9 avril 2009

Pourquoi la France ne s'embrase pas ?


Nicolas Sarkozy avait beau jeu de critiquer les séquestrations de cadres dirigeants, mardi 7 avril. Dès le lendemain, on parlait d'une augmentation hors normes d'un patron. Et la ministre de la police exprimait son inquiétude.

Belle augmentation à GDF-Suez
Mercredi 8 avril, on apprenait, grâce à l'excellent blog "Les cordons de la Bourse", que le vice-président de GDF avait vu sa rémunération augmenter de ... 180%. Comment Jean-François Cirelli peut-il voir sa rémunération progresser de 460 000 euros en 2007 à 1,3 millions euros en 2008 ? Parce qu'il est désormais le vice-président de l'une des principales entreprises du CAC40.

Dans l'Ain, quatre cadres de l'entreprise Scapa ont été relâchés mercredi. Ils étaient retenus par leurs salariés. Que réclamaient ces derniers ? De meilleures indemnités de licenciements. Rien de plus. L'usine doit fermer en juin.

Belle peur du gouvernement
Mercredi 8 avril, Michèle Alliot-Marie a déclaré vouloir interdire le port de la cagoule lors de manifestations. Elle a raison: "ceux qui manifestent pour leurs idées jamais ne dissimulent leurs visages". Il faut s'inspirer de l'exemple grec. La France n'a pas peur. la Sarkofrance a peur. La ministre de l'intérieur a déclaré vouloir s'inspirer de "ce qui se fait dans certains pays étrangers". Nommément, la Grèce. L'Etat grec, débordé par la contestation, après la mort d'une jeune étudiant en novembre 2008, a mis plusieurs mois à s'en remettre. En Sarkofrance, le pouvoir exprime sa crainte en affichant sa fermeté. L'heure est-elle si grave ?

Beau mensonge d'Eric Besson
Invité par le socialiste Manuel Valls à débattre sur l'immigration lundi 6 avril, le ministre de l'Identité Nationale a pu s'exprimer sur le délit d'aide aux sans papiers. Mercredi 8 avril, sur France Inter, il s'est à nouveau défendu: la loi n'a jamais permis de condamner un bénévole qui aide un sans-papier en détresse. Nous serions même protégés par un article du code d'entrée et de séjour des étrangers en France, le L622-4, qui "dit très expressément que l'article L622-1 ne s'applique pas à celles et ceux qui aident une personne en détresse". Les cas de harcèlements contre des "aidants" depuis sa nomination sont nombreux. Eric Besson persiste et signe, en refusant l'unique proposition des organisations humanitaires et de l'opposition: ces derniers limiter la portée de l'article L622-1 aux aides aux immigrés clandestins à but lucratif... Une modification très simple, très claire, que l'opposition a proposé à la commission des lois de l'Assemblée nationale pour supprimer ce "délit de solidarité". Celle-ci l'a refusée, mercredi dans la soirée: elle visait à "dépénaliser toute aide (entrée, séjour, transit) lorsque la sauvegarde de la vie ou l'intégrité physique de l'étranger est en jeu sauf si cette aide a donné lieu à une contrepartie directe ou indirecte". Surpris ?




Mercredi 8 avril, quelques milliers de personnes ont protesté dans 80 villes de France, contre ce "délit de solidarité". Une lettre de mission, adressée à Eric Besson par Nicolas Sarkozy et François Fillon, fixe à 5 000 le nombre d'interpellations "pour des faits d'aide illicite à l'entrée et au séjour d'immigrés en situation irrégulière" (contre 4.300 en 2008).Mercredi 8 avril, Eric Besson pouvait remplir ses objectifs en une seule prise : quelques 5 500 Français se sont accusés symboliquement de "délit de solidarité".

8 commentaires:

  1. Pourquoi la France ne se révolte pas ? Mais parce qu'avec leurs fichues zones, il y a tjs un tiers de la France en vacance chez l'autre.

    RépondreSupprimer
  2. De quoi rêvent les pauvres ?
    — Ils rêvent d'être riches !
    CQFD !

    RépondreSupprimer
  3. Aux Etats-Unis, sous la pression des banquiers américains, le Congrès a adopté une nouvelle norme comptable, la FAS 157-e. Cette nouvelle norme comptable permet d’améliorer de 20 % en moyenne les résultats des banques, comme ça, du jour au lendemain, comme par miracle !

    Lisez cet article de François Leclerc :

    AU PAYS DES MIRACLES COMPTABLES.

    Le 2 avril ne sera peut-être pas reconnu, plus tard dans les livres d’histoire, comme la date d’un sommet international décisif des chefs d’Etat, mais comme celle de l’adoption de la réglementation FAS 157-e par le Congrès américain. Résultat d’un travail de lobbying intense et de longue haleine, tardif mais salutaire aux yeux de certains, aux lourdes conséquences aux yeux d’autres. L’œuvre de l’action déterminée de la US Chamber of Commerce et de l’American Bankers Association, ces deux fleurons de l’Amérique.

    Arthur Levitt, ancien président de la SEC, vient de déclarer à ce propos : « Ce qui me perturbe le plus à propos de l’initiative de la FASB (l’organisme qui fixe les règles en matière de comptabilité, à l’origine de la nouvelle réglementation) est qu’elle semble résulter de menaces indignes de membres du Congrès, qui sont redevables à des représentants d’entreprises ».

    D’après l’agence Bloomberg, Robert Herz, responsable de la FASB, a récemment déclaré à un groupe d’avocats : « J’ai reçu des appels téléphoniques et eu des visites de certaines de ces institutions qui sont dorénavant dans les mains du gouvernement, à peu près deux semaines avant qu’elles ne soient récupérées, essayant de modifier leurs comptes ».

    Fort de cette nouvelle réglementation FAS 157-e, les banques vont désormais pouvoir « retravailler leur bilan » et s’installer légalement dans une situation jusqu’alors inconfortable, dissimulant la vérité de leurs comptes.

    Paul Volcker, ex président de la Fed, considérait dernièrement, du haut de son autorité et afin de favoriser l’adoption de cette nouvelle réglementation, que « les principes et standards de valorisation devraient être réévalués, en vue d’adopter des directives plus réalistes afin de traiter des instruments peu liquides sur des marchés affaiblis ».

    Conséquence désormais acquise, les résultats des banques vont être « dopés », leur évitant de procéder à des dépréciations et des recapitalisations.

    Robert Willens, un ancien directeur de Lehman Brothers Holdings Inc. considère que l’application de cette nouvelle norme va en effet améliorer de 20 % en moyenne les résultats des banques.

    François Leclerc.

    http://www.pauljorion.com/blog/?p=2638

    RépondreSupprimer
  4. La loi sur l'interdiction d'aide aux étrangers en situation illégale a été prise en 1945 sous gouvernement d'union nationale.

    Ca emmerde les excités de resf et cie mais c'est comme ça.

    Maintenant que la loi s'applique et que les tribunaux jugent.

    Les français aussi jugeront ... en 2012 et même avant.

    Et vu comme c'est parti avec les errements de mme royal, j'annonce une déferlante UMP.

    Ou es tu ami socialiste ???

    RépondreSupprimer
  5. Mistral, le PS vient de donner une "biture" à Sarkosi.

    Sa loi hadopi dans le c.l

    Et Ségolène Royal est soutenue par vos petits copains.

    C'est dur pour votre petit, tout petit homme mais je compatis car j'ai pitié !!!

    RépondreSupprimer
  6. Tous simplement parce que les syndicats freinent cela, au lieu de pousser à la grève générale.
    Les syndicats sont à la botte de Sarko

    RépondreSupprimer
  7. Madame la Présidente de Poitou Charente.

    J’ai longtemps hèsité avant de vous écrire ces quelques lignes. J’ ai hèsité car je me suis dit seulement que ces phrases seraient vite prises pour une position politique, pour ou contre, alors qu’il ne s’agit ici que de la réaction d’un simple citoyen.
    Je suis outré par votre démagogie et votre populisme. Vos déclarations au Sénégal, pays de votre naissance, revenant sur les propos de Nicolas Sarkozy qui avait dit que “l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire”, sont dangereuses .
    Vous savez pertinement ce que le Chef de l’Etat voulait dire : que hélas, l’Afrique n’est pas assez mondialisée et qu’elle n’a pas pris à bras le corps son avenir pour entrer dans l’Histoire. Lorsque l’on parle d’Afrique, ce n’est le plus souvent pour parler de misère, de famine et de maladie, le tout sur fond éternel de la ” mauvaise colonisation”.
    L’Afrique, que je connais et aime, a besoin de considération et d’aides. Mais surtout, elle a besoin pour se développer qu’on lui parle vrai : la colonisation n’expliquera pas tout jusqu’à la fin des temps ; la corruption de ses élites est une plaie ouverte…L’Afrique ne doit pas attendre toujours en tendant la main. Elle travaille et se bat. Elle lutte avec espoir pour se construire et trouver les voies d’un développement qui lui est propre.
    Madame Royal, vos propos ne sont pas corrects. D’abord parce qu’ils distillent l’idée d’une repentance tellement à la mode en ce mement. Ensuite, parce qu’il me semble donc d’une incroyable mauvaise foi… Vous faîtes de la politique. Vous vous dîtes que l’on parle de vous sur cette nouvelle affaire en bien ou en mal, l’important c’est d’en parler … Ce que je fais ! Vous avez dècidé que la politique n’était plus l’exposé d’idées et de convictions mais un simple chemin de communications réussies. C’est votre problème. Je ne partage pas cette conception de la politique. Merci d’avoir pris un peu de votre temps que je sais prècieux pour lire cette lettre.

    Recevez, Madame la Présidente, l’expression de mon sentiment le plus direct,

    Eric Revel

    RépondreSupprimer
  8. une déferlante ump dans les urnes, j'ai comme un doute.
    je pense plutôt qu'il y a aura une déferlante d'abstention.
    du type 20 où 30% de votants, mais j'en doute.
    tout dépend en fait de l'expression que prendra le désarroi grandissant.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.