est active : quotidienne, hebdomadaire et accompagnée de recommandations (ou non).
    La veille doit être avant tout anticipatrice, analytique et synthétique (et non descriptive). Elle apportera des indicateurs tant qualitatifs que quantitatifs.
    Plusieurs produits de veille pourront être élaborés suivant une périodicité hebdomadaire, quotidienne ou autre (à définir en fonction de l¹actualité) :
    -la note de veille éducation (tous sujets confondus)
    -la note de veille enseignement supérieur (tous sujets confondus)
    -la note de veille recherche (tous sujets confondus)
    -la note de veille thématique (un seul sujet couvert)
    -la cartographie commentée des acteurs et des débats en présence (un seul thème ou un seul
    acteur couvert)
    Clé de voûte du dispositif de veille, le passage en « mode alerte » visera à transmettre systématiquement les informations stratégiques ou les signaux faibles susceptibles de monter de manière inhabituellement accélérée.
    Les notes de veille pourront porter ou sur l¹ensemble des canaux (média traditionnels et Internet formel et informel) ou être limitées à l¹internet (cf. liste des produits au bordereau des prix).
    Les vidéos, pétitions en ligne, appels à démission, doivent être suivis avec une attention particulière et signalées en temps réel.
    Des éléments quantitatifs (nombre d¹interventions, nombre de commentaires, mots les plus fréquemment cités) seront systématiquement inclus. L¹audience et l¹influence des sources et des relais seront précisées.
    Aucune donnée brute ne sera transmise. Les informations recueillies seront toujours analysées, recoupées, synthétisées, mises en perspective, et comparées dans le temps. Les verbatims auront une valeur d¹exemple ou d¹illustration. Les synthèses devront être lisibles et facilement appropriables. Une présentation qui facilite la lecture et l¹appropriation, tout en préservant la profondeur de l¹analyse et l¹exhaustivité du corpus, sera fortement appréciée.
    La date et l¹heure de réception des notes de veille sera fixée par le ministère. Compte tenu de la nature même des objectifs du dispositif de veille (mesurer la compréhension des problématiques en particulier dans les communautés online, détecter les signaux avant-coureurs, identifier les réseaux d¹influence) la date et l¹horaire de réception des livrables devront être rigoureusement respectés.
    Des échanges réguliers entre le prestataire et le ministère pour ajuster les enjeux du moment, commenter la livraison d¹une note et partager les connaissances en matière de veille auront lieu régulièrement.
    Lorsqu¹un thème sera « clos », le prestataire fournira un document récapitulatif de la veille réalisée pour aider le ministère à calculer le retour sur investissement pour cette opération. A l¹échéance du marché, le prestataire fournira également un récapitulatif détaillé des prestations réalisées dans l¹année.

    RépondreSupprimer
  5. Salut, à propos des terroristes du rail, d'accord faut peut être pas les classés dans Al-Qaida, mais bon ils ont quand même mis la vie de personne en danger, donc faut pas leur faire de cadeau gauchiste ou pas.
    Par contre je pense que le gouvernement devrait aussi avoir une sanction, car ce groupe était sur surveillance, et il a laissé faire ces actes. A moins que ça soit voulu.
    Je suis cheminot, et je vois bien qu'on veut détruire mon entreprise certainement pour le profit d'une autre que je ne citerais pas.
    Et le pire dans tout ça, c'est que les médias à un moment commencer à accusé les cheminots, du grand n'importe quoi, car si on voulait foutre la pagaille on pourrait le faire sans mettre la vie des clients en danger.
    Amicalement à toi, et j'aime bien ton blog.

    RépondreSupprimer
  6. MERCI @gaston, nade et olive pour vos encouragements.
    @Olive : je ne suis pas complaisant avec ces gauchistes qui ont potentiellement mis en danger la vie d'autrui. Je pense néanmoins que c'est une distraction sarkozyste.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.