5 février 2009

Pourquoi voudrait-on abattre Bernard Kouchner ?

Bernard Kouchner s'est trompé de défense mercredi 4 février, contre les attaques du livre de Pierre Péan. A l'éventuelle exception de Martine Aubry et de Bernard Henri Levy, les soutiens sont principalement venus des rangs de l'UMP. Preuve que Monsieur K est effectivement devenu un boulet encombrant pour Nicolas Sarkozy et sa stratégie d'ouverture.

Kouchner clame une innocence, mais pas la bonne

Pierre Péan a rapidement répliqué, mardi soir puis mercredi matin, qu'il n'accusait pas le ministre des Affaires Etrangères d'activités illégales.
Quand le Figaro affirme qu'il "ressort du livre le sentiment d'une confusion des genres entre votre action humanitaire et votre position politique, souligné par le fait que vous auriez pu toucher de l'argent de la part de dirigeants qui ne sont pas parmi les plus recommandables", Bernard Kouchner s'exclame, comme sur Europe 1 la veille : "Sur ces deux points je démens formellement." Mais dans la suite de sa réponse, il ... ne dément en rien le propos de Péan relayé par le Figaro ! "Était-ce légal ? Oui. Était-ce public ? Oui. Était-ce déclaré ? Oui. Ai-je payé mes impôts ? Oui. Ai-je arrêté mes activités professionnelles une fois nommé ministre ? Oui". Plus tard, Bernard Kouchner confirme avoir expliqué au Président Bongo en mai 2007 qu'il ne pouvait plus continuer à travailler pour lui sur la sécurité sociale au Gabon. C'est exactement l'argument de ces accusateurs. La seule révélation de cette interview concerne les montants en cause. Péan affirme que les prestations facturées par les cabinets gérés par des proches de Kouchner aux Etats africains se chiffraient à 4,6 millions d'euros sur la période 2004-2007. Kouchner rétorque qu'il n'a touché que 6 000 euros par mois pendant 3 ans.

Pierre Péan n'est pas neutre
Le gouvernement, Fillon en tête, a fait bloc en faveur de Kouchner. Frédéric Lefebvre s'est porté au secours du ministre des Affaires Etrangères. Fidèle à ses techniques, il a attaqué l'accusateur plutôt que les accusations, en stigmatisant un "journaliste de gauche, voire d'extrême gauche". Le Figaro commentait sobrement (sic ! ): "Habitué à forcer le trait, le porte-parole Frédéric Lefebvre a accusé les socialistes de vouloir «faire la peau» au ministre des Affaires étrangères." La démarche de Pierre Péan n'est pas neutre. Primo, le journaliste défend de longue date une thèse de "double génocide" au Rwanda. Il est parvenu à accuser la France, et notamment Kouchner, d'avoir soutenu la cause Tutsie et le président actuel du Rwanda. pour les lecteurs qui auraient oublié les "évènements" rwandais de 1994, cette thèse de Péan est cocasse. Depuis 1994, la France a au contraire été régulièrement accusée d'être restée silencieuse et passive devant le massacre des dits Tutsies par les milices hutues. Un comble !
Sur un autre sujet, BHL a eu des mots sévères contre le journaliste : "Qu'est-ce que c'est que ces petits mecs qui viennent s'en prendre à quelqu'un qui a passé une vie d'engagement", s'est emporté le philosophe sur France-Info, aujourd'hui. "Christine Ockrent transformée en femme de ménages, Bernard Kouchner en incarnation de l'anti-France!" Martine Aubry a eu une réaction mesurée au premier abord, mais terrible pour l'actuel ministre : elle ne peut pas y croire.

Bout à bout, cette affaire est nauséabonde. Révéler une affaire publique, les relations commerciales d'un futur ministre des Affaires Etrangères avec des dictateurs africains est oeuvre de salubrité publique. Que l'auteur ait des arrières-pensées ne change rien au fond.

Une autre icone de la gauche reconvertie au sarkozysme, Eric Besson fait discrètement parler de lui. Le ministre de l'identité nationale a suggéré hier de proposer des titres de séjour aux sans-papiers qui dénonceraient les passeurs clandestins. 

A quelques heures de l'intervention de Nicolas Sarkozy à la télévision, on vomit.

7 commentaires:

  1. Oui, Bernard Kouchner a adopté un mauvais système de défense. Je vous invite à aller sur l'excellent site Bakchich :
    http://www.bakchich.info/article6426.html
    De plus, cet air donneur de leçons adopté par B.Kouchner est insupportable.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. En zappant ce matin sur les radios pour mesurer l'ampleur de l'inféodation. je suis tomé sur ce lapsus du présentateur de journal de reuteuleu:
    " Hier B Kouchner s'est dénoncé euh ...défendu à l'Assemblée Nationale"
    Je pense que cela ne figurera dans aucun zapping...
    Cela dit, il va devoir se relire tout Freud.

    RépondreSupprimer
  4. Pas content l'anonyme de 9h10... Une crise de foi ? :)

    RépondreSupprimer
  5. Bernard Kouchner a prononcé deux énormes mensonges au journal de France 2.

    La photo qui dément les propos de Kouchner.

    Mercredi 4 février, Bernard Kouchner affirmait qu'il n'avait appartenu ni à Imeda, ni à Africa Steps. Pourtant, son nom figure en toutes lettres sur la porte de la gardienne de l'établissement de ces sociétés.

    "Je n’ai appartenu ni à Africa Steps, ni à Imeda", affirmait Bernard Kouchner hier soir dans le journal de 20 heures de France 2.

    Quelques minutes plus tard, le ministre des Affaires Etrangères récidivait : "Je ne suis pas Imeda, je suis un des consultants".

    A la question : "Ces sociétés sont-elles dirigées par des proches ? ", Bernard Kouchner n’hésitait pas à répondre "qu’il ne les connaissait pas".

    Belle assurance.

    Le document que nous publions – une photographie prise il y a quelques jours - suggère en tous cas que Bernard Kouchner est si proche de ces sociétés, domiciliées boulevard Saint-Germain à Paris, que son nom figure en toutes lettres sur la porte de la gardienne.

    Il n’y est pas seul. Sont également mentionnés, entre autres, les noms de son ami Eric Danon, éphémère ambassadeur de France à Monaco et patron d’Imeda, ainsi que celui de Jacques Baudouin, gérant d’Africa Steps et salarié d’Imeda.


    http://www.challenges.fr/actualites/politique_economique/20090205.CHA0760/la_photo_qui_dement_les_propos_de_bernard_kouchner.html

    RépondreSupprimer
  6. ce voyou prend les gens pour des gogols, en racontant qu'il n'a touché que 6000 euros par mois pendant trois ans. D'abord moi, 6000 par mois en plus de mon salaire, je les veux bien. Et puis bon, c'est sa manière de dire qu'il n'a touché QUE çà en salaire -le reste, c'était en bénefs de sociétés !
    Luc

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.