30 janvier 2009

Le jour où Sarkozy est devenu bouc-émissaire


Ils étaient un million hier d'après la police, donc sans doute au moins le double. Même Le Figaro a dû s'y résoudre. Des centaines de milliers de manifestants ont exprimé leur grogne, (presque) calmement. Nicolas Sarkozy s'était terré à l'Elysée. Comment interpréter autrement son absence médiatique d'un jour ?

Batailles de chiffres mais succès reconnu
En milieu d'après midi, la CGT se félicitait d'une participation record, inégalée depuis 20 ans, avec déjà 1,5 million de personnes dans la moitié des manifestations organisées dans toute la France à l'appel de tous les syndicats. La CFDT parlait des "plus grandes manifs de salariés depuis une vingtaine d'années". En fin de journée, la police chiffrait à un million le nombre de manifestants, contre 2,5 millions d'après les syndic et 195 cortèges dans toute la France. La bataille des chiffres a fait rage et frise le ridicule. A Paris, la police compte 65 000 manifestants, les syndicats 300 000. Le comble est atteint à Marseille, à Marseille où les syndicats revendiquaient 300 000 manifestants et la police ... 20 000. Coté Education Nationale, les estimations de grévistes oscillent entre 48% (d'après les services de Xavier Darcos) et 66% (d'après la FSU) dans le primaire; et entre 28% et 60% dans le secondaire. A la Poste, la grève a concerné entre et 40% des personnels.

Côté transports, la SNCF a assuré ses TGV vers le Sud Est, mais pas ceux à destination du Sud Ouest et de l'Atlantique, ni son réseau de transports locaux : 40% de service pour les RER en région parisienne, avec des lignes quasiment fermées comme le RER A; 30% des trains Corail . Globalement, elle annonçait un trafic légèrement au-dessus de la moyenne et 37% de grévistes. Les aéroports parisiens ont souffert de retards quasi-systématiques de 30 minutes à 1 heure, avec 30% des vols annulés à Orly.

Le Monde a simplement commenté : "La France a connu, jeudi 29 janvier, une mobilisation massive contre la politique économique et sociale du gouvernement, échappant toutefois à la paralysie et au "jeudi noir" prévus par certains." Le Figaro lui a emboité le pas quelques heures plus tard: "les syndicats réussissent leur journée de mobilisation" et reconnaît que cette démonstration de force fut "comparable à celle de 2006 contre le CPE, de 2003 contre la réforme Fillon des retraites, ou de 1995 contre le plan Juppé pour la Sécu et les régimes spéciaux."

Sarkozy surpris
Avant la grève, le pouvoir avait réparti les rôles. Nicolas Sarkozy, François Fillon et Brice Hortefeux ont fait le dos rond. Xavier Bertrand, Jean-François Copé ou Eric Woerth prévenaient que le mouvement serait sans doute très important pour mieux rebondir en cas de participation modeste. Ainsi Luc Chatel s'est permis d'expliquer sur Europe 1 que ce n'était pas si important que ça: "Il n'y a pas un niveau de grève exceptionnel, c'est plutôt en-deçà dans le secteur public que ce qui avait été constaté lors des derniers mouvements". Tous minimisaient la portée du mouvement à une grande inquiétude contre une crise qui nous dépasse tous. En fin de journée, à 20h46, l'Elysée publiait un communiqué très sobre, sans annonce nouvelle (la réunion du 10 février prochain étant prévue de longue date) :
"La crise d’une ampleur sans précédent qui affecte l’économie mondiale provoque en France, comme partout dans le monde, une inquiétude légitime. En cette période particulièrement difficile, nos concitoyens craignent pour leur emploi.

Cette crise impose aux pouvoirs publics un devoir d’écoute, de dialogue, et en même temps une grande détermination à agir. Dans cet esprit, je rencontrerai durant le mois de février les organisations syndicales et patronales afin de convenir du programme de réformes à conduire en 2009 et des méthodes pour le mener à bien. La France doit sortir plus forte de cette épreuve.

Enfin, je tiens à remercier les agents du service public qui ont eu à cœur de faire fonctionner le service minimum conformément aux lois de la république. Ainsi, la gêne des usagers et des familles s’en est trouvée limitée.
La prudence présidentielle est légitime. Il est devenu le bouc-émissaire d'une grogne générale et diverse, contre les plans sociaux dans le privé (comme le défilé de salariés de Ford à Blanquefort), les réductions d'effectifs dans la Fonction Publique, la dégradation des couvertures santé, les allongement des départs à la retraite, les réformes des programmes scolaires, l'offre raisonable d'emploi, le maintien du bouclier fiscal, le sauvetage sans contreparties des banques, etc. Même le Syndicat Général de la Police était dans la rue !

On sait comment Sarkozy voit la suite.

Primo, il communique avec prudence et retenu sur son écoute. Il a en fait pris peur : "Cette séquence a dévoilé un malaise social plus important que nous ne le pensions et le président s'est montré très surpris par la tournure des événements" a reconnu un ministre. Le président français réalise sans doute qu'il a allumé beaucoup d'incendies lui-même. "Pompier pyromane" ose reconnaître l'Express.

Secundo, Sarkozy accélère la réforme du droit de grève. L'imprudent député Eric Ciotti, chargé par l'UMP de proposer une "amélioration" du dispositif de service minimum, s'est livré dans les colonnes du Parisien le jour même de la grève : "Je propose que chaque minute de grève aboutisse à une retenue salariale d’une journée. La grève est un droit, mais elle ne doit pas être banalisée ou contournée. Je propose également de procéder à des réquisitions de personnels en cas d’atteinte graves et prolongées à la liberté de circuler." Vous avez bien lu. Une minute = 1 journée de salaire. En d'autres termes, une heure de grève coûterait ... 3 mois de salaires ! La schizophrénie, au mieux, la mauvaise foi, au pire, sont manifestes : si la grève est massive et les transports totalement paralysés, le pouvoir fustigera un droit de grève "abusif" et pénalisant pour l'économie. Si les services publics fonctionnent tant bien que mal, le gouvernement minimise l'ampleur du mouvement social. En Sarkofrance, un bon salarié est un salarié silencieux. Frédéric Lefebvre s'est empressé de pondre un communiqué "triomphant" jeudi 29 sur le succès ... du service minimum !



Tertio, Nicolas Sarkozy n'aime pas le chahut social. Celui du 29 janvier est trop massif pour qu'il en tire les conséquences à l'encontre de ses propres équipes, comme il a pu le faire dans la Manche. mais la hargne présidentielle face à toute contestation est bien là. La presse avait été discrète sur les conditions de sa visite, lors des vœux aux personnels de l'éducation nationale le 22 janvier dernier à Saint-Lo. Des manifestants l'avaient empêché de profiter d'un bain de foule au milieu de quelques militants UMP. Le préfet, en poste depuis à peine 6 mois, vient d'être muté. Même le député UMP du coin en a été choqué.
«Cette mutation n'est pas une surprise mais je la regrette, déclare dans «Ouest-France» Philippe Gosselin, député de Saint-Lô. Très clairement, le président a été très énervé le jour de la visite, non pas tant qu'il y ait des manifestants mais par les sifflets pendant son discours. Le préfet est victime d'une perception exagérée de cette manifestation.»
Combien d'électeurs de Sarkozy dans les rangs des grévistes et manifestants ?

Ami Sarkozyste, où es-tu ?



Lire aussi:

14 commentaires:

  1. La Rue

    La Rue va imposer au Président les mêmes méthodes de réformes que celles qu'il a imposées aux Français (à l'exception des gros portefeuilles bien entendu). Il a voulu TOUT ramener à Sa Majesté, eh bien la merde actuelle fait partie du TOUT. Il boira la lie jusqu'au bout, la Rue y veillera.

    RépondreSupprimer
  2. C'est assez amusant la façon qu'ont les politiques de tirer les conséquences de la grève:
    pour la droite c'est de l'inquiétude, la colère, l'angoisse...

    Il faudra leur expliquer que les 2,5 millions de personnes dans la rue hier n'étaient pas en psychothérapie. Elles demandaient juste qu'on arrête de socialiser les pertes et privatiser les bénéfices.

    En d'autres termes, qu'on arrête de prendre aux pauvres pour donner aux riches...

    RépondreSupprimer
  3. En Angleterre, Flash Gordon Brown vit une période très difficile et les critiques les plus acides viennent des tories.

    Cette crise va balayer nécessairement dans tous les pays les dirigeants en place et provoquer des alternances brutales.

    Je pense que NS va souffrir maintenant.

    RépondreSupprimer
  4. A St Lô il y a aussi le directeur de la police qui a été muté...

    Obama a poussé un coup de gueule sur les bonus distribués à W.S. pour 14Mds de $. M'est avis que la France et d'autres pays capitalistes sont dans le même cas. Ce qui explique pourquoi l'Etat ne veut pas mettre son nez dans la gestion des banques. Qui ne voit rien ne sait rien.

    RépondreSupprimer
  5. Il ne faudrait pas que le gouvernement fasse passer la colère d'hier sur la crise.

    Il n'y a pas que la crise en cause dans les manifestations d'hier, il y a la crise MAIS SURTOUT les réformes qui mettent à mal des années d'acquis et de travail.

    RépondreSupprimer
  6. Quand il parle d'une minute = une journée, je pense qu'il veut dire que le gréviste qui fera une heure de grève se verra défalqué d'une journée de salaire, tout comme celui qui fait une demi-journée ou une journée... et oui, il y a des conventions où on peut ne faire qu'une heure de grève, défalquée pour une heure de paie.

    RépondreSupprimer
  7. Un exemple de la qualité du travail de notre gouvernement : à lire dans les Échos que l'on en peut pas qualifier d'anti-Sarkozy - Un couac dans le cumul emploi-retraite.
    Depuis le 1er janvier, il est normalement possible de cumuler un
    nouvel emploi salarié avec sa retraite, et cela sans limitation de montant. Sauf que les nouveaux textes n'ont rien prévu pour les
    retraites complémentaires !...Du coup, en l'état, le nouveau texte est impraticable.

    RépondreSupprimer
  8. La manif est passée... le cri primaire social a été lancé... le soufflet retombe et les gouvernements (celui de Matignon comme celui de l'Élysée) bien aidés par les médias n'ont plus qu'à marteler que les français ont pu montré toute leur angoisse quant à la crise économique en cours... le tout sans bloquer le pays grâce à la loi de qui?

    Mais oui... et tout le reste - les réformes, les concentrations de pouvoir, les censures, les humiliations, les divisions, les polémiques, les insultes, la people-isation, etc...- est oublié... balles neuves.

    RépondreSupprimer
  9. Très bon article, Juan. Comme toujours, d'ailleurs...

    On a la concentration de la colère contre une seule personne et le déni de réalité de cette personne de l'autre. Aucune réaction, pas de déclaration à chaud...

    Ca pourrait bien être considéré comme une impolitesse, cette attitude hautaine...

    RépondreSupprimer
  10. Merci CC, ton commentaire me chaud au coeur.

    RépondreSupprimer
  11. Bon article, mais permettez moi de réfuter le mot "grogne".

    Un chien grogne quand il est mécontent... Que je sache nous ne sommes pas des bêtes, si ?

    Nous devons absolument trouver NOTRE mot pour remplacer ce mot ordurier.

    Amicalement,

    RépondreSupprimer
  12. @le journalisme est mort : je suis d'accord... Il faut trouver le bon terme. J'aime cependant bien le terme "grogne", car je grogne souvent avant de mordre.

    RépondreSupprimer
  13. La rue ne veillera à rien du tout... Ca fait des plombes que les irresponsables de tous poils- qui en période de crise alors qu'il faut se serrer les coudes pour faire repartir la machine ne trouvent rien d'autre à faire qu'à bloquer ce pays pour le faire couler plus vite- nous promettent l'apocalypse. Et on ne voit que des nèfles. La rue c'est des irresponsables qui pourissent la vie des bosseurs et l'irresponsabilité n'a jamais mené nulle part.

    RépondreSupprimer
  14. Des années d'acquis et de travail, mais quelle blague. Ce qui met en danger les acquis, ce sont le 2000 milliards de dette et certainement pas les réformes indispensables destinées à maîtriser la dérive incontrolée et de plus en plus insupportable des dépenses publiques.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.