27 décembre 2008

86ème semaine de Sarkofrance: l'abécédaire des promesses non tenues par Sarkozy

Il est temps, en ces derniers jours de décembre, de dresser le bilan des promesses non tenues du président Sarkozy. 2008 fut sa première année entière d'exercice présidentiel. Une année agitée mais maussade pour le Monarque : désastre des élections municipales, tensions internationales, remontée du chômage, présidence européenne sur fonds de crise mondiale. Les sujets n'ont pas manqué pour justifier le volontarisme du Monarque. Mais le divorce entre Sarkozy et les Français semble consommé : au-delà de ses agapes amoureuses et dérapages Bling Bling, Nicolas Sarkozy paye d'avoir trahi certaines promesses.

L'intégralité de son programme ne pouvait évidemment pas s'accomplir en 86 semaines de présidence.

La critique vise ailleurs. Sur certains sujets, il nous avait promis des résultats rapides. Jugeons-le aux actes. La liste qui suit est une première revue, non exhaustive, des engagements non tenus mais qui auraient dû l'être, un abécédaire des échecs de l'année qui devrait troubler l'électeur du 6 mai.

Allocations Familiales
"J’aiderai les familles à chacune des étapes de leur existence. En particulier, j’allouerai des allocations familiales dès le premier enfant." promettait Sarkozy dans son "projet" électoral. En avril dernier, on apprenait que que les bonifications accordées pour les adolescents ne seraient plus versées dès les 11 ans, mais après 14 ans. Tout ça pour économiser 138 millions d'euros sur le dos de 4,5 millions de familles.

Banlieues
Fadela Amara était l'une des "prises" politiques de Nicolas Sarkozy en mai 2007. Elle incarnait aussi un espoir de rénovation et de réhabilitation des banlieues : site web participatif, déclarations tonitruantes sur le "plan anti-glandouille" en août 2007, puis annonce d'un plan "Banlieues Espoirs" en février 2008 soit-disant doté d'un milliard d'euros ! La promesse d'un contrat de travail unique sensé simplifier les embauches en banlieues est vite oubliée. Le plan Amara regroupe des dépenses gérées par d'autres ministères. Dix mois plus tard, le 17 décembre dernier, Nicolas Sarkozy reconnait que le plan est un échec.

Chômage
Sarkozy avait promis de réduire le nombre de chômeurs. Effectivement, les statistiques lui donnèrent raison. Et pour cause ! Après avoir fait voter la dégradation des indemnités chômage pour les sans-emplois qui refuseraient plus de "deux offres raisonnables", il a ignoré les travailleurs précaires. Dès avril 2008, l'intérim s'effondre. "Heureusement" pour lui, la crise mondiale lui donne un prétexte sur mesure pour masquer son échec.

Croissance
Sarkozy devait aller chercher "avec les dents" un point de croissance du PIB supplémentaire. On lui reprochera d'avoir négligé le contexte international. L'éclatement des subprimes américains date de ... l'été 2007. Dès septembre, Bruxelles, l'INSEE ou l'OCDE contredisaient les prévisions gouvernementales. Dès le second trimestre 2008, la production industrielle baissait. Le 29 mars dernier, nous écrivions : "Sarkozy voulait la rupture, il aura la crise mondiale."

Déficits publics
"La maîtrise de nos finances publiques est un impératif moral autant que financier. Les jeunes générations ne peuvent accepter que les générations actuelles vivent à leur crédit" dixit le candidat Sarkozy. Avant même le déclenchement de la crise mondiale au second semestre, les déficits publics s'envolent et la promesse d'équilibre budgétaire en 2012 devient obsolète. La défiscalisation des heures supplémentaires aggrave les comptes de l'Etat, de la Sécurité Sociale et des retraites : 615 millions d'euros pour le seul dernier trimestre 2007 dans les comptes de la Sécu ! Dès mars dernier, Fillon suspend la promesse de réduire de 68 milliards d'euros pendant la mandature les prélèvements obligatoires. Le 4 avril, Sarko annonçait 166 "mesurettes" pour économiser 7 milliards d'euros. On les a déjà oubliées ! Pour 2009, le seul déficit budgétaire de l'Etat est prévu à 80 milliards d'euros par le gouvernement.

Droits de l'Homme
Lors de son discours de vainqueur, au soir du 6 mai, Nicolas Sarkozy fut lyrique. En matière de droits de l'homme, on allait voir ce qu'on allait voir; 19 mois plus tard, le mensonge est patent: la France s'est réconciliée (si tant est qu'elle fusse fâchée) avec la quasi-totalité des dictatures du monde, pour reprendre un fructueux dialogue ... commercial ! Syrie, Russie, Chine, Tunisie, etc, qui n'a pas sa centrale nucléaire ou ses avions Dassault ? La Françafrique continue. Même Bernard Kouchner a fait son mea culpa: un secrétariat d'Etat aux Droits de l'Homme ne sert à rien selon lui. Les droits de l'homme sont bel et bien oubliés.

Environnement
Sarkozy et Borloo s'étaient gargarisés de plaisir avec la tenue, jusqu'en octobre 2007, de leur Grenelle de l'Environnement. A l'exception du moratoire contre la culture d'un maïs transgénique (obtenu grâce à une grève de la faim) et du malus-bonus écolo pour l'acquisition de voitures, a fallu attendre un an pour faire voter la "première loi Grenelle", un catalogue de bonnes intentions dont le financement fut reporté à l'examen d'une seconde loi début 2009. Lors du dernier Conseil Européen, son président, le même Sarkozy, est parvenu à un compromis minable sur l'engagement européen à l'horizon 2020: à peine 4% de réduction des émissions carbone sur son territoire. La belle affaire !

Franchises médicales
En janvier 2007, Sarkozy promettait la lune. Rappelez-vous: "Je ne pense pas qu’il y ait matière à beaucoup d’économies dans la santé. Compte tenu de l’allongement de la durée de la vie, du progrès médical et de l’aspiration bien naturelle de nos concitoyens à vivre en bonne santé, l’investissement dans la santé sera forcément majeur." Le 1er janvier dernier entraient en vigueur ... de nouvelles franchises médicales pour économiser quelques 650 milliobs d'euros par an sur le dos des malades.

Gouvernement resserré
Le décompte réel des effectifs du gouvernement révèle qu'il n'est pas si resserré que promis par le candidat. Entre septembre 2007 et juillet 2008, selon l'annexe au projet de loi de finances pour 2009, les affectations dans les cabinets ministériels ont crû de 397 personnes et le montant des primes distribuées a progressé de près de 5 millions d'euros.

Immigration
En 2008, Brice Hortefeux peu se targuer d'un succès : au prix de quelques compromis, il fait adopter un pacte européen interdisant les régularisations massives. Mais derrière cet arbre, se cache une forêt d'illusions : l'immigration, thème majeur de Sarkozy en campagne, était (et reste) une diversion : sous couvert de quelques nominations au gouvernement (Rachida Dati, Rama Yade et Fadela Amara) Sarkozy s'est permis ce que jamais la France n'a connu depuis la France de Vichy: création d'un ministère de l'Identité Nationale, regroupement familial durci jusqu'aux tests ADN, tests de Français, quotas ethniques par métier, rafles et traques jusque dans les écoles, industrialisation de la rétention, et ... tribunaux pour étrangers. Rachida Dati a même dû préparer une modification constitutionnelle, et créer une commission ad hoc, pour faire passer ce changement de régime. Si l'on retire les expulsions à Mayotte (17 000 par an), le nombre d'éloignements dépasse péniblement les 10 000 cette année encore. Tout ça pour ça !

Immobilier
Favoriser l'accession à la propriété était l'une des priorités de Sarkozy. Le président nous vantait même les vertus du crédit hypothécaire ! Les mesures de soutien furent votées en 2007. Un an plus tard, on mesure combien le projet était anachronique. La crise des subprimes a éclaté à l'été 2007. La bulle immobilière en France était prête à exploser. De janvier à juin 2008, les crédits immobiliers ont chuté de 11%. La défiscalisation des intérêts d'emprunts n'a servi à rien. Les faillites boursières et le resserrement général du crédit ont achevé les ambitions présidentielles.

Police de proximité
Nicolas Sarkozy aurait du avaler son chapeau. Michèle Alliot-Marie a créé en janvier 2008 des "unités territoriales de quartier", histoire de faire oublier les déclarations de campagne ("La police de proximité mise en oeuvre par M. Jospin a abouti à ce que, pour la première fois dans l’histoire de France, on a dépassé les 4 millions de crimes et délits").

Pouvoir d'achat
Cf "Travailler plus pour gagner plus."

Prisons
La rénovation des prisons et des conditions de détention est l'un des grands échecs de la présidence Sarkozy à ce jour. Sa promesse de campagne était pourtant claire : "Je suis également partisan d'une grande loi pénitentiaire permettant à notre démocratie de définir ce qu'elle attend de ses prisons et de se donner les moyens de sa politique dans ce domaine." Depuis, les records de surpopulation sont dépassés de mois en mois. Le 28 juillet, Rachida Dati présentait quelques mesurettes.

Protection des sources des journalistes
Bel effet de communication, en mars dernier. Rachida Dati a fait voter une loi. Mais son texte officialise en fait les exceptions à cette protection des sources, qui sont "à titre exceptionnel et à condition que la nature et la particulière gravité du crime ou du délit et les nécessités des investigations le justifient" comme le terrorisme par exemple...

République irréprochable
Sarkozy nous l'avait promis. Mais 2008 fut l'année de tous les excès : augmentation du traitement présidentiel de 173% en janvier 2008, nouvel avion, dérapage des frais de la Présidence, multiplication des déplacements d'ordre privé, légions d'honneur de complaisance, nomination des patrons de l'audiovisuel, grâce présidentielle pour Marchiani ou Tapie. Tout y est.


Retraites
Contrairement à ce qu'on nous raconte, la "grande" réforme des retraites n'a pas eu lieu. En fait, le gouvernement Sarkozy n'a fait que dégrader le régime par petites touches: suppression des pré-retraites de 57 à 60 ans, revalorisation a minima des pensions ( moins que l'inflation en 2008), allongement à 41 ans de la durée de cotisation retraite passera mécaniquement à 41 ans, en application... de la loi Fillon de 2003.

Le véritable impact de Sarkozy sur les retraites fut la loi TEPA : la défiscalisation des intérêts d'emprunts immobiliers, et des heures supplémentaires (pour ne citer que les deux plus importantes) creusent le déficit des caisses des retraites de quelques 2,5 milliards d'euros par an...

Sans-abris
C'était l'un des engagements les plus démagogiques du candidat: le 18 décembre 2006, il promettait de supprimer tous les ans-abris dans les deux ans. Le 18 décembre dernier, il y avait (évidemment) encore pas mal de sans-abris en France. Près de 350 d'entre eux sont même morts de froid cette année. Le 29 janvier dernier, à quelques semaines de la fin de l'hiver, Fillon avait fait un geste, un plan pluri-annuel pour prévenir les expulsions locatives et un programme de "réhabilitation des centres d'hébergement et d'augmentation des capacités." Comme un bégaiement de l'histoire, Sarkozy répéta quasiment mot pour mot les mêmes promesses en décembre...

Seniors
"Je mets d’ailleurs les entreprises devant leurs responsabilités. On doit garder les quinquagénaires dans les entreprises" nous expliquait le candidat de la droite en 2007. On croyait qu'il allait agir sur les employeurs. Quel malentendu ! En mai dernier, les (futurs) retraités ont eu confirmation que (1) leur pension n'augmenterait que de 1,9% (1,1% en mars, 0,8% en septembre), (2) les pré-retraités de 57 à 60 ans devraient pointer prochainement au chômage, (3) la durée de cotisation retraite passerait mécaniquement à 41 ans et (4) qu'ils risquent d'être radiés du chômage après deux refus d'emploi comme tout chômeur. 60%* des seniors (55 à 65 ans) ont été ainsi précarisés en quelques jours.

Traité Simplifié
Le 3 janvier, le Conseil des Ministres adoptait le "projet de loi constitutionnelle modifiant le titre XV de la Constitution", proposé par la Garde des Sceaux. Mais quelques mois plus tard, ce projet censé relancer la construction européenne s'écrasait en Irlande, seul pays européen à avoir choisi la ratification par référendum. Déjà lourd de quelques centaines de pages, ce traité fut encore charcuté lors du dernier Conseil Européen de l'année, le 12 décembre dernier. On veut nous faire croire que tout va bien...
Même si l'examen de cette loi est reportée au 15 janvier 2009, ses supporters devraient s'interroger sur le rétrécissement brutal de son périmètre. Nicolas Sarkozy, qui travaille lui-même rarement le dimanche, a usé et abusé du fameux exemple des ouvertures de magasins sur les Champs Elysées à paris. In fine, il a accepté de limiter le projet de loi à la légalisation des ouvertures actuelles.

"Travailler plus pour gagner plus"
Ce slogan mérite un blog à lui tout seul. Votée dans l'urgence dès juillet 2007, la loi TEPA exonérait les heures supplémentaires d'impôt et de cotisations sociales. Effet d'aubaine, les entreprises ont pu en profiter. Le marché de l'intérim s'est effondré dès le mois d'avril. En 2007 déjà, les Français n'ont pas travaillé plus. Le pouvoir d'achat a-t-il cru pour autant ? Non. L'envolée des prix de l'énergie et des matières premières conjuguée à une faible augmentation des salaires ont sabordé l'efficacité du dispositif. En 2008, le pouvoir d'achat des Français a baissé, le chômage technique s'étend, les destructions d'emploi se multiplient. On ne cherche pas à travailler plus, mais à travailler tout court.

Il y a presque un an, un confrère blogueur commentait ainsi l'actualité présidentielle : "Pour l'instant, la seule opposition véritable, c'est la réalité."

Un an plus tard, le constat tient toujours. En 2007, Sarkozy a conduit une campagne électorale victorieuse, sur des promesses intenables, ou des mensonges grossiers qui n'engagent que ceux qui y ont cru. Le débat électoral méritait mieux que ces intoxications.

30 commentaires:

  1. Je vais me permettre de compléter sur mon blog... tu en a oublié plein malheureux :)

    RépondreSupprimer
  2. @donatien : très certainement... Mais attention: que des promesses tenables en 2008 et qui ne l'ont pas été...

    RépondreSupprimer
  3. http://jen-airienadireetalors.20minutes-blogs.fr/archive/2008/12/27/s-ils-n-ont-pas-de-pain-qu-ils-mangent-de-la-brioche.html#comments

    RépondreSupprimer
  4. Faites pareil avec l'autre gogo de miterrand qui a coulé la france pendant 14 ans a faire n'importe quoi !!
    voila ou on en est !!! honteux !!
    Heureusement que les francais sont intelligents et ont élu Mr Sarkozy !!
    Marre des branleurs de socialos qui distribuent mon argent aux racailles, aux chomeurs, aux glandeurs de rmistes et à leur copain de la fidel/UNL et autre futurs chomeurs socialistes !!!!!

    RépondreSupprimer
  5. @ anonyme,

    On peut en effet remarqué que les vieux réflexes d'extrême droiture ,insulte et d'amalgame, sont toujours de rigueur !!!!
    Sans doute quelque reste de votre jeunesse frontiste !!!
    C'est vrai qu'il a ratissé large notre cher Pipole 1er .

    Très bon post !!

    RépondreSupprimer
  6. @ anonyme...

    Vous ne méritez même pas qu'on s'intéresse à votre remarque et pourtant... Pourtant, je vais le faire :

    - Quand on a des c*****es, on garde son pseudo partout, mais les gens étroits d'esprit qui insultent les autres sont comme vous et ne le font pas.
    - Je n'aimais pas plus Mitterand que ça mais sarko est en train de nous emmener au fond et les gens comme vous nous attachent des poids aux pieds pour qu'on coule plus vite.
    - Il est très facile de dire que Mitterand a coulé la France. Chirac l'a renflouée ???? Peut-être que vous le pensez, mais d'un autre côté, il a rempli le bateau d'eau avec toutes les casseroles qu'il a au cul.

    Maintenant, je vais faire comme vous en changeant de ton !

    Tu insultes les socialistes de branleurs, moi je dis que tu fais partie d'une clique de voleurs et d'enfoirés qui profitent à plein du bouclier fiscal et regardent crever les gens qui travaillent vraiment pour nourir les parasites dont tu fais partie. Petit con !

    Maintenant, peut-être que tu auras envie de revenir poster ici avec ton vrai pseudo pour assurer une traçabilité de tes agissements.

    Heu Juan... excuses moi mais ce genre de crétin me fait sortir de mes gonds et je me ferai bien un pâté de tête quand je lis ce qu'il écrit.

    RépondreSupprimer
  7. Excellent post ! Je me permets de le retranscrire sur mon blog avec un lien vers ici car je pense indispensable de propager une aussi bonne information. Merci.

    RépondreSupprimer
  8. Sarkozy est loin d'être le messie prétendu (mais peut-on vraiment attendre mieux de lui ?).
    Je reste cependant persuadé qu'il restait la meilleure alternative en 2007. Il a le mérite de faire (un peu) bouger les choses, et surtout de mettre un bon coup de pied au cul des socialistes. J'espère que ça leur sera profitable, et qu'en 2012 ils seront remontés et prêts à en découdre ! Même si pour l'instant, il n'y a pas de quoi être optimiste...

    Parlons un peu des réussites du mandat de Sarkozy, pour être honnête : la réforme de l'État, qui commence à prendre forme, l'énergie dépensée pour remettre en route l'UE.
    Quelques unes de ses méthodes devraient vraiment inspirer les partis d'opposition (je pense aussi au Modem), d'autres comportements nous seront toujours insupportables.
    Restons vigilants, sans devenir paranos. Rentrer dans une lutte obstinée et stérile ne fait que conforter les partis du mécontentement et de la division, qu'on aimerait ne plus entendre.

    RépondreSupprimer
  9. Viens juste de découvrir ce blog (par un liende Rue89), et c'est une sacrée découverte. Il fallait avoir l'idée, et il faut certainement beaucoup de ténacité pour tenir ainsi quotidiennement compte du travail de sape de la France et l'Europe qu'on aime accompli sans relâche par l'actuel président depuis ce tristement mémorable mai 2008. Respect!

    RépondreSupprimer
  10. françois le français28 décembre 2008 à 20:43

    avec mitterand on etait au bord du gouffre,
    avec chirac on a fait un pas en avant,
    avec sarkozy, on est enfin au fond du gouffre

    et oui Anonyme , voilà presque 30 ans de politique en france (avec un f minuscule volontaire) résumé

    RépondreSupprimer
  11. Bonsoir,
    Comme je trouve ton post sur le bilan de Tsarko E-X-C-E-L-L-E-N-T, je vais, si tu le permets, le copier/coller sur mon blog http://segolavie82.blogspot.com et y mettre le tien en lien
    Oui,bien aimé et apprécié ton com mais c'est vrai qu'il en manque encore, la liste serait beaucoup trop longue...
    Une meilleure année pour 2009 !

    RépondreSupprimer
  12. @Françoise : merci, et aucun problème pour la reprise de l'article.
    @iceman : merci pour la réponse à l'anonyme.
    @Paul Guignard : je ne crois pas que nous vivions sur la même planète. La démarche européenne de Sarkozy est contestable, car l'Europe politique me semble ... plantée aux profits de petites négociations entre Etats...

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour, à tous, je commencerai par dire que j'aime cette France qui parle.

    Pour ma part, le bilan de sarko c'est zéro. Malgré, que je reste persuadé que ségo franchement on n’aurait pas eu mieux...

    Je fais partie des exclus, je fais partie des 20/35 ans qui n'ont pas leur place en France ce pays ou Égalité, Fraternité et Liberté ne veut plus rien dire depuis des années.

    Ce pays qui nous dit faites des études pour nous embaucher comme stagiaires à 350 euros par moi dans le privé et gratuitement dans le public (oui l'état c'est exclu de la loi mise en place il y a un ou deux ans) et qui ensuite ne nous laisse que distribuer les pages jaunes, faire voiturier bagagistes ou distribuer les pub dans les boites aux lettres. (www.generation-precaire.org)

    Ce pays où les politiques cumuls des mandats afin de limiter les personnes participant aux pouvoirs. Et qui ensuite opposition comprise s'octroie de plus en plus de privilège. Rente à vie suite à l'occupation d'un mandat alors que nous-même au bout de 20 ans de boîtes c'est chômage et rmi.

    Ce pays qui ne permet à ses enfants qu'a louer des logements du type 30 m2 pour 500 euros par moi, et encore quand on a de la chance. Acheter on n’y pense même pas désormais c’est 500 000 euros 100 m2 à Paris, moitié moins de surface qu’il y a 30 ans en arrière.

    Ce pays où les lois mises en places sont plus souvent pour servir les patrons que le peuple, le medef très copains de sarko, tiens c’est bizarre (la famille Bouygues, bouleversement de France télévision au profit de tf1) .

    Ce pays qui de plus en plus se transforme en la nouvelle Russie. Le pouvoir en place s’octroie de plus en plus le contrôle des médias grand public.

    Ce pays qui depuis plus de clinquantes ans est géré par des gens de droite et de gauches mettent en place pour qu'eux, leur progénitures et les progénitures de leurs progénitures vivent bien et de façon confortable. Et à c'est politiques vous pouvez ajoutés ces patrons qui engraissent ces même politiques afin que c'est dernier servent leur intérêts.

    Ce pays où quand tu as 30 ans un Bac +5, pas de travail
    tu es obligé d’être frustré,
    tu es obligé de renier ton savoir, tes idées, ta créativité pour ne pas te mettre une balle,
    tu es obligé de voir des politiques à milles lieux des préoccupations du peuple du fait de leur vie protégé, de leur vie dorée…

    Je vais arrêter ici mes déambulations en vous souhaitant de bonnes fêtes de fin d’années malgré toutes les divergences entre les uns et les autres.

    Je ne tiens pas de blogues, mais si vous avez un taf pour moi je suis preneur, oui au point où j’en suis et j’assume ce que je dis………

    NB: ce bilan ont peu faire le même au niveau européen.

    RépondreSupprimer
  14. @iceman : merci pour la réponse à l'anonyme.

    Y'a pas de quoi. Ca fait du bien de remettre les cons en place parfois. Je pense qu'on peut avoir l'esprit critique mais qu'on ne doit pour autant pas s'autoriser à insulter ceux qui ont au moins le mérite d'ouvrir le débat. Par ailleurs, j'aime pas les cons :)

    Allez.... Je te souhaite de bonnes fêtes de fin d'année, une excellente année 2009 et une trèèès longue vie à ce blog.

    RépondreSupprimer
  15. Tres bon article, pour que ceux qui ont vote pour cet uluberlu pesent leur responsabilite devant les Francais aujourd'hui et demain.
    Il faudra aussi rappeler, contrairement a votre phrase "Irlande, seul pays européen à avoir choisi la ratification par référendum.", que les elites irlandaises n'ont pas "choisi", mais la constitution leur IMPOSE un referendum pour tout transfert de souverainete. Pour ceux qui connaissent l'Irlande, son peuple et son HISTOIRE, la souverainete n'est pas un vain mot, en tout cas les politiques le savent...

    RépondreSupprimer
  16. Bravo à tous les journaux qui ont pointé vers cette page.

    Bravo à tous les journalistes qui n'ont pas fait le travail de Juan.

    RépondreSupprimer
  17. tout simplement merci pour cette analyse et ce compte rendu. je comprends que l'anonyme s'emporte, il n'y a que la vérité qui fâche. Mr sarkosy est à ton image d'anonyme "pauvre con", aucun sang froid, aucune classe, petit et nerveux à la fois.
    je me demande quand les télés vont enfin remontrer le compteur du déficite qu'elles ont tant montrées durant cette campagne...bizarre... tourne-t-il toujours aussi vite?...a-t-il disparu?...continuez juan et félicitation pour votre travail!

    RépondreSupprimer
  18. Bravo pour cet article ...
    Je me permets, si tu n'y vois pas d'inconvénient, de faire un petit lien vers ton article depuis mon tout récent blog (http://levraifauxblog.blogspot.com) en rajoutant le blog entier à ma blogroll list ...

    Excellente analyse, n'en déplaise à certains !!!

    RépondreSupprimer
  19. "Avec ségo on aurait pas eu mieux"

    Je ne suis pas pour royal pour un sous (ça stratégie déclarée "rien sauf moi" lancée le lendemain de sa défaite me fait bondir, qu'elle est raison ou non)... mais il me semble que dans son programme il y avait un paquet économique orienté vers les économie d'énergie, les innovations dans ce secteur, etc... (ce qu'il n'y a toujours pas dans le plan de relance) Avec ces mesures on aurait une réelle lutte pour le pouvoir d'achat, pour l'amélioration de l'indépendance énergétique, l'emploi etc...

    (Sarko avait promis les taxes à l'importation sur les produits polluant... mais quand il a s'agit de négocier ça dans le plan climat, il a baissé son froc)

    RépondreSupprimer
  20. Si cet abécédaire paraît sympathique au premier abord, je trouve ça un peu stérile de faire des listes de promesses tenues ou non tenues, même si on peut trouver dans certains paragraphes un début de cohérence, l'essentiel est quand même passé à la trappe. Vous jouez la carte sarkozienne du court-termisme, du pragmatisme alors que le problème réside dans une véritable idéologie de fond : le conservatisme (NPC avec immobilisme)
    Que ce soit sur la question du travail (bouclier fiscal) , de la famille (exonération droits de succession) ou de l'idée de nation (la France, tu l'aimes ou...) , la rupture est nette, et pas seulement d'un point de vue symbolique.
    Cela devrait laisser le champ libre à un néo-progressisme, réconcilié avec le marché et la liberté d'entreprendre, sachant que tous les hommes devraient être égaux dans la possibilité d'être un jour libre.

    c'est beau hein?

    RépondreSupprimer
  21. La liste des promesses tenues :

    "salaire +206%"
    "Salaires Elysée +50%"
    "Shoah en CM1"
    "Casse-toi, pauv'con"
    "Racaille"
    "Travailler plus pour gagner plus"
    "Immigration choisie"
    "La France, tu l'aimes ou tu la quittes"
    "Paquet fiscal 15 MILLIARDS €"
    "Tests ADN"
    "mon pote Kadhafi"
    "Yacht"
    "Fouquet's"
    "Bigard"
    "Mon pote Lepen on l'invite à l'Elysée"
    "Mon fils à 21 ans Conseiller General UMP du 92"
    "Les vieux racistes toujours en insécurité avec TF1"
    "Airbus A330 + avion de backup"
    "UMP : 100 000 euros la coupe de champagne"
    "3 Valises UMP - Bouygues"
    "HADOPI"
    "D'Edvige à EDVIRSP"
    "Grande distribution 2008 +40% (c'est balaud!)"
    "Pipoleries"
    "Contrats aidés, Précarité pour tous"
    "900 suppressions d'emploi sur France Television"
    "Heures supplémentaires sous-payées"
    "Dimanche on travaille"
    "En prison à 12 ans"

    Bref, c'est à peu près comme Jean-Marie mais lui préfère voir les enfants en prison à 10 ans.

    RépondreSupprimer
  22. Le plus important, c'est la liste des promesses non tenues qu'il a bien l'intention d'exécuter contre l'avis des français mais pour les bénéfices de ses amis les financiers, de tout poil.

    A venir, le plus beau : l'instauration d'un système de santé à l'américaine ou les assureurs détiendront le secret médical et pourront ajuster les tarifs des mutuelles en fonction de la santé des gens...

    C'est pour très très bientôt... Dès Janvier 2009, Le gouvernement a prévu de légiférer par ordonnance sur l'ouverture du capital des laboratoires d'analyses médicale. Derrière la devanture de votre gentil laboratoire tenu jusqu'alors par un professionnel de santé, il y aura désormais un assureur, un fond de pension anglosaxon, ou une succursale d'un paradis fiscal.

    Réagissez ...
    Signez la pétition sur www.lasanteauxencheres.fr

    RépondreSupprimer
  23. Vous avez oublié l'Afganistan :
    Il avait promis de retirer les troupes françaises.
    Qu'a t'il fait : il a envoyé près de 1000 soldats de plus.

    RépondreSupprimer
  24. merci aux précisions. Effectivement, je n'ai pas dresser la liste des promesses tenues, y compris les plus inavouables...
    @LeDom : dur constat. J'ai bientôt 40 ans. Quand j'ai commencé à bosser (à 23 ans), le chômage était déjà à 25% chez les moins de 25 ans. j'ai l'impression qu'on a toujours subi la même galère depuis 30 ans.

    RépondreSupprimer
  25. Il en manque.

    Retrouvez en ligne les engagements fermes de SM Niko Narkö Ier l'Enfumeur sur l'atelier typographique de l'Imprimerie nationale (SA, car privatisée par ses soins) ou encore les passages des camions sur les routes des Alpes et des montagnes...

    Faut aussi aller chercher ses promesses de campagne, en province, innombrables...

    RépondreSupprimer
  26. très bon post, dommage que 2009 risque de ressembler à 2008 avec une nuance, le PS sera de retour pour contester tout cela. enfin je l'espère

    RépondreSupprimer
  27. Les commentaires font trop d'honneur au Président Mitterand en lui attribuant ce qui est du à son prédécesseur.

    Le déficit systématique des dépenses publiques est une pratique qui fut institutionnalisée par le Président Giscard d'Estaing, le quel fit aussi flamber la pression fiscale....

    Il est juste regrettable de constater que depuis 1974, nos élites politiques et haute fonction publique, qu'elles soient de droite ou de gauche, ne réforment pas la France, préférant populisme et intérêts particuliers (en droit privé, celà s'appellerait abus de bien social...). Résultat elles ont mis la France à plat.
    Et moi qui rêvait que le Président Sarkozy soit un peu comme Madame Tatcher une main de fer.

    RépondreSupprimer
  28. bilan clair et instructif,
    juste une remarque pour les 350 sans abris décédés en 2008, ils n'ont pas tous succombé au froid (même si il est vrai cela ne change pas le nombre), bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  29. Aucun mot sur ArcelorMittal ? Peux tu mettre ton article a jour ? Nicolas Sarkozy s'est rendu a Gandrange (Moselle) pendant sa campagne et avait pris l'engagement de pereniser l'activite de la Mettalurgie, l'etat aller faire un investisement. Au final pas de changement et nous avons eu 575 emplois supprimes. Des propos avec du recul que nous pouvons califier de populiste alors qu'a l'epoque ce sont autant de famille qui croyaient en lui.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.