8 février 2009

Et la France rejoint l'OTAN

Après une courte escale à Flamanville, sur le chantier d'un EPR à la technologie obsolète, Nicolas Sarkozy a rejoint Angela Merkel à Munich ce samedi. Il y a 3 jours, ils avaient tous deux co-signé un article dans le Monde intitulé "la sécurité, notre mission commune".

Décision symbolique, le président français a accepté d'accueillir un bataillon allemand sur le sol français. Une première depuis 1945. Mais l'important est ailleurs: la France va rejoindre l'OTAN.

L'Amérique veut écouter et consulter. les Etats Unis demandent à leurs alliés d'envoyer plus de soldats dans les zones de conflits où l'OTAN intervient: «l'Amérique va en faire plus : ça, c'est la bonne nouvelle. La mauvaise nouvelle, c'est que nous allons demander à nos partenaires d'en faire plus aussi» a déclaré le vice-président Joe Biden à Munich. "Nous nous félicitons de la décision éventuelle de la France" de rejoindre l'organisation atlantique.

 Echec français ?
Il y a 9 mois, Nicolas Sarkozy avait fait connaître son souhait d'intégrer l'OTAN, quelques semaines après avoir renforcer le contingent français présent en Afghanistan.  D'après Jean-Dominique Merchet, la France aurait obtenu 2 postes de commandements à l'OTAN, ... à Norfolk et à Lisbonne (la France demandait Naples). Des strapotins d'après le journaliste Vincetn Jauvert. Et il nous en coutera 420 millions d'euros sur cinq ans, affirme la Lettre A, des sommes destinées à payer les surcoûts des soldes des personnels rejoignant les organismes militaires de l'Alliance.

Contrairement aux ambitions françaises, la défense européenne n'a pas été renforcée depuis un an. En particulier, la proposition de Sarkozy d'établir un QG autonome européen a été refusée par les Britanniques.

Ne pas inquiéter la Russie
Depuis mai 2007, Nicolas Sarkozy a tout fait pour s'accomoder les faveurs de la Russie, contrairement à ses déclarations droits-de-lhommistes pendant la campagne présidentielle. A Munich, il en a rajouté une couche: "Il y a un problème de confiance entre l'UE et la Russie. Il faut restaurer la confiance. Je vais prendre mes responsabilités" (...) "Je ne crois pas que le premier risque de l'Otan et de l'UE soit une agression militaire de la Russie". Medvedev, le président russe, appréciera. Il s'était gentiment gaussé, en novembre dernier, de ses tics ("le président Sarkozy aime être à la tribune pour parler")

Nicolas Sarkozy a aussi parlé de "la famille occidentale": "Il y a une famille, appelons là, occidentale., avec des valeurs communes. Nous devons les défendre et convaincre les autres [de les adopter.]"
Sarkozy,quelques minutes plus tard, avoue: "Ce fut une grande erreur de vouloir renforcer [l'Europe de la Défense] pour affaiblir [l'Otan]". On retrouve le Sarkozy atlantiste qu'Eric Besson nous décrivait si bien ... à l'automne 2006. L'OTAN plutôt que l'Europe ?

Puis c'est le mensonge narcissique (habituel ?), à propos de la guerre en Géorgie l'été dernier: "nous avons fait cela [la médiation entre la Géorgie et la Russie]ensemble avec les Etats-Unis".  Nous avions plutôt conserver le souvenir d'une vraie discordance entre l'administration Bush, très critique contre l'intervention russe, et Nicolas Sarkozy, agité, conciliant, et maladroit.

11 commentaires:

  1. La France ne « rejoint » pas l'OTAN, dans la mesure où elle ne l'avait pas quittée. C'est le commandement intégré que le général de Gaulle a quitté en 1966, et que la France rejoint à présent, ce qui était d'ailleurs envisagé par Chirac...

    RépondreSupprimer
  2. Criticus

    Peut-être qu'au lieu de plagier F.Lefebvre tu devrais :

    1/ Lire en profondeur les billets
    2/ Te poser la question des faits et de leurs symboles. Réintégrer le commandement de L'OTAN, instrument obsolète et hégémonique US a un sens.
    3/ Quel est le deal ?

    RépondreSupprimer
  3. Tiens pour une fois, je ne suis pas complètement d'accord avec toi sur la France et l'Otan (même si sur l'aspect coûteux / résultat j'acquiesce). Je n'aime pas faire cela mais comme je ne vais pas développer ici 2 pages d'arguments :-)je mets un lien vers l'article dans lequel je présentais mon avis. http://hypos.over-blog.com/article-18474587-6.html#anchorComment

    RépondreSupprimer
  4. @ Vogelsong : plagier Frédéric Lefebvre ?! Bon, je ne relève pas...

    1) Le billet n'est pas profond,donc...

    2) Il faut être précis sur les termes.

    3) Renforcer le pacte transatlantique.

    RépondreSupprimer
  5. 13 mai 1964, Alain Peyrefitte parle avec De Gaulle au sujet du retrait des officiers de marine français de l’OTAN.

    Alain Peyrefitte : « Attendez-vous quelque chose de la session de l’OTAN ?

    De Gaulle. – Que voulez-vous que j’en attende ? L’OTAN ne sert à rien : il ne peut rien s’y passer ! Tout ça, c’est zéro, zéro, zéro. C’est fait pour faire vivre des fonctionnaires internationaux qui se font payer grassement à ne rien faire, sans verser d’impôt.

    Alain Peyrefitte. – On ne reviendra pas sur le retrait de nos officiers de marine de l’OTAN ?

    De Gaulle. – Pourquoi voulez-vous qu’on revienne là-dessus ? Il n’y avait aucune raison pour qu’ils y restent. C’était une anomalie qu’ils soient là. Bien sûr, ils se faisaient payer plus cher que s’ils étaient restés dans la marine française. Ces organismes internationaux sont bons pour y attraper la vérole. Nos représentants oublient le devoir d’obéissance à l’Etat. Ils y perdent le sentiment national.

    Alain Peyrefitte. – La chose a été rendue publique à partir de l’Allemagne. Nous les avions prévenus de notre intention, dans le cadre des consultations prévues par le traité de l’Elysée ?

    De Gaulle. – Non. Je ne crois pas. Pourquoi voulez-vous qu’on les prévienne ? Non. Il fallait bien que ça se sache un jour ou l’autre.

    Alain Peyrefitte. – C’est le journal Die Welt qui a fait la fuite.

    De Gaulle. – Les Anglais, qui sont des maîtres dans l’art de manipuler, ont colonisé la presse allemande. Adenauer était le premier à s’en plaindre. Les Allemands sont liés par leur presse aux mains des Anglo-Saxons.
    Vous savez ce que ça veut dire, la supranationalité ? La domination des Américains. L’Europe supranationale, c’est l’Europe sous commandement américain. Les Allemands, les Italiens, les Belges, les Pays-Bas sont dominés par les Américains. Les Anglais aussi, mais d’une autre manière, parce qu’ils sont de la même famille. Alors, il n’y a que la France qui ne soit pas dominée. Pour la dominer aussi, on s’acharne à vouloir la faire entrer dans un machin supranational aux ordres de Washington. De Gaulle ne veut pas de ça. Alors, on n’est pas content, et on le dit à longueur de journée, on met la France en quarantaine. Mais plus on veut le faire, et plus la France devient un centre d’attraction. Vous nous voyez avaler la supranationalité, nous ? La supranationalité, c’était bon pour les Lecanuet !

    Alain Peyrefitte. – On dit que vous allez recevoir Jean Monnet.

    De Gaulle. – Pourquoi ne le recevrais-je pas ? Je l’ai toujours reçu quand il me l’a demandé. Il a été mon ministre. Ce n’est pas parce qu’il est devenu l’inspirateur des supranationalistes, c’est-à-dire des antinationaux, que je dois lui fermer ma porte. »

    (Alain Peyrefitte, C’était De Gaulle, Fayard, tome 2, page 216-217)

    RépondreSupprimer
  6. « Après une courte escale à Flamanville, sur le chantier d'un EPR à la technologie obsolète » :

    Obsolète en quoi ? Votre assertion me paraît gratuitement péremptoire !

    Que la recherche ait avancé depuis ? Oui, heureusement, et c'est normal, l'industrialisation et la sécurisation des projets prennent du temps. On lance un projets quand celui-ci rempli le cahier des charges, et pour cela il faut l'arrêter. C'est pas nouveau...

    Toutes les réalisations industrielles seraient-elles obsolètes pour vous ?

    RépondreSupprimer
  7. Bakchich.info publie un dossier spécial Bernard Kouchner.

    De la page 5 à la page 12, nous pouvons lire des informations incroyables, tout simplement incroyables, sur l’homme politique le plus populaire de France.

    Désormais, il n’y a plus qu’une question, une seule question :

    Quand Bernard Kouchner va-t-il démissionner ?

    http://bellaciao.org/fr/IMG/pdf/Bakchich110lite.pdf

    RépondreSupprimer
  8. un retour dans l'otan est un suicide politique.

    Une telle décision serait "une défaite pour la France" et "une défaite pour l'Europe", "On peut être indépendants en étant alliés, on ne peut pas être indépendants en étant intégrés".

    Il est indispensable de recourir à un referendum dans ce cas de figure

    RépondreSupprimer
  9. L'Otan est évidemment un outil de domination américaine sur le continent européen.

    L'Otan peut continuer d'exister pour la simple raison que l'Europe n'a pas de politique etrangère.

    Mais je ne comprends pas la logique de ton article. Si Sarkozy veut rassurer la Russie, sa réintégration dans le commandement intégré de l'Otan ne va pas aider. Non ?

    A part ça, ça ne vous inquiète pas que nous ayons confié le bouton rouge à Sarkozy ?

    JR

    JR

    RépondreSupprimer
  10. Si JR, tous les jours ! je crains dans ma chambrée qu'une fois un de ces tics ou de ces haussements d'épaule ne provoque l'irrémédiable..

    RépondreSupprimer
  11. Sarko reste sur sa lancée, fidèle à Bush, il ne s'est même pas rendu compte que les temps changent même outre -atlantique. Pauvre petit américain du far-west parisien Neuilly.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.