20 avril 2009

"La prospérité est au bout du chemin"

L'expression est d'Herbert Hoover, le prédécesseur de Franklin D. Roosevelt à la Maison Blanche, qui assuma les 43 premiers mois de la Grande Dépression. Quelques mois à peine après l'entrée en récession, certains font feu de tous bois pour nous convaincre que la reprise est pour bientôt. Il s'agit en fait de valider au plus vite que les mesures de "relance" du gouvernement étaient les bonnes. Les salariés de Caterpillar apprécieront cet optimisme...

3 commentaires:

  1. La croissance française reculera nettement en 2009 et plus modérément en 2010, avec un taux de chômage qui dépassera la barre des 10 % dès le début de l'année prochaine, a prédit lundi 20 avril l'Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE).

    En France, le Produit intérieur brut (PIB) s'affaissera de 2,3 % en 2009, et de 0,2 % l'année suivante, a précisé l'OFCE dans un communiqué, alors que le gouvernement table sur un recul du PIB de 1,5 % en 2009 avant un rebond de l'ordre de 1 % l'année suivante.

    "En 2009, l'économie française devrait connaître sa plus forte récession depuis les années 30" et l'activité attendue en 2010 ne permettra pas de "parler de reprise" en France, précise l'OFCE dans un communiqué.

    Le déficit public devrait s'établir respectivement à 6,1 % et 7,2 % du PIB en 2009 et 2010 (contre 3,4 % en 2008).

    Quant à la dette publique, elle devrait atteindre 75,8 % du PIB en 2009 et 81,8 % l'année suivante (contre 68 % en 2008).

    "On est sur des niveaux jamais atteints", a commenté lors d'une conférence de presse, Eric Heyer, de l'OFCE, évoquant par ailleurs une ère "d'incertitude complète".

    Jugeant que l'"ajustement" social de la crise n'avait pas encore débuté, M. Heyer prévoit une très forte hausse du chômage avec "800.000 pertes d'emploi" dans les deux années à venir, soit la plus forte progression depuis vingt-cinq ans.

    Le taux de chômage montera ainsi à 9,8 % fin 2009, et à 10,7 % fin 2010, contre 8,2 % à la fin de l'année dernière, selon l'OFCE.

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=b007a3f72ec895cff0c1c0f4082b4429

    RépondreSupprimer
  2. Le vrai problème là dedans, c'est que les non grévistes sont sans doute des gens qui se plaignent sans arrêt de leurs conditions de travail mais ne font jamais rien pour que ça s'améliore et râlent quand les syndicats signent des accords qui ne leurs conviennent pas. Je vis la même situation dans le commerce où tout n'est pas rose, loin de là. La France est devenue un pays de moutons qui se laissent tondre sans rien dire. Et quand ils ont froid parcequ'ils n'ont plus rien sur le dos, ils accusent leurs syndicats d'en être responsables.

    Lamentables français qui tendent sans arrêt l'autre joue pour se ramasser toutes les torgnoles que leurs patrons leur ditribuent à volonté.

    RépondreSupprimer
  3. je demande pardon à Sarkozy de la part de sarkofrance de laisser autant de losers professionnels déféquer et vomir leur haine contre lui ....c’est dur la vie d’un rédacteur raté et jaloux moisir derrière un clavier de supérette , ce n'est quand même pas un but dans la vie , non?
    Mais qu’est ce qu’on se fend la gueule quand même , sur l’echelle de richter de la haine , les antisarkolos atteignent des sommets que même sarko ne pourra atteindre malgré toute sa bonne volonté

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.