20 avril 2009

Frédéric Lefebvre a-t-il besoin d'une aide pyschologique ?

Pour la seconde fois en moins d'un an,  le porte-parole de l'UMP a conseillé à Ségolène Royal "une aide psychologique", samedi 18 avril sur Europe 1: "aujourd'hui, je crois qu'elle a pété un plomb. Visiblement, elle n'a toujours pas compris qu'elle n'a pas été élue présidente de la République et qu'aujourd'hui elle est présidente de Poitou-Charentes." Répondant à la polémique née des propos présidentiels à l'encontre de certains chefs d'Etat étrangers, l'ex-candidate socialiste avait publié la veille le communiqué suivant, sur son site  Désir d'Avenir :
"Ségolène Royal a écrit à Jose Luis Zapatero pour lui présenter des excuses contre les propos injurieux tenus par Nicolas Sarkozy
Elle lui a assuré que ces propos n'engageaient ni la France, ni les Français. Elle a également assuré Jose Luis Zapatero de toute sa considération, en partie pour les réformes courageuses conduites en Espagne et surtout pour son attachement à réaliser ses promesses de campagne électorale, avec un comportement éthique qui devrait servir de modèle.
Ségolène Royal estime qu'exercer le mandat de Président de la République impose un devoir de maîtrise de son langage et de son comportement afin de ne pas porter atteinte aux intérêts de la France."

Frédéric Lefebvre s'est aussi attaqué au journal Libération qui, selon lui, «se vante d'avoir suscité des réactions de la presse européenne sur la soi-disant remarque du président de la République française sur M. Zapatero. Cette attitude est tout simplement scandaleuse de la part d'un quotidien français qui, en colportant une fausse information, contribue à abîmer l'image de notre pays».



On pourrait prendre ces déclarations pour des preuve du "culot monstre" du député suppléant. On suit avec attention son parcours depuis qu'il est sorti de l'ombre des couloirs du ministère de l'Intérieur, un jour de l'automne 2006, à l'occasion d'un reportage de CANAL+ sur les "lobbies de la République."Lobbyiste professionnel depuis 1996, il défendait les intérêts des sociétés du tabac ou de l'agro-alimentaire, malgré un bureau permanant au Ministère de l'intérieur. En disgrâce auprès de Cécilia Sarkozy, car il couvrait son patron en " toutes occasions", il devint député sans avoir été élu, grâce à la suppléance d'André Santini dont il a récupéré le fauteuil.

Il a défendu la détection des comportements violents des enfants à la maternelle, la régulation du Net pour éviter des "jeunes filles violées", le fichage des mineurs de 13 à 18 ans par la police, la dénonciation comme devoir républicain, la dénonciation "à l'opinion publique" des banquiers qui ne renonceront pas à leur bonus. Mais c'est sur le terrain de l'invective personnelle qu'il excelle à répétition. Il ne cherche pas à convaincre mais à disqualifier son adversaire.

Il a ainsi traité Jean-Guy Talamoni d'être "à la limite du terrorisme", Olivier Besancenot de "vitrine légale des casseurs", Elie Domota, le leader du LKP guadeloupéen, de "Tonton Macoute", les blocages du LKP d'"opérations de type mafieuses", le Parti Socialiste de "machine à baffes", Laurent Fabius de "rapace", le voyage de Ségolène Royal à Washington pour l'investiture de Barack Obama de "pèlerinage à Lourdes", et les manifestions de RESF en faveur des sans-papiers de "provocations" et d' "incitations à la violence.

Assurément, Frédéric Lefebvre ne maîtrise plus son language. Chacun de ses communiqués ressemble à un coup de gueule, à l'expression d'une rage mal contenue, un stress mal maîtrisé. Frédéric Lefebvre réhabilite les outrances verbales du débat politique dans la France des années trente. Il confond l'invective avec l'argument.

Une aide psychologique s'impose.

19 commentaires:

  1. C'est Manuel Valls qui a raison : Ségolène devrait un peu fermer sa gueule, ça permettrait d'apaiser le jeu politique. Visiblement, elle croit encore dur comme fer que le sarkobashing est la clé de sa victoire en 2012. Mais comment peut-on croire un instant qu'on peut gagner en misant tout sur l'adversaire ? C'est pathétique.

    Sinon, Frédéric Lefebvre, outre qu'il y va au bazooka, a raison sur un point : Sarko est président, Ségolène n'est que présidente de région : qu'elle reste à sa place. Le "priapisme présidentiel", on le pardonne à Bayrou car il est président de parti ; on le pardonne moins à Ségolène Royal (sauf dans le monde de DA, déconnecté du jeu politique et de son ordre avec ses logiques de légitimité).

    RépondreSupprimer
  2. J Lang demande : PARDON !!! aux Espagnols pour Ségolène Royal après son vote pour la loi Hadopi, il doit être sur le point de décrocher un "marocain".

    Bon, encore un coup de chasse d'eau après avoir vomi.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne pense pas qu'une aide psychologique lui soit nécessaire : elle ne saurait palier le manque d’intelligence ! Et c’est bien là, la seule «maladie» dont souffre Frédéric Lefebvre… une de mes têtes de Turc favorites. Et encore, n’ais-je pas connaissance de toutes les sarkonneries qu’il débite !

    «tonton macoute» ne manque pas de sel quand on sait ce qu’ils étaient du temps des Duvalier Père et Fils…Laurent Joffrin vient de l’appeler «roquet» et c’est tout à fait cela… Et même «Père Roquet» ! si l’on veut prendre en compte la nature psittaciste de ses rodomontades !

    Le plus grave n’est-il pas toutefois qu’il semble vouloir interdire à Ségolène Royal toute critique contre Sarkozy au prétexte qu’il est président et qu’elle n’a pas été élue ? Nous non plus, au demeurant : depuis quand l’opposition n’a-t-elle plus le droit de critiquer le pouvoir et le président ?… Même sous le Général de Gaulle, elle ne s’en privait pas et il ne lui serait jamais venu à l’idée de lui fermer le clapet.

    Sur la lettre de Ségolène Royal à Zapatero – qui était venu la soutenir lors d’un meeting, à Toulouse ? lors de la campagne présidentielle – c’est autant en tant que socialiste que de française mécontente – elle n’est pas la seule ! – de la triste image que donne Sarkozy à l’étranger, et de la France et de la fonction présidentielle qu’elle s’exprime. Comme à Dakar. J’ai lu hier matin un fort intéressant article d’Irène Delse qui exprime tout à fait ce que je pense http://feedproxy.google.com/~r/IrneDelse/~3/VcGE_TfRVsA/

    RépondreSupprimer
  4. Je pense qu'il n'y a pas que Lefebvre qui a besoin d'un psy, Nick Carraway ci-dessus également.
    Je reviens sur Lefebvre qui hait la "racaille": je lui conseillerai ou je conseillerai à l'UMP de lui trouver un Educateur en Milieu Ouvert , il a besoin,d'un EMO comme certains jeunes délinquants des zones sensibles qui ne règlent leurs problèmes que par la violence physsique ou verbale.
    Lefebvre est un vieux délinquant qui a besoin d'aide: c'est un roquet sans maître.

    RépondreSupprimer
  5. c'est une technique classique des pays totalitaires de faire passer l'adversaire pour aliéné ou tout au moins gravement perturbé mentalement, ce triste personnage qui gravite dans l'entourage de sarkozy est plus que dangereux de par ses prises de positions extrêmes et la violence de ses paroles. Quand à Ségolène, qu'elle ait tort ou raison de se servir de chaque occasion qui passe pour polémiquer sur les propos de son ou ses adversaires politiques, je ne pense pas qu'on puisse le lui reprocher, elle a au moins elle, les couilles de le faire, le reste de sa formation politique étant inaudible au mieux, collabo au pire, après, la seule position qui reste à prendre c'est d'être d'accord ou non avec sa façon de polémiquer, point barre.

    RépondreSupprimer
  6. @Chouannette : Et faire passer Sarkozy pour un fasciste, c'est une technique classique de quel type de pays ?

    RépondreSupprimer
  7. @Nick Carraway : bien vu !
    Si on l'observe un peu la rhétorique anti-Sarkozy (y compris sur ce blog dont c'est le fond de commerce), 95% des arguments entrent parfaitement dans la "technique classique des pays totalitaires de faire passer l'adversaire pour aliéné ou tout au moins gravement perturbé mentalement" dénoncée par Chouannette.
    Le vieux truc de la paille et de la poutre...

    RépondreSupprimer
  8. Pitoyable que l'UMP continue à accepter un tel personnage comme porte-parole....

    RépondreSupprimer
  9. Chose étonnante : les banques américaines présentent des résultats trimestriels en hausse spectaculaire.

    En réalité, les banques américaines utilisent la nouvelle norme comptable FAS 157-e pour maquiller leurs bilans. Elles sont dans un état réel qui s'appelle tout simplement : la faillite.

    Le prix Nobel d'Economie 2008 Paul Krugman répète dans tous ses articles que les banques américaines sont mortes : elles sont mortes, mais elles bougent encore. Paul Krugman les appelle des banques zombies !

    Conséquence : le gouvernement Obama s'apprête à nationaliser les banques américaines, mais sans le dire ouvertement. Aux Etats-Unis, le mot « nationalisation » est un mot tabou.

    Banques américaines : une nationalisation qui ne dit pas son nom.

    Lisez cet article :

    Le gouvernement américain envisage de convertir en actions les prêts existants accordés par l'Etat fédéral aux 19 plus grosses banques du pays, ce qui le conduirait à entrer de manière significative au capital des établissements, a affirmé lundi 20 avril le New York Times.

    Selon le quotidien généraliste, qui cite des membres de l'administration fédérale, cette conversion transformerait l'aide publique en capital disponible pour les banques, et donnerait en retour au gouvernement une large part du capital de ces établissements.

    Cette technique, observe le NYT, permettrait aux banques de disposer des fonds dont elles ont besoin en évitant au gouvernement de demander à court terme une rallonge au Congrès, mais cette technique pourrait être perçue par des détracteurs de l'administration Obama comme une nationalisation qui ne dit pas son nom. L'Etat pourrait en effet, au terme de l'opération, devenir le principal actionnaire de plusieurs des institutions financières concernées.

    "Chaque conversion amènera l'Etat à décider de quelle manière employer son considérable droit de vote", commente le journal.

    Par ailleurs, la transaction n'est pas sans risque pour les contribuables, dans l'ignorance de ce que les actions de chaque banque vaudront lorsque l'Etat décidera ultérieurement de s'en séparer, poursuit le NYT.

    Le Trésor américain avait déjà annoncé fin février son intention d'échanger en actions ordinaires quelque 25 milliards de dollars d'actions préférentielles de Citigroup qu'il avait obtenues en échange de l'octroi de 45 milliards de dollars à la banque mais qui ne lui donnaient pas de droit de vote. Cette montée au capital constituerait une nationalisation partielle pouvant aller jusqu'à 36 % du capital de Citigroup si le Trésor convertit l'intégralité de ses actions, avait alors précisé la banque.

    http://www.lesechos.fr/info/marches/afp_00140263-etats-unis-le-gouvernement-pourrait-convertir-en-actions-ses-prets-aux-banques.htm

    RépondreSupprimer
  10. Aux 2 qui m'ont répondu, je vous trouve d'une mauvaise foi sidérante, personnellement je pense que l'on peut critiquer la façon de faire de quelqu'un sans le qualifier de fou ou de folle, entre dire de Ségolène Royale qu'elle est folle parce qu'elle a un angle d'attaque particulier vis à vis de Sarkozy et qui ne plait pas à Lefevre et porter un jugement (fascisme) sur la politique de Sarkozy, il y a une marge, mais si vous voulez jouer à ce petit jeu, alors allons y. Et ceci, bien sûr, n'engage que moi. oui, vous aurez du mal à me convaincre que votre idole adepte de l'insulte publique, des promesses démagogiques, des comportements irrespectueux et mal élevés, incapable (et pour cause) de tenir aucune des promesses qu'il a faites lors de sa campagne, votre président, n'est ni fasciste, ni fou a lier, mais tout simplement incapable et bon à rien, une nullité parfaite dans tous les domaines sauf dans celui du paraître à la une des journaux people. Voilà, c'est tout, un zéro à l'infini.... c'est tout de même moins grave !!! sauf pour nous qui devons subir ses incartades et son incurie.

    RépondreSupprimer
  11. @Chouannette : Pourquoi mauvaise foi ? Dire de quelqu'un qu'il est fou (Ségolène) ou orgueilleux (Sarkozy), c'est du pareil au même, non ?

    RépondreSupprimer
  12. Lundi 20 avril 2009, communiqué de l’OFCE : « On attend une reprise en L, et le scénario qu’on a en tête, c’est le Japon des années 1990 ».

    Lisez cet article :

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=29c87fa8e3e736c6041cc5095f4673b8

    RépondreSupprimer
  13. @nick carraway, vous interprêtez encore mes propos, je n'ai pas dit que sarkozy était orgueilleux, c'est vous qui le dîtes, relisez moi, je vous dis simplement qu'il n'a rien su faire d'autre que d'afficher sa vie privée à la une des journaux people, et vous en tirez comme conclusion que je le trouve orgueilleux. Par contre oui, je dis que votre président est incompétent et je vous avance des arguments pour cela. Il a fait des promesses qu'il n'a pas tenu et qu'il savait pertinemment qu'il ne pourrait pas tenir et celà s'appelle de l'incompétence. Si je présente un projet à mon employeur, un CV, que je lui dit être apte à faire certaines choses (en sachant parfaitement que ce n'est pas le cas), je suis incompétente. un point c'est tout. Mais il n'y a pas lieu de polémiquer, vous êtes pro sarkoziste et moi non, donc nos points de vue seront éternellement différents. Et nous pourrons argumenter à loisir sans nous invectiver, nous ne modifierons pas nos points de vue.

    RépondreSupprimer
  14. Ne conviendrait-il pas de se poser une question toute simple ?
    NS est un remarquable "animal politique" en cela qu'il sait parfaitement dècrypter les rapports de forces politiques.
    Tenir de tels propos en "privé" devant un parterre de parlementaires dont certains ne sont pas de ses partisans les plus notoires, n'était-ce pas tabler sur les indiscétions qui à coup sûr fuseraient ?
    Et hop, en voilà un nonosse lancé en l'air.
    Les réactions tous azimuts (y compris celle de Lefèvre) alimente le débat dans le landerneau.
    N'est-ce pas le résultat escompté par NS qui pourra ainsi apparaître comme une victime auprès de son noyau dur électoral.
    Une telle manoeuvre bien clivante peut remobiliser les troupes à quelques semaines d'un scrutin européen oú chaque voix pésera lourd.

    RépondreSupprimer
  15. Cet homme ne sert qu'à une seule chose, détourner l'attention de nicko!
    mais comme ça ne marche pas trop, finalement il ne sert à rien

    RépondreSupprimer
  16. Personnellement j'ai hésité à voter Ségolène en 2007, et très objectivement je me félicite de ne pas l'avoir fait car oui je pense sérieusement qu'il lui manque une case, et qu'elle a pété les plombs depuis ses échecs successifs à la présidentielle puis à la tête du PS. Elle ne fait plus de la politique mais du showbiz et travaille surtout à soigner son ego et sa starisation. Je suis persuadé qu'elle préfère faire la une de Paris Match ou de Gala que celle du Monde ou du Nouvel Obs. Je suis prêt à parier qu'elle ne finira pas dans une grande carrière politique mais au cinéma ou au théâtre car c'est une très grande comédienne (en plus d'être une cruche démagogue).

    RépondreSupprimer
  17. je crois que comme aide psychologique c'est vous qui en avez plus besoin que Lefebvre , vous êtes dans un état mental épouvantable ; je demande qu' à aider .

    RépondreSupprimer
  18. Il faudrait définitivement que Lefebvre soit caricaturé par ses propres procédés...un portrait bien putride...
    De toutes façons, la plupart des insanités qu'il profère, lui sont applicables...
    Sa manière de faire est tout à fait à son image!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.