27 mars 2009

L'UMP se couche, Sarkozy aussi

 Le temps s'accélère-t-il en Sarkofrance ? Mardi, Sarkozy voulait remotiver ses troupes. Jeudi, il cède sur un symbole. Entre-temps, il a réussi à enguirlander les députés de sa majorité.

Sarkozy se couche
Il n'a pas fallu attendre longtemps avant que Sarkozy ne recule ... au moins verbalement : mardi, Sarkozy déclarait vouloir attendre l'automne pour une loi éventuelle sur les rémunérations abusives des patrons. Puis, deux scandales plus tard (au Crédit Agricole puis à GDF-Suez), Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée annonçait jeudi 26 mars qu'un décret sera publié d'ici mardi prochain par le Premier ministre pour interdire l'attribution de bonus et stock-options aux dirigeants des entreprises aidées par l'État. Bingo !  "Il faut s'assurer que juridiquement, il n'y a pas besoin d'une accroche, d'un support législatif" a tempéré Bernard Accoyer, le président (UMP) de l'Assemblée Nationale.


Quelques heures après ce meeting de campagne interne à Saint Quentin, Nicolas Sarkozy avait continué son offensive interne. Mardi, son rassemblement de 4 000 militants UMP invités (sur carton) a coûté quelques 400 000 euros d'après le député apparenté socialiste René Derosière.

L'UMP se couche
Mercredi 25 mars, Nicolas Sarkozy recevait donc des députés UMP. Un exercice qui lui plaît, rapporte Le Monde. Il lui plaît surtout de laisser ainsi ses déclarations "off" afin de corriger le tir et/ou de resouder son camp. Mercredi donc, les voix discordantes se sont tues à l'UMP. Ceux qui à droite envisageait une loi contre les rémunérations patronales abusives ou une suspension du bouclier fiscal par solidarité nationale ont subitement changé d'avis. Patrick Roger, pour Le Monde, classe ainsi les déclarations présidentielles :

Matamore. "En France, on avait trois handicaps : les 35 heures, les grèves et la fiscalité. On a réglé les 35 heures. Quand il y a une grève comme celle du 19, le pays n'est pas paralysé. Sur le bouclier, ma capacité à reculer n'est pas d'un millimètre. Prenez-moi bien en photo : je ne créerai pas une nouvelle tranche d'impôt, on n'abandonnera pas le bouclier fiscal."


Pugnace. "On ne peut pas imaginer des bonus dans les entreprises aidées par l'Etat. Le Medef a jusqu'au 31 mars pour nous faire des propositions. Je ne peux pas accepter que Laurence Parisot dise qu'elle n'a pas le désir d'évoquer le partage des profits. Mais on ne peut pas faire boire un âne qui n'a pas soif. Si le Medef y va pas, on ira par la loi."


Princier. "Je veux une liste des paradis fiscaux et les faire sanctionner. Je ne veux plus que les banques travaillent avec les Caïmans, Hongkong et Macao. Sinon, je démissionnerai de mon poste de coprince d'Andorre. Monaco doit aussi s'aligner : j'en parlerai au prince Albert. Même la Suisse a cédé."


Pédagogue. "On est le dernier pays à avoir l'ISF. Bon courage pour savoir qui est riche. Si on supprime le bouclier, on tapera sur les classes moyennes. On a deux impôts sur le revenu et l'ISF. Sinon, ça laisse à penser à ceux qui ont de l'argent qu'on va leur demander d'expier. Moi, je préfère qu'ils investissent."


Décomplexé. "On a un complexe en France avec ceux qui réussissent, qui gagnent de l'argent. Je parie que le candidat PS en 2012 ne voudra pas revenir sur ce qu'on a fait sur les droits de succession. Ne tombez pas dans le piège de la social-démocratie."


Fataliste : "Pas une seule réforme ne nous apporte pas d'emmerdes."


Volontariste : "Moi, je vais dans les entreprises toutes les semaines et je monte sur la caisse."


Moraliste : "Une famille doit s'occuper de ses vieux."


Radical : "Quand un préfet fait mal son travail, il dégage. C'est normal. Et qu'est-ce qu'on dit des directeurs de rédaction qui perdent des lecteurs ? Eux, ils sont pas changés."


Optimiste : "La crise nous rend notre liberté. Elle nous donne la possibilité de renouveler notre corpus idéologique, ça nous fait réfléchir. La période est formidable. C'est nous qui conduisons le bateau. On n'a pas le droit d'avoir peur. Je me fais taper dessus, mais j'ai la banane. On a besoin de nous et ça paiera."
Sarkozy se lâche
Dans cette compilation très efficace du discours de Saint Quentin, Sarkozy ment quand il dit qu'on lui reprochait d'avoir grossi le trait sur l'ampleur de la crise après son discours de Toulon. c'était tout le contraire, et ce blog peut en témoigner. Le 28 septembre dernier, nous écrivions : "Un président paralysé et à court d'idées moins de 18 mois après son élection, une majorité rebelle, un contexte économique effroyable, cela ne vous rappelle rien ? Sarkozy semble tel un chasseur qui a tiré toutes ses cartouches avant que l'ours n'apparaisse vraiment. Il ne lui reste plus qu'à fuir."

Petit lapsus révélateur (?) quand il déclare que "l'Etat n'a eu le besoin de prendre le contrôle que d'une seule pour la sauver de la famine... de la faillite".

La suite est une succession d'attaques, de bons mots et d'absences (d'annonces). Jugez plutôt.

14 commentaires:

  1. en gros la vidéo fait à peu près 10 mn, car tous les applaudissements suite parfois à ces "attaques" ou "bons mots" ont été coupés.

    Sachant que ce discours aura couté 400 000 euros en tout (soit à peu près une heure de discours)

    ca revient donc à 66666.67 euors ces dix minutes d'attaques personnelles ...

    RépondreSupprimer
  2. Juste un detail, visblement la promesse de legiferer a l'automne ne concernait que la repartition des profits, et non le volet bonus/salaires/stock options...

    J'avoue que le melange dans la communication m'a laisse dubitatif un moment avant de saisir que Guaino parlait d'unultimatum fin mars pour les bonus et que Sarko parlait lui du volomtarisme du MEDEF d'ici Juin sur la repartition des profits. La ligne est difficile a percevoir et voila encore un mauvais point concernant la communication du gouvernement.

    Enfin bon j'attends de voir ce que ce decret contiendra. Pour ma part je me rappelle surtout que notre cher president avait fait des promesses de campagnes qui devaient entrer en application des l'ete 2007

    Sarkozy voulait déjà interdire les Golden Parachutes des 2007

    RépondreSupprimer
  3. Merci Juan. Toujours aussi efficace Sarkofrance quand on n'a que quelques minutes le matin pour savoir "ou en est la sarkozie" :-)
    Je vois, c'est la continuité...

    RépondreSupprimer
  4. Sur la forme j’ai trouvé Nicolas Sarkozy excellent: clair, dossiers bien maîtrisés, précis, posé, ferme , bref cadré et bien dans la fonction présidentielle. Il n’y aucun doute là dessus, Nicolas Sarkozy sera à nouveau président en 2012.
    Sur le fond , il me semble que Nicolas Sarkozy a bien montré la cohérence de son action en temps de crise avec son programme. Et personnellement j’approuve et je le suis à 100% Je pense toutefois que dans son discours qui était excellent, il aurait du déstabiliser un peu les français en enlevant quelques cocorico habituels et en enfonçant le clou de notre « déclin », irréversible si nous ne réagissons pas autrement que par des grèves et des hurlements débiles totalement vains et contreproductifs.
    Il aurait été aussi bon de ne pas répéter cette éternelle 5eme position mondiale et cette image de phare de l’Humanité, mais, si l’on prend une vingtaine d’indicateurs internationaux sérieux, plus prés de 20ème rang. Et mettre cela en perspective ...sur plusieurs décennies pour montrer l’enjeu, le défi qui est devenu le nôtre du fait de nos faiblesses psychologiques devenues, par l’Histoire, structurelles.
    Cette remarque faite, oui, j’ai trouvé bon Nicolas Sarkozy et conforme aux intérêts de notre pays. et je dois dire , une fois de plus, bien meilleur que ses prédécesseurs mais cela nous le savions déjà.
    La France a bien de la chance d’avoir Nicolas Sarkozy comme président au moment où notre pays connait une passage difficile.
    Quant aux activistes militants qui passent leur triste vie à taper systématiquement sur Nicolas Sarkozy sur la base de détails insignifiants et qui sont dans l’incapacité de présenter des solutions alternatives, je méprise leur démarche totalement vaine et stérile.
    J’aimerais également souligner, comme notre Président l’ a fait que ceux ceux qui crient dans la rue et dans les media sont ultra majoritairement bénéficiaires du budget de l’Etat d’une manière ou d’une autre. Soit des fonctionnaires qui bénéficient du privilège incroyable de la garantie de l’emploi à vie et qu’ils ne sont en aucune manière affectée par la crise, contrairement à d’autres. Soit des assistés de l’aide de l’état.

    Bref, Nicolas Sarkozy a un boulevard devant lui, personne n’est en état de le challenger en 2012. Imhotep et les autres devraient en prendre conscience et trouver d’autres moyens pour être réellement utiles à la société.

    RépondreSupprimer
  5. @Anonyme : si tu crois à ce que tu ecris
    "
    J’aimerais également souligner, comme notre Président l’ a fait que ceux ceux qui crient dans la rue et dans les media sont ultra majoritairement bénéficiaires du budget de l’Etat d’une manière ou d’une autre. Soit des fonctionnaires qui bénéficient du privilège incroyable de la garantie de l’emploi à vie et qu’ils ne sont en aucune manière affectée par la crise, contrairement à d’autres. Soit des assistés de l’aide de l’état."

    c'est que tu n'as pas été dans la rue le 19 mars...beaucoup de gens du privé, des retraités etc...

    et ensuite comment dire que ce ne sont que des fonctionnaires qui descendent dans la rue "puisque dorenavant toute greve passe inpaercue" ..ca veut bien dire que les gens travaillent ???

    Ensuite comment croire celui qui voulait importer les Subprimes en France pour moraliser le capitalisme...

    Ensuite comment croire un president qui souhaite que 'unite nationale face à la crise alors qu'il passe son temps à diviser les francais (voir video), à créer des ville smortes pour ne pas etre déranger par des manifestants ...


    mais bon, ce n'est encore que du detail, ca aussi...

    RépondreSupprimer
  6. Décidément, nous sommes en 1929.

    Les villes américaines voient se multiplier les campements de fortune de SDF :


    http://www.nytimes.com/2009/03/26/us/26tents.html?_r=1

    RépondreSupprimer
  7. comment vont mes petits trolls anti sarko ? un jour sans sarko et sarkofrance coule ..c'est quand ce jour ??

    elle est pas mal votre trollinière , un peu le dernier salon où l'on cause ..le salon de mme qui ?

    RépondreSupprimer
  8. Merci Sarko de faire bouger enfin notre pays engoncé dans le conformisme étriqué, dans les médiocres défenses d'avantages et de structures obsolètes qui n'ont plus lieu d'être et dans le conservatisme petit bourgeois.
    Oui Merci, le mouvement est lance et la clique mediatico-bobos qui déverse sa haine sur vous ne l'arrêtera pas.

    Enfin nous avons un Président digne des enjeux a relever. Il etait temps, qu'avons nous eu depuis de Gaulle ? Que des Présidents " aplaventristes " qui ont entériné le déclin progressif du pays sans oser aucune reforme.

    encore bravo et ceux qui bavent sur toi a longueur de temps confirment leur peur de tes réussites .

    RépondreSupprimer
  9. "confirment leur peur de tes réussites"
    J'avoue j'ai ri ...
    @anonyme 12h27. Pour 2012 un bilan sera établi et j'ai bien peur que celui-ci ne soit pas très reluisant, alors chaque chose en son temps; "si nous ne réagissons pas autrement que par des grèves et des hurlements débiles totalement vains et contreproductifs" et que penser de 1789, 1936, 1968 ? croyez vous vraiment que c'eut été contre productif ? Le monde vit un tournant décisif et l'on est pas assuré que ce gouvernement souhaite aider autre chose que les grandes entreprises françaises; après tout pourquoi s'évertuer à sauver 63 M de français quand 2,5 Mds de futurs consommateurs se trouve en Inde et en Chine ?

    RépondreSupprimer
  10. Tout le monde voit bien que cet article est nul à chier, qu’il n’a ni queue ni tete et qu’il n’est qu’un ramassis de conneries... ; mais comme on y bouffe du Sarko ; il plait au lectorat de sarkofrance

    sarkofrance qui devient au fil du temps le " journal des Mickeys " avec son feuilleton: "le Sarko à toutes les sauces"

    Allez les z’aigris...tapotez de vos petits doigts vengeurs la babasse et moinssez moi

    Mon petit doigt je vous le réserve pour autre chose....lol

    RépondreSupprimer
  11. C'est drôle, tous ces commentaires agressifs. La sauce prend.

    RépondreSupprimer
  12. Surtout, n'oubliez pas d'éloigner les enfants de la télé dès qu'un socialiste ouvre la bouche de façon à ne pas leur apprendre la haine, le mensonge, la vulgarité et leur donner le mauvais exemple

    RépondreSupprimer
  13. C'est un sketch l'anonyme ? Comment peut-on dire tout ça sérieusement sur Nico Bruni ? Où alors c'est de l'auto-persuasion, tellement ils sont à la ramasse.

    RépondreSupprimer
  14. Au militant de l'UMP (jeune pop ?) :

    Je suis d'accord avec vous sur trois points :

    1)Nicolas Sarkozy est un bon communicant. Depuis ses débuts en "politique" Monsieur Sarkozy a toujours su s'exprimer, et faire passer ses messages. Et depuis sa rencontre avec Henri Gaino, ses discours sont même bien écrits.

    2)Pour le moment, ce qui tient lieu "d'opposition" est à l'ouest ! Donc oui...Effectivement, il est possible que les Français fassent "le choix le moins pire" comme ils l'ont fait en 2007

    3)Nicolas Sarkozy est quelqu'un de déterminé.

    En revanche...Je m'interroge sur certaines thématiques :

    1) Vous semblez avoir une bonne opinion du Général De Gaulle, et de sa présidence. J'aimerais savoir ce que vous trouvez de "gaulliste" à Monsieur Sarkozy.

    Car si l'on peut faire un reproche à Nicolas Sarkozy...C'est de ne pas comprendre qu'il a été élu, qu'il a gagné les élections. Et que dès lors, s'il doit discourir...Ce n'est pas devant un parterre qui lui est tout acquis (et qui de ce fait l'enferme dans une spirale) mais devant les citoyens Français.

    Je trouve aussi surprenant que vous ne trouviez pas choquant que Monsieur Sarkozy utilise l'argent du contribuable pour financer à grand frais une manifestation politique...De la même manière qu'il est choquant que Mme Royal finance ses voyages sur le dos de la région qu'elle préside.

    2) Vous parlez d'un "déclin" inéluctable à vous entendre, de notre belle France...Lequel ne pourrait être évité que si des réformes courageuses sont faites par l'actuel Gouvernement.

    Le seul hic...C'est que Monsieur Sarkozy lui même a reconnu que le "modèle français" qu'il dénonçait naguère retrouve nombre de vertus en période de crise !

    Et les "économistes" qui annonçaient le déclin de notre chère France...Sont les mêmes qui encourageaient, tenez vous bien, les sur primes en France...Idée soutenue tant par N.Sarkozy (dans son programme) que par la Commission Européenne, présidée par Monsieur Barroso (candidat de l'UMP pour les européennes)...Le donneur de leçon qui lui même a mis son propre pays en faillite ! Et qui notamment soutenait les "réformes" du programme de N.Sarkozy, fortement inspirée des propositions du MEDEF (et non des CGPME par ex)

    Ajoutons à cela que la "théorie du déclin" on l'entend depuis...1412! Heureusement pour la France...le futur Charles VII a préféré s'en remettre à Jeanne plutôt qu'à ses "conseillers" ! En 1435...Le Royaume de France, qu'on annonçait "mort et enterré" (dixit le diplomate de Venise) était la première puissance au monde !

    On pourrait faire la même analyse avec nombre de périodes de notre Histoire. La France fonce vers le précipice et...MIRACLE !

    "Phare de l’Humanité" peut être pas...Mais objet de l'attention de la Providence, assurément ! Courage..."Le Prince qui nous fut promis" va bientôt arriver (dixit Nostradamus...Et on devrait le prendre au sérieux vu le nombre de "prédictions" qui se sont avérées réelles ! Etonnant qu'Hollywood ne s'en soit pas encore saisie !!!)

    3) Vous dites aussi que " la France a bien de la chance d’avoir Nicolas Sarkozy comme président au moment où notre pays connait une passage difficile."

    Personnellement, je pense que la France a peut être de la chance d'avoir N.Sarkozy a son bord...Mais encore faudrait il qu'il connaisse l'Histoire de notre pays pour rester dans ladite Histoire...

    Car pour redresser la France, c'est toujours la même chose :

    a) Il faut un fédérateur : Monsieur Sarkozy n'est pas fédérateur...Il ne peut s'empêcher de diviser les Français, alors que la France ne peut repartir que si elle est unie.

    b) Il faut un "signe" ou un "symbole" fort. Par ex, le Gouvernement, le Président, et les députés...Gèlent leur salaire.

    c) Il faut un Gouvernement. Le nôtre...Est en campagne électorale (celle de 2009 et 2010) !
    -Mme Pecresse vise les régionales
    -Monsieur Darcos ne pense qu'à récupérer "sa ville"
    -Monsieur Karoutchi vise les régionales
    -Monsieur Barnier veut être commissaire
    -Mme Dati est en campagne européenne
    -Mme Yade aide le comité de soutien de Mme Dati
    -Monsieur Kouchner est aux abonnés absents
    -Monsieur Fillon...Tente d'amadouer ses collègues pour obtenir la présidence de la Commission (si Barroso pas agréé)
    -Mme Morano veut un poste à Bruxelles

    c) Il faut être crédible, honnête, et être soutenu par les Français : c'est pas exactement le cas en ce moment !

    Pour finir, vous dites "J’aimerais également souligner, comme notre Président l’a fait que ceux ceux qui crient dans la rue et dans les media sont ultra majoritairement bénéficiaires du budget de l’Etat d’une manière ou d’une autre."

    Et bien désolé de vous le dire...Mais c'est faux. Car Monsieur Sarkozy dit ici une semi vérité ou semi mensonge, comme vous voulez.

    -dans les grèves, il y a effectivement plus de personnes du public...Que de personne du privé. Rien de plus normal...Puisque faire grève, lorsqu'on travaille dans le privé...Est quasi impossible !

    En revanche :

    -Dans les manifestations...C'est surtout le privé qu'on trouvait dans les rangs !

    "Les fonctionnaires qui bénéficient du privilège incroyable de la garantie de l’emploi à vie et qu’ils ne sont en aucune manière affectée par la crise, contrairement à d’autres."

    Affirmation fallacieuse.
    -D'une part, les fonctionnaires n'ont pas de "privilèges"...Ils ont un statut, c'est différent. Comme votre cher Président du reste, qui est fonctionnaire de l'Etat...Et pas dans les plus petites rémunérations !
    -D'autre part, il est possible de virer un fonctionnaire. Je vous donne un ex ? Monsieur Chaupade, professeur...Qui a été licencié par le Ministre Morin (celui qui ne sert à rien du tout et est vraiment payé à ne rien faire, lui)en raison de propos rapportés par "le Point" qui à l'examen se sont avérés tronqués !
    -Pour finir...Les fonctionnaires sont comme vous : des contribuables, des consommateurs, des salariés. Ils sont tout autant que vous affectez par "la crise"...Car voyez vous le prix des carottes ou la note d'impôt ne diffère pas entre un fonctionnaire ou un non fonctionnaire.

    En revanche, oui...Je suis d'accord, il y a une partie des fonctionnaires de l'Etat qui continue d'avoir la belle vie :
    -le Président de la République : qui touche de l'argent de poche...Puisqu'il est nourri, logé, blanchi (au contraire de son homologue Obama qui lui, doit payé ses frais...Ce qui explique son salaire plus important)
    -les Ministres : qui faute de "fonds secrets" ont maintenant des primes (en fonction de leur incompétence ?)
    -les commissaires européens : qui vont toucher des sommes astronomiques, bien plus scandaleuses que les rémunérations titanesques du patron de Valéo ou de EDF !
    -les amis du "pouvoir" : style Monsieur Perol. Vous trouvez le "pantouflage" plus correct que les stocks options ?

    "Merci Sarko de faire bouger enfin notre pays engoncé dans le conformisme étriqué, dans les médiocres défenses d'avantages et de structures obsolètes qui n'ont plus lieu d'être et dans le conservatisme petit bourgeois."

    Forcément...Tant que cela ne vous touche pas ! C'est facile ! La Cour de Louis XVI aussi était prête à consentir à des efforts tels que :
    -augmenter des impôts pour le Tiers
    -diminuer les rations de pain
    -interdire le suffrage par tête lors des Etats Généraux

    En revanche...La Cour défendait bec et ongle ses propres "acquis"...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.