6 novembre 2008

Rémunérations ministérielles : inéquité à tous les étages ?


Après les frais du président, voici ceux du gouvernement. d'après LE MONDE, les effectifs des cabinets ministériels ont augmenté de 397 personnes et le montant des primes attribuées a crû de 5 millions d'euros (+20% en un an !)... Cette information ne sort qu'aujourd'hui, certains débats parlementaires auraient dû nous alerter plus tôt.

Nicolas Sarkozy, un modèle
Une nouvelle flotte aérienne pour 280 millions d'euros en 2009, une augmentation de son traitement personnel, un dérapage évident des frais de la Présidence (et notamment des voyages), la multiplication de voyages privés la saison dernière, ... Le président a clairement donné le mauvais exemple.

Les ministres, des apprentis
Contrairement à la promesse présidentielle d'un gouvernement resserré, l'équipe gouvernementale n'a connu aucune restriction.
"Entre septembre 2007 et juillet 2008, selon l'annexe au projet de loi de finances pour 2009, les affectations dans les cabinets ministériels ont crû de 397 personnes et le montant des primes distribuées a progressé de près de 5millions d'euros."
Les ministres vertueux sont Eric Woerth (budget), Brice Hortefeux (immigration), Rachida Dati (justice), Christine Boutin (logement), et Christine Albanel (culture). Ils respectent tous le "plafond" fixé par François Fillon en 2007, à savoir 20 conseillers par ministre de plein exercice.

Plus surprenant, comme le note LE MONDE, est le bond des "indemnités pour sujétions particulières", en gros les bonus de nos chers ministres, secrétaires d'Etat et de leurs collaborateurs.

Le silence embarrassé du gouvernement
Mardi 21 octobre, l'examen de la loi de finances 2009 a permis d'entendre le député Vert François de Rugy poser cette devinette à ses collègues :
M. François de Rugy.
Nous discutons en ce moment un budget placé sous le signe de la rigueur. Les crédits de l’emploi et du logement sont en baisse. Les réductions d’effectif frappent tous les ministères, y compris celui de l’éducation nationale ou celui de l’écologie.

Dans ce contexte, je voudrais soumettre aux membres du Gouvernement une petite devinette : quels sont les agents de l’État qui, en 2009, se verront octroyer une augmentation de salaire moyenne de 15 300 euros ? Quels sont les heureux gagnants de ce jackpot, qui représente, pour chacun de ses bénéficiaires, l’équivalent de la progression de rémunération annuelle de 300 salariés payés au SMIC ?

Je ne vous ferai pas davantage attendre la réponse : ce sont – on l’apprend à la lecture du budget – les quatre-vingt-dix-huit collaborateurs les plus proches du Président de la République.

(Exclamations sur les bancs des groupes GDR et SRC.)
La réponse du ministre du Budget au député de l'opposition fut laconique ... et mensongère : "Je regrette votre manière d’exagérer et de tronquer la vérité pour faire croire aux Français ce qu’ils ne doivent pas croire. L’ensemble des budgets des administrations n’augmente pas, ce qui n’avait jamais été le cas auparavant, et c’est également vrai pour le budget de l’Élysée, qui est plus transparent que jamais."

En période de vache maigres, de polémiques sur les rémunérations des dirigeants d'entreprise précipitée par la crise financière et économique actuelle, cette nouvelle fait ... tâche !

Lire aussi :

3 commentaires:

  1. Excellent article récapitulatif.
    La cerise sur la gateau: le discours du député le 21 octobre.
    beau boulot ;-)

    Moralité chez Sarko comme chez les Parlementaires: "Faites ce que je dis mais pas ce que je fais"

    L'amour de l'or...

    Et si on imposait un voeu de pauvreté aux élus ?
    Pour d'autres ça serait un voeu de chasteté pour qu'ils ne se déconcentrent pas du boulot ;-) (DSK si tu nous lis...)

    RépondreSupprimer
  2. C'est donc ça (voir photo) un cabinet ministériel !!!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.