28 mars 2009

99ème semaine de Sarkofrance: "le mauvais gars, au mauvais endroit"

Les Anglais ont la bonne formule : "the right guy, at the right place". La bonne personne, à la bonne place. Nicolas Sarkozy est tout l'inverse. Le pire des présidents pour affronter la pire des crises. Cette 99ème semaine en fut une nouvelle illustration.

La pire des crises
De mémoire de générations, la crise actuelle, française et mondiale, est "hors normes". On recense quatre mille chômeurs de plus chaque jour en France depuis janvier. On nous prédit 3 millions de sans-emplois "de catégorie 1" à la fin de l'année. Les jeunes, comme souvent, sont les plus frappés. Le nombre de chômeurs de moins de 25 ans a augmenté de ... 12% en trois mois. Martin Hirsch, le nouveau Commissaire à la Jeunesse, cherche des idées, et du soutien, pour amortir cette flambée. Il craint 150 à 250 000 jeunes demandeurs d'emplois supplémentaires d'ici décembre. Christine Lagarde l'a un peu douché : il n'y aura pas d'enveloppe supplémentaire pour financer les 1,5 milliards d'euros qu'il demande. Nicolas Sarkozy a quand même promis quelques annonces d'ici le 15 avril...
Après un illusoire maintien en janvier, grâce aux soldes, la consommation de produits manufacturés a fléchi de 2% en février. Le moral des ménages est désespérement stable, au fonds du trou, pas très loin du record de pessimisme constaté en juillet dernier. Environ 80 000 entreprises devraient faire faillite d'ici décembre. Les prix de l'immobilier ancien ont baissé de 5% en un an, malgré une pénurie de 1,7 millions de logements. Notre déficit public devrait atteindre 5,4% en 2009, et l'endettement dépasse les 80% du PIB.

Dans ce contexte, les tensions sont extrêmes, le climat est quasi-subversif. Des salariés séquestrent leur patron pour négocier leurs indemnités ... de licenciement, comme chez Sony ou 3M. Chaque jour, un nouvel excès de parachute doré ou de bonus indu est livré en pâture à l'opinion par les médias. Et les patrons prennent peur ! Les dirigeants de Suez-GDF, après celle de la Société Générale, ont ainsi abandonné ses stock-options dès les premiers cris d'indignation. Vendredi, Natixis, sauvée de la faillite par l'État après ses pertes de 3 milliards d'euros l'an passé, devait justifier pourquoi elle a versé 70 millions d'euros à 3 000 collaborateurs.

Son modèle attaqué
Cette crise, la pire de nos générations actives, est peut-être la meilleure. Elle disqualifie à grande vitesse tous les schémas du passé. On pense décroissance, débrouille, régulation, et solidarité. On roule moins, on mange différemment, on boit de l'eau du robinet plutôt qu'embouteillée. La crise change les comportements. Elle accélère la prise de conscience collective des inégalités d'un système à bout de souffle. L'économie mondiale reposait sur l'épuisement des ressources de la planète et l'endettement des ménages, des Etats et des entreprises. Qui peut croire qu'on doit se contenter d'un toilettage à la marge ? La crise peut nous permettre, nous contraindre à l'imagination. Encore faudrait-il un président à la hauteur, qui protège massivement les précaires, mobilise les solidarités, et donne une vision pour la décennie à venir. Nicolas Sarkozy n'est pas cet homme. Effrayé, il préfère conforter ses troupes et s'accrocher au système.

Son modèle est attaqué, celui d'une France qui travaille (elle n'a jamais autant été contrainte à chômer depuis 20 ans), qui fantasme la réussite de quelques-uns pour oublier l'exploitation du plus grand nombre. Nicolas Sarkozy, acculé, tente d'abord de rassurer son camp. Mardi 24 mars à Saint-Quentin, il avait invité 4 000 militants UMP dans une salle des sports à Saint Quentin: il ne cherchait pas à "répondre" à "l'impatience" des Français, quelques jours après la journée réussie d'action nationale du 19 mars. Il n'avait qu'un objectif : reconquérir son camp. Son discours s'adressait à ses électeurs du 1er tour de la présidentielle: sécuritaire, idéologue, et clivant. Il tape sur les "bandes", les grévistes, les "protégés". Il défend son bouclier fiscal (celui qui a rendu 307 millions d'euros à 834 foyers en 2008), son plan de relance de 26 milliards 4 milliards d'euros, ses heures supplémentaires défiscalisées, ses suppressions de postes de fonctionnaires. Sarkozy est en campagne. L'a-t-on prévenu qu'il est président depuis presque 2 ans ?

Mercredi, c'était le tour des députés. Sarkozy voulait ressouder sa majorité parlementaire. Il a fait le brave : "La crise nous rend notre liberté. Elle nous donne la possibilité de renouveler notre corpus idéologique, ça nous fait réfléchir. La période est formidable. C'est nous qui conduisons le bateau. On n'a pas le droit d'avoir peur. Je me fais taper dessus, mais j'ai la banane. On a besoin de nous et ça paiera." Les voix discordantes se sont tues à l'UMP. Ceux qui à droite envisageait une loi contre les rémunérations patronales abusives ou une suspension du bouclier fiscal par solidarité nationale ont subitement changé d'avis. Tous derrière le président !

Un président incapable de rupture
Nicolas Sarkozy défend aussi coûte que coûte le système en place: depuis septembre, il nous répète que (1) la crise a démarré en septembre, (2) qu'elle est née des excès de quelques traders et banquiers irresponsables et (3) que la solution viendra donc d'une moralisation du capitalisme financier. Cette semaine, il a même menacé d'abandonner son titre de co-prince d'Andorre si le prochain G20 ne moralise pas les paradis fiscaux (sic !). "L'ami des patrons" joua aussi de sa grosse voix contre les quelques dirigeants qui jonglent avec les stock-options et parachutes dorés en période de crise. Il fallait montrer à l'opinion qu'il pense à elle. Sarkozy jouait au Gendarme qui vient taper Guignol avec sa matraque de pacotille. Cela n'a pas suffit. Les scandales à répétition ont eu raison de l'attentisme sarkozyen. Dès jeudi, Claude Guéant a cédé au nom de son patron : un décret encadrera dès la semaine prochaine les stock-options et les bonus des dirigeants bénéficiant d'aides publiques. On attend avec impatience le dit décret : environ 100% des entreprises françaises bénéficient d'aides de l'État, dès lors qu'elles jouissent d'exonérations de cotisations sociales... Sarkozy nous promet-il un "grand soir"fiscal ? Mais non ! Eric Woerth, jeudi soir sur France 2, expliquait que les exonérations ne sont pas des aides de l'État...Vendredi, François Fillon recadrait à son tour la portée de ce futur décret "qui visera à interdire toutes les distributions de stock-options, tous les bonus dans toutes les entreprises que l'État aide directement parce qu'elles sont confrontées à la crise". Voici la belle hypocrisie ! La crise rend criantes et injustifiables les inégalités d'un système que le pouvoir ne veut évidemment pas corriger. Comme le dit Malakine, ce décret ne sera pas "une mesure de régulation ou de moralisation, mais une simple mesure de gestion de l’émotion publique".

Sur le partage des profits, Sarkozy a botté en touche. Lui qui est si friand des Grenelles en tous genre, il a négligé l'idée socialiste d'une conférence générale sur les salaires et les rémunérations. Il se contente d'incantations. Mardi, Sarkozy a ainsi confirmé qu'il attendrait l'automne pour éventuellement légiférer sur le partage des profits dans les entreprises. Vous avez bien lu : il attendra l'automne... "J'y pense et puis j'oublie".

Le débat sur les inégalités sociales n'aura pas lieu. Sarkozy s'en occupe.

Mercredi, un autre ami du président, son ancien conseiller économique François Pérol, souffrait devant une commission parlementaire. Mal à l'aise, il devait justifier sa nomination controversée à la tête des Banques Populaires et des Caisses d'épargne. Son nouveau salaire est modéré (550 000 euros par an), sans bonus ni parachute doré a-t-on assuré. Mais il fait désormais l'objet d'une seconde plainte, à Paris, pour "prise illégale d'intérêt" par l'association Contribuables Associés.

Qui a parlé de moraliser le capitalisme ?

Même en Afrique, Sarkozy nous épuise
Jeudi, le président s'est envolé en Afrique. Il aurait pu faire avancer la cause démocratique et la solidarité internationale. Mais il n'avait que trois objectifs : rassurer quelques présidents à vie ; sécuriser davantage d'uranium pour nos centrales atomiques; et prendre un peu de recul international.
Qu'elles sont loin les promesses de campagne ! Qu'ils sont oubliés les vœux pieux du soir du second tour ! La Sarkofrance devait rompre avec la Françafrique. Il s'est même trouvé un ancien socialiste débauché pour un secrétariat gouvernemental pour le croire et le clamer publiquement; ça lui a coûté son poste. Jean-Marie Bockel s'occupe désormais des Anciens Combattants. En Afrique, Nicolas Sarkozy nous a tout fait : la diplomatie nucléaire, un discours à Dakar jugé raciste, le tapis rouge pour Kadhafi le jour-anniversaire de la Déclaration des Droits de l'Homme de l'Onu, la rapide réconciliation avec ces chefs d'État accusés en France de détournements de fonds et maintenant une nouvelle promesse de rupture avec la Françafrique. Merci Président ! On n'en demandait pas temps.

En Afrique, Nicolas Sarkozy n'a pas répété pas que "le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire." Il a renversé la vapeur, jeudi au Congo Brazzaville : "la démocratie et les droits de l'homme font partie de notre héritage commun. Ce ne sont pas des valeurs artificiellement plaquées sur votre société, et qu'une arrogance occidentale ou française aurait décrété universelles. Il s'agit de valeurs africaines". Et plus tard, devant le parlement local, il a dénoncé la Françafrique ("Je ne serai pas le président qui assumera des accords secrets") tout en voulant soutenir cette "relation ancienne et fraternelle" dont il a "l’ambition de lui conférer une légitimité nouvelle". Bizarrement, l'Elysée n'a pas commenté la plainte déposée par des associations contre Areva. L'un des dirigeants du groupe français aurait suggérer au Niger de trouver les moyens de mater les Touaregs....
En Afrique, Nicolas Sarkozy n'était pas accompagné de l'encombrant Bernard Kouchner. Le ministre des Affaires Etrangères a laissé sa compagne avec ses problèmes de rémunération et de plan social à RFI pour assister à une réunion avec ses homologues européens, à quelques jours du G20. Kouchner n'a plus besoin de réclamer le paiement de ses anciennes consultations auprès de ses anciens clients. En Afrique, Nicolas Sarkozy a singé son modèle Jacques Chirac, en jouant les VRP protocolaires : à Kinshasa, il a pu signer 3 accords entre la France et la République Démocratique du Congo, relatifs à la protection des investissements français, à la relance de la production minière avec Areva et Lafarge. Le lendemain au Niger, il est allé consolider la relation française avec l'un des pays les plus pauvres du continent et l'un des plus riches en uranium (38% du combustible des centrales nucléaires françaises).

La Françafrique est le symbole de Sarkofrance : une fausse rupture pour un vrai statu quo.

Sarkozy, le dernier des patrons
PDG de l'entreprise "France", Nicolas Sarkozy est ainsi le dernier à montrer l'exemple. Si prompt à stigmatiser les autres, il se garde bien de corriger ses propres excès : 250 000 euros de salaire annuel grassement augmenté en 2008, des voyages internationaux privés à répétition (Egypte en décembre 2007, en Jordanie en janvier 2008, en Afrique de Sud en février 2008, à New York en septembre 2009, à Rio de Janeiro en décembre 2008, à Mégève en février 2009, au Mexique en mars 2009), un nouvel Airbus A330, doté d'une belle cafetière à 25 000 euros, un budget de déplacements qui grimpe à 10 millions d'euros en 2009. Joli train de vie pour une entreprise en pleine crise ! Les salariés de l'entreprise France se révolteront-ils ? Vont-ils séquestrer leur PDG pour réclamer de meilleures indem' de licenciement ? Le "dernier des patrons" est mieux protégé que ses collègues du Medef. Il dit aimer le "terrain": il est vrai que ce terrain est soigneusement nettoyé de toute contestation. Chacun de ses déplacements ressemblent à une prise d'otages : ville vidée à 50 rues à la ronde, milliers de policiers, arrivée en hélicoptère (à Saint Quentin) ou en Airbus, contrôle d'identité aux alentours. Le Monarque est protégé.

En France comme à l'étranger, le président s'avère incapable de la rupture nécessaire avec un modèle qui s'effondre. Qu'importe ! Pour lui, "La période est formidable" et il "a la banane."

Ami sarkozyste, où es-tu ?

9 commentaires:

  1. Le tableau que tu brosses là est superbement juste. Bravo !

    RépondreSupprimer
  2. Belle rétrospective et beau travail de fond sur la semaine passée, et, malheureusement juste !

    Quand je pense aux personnes qui se retrouvent au chômage par milliers, je me dis que cette situation calme risque d'être de courte durée.

    RépondreSupprimer
  3. Sarpote

    Le Sarkozy est à la France ce que le Pape est à la capote

    RépondreSupprimer
  4. Standing ovations! Tout est dit. Sauf que: "il a la banane" et pour les autres' "peau de banane".

    RépondreSupprimer
  5. La banane... euh elle vient de la guadeloupe?

    RépondreSupprimer
  6. Tu travailles dans le privé, tu as une famille, et tu arrives à écrire autant de choses, avec autant de lien ...

    Qui es tu Juan ???? .....

    Quand au "pire des présidents", j'veux bien : Mais dans quel mouise serons nous si royal avait été élue ??????? .....

    T'es tu posé la question ?

    RépondreSupprimer
  7. chu pas une aficionados de Royal, (loin de là !) mais au moins je suis sure qu'on en baverai BEAUCOUP MOINS.
    Sarko est vraiment le pire des présidents. Tout le monde peut mieux faire.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour à tous.

    Bravo pour l'exhaustivité de ton travail !

    Il est tout de même navrant que le principal argument des pro-sarko est de dire "qu'avec royal ce serait pire" ou bien "que mitterrand ne faisait pas mieux" !

    Il est inutile de spéculer sur la tournure des événements avec un gouvernement socialiste, c'est l'ump qui est aux affaires depuis 2002! Attardons-nous plutôt sur les errements de ce président et de son gouvernement fantoche.

    @+

    RépondreSupprimer
  9. "Mais dans quel mouise serons nous si royal avait été élue ??????? ....."

    >> C'est curieux j'ai comme l'impression que c'est l'unique argument qu'on nous sort quand l'évidence de l'incompétence outrancière de Sarkozy ne peut pas être contredite. En manque d'idées ?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.