14 janvier 2009

L'affaire Kouchner : les sales coulisses de la République


Pierre Péan travaillerait sur un ouvrage sur Bernard Kouchner. Marianne2 en a livré quelques extraits. Le ministre des Affaires Etrangères a fait répondre qu'il n'avait rien fait de mal et pris un avocat. Bakchich.info publie à son tour une rafale de documents. Voici l'affaire Kouchner qui démarre !

Bref rappel de l'affaire :
Pierre Péant s'interroge de savoir si Bernard Kouchner aurait facturé, "via une société créée par deux proches collaborateurs, plusieurs rapports à certains Etats, dont le Gabon". Cette société, IMEDA, réclame encore 817 000 euros d'impayés à l'Etat gabonais, sur quelques 2,6 millions d'euros facturés globalement pour des missions de conseil. Bernard Kouchner a travaillé pour IMEDA à partir de 2004, en tant que consultant, 'pour aider le Gabon à se doter d'un système d'assurance maladie".

Ce que l'on sait :

1. Bernard Kouchner a été rémunéré par une société qui conseillait richement le dictateur gabonais.
Cette information est en soi un choc. Omar Bongo est l'un des dictateurs les plus tenaces de l'Afrique, accusé plusieurs fois de détournements de fonds, richissime dans un pays réputé pauvre, soutien de la Françafrique.

2. Bernard Kouchner sait remercier ses proches.
Il confirme avoir été consultant pour une société créée et gérée par deux de ses proches collaborateurs, Éric Danon et Jacques Baudouin. Quand il a été nommé, il a confié aux deux de belles responsabilités, l'une honorifique (ambassadeur à Monaco, puis ambassadeur auprès de la conférence pour le désarmement à Genève), l'autre sans rapport avec le métier de conseil antérieur (la communication de son ministère).

3. Kouchner confirme avoir discuté avec Omar Bongo du sujet précis objet de l'étude impayée, quelques jours après avoir été nommé au Quai d'Orsay.
Le gérant, devenu ambassadeur, a confirmé au Monde avoir relancé un mois plus tard l'Etat Gabon en ces termes: "« Cher Blaise, comme vous le savez, les deux sociétés accomplissent de nombreuses missions au Gabon pour le compte du gouvernement. Nous avons reçu le mois dernier, de S.E. le chef de l’Etat, l’assurance que notre dernière facture serait rapidement honorée. En conséquence, celle-ci a été transmise au ministre d’Etat Paul Toungui, je vous l’adresse de même ci-joint ».

4. Kouchner ferme l'une de ses sociétés, mais pas l'autre.
Bernard Kouchner a fermé l'une de ses sociétés le 18 mai 2007, mais il reste actionnaire de sa société BK Consultants, mis en sommeil à la même époque, comme il l'a justifié lundi. Philippe Cohen, pour Marianne2, s'interroge : pourquoi ?

5. Etrangement, Kouchner annonce, dans son communiqué de défense, qu'il a pris Maître Kiejman comme avocat.
On se doute bien qu'une personnalité ainsi interpellé par l'enquête d'un journaliste va prendre un avocat, si elle n'en a pas déjà un. Afficher publiquement ainsi le concours de Me Kiejman est une forme de menace à l'égard des curieux.

6. Quand il exerçait ses conseils payants, Kouchner travaillait bénévolement pour un programme public de conseil sur le même sujet. Sans souci ?
Ce programme, ESTHER (""Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau"), a été créé par le gouvernement français en 2001 "afin de favoriser l'accès aux soins des personnes vivant avec le VIH/SIDA dans les pays en développement." L'Organisation Mondiale de la Santé, l'ONUSIDA et d'autres pays européens (Espagne, Italie, Luxembourg) y sont associées.

Un peu d'éthique ne nuit pas à la conduite des affaires publiques, non ?

16 commentaires:

  1. C'est le même Kouchner qui trouvait très bien le comportement de Total en Birmanie ? Y a une cohérence finalement

    RépondreSupprimer
  2. Merci de cet article,
    il s'agit bien d'une question d'éthique , en effet. Avec délits de trafic d'influence à la clef. On comprend mieux le sens du mot "ministre d'ouverture" à la lumière de cette affaire...à suivre.
    Ne manquez pas la cérémonie d'investiture d'Obama, mardi prochain. Ce sera grandiose.
    On rêvait de changer le monde et le plus drôle, c'est qu'on y soit arrivé !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Juan,

    Pourquoi parler au conditionnel. Péan sort son bouquin dans 3 semaines.

    Il y a en fait deux affaires en une à mon sens : la première c'est le mélange des genres depuis qu'il est ministre des affaires étrangères de Sarkozy. La deuxième, c'est l'éthique personnel d'un homme qui vendait ses conseils à des gouvernements crapuleux.

    JR

    RépondreSupprimer
  4. Je tombe de haut: j'imaginais Kouchner avide de postes officiels, de missions prestigieuses (et certes, des rémunération associées), mais absolument pas en affairiste!

    RépondreSupprimer
  5. @Rosselin : je parle au conditionnel car je n'ai pas les moyens de me payer un avocat... :-)
    @Le coucou : j'ai eu exactement la même réaction !
    @rébus : mince, j'aurais du rappeler cette affaire...
    @Dan: je partage le même espoir, réaliste, sur Obama. Si la politique nettoyait ses écuries, le citoyen accepterait mieux certains compromis avec la réalité...

    RépondreSupprimer
  6. Bernard Kouchner ne semble pas bénéficier d'une solidarité similaire à celle dont tu as fait preuve pour Julien Dray ici :
    http://sarkofrance.wordpress.com/2008/12/27/julien-dray-et-leurs-saloperies/

    Il y a-t-il des raisons objectives à cette discrimination ?

    RépondreSupprimer
  7. L'humanitaire n'était qu'une façade, un plan de carrière pour accéder à la notoriété. D'autres ont choisi le football...

    RépondreSupprimer
  8. 2,6 millions d'euros ?

    Ça fait combien de Rolex ?

    Houla, faut appeler les tractopelles du Tracfin alias Tracfin-motocrotte inc.

    RépondreSupprimer
  9. @Paul Guignard : bonne idée, je vais faire un billet comparatif. Je répondrai, dans un premier temps, que l'un est ministre d'Etat, l'autre pas. Mais c'est insuffisant.

    RépondreSupprimer
  10. @ Juan : j'insinuais bien sûr qu'il y avait une attitude partisane là dedans et (cette fois sans aucune ironie) je serais ravi que tu me prouves le contraire.

    RépondreSupprimer
  11. Cela dit, si je puis me permettre, Bernard Kouchner n'est pas ministre d'État, seul Borloo possède ce titre.

    RépondreSupprimer
  12. @ paul guignard

    quitte à etre cynique jusqu'au bout:
    entre
    - un dray qui aurait monté une assoce des "parrains de sos" pour pouvoir continuer à piocher 1000 euros par ci par là, peut etre 300k au total sur plusieurs années, qui a surtout un pb à ne pas comprendre que c'est la fin des petites magouilles
    - un kouchner qui se ferait plus ou moins acheter par un dictateur dont ils connait très bien les habitudes corruptrices puisque notoires, et qui est dans la recidive puisque ayant déjà marché dans ce systeme avec total

    je préfère le petit joueur et ses mauvaises habitudes

    RépondreSupprimer
  13. Causons, causons, mais Monsieur Bernard Kouchner n'est-il pas médecin ?
    Alors qu'en pense le Conseil National de l'Ordre des Médecins si chatouilleux en matière d'éthique professionnelle appliquée avec tact et mesure ?
    Cette instance disciplinaire du corps médical devrait être au fait et pouvoir vous répondre sans détour sur la probité immaculée de BK (Acronyme de Bacille de Koch en pratique médicale courante).
    Faites comme moi, envoyez donc un mail au président et vous serez lavés de vos mauvaises pensées.
    http://www.conseil-national.medecin.fr/
    conseil-national@cn.medecin.fr

    RépondreSupprimer
  14. Tous les médecins en exercice doivent obligatoirement être inscrit au conseil de l'ordre. On peut donc ne l'être si on n'exerce plus aucune activité de soins ... ce qui est le cas du Dr Kouchner.

    Mais au delà de sa position ambiguë sur pas mal de dossiers, son rapport avec l'argent devrait en effet questionner les médecins et le conseil de l'ordre.

    RépondreSupprimer
  15. La lettre est adressee a blaise.. compaore? Le president gabonais serait plutot omar non?..

    RépondreSupprimer
  16. Très intéressant , merci à tous


    http://www.photoarte.fr/

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.