3 février 2009

Sarkozy : Alzheimer pour oublier le chômage ?

Nicolas Sarkozy commençait sa journée par une "Réunion de suivi du plan Alzheimer au Palais de l’Élysée" lundi 2 février:
"Le chef de l’Etat a salué les premiers résultats obtenus, en particulier le renforcement des moyens de 229 consultations mémoire. Il a rappelé par ailleurs qu'il souhaitait la mise en place de tous les outils nécessaires pour mesurer les résultats du Plan sur le terrain. Il a souligné qu'il comptait sur l'engagement des administrations et opérateurs concernés pour faire du Plan Alzheimer une réalité pour les patients et les familles."

Coïncidence de dates, d'excécrables chiffres du chômage étaient livré le même jour : + 45 8000 sans-emplois en décembre. c'est la huitième hausse mensuelle consécutive, une preuve supplémentaire que la crise qui nous frappe n'est pas née un jour de septembre à WallStreet comme le gouvernement nous le laisse entendre jour après jour.

Explosion du chômage
Depuis août, la hausse du chômage "officiel" est régulière et croissante depuis 8 mois : mai (+0,3%), juin (+0,2%), juillet (+0,1%), août (+2,2%), septembre (+0,4%) octobre (+2,4%), et novembre (+3,2%). Et ces augmentations ne concernent que le nombre de demandeurs d’emplois inscrits à l’ANPE en catégorie 1, c'est à dire les personnes à la recherche d’un emploi à temps plein et à durée indéterminée. Au total, le chômage "officiel" a bondi à 2,113 millions à fin décembre 2008. Sur les douze mois de 2008, le nombre d’inscrits à l’ANPE en catégorie 1 a crû de 217 000. En décembre, la hausse touche tout le monde : les hommes (+16,3%), les femmes (+6,4%), les jeunes (+19,5%) et les 50 ans et plus (+8,8%).

Les nouveaux précaires
Cet indicateur, si mauvais soit-il, n'est pas le seul à révéler les difficultés du pays. Il y a quelques jours, Hervé Novelli se félicitait des "excellents chiffres" de créations d'entreprises en 2008 : 327 000 entreprises, soit +1,8% par rapport à 2007. Curieuse réaction du secrétaire d'Etat au PME ! La hausse en 2007 était de +13% versus 2006. Rue89 explique effectivement que le nouveau statut d’auto-entrepreneur crée une concurrence supplémentaire. L'INSEE révèle ainsi que « les chômeurs sont de plus en plus nombreux parmi les créateurs ». Et ce statut d'auto-entrepreneur cache une nouvelle précarité :
Voilà donc des chômeurs qui se transforment en patrons… petits patrons puisqu’il viennent grossir les rangs des créateurs d’entreprises qui n’emploient aucun salarié: ce fut le cas en 2008 pour neuf créations d’entreprises sur dix. Un seul emploi créé: celui du tout nouveau chef d’entreprise, comme le souligne l’Insee:


« Le nombre de créations d’entreprises sans salarié a progressé de 61% entre 2002 et 2008 alors que celui des créations avec au moins un salarié n’a augmenté que de 10%. »


L’ex-chômeur crée souvent son propre emploi après avoir été exclu de son ancienne entreprise parce que le marché du travail est incapable de le réintégrer. Bizarrement, il arrive qu’on retrouve cet entrepreneur solitaire au service de son ancienne entreprise avec un statut précaire de sous-traitant, effectuant des missions dites « externalisées » par l’entreprise bien contente d’avoir allégé sa masse salariale et de pouvoir utiliser des capacités de travail forcément très flexibles. Quant au nouveau chef d’entreprise, à lui de trouver la matière à se constituer une revenu, si possible régulier (source Rue89).

Retour au traitement social du chômage
Nicolas Sarkozy avait annoncé que le chômage partiel serait mieux indemnisé. Les textes officialisant ces dispositions ont tardé à être publiés. Ils ne l'ont été que les 31 janvier et 1er février ! le taux d'indemnisation est désormais porté de 50 à 60%, et l'accord interprofessionnel de décembre dernier prévoit également une augmentation du plancher d'indemnisation (de 4,42 à 6,84 euros de l'heure). Le plafond d'heures au chômage partiel est relevé, de 600 à 800 heures par an (voire 1 000 pour l'automobile et le textile). Le gouvernement a rompu avec ses dogmes de campagne, en favorisant cet accord et, plus généralement, le traitement social du chômage pour faire face à la crise. Rappelons aussi qu'il a prévu d'élargir à 25 bassins d'emploi (versus 7 antérieurement) l'expérimentation du contrat de transition professionnelle (CTP).
Le nombre d'emplois aidés restent, de l'avis de nombre d'économistes, insuffisant. En 1997, le gouvernement Jospin avait notamment créé quelques 275 000 emplois jeunes. Alors que l'économie a détruit 217 000 emplois nets en 2008, le gouvernement ne prévoit que 100 000 contrats aidés supplémentaires pour 2009.

Lundi, François Fillon a prévenu : "Les institutions internationales et les conjoncturistes ont tous revu à la baisse leur prévision. Nous allons réajuster les nôtres mais nous attendons d'en savoir un peu plus sur le premier trimestre et sur l'évolution de la situation aux Etats-Unis. Beaucoup dépendra de la croissance américaine. Ce qui m'inquiète le plus, c'est la tendance à la renationalisation des politiques de relance en Europe depuis janvier."

Mais : "Rien ne serait pire qu'un changement de cap"

5 commentaires:

  1. A lire absolument sur le journal Le Temps de ce matin, une déclaration de Christine Lagarde à DAVOS.
    Le silence n’est pas d’or : "La ministre française de l’Economie, Christine Lagarde, a eu une déclaration stupéfiante au Forum économique de Davos.
    La ministre française de l’Economie, Christine Lagarde, a eu une déclaration stupéfiante au Forum économique de Davos. «Pendant trois mois, d’octobre à décembre, nous avons navigué dans le noir», a-t-elle avoué. Alors que pendant cette période, le président Sarkozy énonçait ses résolutions à un rythme trépidant, s’évertuant à masquer la panique."

    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/34afcaf4-f172-11dd-b87c-1c3fffea55dc/Le_silence_nest_pas_dor

    RépondreSupprimer
  2. Ce qu'il faut aussi noter, c'est que le chômage "officiel" s'accroît alors que nous somme en plein dans la période ou nos "vieux" partent a la retraite en masse. Ce qui normalement aurait du faire baisser les chiffres. Ce qui signifie que la crise du travail est encore pire que ce qu'on veux bien nous laisser entendre.

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai Rilax; on peut même ajouter que la courbe démographique (on est dans un creu concernant l'arrivée des jeunes demandeurs d'emploi) permet également de ne pas suramplifié ce phénomène !!!

    RépondreSupprimer
  4. http://www.ledevoir.com/2009/02/03/231158.html
    Sarkozy applique au Québec la politique de Desmarais. Une nouvelle fois il développe son inculture.

    RépondreSupprimer
  5. Lundi 2 février 2009, nous avons appris les nouveaux chiffres du chômage en France. Depuis le mois de mai 2008, le chômage est en hausse continue.

    Le lendemain, mardi 3 février 2009, la Fondation Abbé-Pierre souligne que la France compte 3,5 millions de personnes non logées, ou mal logées. 100 000 personnes sont sans domicile fixe, soit une augmentation de 300 000 en un an. 6,5 millions de personnes sont en situation de fragilité. De plus en plus de personnes ayant travaillé toute leur vie se retrouvent à la retraite sans pouvoir se loger. De plus en plus de personnes basculent dans la misère lorsqu’elles se retrouvent à la retraite.

    http://www.fondation-abbe-pierre.fr/publications.php?filtre=publication_communique

    Pourtant, en 1992, on nous avait dit de voter OUI au traité de Maastricht.
    Vous vous rappelez les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht en 1992 ?

    On nous avait dit de voter OUI parce que « l’union fait la force ».
    On nous avait dit de voter OUI parce que « l’Union Européenne nous protègerait. »
    On nous avait dit de voter OUI parce que « l’euro nous protègerait. »

    Seize ans après le traité de Maastricht, nous pouvons faire le bilan de toutes ces belles promesses.

    Dans la réalité, l’Union Européenne ne nous a protégés de rien du tout.
    Dans la réalité, l’euro ne nous a protégés de rien du tout.
    Dans la réalité, l’euro ne nous a pas protégés de l’appauvrissement généralisé.
    Dans la réalité, l’euro ne nous a pas protégés d’une régression sociale historique.

    Il faut sortir de l’Union Européenne.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.