21 mars 2009

98ème semaine de Sarkofrance : Sarkozy, le bouclier des riches


Ce pourrait être le titre d'une petite annonce: "Président cherche bouclier". Nicolas Sarkozy en avait besoin. En cette 98ème semaine de Sarkofrance, il a peut-être compris qu'à force de jouer les fiers-à-bras sur les écrans de sa Web TV élyséenne, sans que ses paroles ne soient suivies d'actes autrement que pour les siens, la France en avait marre. Son gouvernement est apparu tel qu'il est: un bouclier pour quelques-uns, les plus riches d'entre nous.

Bouclier fiscal, ou comment protéger les siens.
Chassant provisoirement la polémique sur l'insuffisance manifeste du plan de relance français, le sujet est enfin venu au centre des débats : l'iniquité et l'inefficacité de la politique fiscale du gouvernement ont agité jusqu'à la "majorité" présidentielle. Quelques députés UMP ont cru bon de critiquer le bouclier fiscal. Les chiffres sont tombés : Quinze fois moins de bénéficiaires que prévu, pour un remboursement moyen quasi doublé. L'an dernier, quatorze mille foyers se sont vus restitués quelques 33 000 euros en moyenne. Pire, 834 d'entre eux se sont partagé 307 millions d'euros, les deux tiers du coût du bouclier. Le gouvernement change son fusil d'épaule: le bouclier fiscal ne coûte pas grand chose, laissons les riches tranquilles ! Coté évasion fiscale, la recette est pourtant maigre : la France a "récupéré" une petite centaine d'évadés en 2007. Nicolas Sarkozy a violemment critiqué ses contempteurs: "Je n'ai pas été élu pour augmenter les impôts". Énervé par cette polémique, il a même commis quelques vrais lapsus, en expliquant mardi dernier que la suspension du bouclier fiscal bénéficierait aux paradis fiscaux. Nous aurait-on menti ? Le bouclier fiscal ne devait-il pas bénéficier au plus grand nombre ?

Jean-François Copé lui a emboité le pas: "On a besoin des gens fortunés". Vraiment ?

L'iniquité fiscale se loge aussi ailleurs : primo, l'essentiel des impôts de ce pays sont indirects (TVA notamment) et pas progressifs en fonction des revenus (et pour cause !): combien pèse la TVA sur le budget d'un smicard ? Pourquoi donc les classes modestes n'auraient-elles pas droit elles aussi à leur bouclier fiscal ? Deuxio, le bouclier fiscal "si mineur" coûte autant voire davantage que nombre de "petites économies" réalisées sur le dos des plus fragiles qui, elles, restent toujours "essentielles" aux yeux du gouvernement: citons le nouveau calcul des allocations familiales pour les foyers avec adolescents (138 millions d'euros par an) , les franchises médicales (600 à 800 millions d'euros par an), l'allongement de la durée de cotisations retraites (500 millions d'euros), ou la suppression de l'exonération de redevance audiovisuelle pour les retraités modestes (200 millions d'euros). Deux poids, deux mesures !


Second sujet de débat, la défiscalisation des heures supplémentaires. L'entêtement du gouvernement est idéologique. C'est la mesure phare du mandat présidentiel, sa suspension, voire son abandon, signifierait l'échec d'un programme, d'un slogan, d'un mandat. Pourtant, il est difficile de résister à l'épreuve des faits : cette défiscalisation permet aux entreprises de faire travailler davantage les salariés survivant aux multiples réductions de personnel. Et pour les entreprises en chômage partiel, le dispositif ne sert à rien. Sur l'emploi, Sarkozy aggrave la crise. Cette mesure ressort telle qu'elle est : un instrument de précarité sociale supplémentaire inefficace et coûteux.

Vacarme sécuritaire
Pour divertir l'attention, Sarkozy a sorti sa parade habituelle : la rengaine sécuritaire est le sujet de prédilection d'une droite en mal de discours populaire. Samedi, Rachida Dati s'est ainsi souvenue qu'elle était ministre de la Justice: après des interviews presque apolitiques au JDD et chez Europe1, puis une émission spéciale (diffusée prochainement) de "Vie Privée Vie Publique" chez France 3, on attendait la Garde des Sceaux sur des sujets plus graves que ses états d'âme face à la pipolisation instrumentalisée de sa carrière. Si elle ne s'est pas exprimée sur Julien Coupat, en revanche, elle s'est scandalisée des propos des avocats d'Ivan Colonna samedi 14 mars, jugés "inadmissibles" et qui "mettent gravement en cause l'impartialité de la justice". Puis, lundi, elle annonçait son projet de réforme de la justice des mineurs. Il est si mince en mesures concrètes, qu'il fut oublié des commentaires médiatiques dès le lendemain. En voulant simplement réaménager les peines encourues par les mineurs (davantage de progressivité dans les sanctions, modification "pédagogique" du vocabulaire pénal, et abaissement à 13 ans de la responsabilité pénale), la ministre a revu à la baisse ses ambitions initiales.
Mercredi, Nicolas Sarkozy a pris le relais. Il a voulu focaliser l'attention sur les "bandes violentes". On a découvert que la fameuse DCRI, et ses fichiers multiples, ciblait ces 2 500 jeunes "organisés" en "222" bandes, localisées à "79%" en Ile-de-France. Sarkozy réintroduit le délit de "mauvaise fréquentation", incontrôlable, improuvable, mais désormais punissable. A part ça, il n'annonce rien de neuf: un nouveau fichier (il les collectionne), de nouveaux regroupements de forces de l'ordre, et des caméras supplémentaires. Sarko se comporte comme un chef de rayon qui communiquerait à grands renforts de publicité chaque fois qu'il change de place une boîte de conserve dans son magasin. Rares ont été les journalistes qui ont rappelé qu'il en a profité pour renforcer la police de proximité... celle-là même qu'il avait aboli en 2002 à son arrivée au ministère de l'intérieur. Après les hôpitaux et les palais de justice, voici les établissements scolaires qui seront "video-surveillés" et fichés. En Sarkofrance, on préfère la répression à la prévention. Sept ans après son arrivée au ministère de l'Intérieur, vingt mois après l'entrée en vigueur des lois Dati contre la récidive et les jeunes délinquants, qui dira à Nicolas Sarkozy que sa politique ne fonctionne pas ? Comme une provocation, des jeunes ont tabassé le principal d'un collège à Garges-lès-Gonesse le lendemain des annonces présidentielles. Et ce triste fait divers n'est pas isolé. Mardi soir, une trentaine de jeunes se sont amusés à faire peur aux passants en jettant des bouteilles sur la chaussée à Paris, près de Barbès.

Mardi, autre sujet, l'OTAN. Notre sécurité à l'étranger serait en danger. Sarkozy tient à ses symboles. Rejoindre le commandement intégré de l'OTAN en fait partie. C'est chose faite. Les députés UMP, acculés devant une menace de démission du gouvernement, ont voté le projet. Cela ne sert à rien, mais c'est symbolique.

Colère sociale, ces Français qui ne sont pas dupes
La colère sociale bat son plein. Combien de heurts entre salariés et leurs dirigeants ? Mercredi, des employés de Total ont occupé la raffinerie de Gonfreville l'Orcher, près du Havre. A Marseille, de violents incidents ont opposé une cinquantaine de salariés de l'Union Navale Marseille contre leur directeur général. Le 19 mars, la contestation s'était déplacée dans les rues et les grèves. Trois millions de personnes. La mobilisation a été plus forte que le 29 janvier dernier. Même la police a du le reconnaître, malgré ses chiffrages toujours aussi modestes. La claque est venue de la rue, les salariés du privé étaient plus largement représentés. Les syndicats ont réussi leur coup.

Le gouvernement Sarkozy s'est crispé jusqu'au bout. Mardi, Sarkozy traitait de démagogues ceux qui appelaient à la grève : "vous savez dans la crise, il y a toujours deux discours, il y a les démagogues, qui ont désigné des bouc-émissaires, et il y a ceux qui doivent prendre des décisions, ... et moi, je dois prendre des décisions." Le gouvernement avait choisi ce jour pour dépensé 2 millions d'euros de publicité dans la presse pour vanter ses mesures. Le jour même, le président a laissé son fusible Fillon aux commandes médiatiques. Le monarque partait vite à Bruxelles rejoindre ses collègues européens. François Fillon a tenu son rôle d'autiste, le soir même, au JT de Tf1. Il suggère d'attendre, et fustige les ... patrons sur le 'partage de la valeur'. Nouveau vacarme. Fillon, comme Sarkozy, joue à Besancenot.

Diversion internationale
Jeudi et vendredi, Nicolas Sarkozy s'était donc réfugié à Bruxelles. Le président s'est bien gardé de souligner que le Conseil Européen a abdiqué sur le terrain de la lutte contre le réchauffement climatique. Le sujet, initialement à l'ordre du jour, a été bien vite retiré: les chefs d'Etat de l'UE n'ont pas prévu de statuer sur l’aide financière que l’UE proposera à ses partenaires dans le cadre des négociations internationales sur le climat à Copenhague. Les belles promesses du 13 décembre dernier ont été oubliées. A Bruxelles, Nicolas Sarkozy a tenu une conférence de presse "délocalisée." Il a fait les gros yeux contre les patrons : "Visiblement, certains ont du mal à comprendre ce qu'on a dit. Quand il y a un plan social, des aides publiques, les bonus, plans, stock-options, rémunérations exceptionnelles ne sont pas admissibles". En France, les dirigeants de la Société Générale se sont engagés vendredi 20 mars "à renoncer à lever" les stock-options qui leur avaient été attribuées mercredi.

Catastrophe économique
Jeudi soir, Fillon voulait nous faire croire que la contestation se trompe de terrain, que les critiques de l'opposition tapent à côté, trop "franco-française". Nous ignorerions que la crise est mondiale. Coup du sort, deux prévisions gravissimes tombaient vendredi, le lendemain des manifestations. Le FMI prévoit une récession de l'économie mondiale en 2009, pour la première fois depuis 1945. Et l'INSEE bouscule les prévisions gouvernementales : l'institut nous prédit une récession "historique" en France, d'environ 3% du PIB cette année, provoquant des destructions d'emplois dans tous les secteurs, de la construction au tertiaire. Résultat, 300 000 chômeurs supplémentaires attendus d'ici juin, un triplement par rapport aux estimations de décembre dernier. Christine Lagarde a voulu botter en touche: "nous les avons estimées à 350.000 (NDLR: pour l'année), chiffre qui, compte tenu du surcroît d'emplois aidés que nous mettrons en place, pourrait être ramené autour de 300 000". Pauvre Christine, les emplois aidés sont de moins en moins nombreux en Sarkofrance...

La crise met la présidence Sarkozy à nu: c'est une politique de classe, pour quelques-uns, les plus riches du pays. Le pouvoir est contraint de lâcher quelques subsides à chaque contestation forte, mais il ne touche pas aux avantages qu'il a octroyé aux plus riches et aux employeurs. Les avantages fiscaux des premiers et les assouplissement du code du travail en faveur des seconds sont protégés. Sarkozy sait pour qui et pourquoi il a été élu.

Les retraités, salariés et chômeurs savent ce qu'ils leur restent à faire, dans le calme et la détermination.

Ami Sarkozyste, où es-tu ?

12 commentaires:

  1. L’Etat a distribué 307 129 984 euros aux Français ayant un patrimoine supérieur à 15 581 000 euros. Ces millionnaires sont très peu nombreux. Ils ne sont que 834. Mais l’Etat a donné en moyenne 368 261 euros à chacun de ces millionnaires, c’est-à-dire l’équivalent de ce que gagne un smicard pendant toute sa vie.

    Sarkozy et son gouvernement expliquent que c’est pour empêcher les riches de fuir à l’étranger : chaque année, les riches qui fuient à l’étranger font perdre 17,6 millions d’euros à l’Etat.

    Le président de la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale, le socialiste Didier Migaud, leur répond :

    « Le Conseil des Prélèvements Obligatoires (CPO) a évalué à 17,6 millions d’euros la perte de produit d'impôt sur la fortune (ISF) liée aux départs de contribuables, alors que le bouclier fiscal, censé éviter des exils fiscaux, coûte 458 millions d’euros. Où est l'efficacité ? »

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/03/18/didier-migaud-834-contribuables-ont-recu-un-cheque-moyen-de-368-000-euros_1169360_823448.html

    Conclusion : le bouclier fiscal est scandaleux. Et en plus, il est inefficace.

    RépondreSupprimer
  2. Fillon au soir de la mobilisation de plus de 3 millions de personnes (à1.8 millions près) a désigné les nouveaux boucs émissaires (médiatiques rassurez vous): les patrons qui empochent des millions d'euros même dans la crise. Soit dit entre nous c'est pas franchement la réponse qu'attendaient les gens qui avaient défilé la journée pour demander à gagner plus juste en travaillant (et pas forcément plus) ou simplement pour demander à ne pas gagner moins en ne travaillant plus (du tout).
    Tenir et Résister

    RépondreSupprimer
  3. Bon, avec le temps on s'aperçoit que la crise est une magnifique aubaine pour les socialistes.

    "Vous voyez brave gens : tout va mal avec ce président qui protège les riches et fait du vacarme sécuritaire !"

    Le seul vacarme que je connaisse est celui de la gauche qui profite de cette crise pour remettre en cause la politique décidée par une large majorité de français.

    Les chiffres :

    Création d'entreprise
    http://www.insee.fr/fr/themes/indicateur.asp?id=41&type=1


    http://www.lexpress.fr/actualite/economie/recession-la-france-s-en-sort-plutot-mieux-que-ses-voisins-europeens_748333.html

    "Quelle est la position de la France par rapport aux autres pays européens dans la crise ?

    Les chiffres relevés ce vendredi donnent l'impression que la France s'en sort mieux que les autres pays européens"

    Dis donc Juan tu ne te renseigne pas ?

    RépondreSupprimer
  4. hahahah les créations d'entreprises sont le fait de micro ou auto-entrepreneur dont beaucoup de chômeurs qui sortent en partie des statistiques.

    Mistral tu devrais te renseigner et comprendre les statistiques avant de parler. Tiens voilà un os à ronger, c'est quoi d'après toi les catégories 2,3, 4 et 5 des chômeurs.

    Allez va t'occuper de tes bâtiments HQE

    RépondreSupprimer
  5. Allons dagrouik, tu devrais avoir un peu de respect pour ces gens qui ne manifestent pas, et qui ont le courage de croire en l'avenir et créer leurs emploi.

    Ce ne sont pas des sous entrepreneurs ou des salariés de seconde zone.

    D'ailleur tu connais la difficulté d'entreprendre, non ???

    Ces chiffres montrent la réalité, loin des médias et des socialistes rapaces de la misère !

    RépondreSupprimer
  6. La création d'entreprise n'a de sens que si elle contribue à lutter contre la hausse du chomage, ce qui n'est clairement pas le cas. Je rejoins d'ailleurs Dagrouik en citant les exemples de ma femme et d'un pote qui ont quitté la fonction publique hospitalière sans être remplacé, pour se lancer dans le libéral; ils ont donc ouvert chacun leur cabinet respectif (soit 2 créations d'entreprises) et pourtant au final aucun emploi n'a été créé. De plus ils sont obligés d'effectuer des remplacements réguliers dans d'autres cabinets, sinon ma femme aurait gagné 50 euros brut en février avec le sien (forcément, une clientelle ne se crée pas en quelque mois)!!! Tous les deux tentent l'expérience, et comme ils se sont mis en dispo. (5 ans max.), ils ne rejettent pas (malheureusement) l'idée de devoir peut être un jour rejoindre l'hospital public.

    RépondreSupprimer
  7. le grand Charles avait raison tous des veaux les français sont des veaux et tous ces commentaires contre les mesures prises aujourd'hui par un Président elu au suffrage universel par un peuple largement déçu d'une politique politicienne de la gauche qui je l'ai maintenant compris n'a d'autre but que de mettre en place les conditions de sa future hypothetique réeliction .
    je suis un socialiste repenti qui a ouvert les yeux j'ai regardé utour de moi apres les fortes poussées Socialiste des décénies antérieures nous pouvons constater que tous ces pays qui avaient porter à leur gouvernances des régimes dits socialistes ce sont apperçus que les solutions n'étaient peut etre pas la ou l'on pensait et ont fait depuis marche arriere.
    la france, l'europe, le monde aujoud'hui ont besoin de concencus et non des commentaires aussi nuls que certains que nous pouvons lire sur tous ces forums qu'ils soient pour ou contre ou est le réalisme.
    je ne lis que des critiques pas de propositions concrétes.
    que devons nous faire rejeter tout ce que l'on propose sans même attendre des résultats.
    nous socialistes nous avons ruiné la france en la vidant de son industrialisation. nous avons formé des citoyens à la contestation. nous avons dressé une armée de fonctionnaires. nous voyons ou cela nous à mené nous avons eu la chance de perdre les élections pour ne pas etre aux commandes aujourd'hui car franchement nous ne saurion que faire pour résoudre cette crise j'en veux pour preuve que nous ne cherchions aucun concensus.
    TCHAO Juan et autres quand vous aurez terminé vos élucubrations l'orage sera passé je supposes que vous faites partie de ceux qui achéte sans meme regarder d'ou vient le produit que vous achetez sans en connaitre l'incidence et sans savoir si un produit français ou europeen ne vous convendrait pas et surtout serait un geste citoyen meme pour quelques centimes de plus.
    vous demandez au autre un geste citoyen mais l'avez vous fait au moins une fois dans votre vie.
    c'est au qotitien que cela devrait vous concerner

    RépondreSupprimer
  8. il y a des Benoit XVI de l'UMP qui parcourent ton très intéressant blog, Juan!! :-)

    RépondreSupprimer
  9. @anonyme:
    "je suis un socialiste repenti" et moi je m'appelle Jean Valjean !
    "nous socialistes nous avons ruiné la france en la vidant de son industrialisation"
    Les évadés fiscaux sont tous socialistes ? Les grands patrons qui délocalisent pour toujours plus de profit ont soutenu la gauche ?
    "nous avons dressé une armée de fonctionnaires" oui et j'en suis le général, mais chuuuut, c'est une armée secrête !
    "qui achéte sans meme regarder d'ou vient le produit que vous achetez sans en connaitre l'incidence et sans savoir si un produit français ou europeen ne vous convendrait pas et surtout serait un geste citoyen meme pour quelques centimes de plus"
    Allez raconter cela à un chomeur !
    "TCHAO Juan et autres" bon vent à toi et mes respects à Besson.
    "vous demandez au autre un geste citoyen mais l'avez vous fait au moins une fois dans votre vie"
    Encore hier avec le sidaction; je donne également gratuitement dans le village des cours de soutien pour les gamins en difficulté chaque mercredi.
    Au fait, vous êtes au courant que votre super droite détient tous les pouvoirs depuis 7 ans. Quel est le bilan? Sans compter la crise mondiale, qui, il est bien connu, est une crise du socialisme par les socialistes !!! Dés le petit déjeuner, lire des inepties pareilles, je vous jure ...

    RépondreSupprimer
  10. @kakou,

    en économie 2-2 n'est pas égal à zéro ...

    Parce que dans ton eemple, il n'y a peut etre pas de création, net d'emploi... mais il y a création de valeur ajouté, d'impot, de charges sociales.

    Alors que si tes deux exemples étaient resté fonctionnaires, ils "absorberaient", tva, impot et charges sociales"

    capito ? :)

    RépondreSupprimer
  11. Les 3 premières années il y a exonération de taxe professionelle et puis de toute façon celle ci doit disparaitre ! Ma femme et mon pote étant donc infirmiers libéraux, par qui sont payés les actes pratiqués ... la sécu ! donc la valeur ajoutée mdr. Capito ?
    Pour finir, comme l'on dit en Lorraine en réponse à quelqu'un qui tutoie direct (comme Naboléon): "on n'a pas gardé les cochons ensemble"

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.