26 mars 2009

Sarkozy retourne en Afrique

Nicolas Sarkozy est en tournée en Afrique, un voyage limité à deux jours pour rendre visite à trois pays africains, la République démocratique du Congo (RDC), le Congo et le Niger. Il n'était allé en Afrique qu'à l'été 2007, un voyage à l'époque raté et polémique, puis en février 2008, avec Carla Bruni pour rencontrer Nelson Mandela.

Un bon souvenir africain
Un jour de juillet 2007, le président français s'était fendu d'un discours mémorable à Dakar, préparé par son conseiller spécial Henri Guaino. Il suscita un tollé sur place.
"Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain [.] dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles.
Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine ni pour l’idée de progrès. Dans cet univers où la nature commande tout, [ il ] reste immobile au milieu d’un ordre immuable où tout semble être écrit d’avance. Jamais l’homme ne s’élance vers l’avenir. Jamais il ne lui vient à l’idée de sortir de la répétition pour s’inventer un destin."
L'empreinte Kouchner
Plus tard, un jour de février 2009, un livre sortit en France. Il traitait des étranges missions de conseil de Bernard Kouchner, avant qu'il ne devienne ministre des Affaires Etrangères de la République. Le ministre était accusé d'avoir été remunéré plutôt confortablement pour un rapport sur l'assurance maladie au Gabon. Le dit rapport se révéla très léger en recommandations concrètes. Et on apprit que Bernard Kouchner, en parallèle de sa présidence d'une organisation parapublique qui conseillait les Etats africains en matière de santé, collaborait via diverses sociétés de conseil établies par des proches.

Nicolas Sarkozy ne vient pas pour cela. Il veut "recoller" les morceaux de la relation franco-RDC, après ses déclarations controversées de l'année dernière: il avait parler d'un "partage des richesses" entre la RDC et le Rwanda L'ambassadeur de France en RDC a prévenu que "la France a la même vision que le gouvernement congolais sur le schéma de la reconstruction de l'Est qui doit passer par le rétablissement des services publics, notamment les écoles et les hôpitaux, le rétablissement d'une justice transactionnelle, le rapatriement des réfugiés et le retour des déplacés."

La Françafrique demeure
Nicolas Sarkozy n'a pas rompu avec l'emprise néocolonialiste de la France sur ses anciens territoires africains, faite de soutiens militaire, économique et politique aux régimes en place. Quand Jean-Marie Bockel, son éphémère secrétaire d'Etat à la Coopération, commis l'imprudence de réclamer une vraie rupture en 2008 (en déclarant voulant signer « l’acte de décès de la Françafrique »), il fut exilé au Anciens Combattants, et le discret Alain Joyandet fut nommé à sa place en mars 2008. Le dictateur Omar Bongo qui s'était plaint du trublion Bockel fut ainsi rapidement rassuré. En juin dernier, Alain Joyandet a expliqué son plan pour l'Afriquelors de sa première conférence de presse : ses « 8 chantiers pour l’Afrique » sont le soutien au secteur privé, la relance des agricultures africaines, le renfort du rôle des femmes dans les projets de développement aidés par la France (20 millions d'euros), le triplement en 4 ans la présence des volontaires internationaux sur le continent, l'accompagnement des ONG françaises, le développement de l'enseignement de la langue française, la valorisation de "l’action de nos différents médias à l’étranger" , et le soutien aux "pays d’Afrique dans leur transition vers plus d’autonomie et d’intégration régionale."


Lire aussi:

4 commentaires:

  1. même les pygmées sont antisarkos:

    y von li metteu dan uné maoumiteu avé du pèousil dan le néz hihihi!!!

    RépondreSupprimer
  2. y zon l'équivalent de notre juan là bas , sauf que son clone pygmée a un os dans le néz hihi

    RépondreSupprimer
  3. Depuis l'annonce du plan social qui devrait entraîner la suppression de 206 emplois dans le groupe audiovisuel public RFI, l'intersyndicale a décidé de faire parler les chiffres.

    Des chiffres froids. Ceux des salaires de Christine Ockrent et Alain de Pouzilhac. Les deux touchent chacun 310.000 euros annuels fixes, plus une part variable de 70.000 euros faite de bonus divers.

    Les syndicats de RFI n'ont pas hésité à comparer ces revenus avec ceux de chefs d'états, précisant que ces salaires sont supérieurs à ceux de Barack Obama, Angela Merkel ou Nicolas Sarkozy, mais également supérieurs au salaire de l'ancien dirigeant de RFI. Antoine Schwarz percevait 130.000 euros par an, mais ses responsabilités n'étaient pas les mêmes.

    Les syndicats ajoutent que Christine Ockrent n'aurait pas cessé ses prestations extérieures rémunérées. En décembre 2008, elle vendait une interview d'Ingrid Betancourt pour la somme rondelette de 10.000 euros, sans compter les ménages qu'elle réalise régulièrement. Ainsi début mars 2009, l'ex-présentarice du 20 heures animait une soirée pour la remise d’un prix de la Fondation L’Oréal.

    Mais comment le lui reprocher ? Bernard Kouchner a dû consentir de tels efforts financiers depuis son entrée au ministère des affaires étrangères que le couple n'arrivait plus à joindre les deux bouts.


    http://www.marianne2.fr/Christine-Ockrent-mieux-payee-que-Barack-Obama_a177489.html

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.