5 avril 2009

"'OTAN pour nous"

La tenue du sommet de l'OTAN, à Strasbourg puis Baden-Baden, a été l'occasion de manifestations, de heurts et de centaines d'interpellations. Anachroniques, les chefs d'Etat ont surenchi dans l'autocongratulation et les appels au "combat pour la liberté".

Sarkozy jubile
La réintégration de la France au sein du commandement intégré de l'OTAN intervient au meilleur moment : le détesté George W. Bush est parti, et Sarkozy peut poser à côté d'un Barack Obama triomphant. "Nous sommes des alliés, nous sommes des amis. Nous avons nos convictions. Nous voulons être des alliés et des amis debout." a-t-il déclaré samedi matin.
Le Premier ministre danois, prochain secrétaire général de l'Otan, a eu des propos curieux, lors de sa déclaration de clôture des travaux du sommet, samedi 4 avril vers 15H30 : "La France reprend toute sa place au sein de l'Otan et, je pense, au sein de l'Union Européenne." Quelques minutes plus tard, Nicolas Sarkozy enchaîne : il déclare sa joie d'avoir travaillé avec Angela Merkel, et "la totale identité de vues sur tous les sujets". "Le temps des sommets internationaux ou on parle pour ne rien décider est révolu." Sarkozy a aussi remercié Barack Obama de son "leadership". A la première question d'un journaliste du Monde sur la disproportion des moyens américains au sein de l'OTAN, Sarkozy a attaqué cette "provocation sympathique". Il s'est même permis une petit mensonge en déclarant que les Etats Unis s'étaient enfin ralliés à la stratégie européenne en Afghanistan. Mais de quoi parle-t-il ?
Il a ensuite insisté, ré-insisté sur le nouvel axe franco-allemand. On pouvait croire que le sommet n'était pas celui de l'OTAN mais de Sarkozy et Merkel.

L'OTAN, une alliance américaine contestée
Samedi à la mi-journée, on dénombrait quelques 400 interpellations. Une trentaine de personnes ont été retenues à l'issue de leur garde à vue. Pourquoi une telle opposition ? Primo, le débat sur la réintégration de la France au sein du commandement intégré de l'OTAN a été occulté. Rappelez-vous. Le gouvernement a choisi de poser la question de confiance sur ce sujet, une façon de limiter la portée des voix discordantes au sein de son camp. Belle hypocrisie du président. sa décision était prise, et il ne le cachait pas mercredi 11 mars dans un discours à l'Ecole Militaire: "Après avoir pris connaissance du résultat du débat, j'écrirai à nos Alliés pour les informer de ma décision".
Deuxio, Sarkozy a menti. Pendant la campagne électorale, il expliquait qu'il retirait les troupes françaises d'Afghanistan.
Deuxio, l'état de siège imposé à Strasbourg ne pouvait que provoquer des heurts : la pression policière était à son maximum: intrusion de patrouilles de BAC (Brigade Anti-Criminalité), survol nocturne par hélicoptère équipé de projecteurs, blocage des cuisines mobiles allemandes aux frontières, contrôles d'identité préventifs... Le JDD explique que les "alters" étaient déboussolés, "en fin de course." Daniel Cohn Bendit a au contraire dénoncé le retrait des drapeaux anti-OTAN dans les rues de Strasbourg. Sommes nous en démocratie si de simples drapeaux gênent à ce point le monarque ?

L'Afghanistan, un bourbier et une erreur
In fine, l'OTAN reste une alliance sous domination américaine. L'effort européen en Afghanistan se limite à quelques milliers d'hommes (dont 150 gendarmes français supplémentaires...). Les Etats Unis aligneront plus de 20 000 hommes... Actuellement, la "force internationale d'assistance à la sécurité" (FIAS), déployée par l'Otan en Afghanistan compte quelque 55100 soldats originaires de 41 pays, la plus grande opération terrestre de l'Otan hors d'Europe. Le combat en Afghanistan semble aussi caricatural que la guerre en Irak. Samedi matin, Sarkozy avait déclaré: "Nous n'avons pas le droit de perdre, parce que là-bas se joue une partie de la liberté du monde. Mais nous ne sommes pas contre les Afghans. Nous sommes avec eux, à leur côté, nous devons développer l'afghanisation". En fait, le soutien européen en Afghanistan est simplement ... piteux.
Pourtant, cela fait près de 8 ans que les forces de l'Alliance tentent de débusquer Al Quaida et les Talibans. En vain. L'excellent Rimbus est récemment revenu sur la caricature des justifications occidentales. Tous les dirigeants occidentaux parlent de combat pour les droits de la femme, les libertés publiques et la démocratie, ignorant la culture locale. C'est stupide.
L'hebdomadaire Marianne a récemment publié quelques extraits du livre de Jean-Dominique Merchet: ce dernier se demande pourquoi faudrait il mourir pour l'Afghanistan: "Sept ans après la chute du régime des talibans, où en sommes-nous? D'incontestables progrès ont été accomplis, surtout si l'on se rappelle de l'état pitoyable dans lequel se trouvait le pays à la veille du 11 septembre 2001. [...] Le problème est que les échecs sont tout aussi incontestables."
Pire, on découvre aujourd'hui, grâce au Guardian, que le président Karzaï, installé par l'administration Bush en décembre 2001, s'apprêt à publier une loi des plus restrictives à l'encontre des droits des femmes. Nicolas Sarkozy y a fait allusion, lors de sa conférence de presse samedi 4 avril après midi. Barack Obama, quelques heures plus tard, a été plus explicite : "cette loi n'a pas lieu d'être."



Lire aussi:

6 commentaires:

  1. salut.
    En tant que strasbourgeois, je tiens a contribuer a cet article parlant , entre autre , des conditions de vie lors de ce sommet.
    Strasbourg : ville morte.
    sur-protégée, balais d'hélicoptères façon Vietnam en 65.violation des libertés de circuler, et voire même de s'exprimer (voir plaintes déposées et rejetées ainsi que réaction indignée de la cour des droit de l'homme dont comme chacun sait la france se fout éperdument...)
    De l'autre coté de la frontière, a Khel, situation bien pire.
    Les habitants ont été sommés de rester volets fermés, d'être escorter par un policier pour promener le chien.
    Le comble concerne un immeuble de quelques 20 étages, dont les habitants ont été délogés et relogés dans l'hôtel d'un parc d'attraction a quelques kilomètres de là.Même plus le droit d'être chez sois !!!!!
    D'autant plus qu'au moment où les strasbourgeois pouvaient approcher le président Obama et Mr sarkozy (voir vidéo de l'arrivée d'obama devant le palais des rohans)ne sont que des partisans ayant leur cartes UMP....
    Peut-on encore parler de démocratie???de respect des droits et des libertés???
    A tel point qu'il n'y avait ni police (dont ont peut aussi critiquer la stratégie de placer des gens de tout age en tampon entre eux et les blacks bloks, en empêchant les gens de sortir une fois entrés dans le périmètre)ni pompier pour protéger les habitants du port du rhin??????
    TOUT SIMPLEMENT HONTEUX !!!!!ET JE PÈSE MES MOTS!!!!!!!
    Un strasbourgeois en colère.

    RépondreSupprimer
  2. la manifestation pacifiste a été saboté par les forces de "sécurité" (si on peut encore les appeler comme ça !) à lire sur le site des verts.
    http://lesverts.fr/

    RépondreSupprimer
  3. Pardon... pour le post précédent c'est une vidéo des dernières Nouvelles d'Alsace.
    Tiens les commentaires sont désactivés !?

    RépondreSupprimer
  4. idem commentaires ci-dessus, les Strasbourgeois et les manifestants anti-Otan sont furieux. Nous nous sommes faits avoir, il faut en parler car que ce soit le blocage de la ville, le faux public (les militants UMP) ou la manoeuvre pour empêcher les anti-otan de manifester...où est la liberté et la démocratie. Il faut avoir sa carte à l'UMP pour être libre ?

    RépondreSupprimer
  5. Merci cher ami pour l'excellent qualificatif... il y a beaucoup à dire à ce sujet, et Hubert Vedrine a été très lucide sur France Info ce matin (à voir sur DailyMotion).

    RépondreSupprimer
  6. quelle chance le tremblement de terre en Italie, cela permet aux journalistes d'éviter de faire un bilan du somment de l'otan à strassbourg

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.