20 mars 2009

19 mars : 3 millions contre Sarkozy ou contre la crise ?

Les deux mon capitaine !

Jeudi 19 mars, les grèves furent peut-être moins suivies mais la mobilisation dans les rues fut supérieure (1,2 millions selon la police, 3 millions selon les organisateurs), avec 213 cortèges partout en France. Ce furent les manifestations les plus massives depuis l'élection présidentielle de mai 2007.

Tous ensemble
Le secteur privé était dûment représenté jeudi 19 mars : Renault, PSA, Continental, Total, Saint-Gobain, Auchan, Carrefour, LCL, les Caisses d'Epargne, groupe EADS (24% de grévistes, selon la direction), Saint-Gobain (près de 20%, selon la direction), Auchan, Rhodia, Alcatel-Lucent ou Sanofi-Aventis. Les salariés du secteur public également (EDF, La Poste, France Telecom), l'Education Nationale, les transports publics, les aéroports ou l'audiovisuel public et le pôle emploi. Comme le 29 janvier dernier, les estimations du nombre de participants varient largement entre la "police" et les syndicats. Le plus risible des écarts concerne Marseille: 30 000 manifestants selon la police, 320 000 selon les organisateurs... Quoiqu'il en soit, les conclusions concordent : la mobilisation a été plus forte cette fois-ci que le 29 janvier dans les rues de France.

Aux inquiétudes exprimées le 29 janvier dernier se sont ajoutées des revendications pour une meilleure redistribution des efforts et des profits. A Paris, l'injustice demeurait le slogan principal. La critique de la politique du gouvernement se loge dans les témoignages recueillis sur place. Lisez donc celui de François, 51 ans, salarié de PSA à Aulnay-sous-Bois. Il travaille trop. « Il y a trop de boulot. La direction de PSA a pris la décision de faire chômer les 4/5e des sites du groupe. Du coup, à Aulnay, au mois d’avril et de mai, on va bosser deux samedi de plus par mois. Il nous font même bosser le samedi de l’Ascension. » Chômage partiel + heures sup = exploitation.

Mardi encore, le président opposait une fin de non-recevoir à ceux, y compris dans son camp, qui lui demandaient de suspendre le bouclier fiscal.

Président autiste ?


Le gouvernement communique
Nicolas Sarkozy avait promis d'aider la presse en achetant des pages de pub dans leurs colonnes. Ce fut chose faite cette semaine. Le jour de la grève, 11 titres de la presse quotidienne nationale (dont Libération, Le Figaro, Le Parisien et Les Echos ), 61 titres de la presse quotidienne régionale et les 4 titres de la presse quotidienne gratuite accueillaient un bel exemple de propagande gouvernementale: "Des mesures exceptionnelles viennent d'être décidées pour les Français les plus touchés par la crise". Lesquelles ? Celles que l'on connaît depuis plusieurs mois: RSA en juillet, suppression des premières d'impôts sur le revenu, bons d'achat de 200 euros d'emplois service pour certains foyers, etc. le gouvernement a dépensé 1,9 millions d'euros pour cette campagne.

Fillon au charbon
Jeudi soir, Sarkozy, parti à Bruxelles, avait envoyé Fillon au charbon du JT de TF1. «Monsieur le Premier Ministre, allez-vous annoncer un nouveau plan de relance?» lui demanda Laurence Ferrari. «Certainement pas» répondit le premier des zombies. Et effectivement, François Fillon n'annonça... rien. "J'écoute les Français tous les jours, ceux qui ont manifesté aujourd'hui et qui étaient nombreux, qui expriment une inquiétude qui est très légitime face à une crise mondiale d'une très grande gravité". Certains commentateurs espéraient a minima que Fillon annonce une accélération de la mise en oeuvre des mesures sociales décidées le 18 février dernier. Même pas. 

Le lisse Raymond Soubie, conseiller social de Nicolas Sarkozy, s'est permis de compléter quelque peu les propos du premier des ministres, sur RTL jeudi en fin de journée :
"l'on n'avait pas franchi d'étape dans la protestation par rapport au 29 janvier" (...) "Ce qui est incontesté, y compris par les syndicats", dit-il, c'est que "les taux de grévistes sont en diminution de 4 à 5 points dans le secteur public par rapport au 29 janvier. Donc, il y a un léger retrait".
"S'agissant des manifestations, le ministère de l'Intérieur a donné le chiffre de 1.200.000 manifestants, un chiffre assez semblable à celui du 29 janvier", ajoute M. Soubie.
"Ce n'est ni un échec, ni un demi-échec, c'est une mobilisation très significative de salariés inquiets"
En imaginant qu'il traduit plus précisemment la pensée présidentielle, on retient donc que Nicolas Sarkozy (1) pense que les syndicats ont un train de retard, (2) veut minorer l'importance du mouvement et (3) met les manifestations et grèves sur le dos des "inquiétudes", pas de la contestation de sa propre politique.

Président autiste ? Ou "méprisant, incompétent, obstiné" ?

Lire aussi:

8 commentaires:

  1. Au sujet des comptages, la police savait pour Paris dès 14h30 combien de personnes allaient défiler jusqu'à 18 heures. MAIS COMMENT FONT-ILS ? Par contre, le vrai comptage, effectué à partir de la surveillance des réseaux de portables, ne sera sans doute lui jamais publié.

    RépondreSupprimer
  2. Aujourd’hui apparemment c’est un jour particulier de grève, comme les autres.
    Mon chaton Busta est un peu excité, les sifflets maladroits et le grognement brouillon semblent l’indisposer.
Sachant qu’il n’a que deux mois (il est né le jour de la bar mitzvah de Barack Obama), je l’ai pris sur mes genoux et lui ai narré le cirque cyclique des manifestations et pourquoi il n’y en a jamais l’été ou durant les vacances de sport d’hiver.
    Si l’on évacue la dramaturgie syndicale, le voyeurisme médiatique, le compassionnel associatif, le romanesque politique, le droitdel’hommisme du con moyen, pardon du téléspectateur moyen, le folklore Franco-Français et que le fait d’avoir un avis différent tous ensemble est le truc absolu dans une démocratie, R.A.S rien à signaler.
Juste le bruit et les odeurs…La suite ici :
    http://souklaye.wordpress.com/2009/03/19/bloc-note-un-jeudi-19-mars-avec-mon-chat/

    RépondreSupprimer
  3. sylvain fait surtout partie des "odeurs" du vert kaki...

    RépondreSupprimer
  4. Le secteur marchand détruirait 387 000 postes au premier semestre 2009, selon l'Insee.

    Le chômage progresserait de 1 point en six mois, à 9,2 % de la population active en juin 2009.

    Les manifestants appelant, hier, à « défendre l'emploi » ne croyaient peut-être pas si bien dire : pour l'Insee, ce ne sont plus 214 000 postes qui devraient être détruits dans le secteur marchand (non agricole) au premier semestre cette année, comme il le prévoyait en décembre, mais 387 000.

    Dans l'ensemble de l'économie, « l'emploi baisserait de plus de 330 000 postes sur les six premiers mois de 2009, après un recul de 90.000 sur l'ensemble de l'année 2008 », anticipe l'institut. En décembre, le repli pour le premier semestre devait se limiter à 97.000 emplois.

    Plus aucun grand secteur d'activité ne serait épargné : le tertiaire doublerait presque ses destructions d'emplois au premier semestre par rapport aux six mois précédents (205.000, soit - 1,9 %).

    Surtout, l'emploi dans la construction, à peine négatif fin 2008, perdrait 38.000 postes au premier semestre (- 2,6 %). Mais c'est toujours l'industrie qui serait la plus affectée (- 143.000 postes, soit - 4 %).

    Au total, le repli annoncé au premier semestre par l'Insee est, peu ou prou, celui prévu par le gouvernement... sur l'année.

    http://www.lesechos.fr/info/france/4844508-pres-de-300-000-chomeurs-supplementaires-d-ici-a-juin.htm

    RépondreSupprimer
  5. Je n'arrive pas à m'expliquer pourquoi les manifestants sont toujours plus nombreux mais les grévistes toujours moins ...

    Les gens vont manifester mais prennent une journée de RTT c'est ça ?

    Bref quand il y a une grève en France, plus personne ne s'en aperçoit.

    C'est vrai, hier, il n'y avait personne dans les rues !

    RépondreSupprimer
  6. Non, les gens ne prennent pas un jour de RTT mais les retraités sont dans la rue car il y a un grave problème avec les retraites, les montants ne suffisent plus même pour vivre très "petitement".

    Hier, sur le pavé il y avait des gens agés de + de 70 ans dont c'était la 1ère manif et qui n'avaient jamais imaginé qu'ils devraient en arriver là.

    Comment vivre avec 650 euros ou 900 euros à 2 par mois ???

    RépondreSupprimer
  7. Bien sûr c'est une raison, mais je pense aussi que des personnes prennent des jours de congés pour ne pas perdre une journée de salaire et vont manifester.
    Alors oui il y a peut-être moins de grévistes, mais il n'y a pas forcément plus de gens au travail les jours de grève. Simplement ils ne sont pas tous en grève.
    Par ailleurs, des personnes qui n'ont jamais manifesté descendent dans la rue, effectivement.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Juan, juste te signaler la vision singulière de BiBi de la Manif du 19 mars à Paris sur son blog.( Clip :"19 mars 2009 : BiBi à la manif'") Et en plus le clip fête l'An 01 de son blog anti-sarko
    A bibientôt.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.