15 décembre 2008

Eric Besson, remplaçant de Brice Hortefeux ?


La honte serait totale, absolue et sans retour. Nous n'oserons pas ici des comparaisons historiques qui nous vaudraient immédiatement des poursuites judiciaires sans doute légitimes.

Mais le symbole serait fort.

Selon certaines rumeurs, Eric Besson serait pressenti pour remplacer Brice Hortefeux à la tête du Ministère de l'Identité Nationale.
"C'est Brice Hortefeux qui aurait avancé le nom d'Eric Besson, dans un premier temps au secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, puis à Nicolas Sarkozy. L'actuel titulaire du portefeuille a toujours considéré qu'il ne fallait pas mettre à ce poste un représentant de la diversité, comme Rachida Dati ou Fadela Amara. En revanche, un ministre d'ouverture comme Besson aurait l'avantage de "dédiaboliser" le ministère de l'Identité nationale..." (source).
Le ministère de l'Identité Nationale est l'un des symboles de la Sarkofrance : expulsions de sans-papiers, traques à la sortie des écoles, surpeuplement des centres de rétention, quotas d'immigration par ethnie. Tout y est.

Eric Besson, symbole de la droite décomplexée ?

Nicolas Sarkozy l'avait déjà mis en valeur. Eric Besson était responsable du "carnet de notes" des ministres du gouvernement.
"L'indispensable Eric Besson a été chargé d'"évaluer" l'efficacité des membres du gouvernement dans la réalisation des objectifs fixés par leurs lettres de mission - une sorte d'hommage au défunt Gosplan soviétique, qui a sûrement ému Vladimir Poutine." Patrick Jarreau, Le Monde.

10 commentaires:

  1. L"ouverture" qu'elle soit à gauche ou vers les minorités, sert à manipuler l'opinion. Tous ne sont là que pour des raisons de basse politique, si chère à Sarko.
    Kouchner qui renonce aux droits de l'homme, le traître Besson qui irait traquer l'immigré, Dati qui veut mettre les enfants en prison, Amara chargée vainement de calmer la banlieue, Yade qui joue les alibis "droitdel'hommistes"...

    RépondreSupprimer
  2. A la souuuuupe !!
    Le meilleur service à rendre à ses personnes, mais surtout aux électeurs qui ont la mémoire courte et qui avalent sans problème les boniments de ce genre de personnages, c'est de rappeler leurs déclarations "avant", quand l'appel de la gamelle n'avait pas encore provoqué leur trahison vis-à-vis de leurs idéaux..

    RépondreSupprimer
  3. Bah, ça c'est déjà vu.
    Laval était socialiste avant d'être national socialiste.

    RépondreSupprimer
  4. ok... Je sors !
    Ma comparaison est exagérée, mais à la hauteur de ce que serait ma déception.
    Je vous laisse le soin de virer mes 2 messages.

    RépondreSupprimer
  5. "un ministre d'ouverture comme Besson aurait l'avantage de "dédiaboliser" le ministère de l'Identité nationale."

    Stratégiquement, c'est bien joué.

    RépondreSupprimer
  6. ahah, très bien, excellent

    les traitres, il faut leur faire boire la coupe jusqu’à la lie,

    les cyniques, il faut s'en servir de paillasson !

    RépondreSupprimer
  7. Eric Besson, lui c'est pas un grand Bleu!

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir,
    pour info, Laval avait été élu en 1927 grace à la droite contre un candidat SFIO. C'était un grand opportuniste, chose commune de nos jours chez certains politiques ...
    Les deux plus grands collabos qui ont viré leur cutie pour des raisons profondément politiques sont Jacques Doriot et Marcel Déat.
    Bonne soirée.
    Polo

    RépondreSupprimer
  9. J'aurai appris quelque chose.

    Mais bon, pour ma culture confirme moi que Laval a bien sévi sous l'étiquette SFIO.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Soyez poli, et ne trollez pas.