29 novembre 2008

82ème semaine de Sarkofrance : et Sarkozy abandonna le Travail

Cette semaine, une chose incroyable s'est produite. Nicolas Sarkozy a abdiqué. Évidemment, il ne l'a pas avoué. Il a abandonné la promesse centrale de sa campagne électorale de 2007 : la priorité au travail. Cette semaine en effet, Nicolas Sarkozy a enfin annoncé la couleur. Jusqu'ici, la réponse "sociale" à la crise était minime. Le discours de Rethel incluait un modeste traitement social du chômage. Il y a deux jours, le monarque a confirmé la donne : face à la crise, le monarque n'aidera que les employeurs et le capital. Exit le travail et les travailleurs ! 

Électeurs sarkozystes, avez-vous voté pour cela ?


Gesticulateur
Le Monarque a un talent certain : celui de la répétition des discours. Devant les diplomates, les journalistes, les ouvriers, les maires, il répète à l'envie les mêmes phrases, les mêmes arguments, appuyés par les mêmes exemples. Les conseillers en charge de ses discours sont-ils déjà au chômage technique ?  Un confrère blogueur l'a surnommé "Gesticulator." Nicolas Sarkozy excelle effectivement à cacher ses contradictions et reniements par une gesticulation médiatique. Depuis des semaines donc, le Monarque répète jusqu'à l'écœurement la même rengaine: "on est passé à deux doigts de la catastrophe du siècle." Mais de quelle catastrophe parle-t-il ? La vraie casse semble pour plus tard, l'an prochain. Les victimes sont connues : les pauvres, les salariés, les seniors, les classes moyennes, les fragiles.


Escamoteur
La déconvenue est totale : pour le 6ème mois consécutif, le chômage s'aggrave. Nicolas Sarkozy veut vous/nous faire croire que la "Grande Crise de Septembre" en est l'unique responsable. Le ralentissement économique français a commencé il y a 6 mois, révélant l'échec total et absolu d'une politique anachronique. Cette semaine, le sous-secrétaire d'État au Chômage Laurent Wauquiez a été envoyé au charbon, et son patron de président a crié ses slogans à coups d'haussements d'épaules convulsifs. En octobre, le chômage "officiel" a augmenté de 46 000 personnes pour s'élever à plus de 2 millions. Ce chiffre ne compte ni les précaires du temps partiel ni les chômeurs "techniques." Dans leur communiqué de presse, la ministre "Marie-Antoinette" Lagarde et son secrétaire Wauquiez n'osent pas avouer le chiffre : 2 004 500 chômeurs "officiels" en France.

Mais ce n'est pas tout :cette semaine, les services de Jean-Louis Borloo ont annoncé que le nombre de mises en chantier de logements en France a reculé de 20,6% entre août et octobre, comparé à la même période un an plus tôt. Le financement par l'État de 30 000 logements, annoncé par Nicolas Sarkozy en septembre, n'a produit aucun effet. Le moral des industriels français a lui touché un nouveau plus bas en novembre, chutant à 80 points, son plus faible niveau depuis septembre 1993. La France compte 1,1 million de Rmistes, deux millions de travailleurs pauvres et sept millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Pour ceux-là, la réduction des indemnités chômage, les franchises médicales, et la réduction des pré-retraites ne sont pas remises en cause alors que la plus grave crise sociale du siècle menace. Un dernier chiffre ? Le chômage des plus de 60 ans a crû de 4,1% sur l’année. Vive le travail des seniors !

Imposteur

Tous les efforts gouvernementaux visent le soutien à l'investissement et aux entreprises. le pouvoir d'achat et la protection des salariés est oubliée. Travail versus capital ? Nicolas Sarkozy a choisi depuis longtemps. La crise fait tomber les masques. Politique de classe ? Le Monarque n'a pas renoncé à deux de ces mesures les plus inéquitables, anachroniques et inefficaces: l'incitation aux heures sup et les allègements fiscaux. Qui va payer ? Voici, à titre de simple illustration, un florilège des mesures votées cette semaine :
  •  Le RSA est adopté, une bonne chose pour les plus pauvres, mais financé exclusivement par les classes moyennes.
  • Les bénéficiaires du bouclier fiscal n'auront plus à attendre le remboursement de l'Etat des sommes trop perçues par le fisc. L'an prochain, ils pourront directement les déduire de leur ISF et de leurs taxes d'habitation et foncière.
  • Frédéric Lefebvre a failli réussir à faire un adopter un amendement créant une nouvelle niche fiscale pour ceux des plus aisés qui souhaitent investir dans les pays en voie de développement. Le vrai retour de la Françafrique !
  • Contre l'avis du gouvernement, les députés ont voté la prime transport
  • Suivant l'avis du gouvernement, les députés ont renoncé aux taxes sur les stock-options, les actions gratuites et les retraites chapeaux. 
  • Les parachutes dorés seront exonérés de taxes jusqu'à un million d'euros.
  • La hausse du minimum vieillesse de 25% promise par Sarkozy d'ici 2012 sera limitée aux personnes seules. 
  • Alors que l'emprise de la Bourse sur l'économie est accusée de tous les maux, les députés ont voté que l'attribution de stock-options aux cadres soit désormais conditionnée à la distribution de stock-options ou d'actions gratuites à 90% des salariés, Autant tous plonger!

Irresponsable
La récession est là, il n'y a que Sarkozy et ses proches pour tenter de nous la cacher. Pour une seule raison, idéologique et personnelle, Nicolas Sarkozy n'abandonnera pas "SA" mesure phare, l'incarnation même de son slogan de campagne "Travailler plus pour gagner plus" : la défiscalisation des heures supplémentaires. Cette mesure, votée dans les premières heures de la Sarkofrance triomphante, a détruit l'emploi intérimaire un trimestre à peine après sa mise en œuvre. Dès le mois de juin, le chômage est reparti à la hausse, malgré les efforts gouvernementaux pour exclure des statistiques le plus grand nombre de sans-emplois. En août, une première dégradation sérieuse de l'emploi cassait l'élan présidentiel, deux semaines avant le premier krach boursier. Et jeudi dernier, le gouvernement devait préparer les esprits. la subvention des heures supplémentaires est la plus belle souplesse accordée aux entreprises de ces dernières années : elle leur permet de se passer de l'intérim, et d'éviter les CDD. mesure anachronique par excellence, elle signifie pour le salarié le renoncement à une augmentation de son salaire contractuel.

Mais Sarkozy ne renconcera pas à la mesure, elle est trop symbolique de sa "rupture." En 2009, il ne s'agira pas de travailler plus pour gagner plus, mais simplement de travailler, même partiellement.

Monarque
Nicolas Sarkozy a peur de s'embêter l'an prochain, quand il ne présidera plus le Conseil Européen. Après avoir pris l'engagement de plus maquiller les photos gouvernementales qu'il publie (avec ou sans bague à 15 600 euros), le Figaro expliquait cette semaine ces états d'âme présidentiels. L'homme (ou la femme) de la rue pourrait croire que l'actualité française est suffisamment chargée. Mais la crise sociale et économique que traverse le pays semble peu préoccuper le monarque. Le Figaro relève ainsi les sujets d'inquiétude et de réflexion du président français ; en résumé, ses ambitions sont simples: va-t-il pouvoir toujours autant voyager («Je vais pouvoir voyager dans des pays différents») ? Comment garder l'UMP à sa botte («il y a six places à l'UMP en janvier et huit places éligibles pour les élections européennes, en juin ») ? Comment se montrer autant sur le "terrain" («Le président veut organiser au moins deux déplacements par semaine» ) ? Bref, une petite crise narcissique en perspective difficile à gérer pour les proches du chef de l'État.
Comble de la monarchie, voici le retour de la grâce présidentielle, cette fois-ci pour Noël. la grâce servait notamment à désengorger les prisons, au moment de la Fête Nationale le 14 juillet. Sarkozy nous a expliqué l'an passé qu'il ne cèderait pas à la tentation. Finalement, en bon monarque, il a changé d'avis et se réserve le droit de gracier une poignée de prisonniers méritants pour Noël. Il a demandé une liste de 50 détenus exemplaires à la Garde des Sceaux. Cette grâce est un double symbole : fini la grâce collective, place à la clémence du Monarque.

Le Monarque est tout de même parfois humilié : une Cour d'appel a imposé à l'éditeur de la poupée vaudou de bien préciser sur son objet qu'il était effectivement "insultant" pour le chef de l'Etat. Merci la Justice pour ce label marketing supplémentaire !

Quelle alternative ?
L'unique réponse du clan sarkozyste (c'est un clan, en êtes-vous convaincu ?) est l'absence d'alternative. Sarkozy n'a pas d'opposant crédible. L'opposition a cependant une chance à saisir. Elle n'est pas si simple. Les Français craignent désormais davantage pour leur emploi que pour leur pouvoir d'achat. Pourtant, les arguments sont à portée de main : un président qui défend sa "classe"; des efforts inégalement partagés aux détriments des plus pauvres et des classes moyennes.
Martine Aubry commence très moyennement son rôle d'opposante en chef. Jeudi, elle a réclamé la suppression de "70 milliards d'euros de niches fiscales." Vraiment ? Ses conseillers pourraient-ils lui dire que ce montant regroupe bien des aides très sociales. Ségolène Royal s'est rangée à la décision contestée de son Parti. Mais elle reste l'une des rares à tacler le monarque très clairement. Le Modem est lui encore inaudible, faute de représentation politique à la hauteur. Le mouvement écologiste se regroupe dans la perspective des élections européennes. Il pourrait révéler l'imposture "durable" du gouvernement en matière de défense de l'environnement. A l'extrême gauche, on attend avec impatience la constitution du Nouveau Parti Anticapitaliste autour d'Olivier Besancenot, toujours très présent.
Un paysage semble se dessiner au tour de trois pôles, un centre-gauche, offensif contre l'ineptie économique et l'imposture républicaine du Monarque; l'autre, écolo, ruinant la crédibilité présidentielle en matière de développement durable; le troisième très social, dénonçant la casse sarkozyste qui frappe les plus fragiles.

Le masque est-il tombé ?

Ami Sarkozyste, où es-tu ? 

3 commentaires:

  1. Une opposition efficace de forgera, forcément. L'homme n'en est encore qu'à un an et sept mois du début de son mandat.
    Le plus incroyable est que, sans opposition, il s'autodétruit. Il est possible de se demander si elle nécessaire!
    L'ennui est que notre pays s'enfonce atrocement.

    RépondreSupprimer
  2. Lors du discours du 24 novembre (discours memorable, vraiment a gardé chez soi),
    sarkozy déclare : la crise systémique est née le 18 septembre 2008 avec la chute de lehmann brother...
    En gros, tout ca ne serait la faute que des américains, et qu'il faut pas chercher plus loin, comme reformer le modèle économique actuel par exemple...(en effet, comment reformer un systeme financier mondial en oubliant d'inviter au G20 les pays émergants et les pays les plus pauvres : l'afrique n'était representé que par l'afrique du sud)
    Pourquoi 20 pays disposeraient du devenir de l'économie mondial ?

    Le G20 fut un rendez vous historique selon sarko, les deputes de droite et le gouvernement ...quels sont les retours historiques ? quelles sont les mesures prises ?


    et pour finir sarko qui remonte dans les sondages ...

    ecoeuré!

    (kropotkine alias politistution)

    RépondreSupprimer
  3. @Al Slipone : Le pays s'enfonce, c'est plus que triste, c'est vrai. Néanmoins, sans faire d'image facile, je dirai que quand on touche le fond, un coup de pied suffit à remonter. Cependant, le coup de pied, cette fois pourrait bien partir à l'horizontale direction le fondement de ce soi disant chef d'état. A méditer.

    @ kropotkine : Ne sois pas écoeuré (pas trop du moins) beaucoup lisent ce blog, bien sûr. Mais beaucoup (dont moi) voient tes publications. Ce qui a changé par rapport à l'avant sarko, c'est qu'aujourd'hui, on peut contester sans attendre le verdict des urnes. Il y a internet et ce ne sont pas les rigolos qui sont chargés de "surveiller" la toile qui l'empêcheront. La révolte est en marche et je connais des vrais sarkozystes qui en sont également revenus et qui n'attendent, sans trop le dire, qu'une chose : Balancer un grand coup de pompe dans l'arrière train de ce président de pacotille aux prochaines élections. Je sais, c'est loin... Mais bon.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.