7 avril 2009

Frédéric Lefebvre, le pompier pyromane

Le député suppléant Frédéric Lefebvre s'est livré à son exercice favori lundi 6 avril, celui de la provocation verbale. Le porte-parole de l'UMP joue aux pompiers pyromanes. Peut-être se sentait il gonflé par la récente remontée de Nicolas Sarkozy dans un sondage de popularité (+ 6 points).

Lefebvre tout en excès
Le député UMP a qualifié Olivier Besancenot de "vitrine légale des casseurs". Il s'en également pris à Ségolène Royal, Martine Aubry, François Bayrou et Laurent Fabius. Un peu plus tard, Xavier bertrand et Bernard Accoyer lui avaient emboîté le pas. Dimanche 5 avril sur TF1, Nicolas Sarkozy est intervenu en direct depuis Prague. le président français a dénoncé les agissements d'une "centaine" de casseurs : il est «invraisemblable d’aller manifester pour la paix dans le monde (avec) des haches, des barres de fer, et de s’en prendre à des fonctionnaires qui ne font que leur travail».
Le leader du modem avait expliqué que "Toute violence doit être condamnée (...) mais il faut mesurer ce que cela révèle du climat social dans notre pays, d'inquiétude, de colère, souvent de sentiment d'injustice". Benoit Hamon et Martine Aubry s'étaient déclarés solidaires des propos de Ségolène Royal dans son entretien au Journal du Dimanche le 5 avril. On notera que Dominique de Villepin s'est désolidarisé des propos de l'UMP.


La logique du bouc-émissaire
Depuis le début de la crise, Nicolas Sarkozy a ajouté trois nouveaux bouc-émissaires à sa panoplie, après le clandestin, le gréviste des transports, l'enseignant, le juge, et le chômeur-fraudeur. Trois nouveaux bouc-émissaires qu'il livre en pature à l'opinion publique comme explication facile de la crise : le patron bonifié, le banquier imprévisible et le trader inconséquent. Certains salariés ont pris le président français au pied de la lettre, en séquestrant parfois leurs cadres dirigeants

In fine, Frédéric Lefebvre, la voix de son maître, symbolise au mieux l'état de la droite au pouvoir: autiste, déstabilisée et pyromane.

Ami sarkozyste, où es-tu ?

Lire aussi:

4 commentaires:

  1. A consommer sans modération

    http://www.fdesouche.com/articles/33981#comments

    ;p

    RépondreSupprimer
  2. Info vérifiée : le 3 avril 2007, à Lorient, que disait N. Sarkozy, dans son discours après la révolte des marins-pêcheurs ? "Je ne mettrai jamais sur le même plan la colère des pêcheurs qui ne veulent pas mourir et la violence gratuite des fraudeurs et des voyous."
    Que faisaient Xavier Bertrand, Yves Jego et Christine Lagarde en écoutant N. Sarkozy ? Ils applaudissaient.
    http://www.lepost.fr/article/2009/04/O6/1485417_quand-nicolas-sarkozy-legitimait-la-revolte
    Quant aux propos de Ségolène Royal, ils sont justes. Il faut être bien éloigné du peuple pour ne pas se rendre compte que la colère gronde.

    RépondreSupprimer
  3. les salariés se plaignent toujours des patrons , ils ont qu'a monter eux mêmes des entreprises de salariés où ils ne produiraient que des salariés , qui se reproduiraient entre salariés et vendraient des salariés .

    RépondreSupprimer
  4. la violence du ps et du modem n'est que verbale... le violence policière, elle, n'est pas seulement symbolique... et laisse des traces :

    http://www.rue89.com/2009/04/07/a-bordeaux-une-police-trop-zelee-quil-va-falloir-surveiller

    Amitiés à toi, Juan. S'il n'en reste qu'un je serai celui là.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.