24 mai 2009

La lutte des réseaux d'influence: les "Inglorious Basterds" de la blogosphère

Ce n'est pas nouveau : les Français, comme bien d'autres, fantasment sur le poids des réseaux. Et en France, peut-être plus qu'ailleurs, ces derniers ont une place particulière. Depuis son élection à la Présidence de la République, la sphère d'influence de Nicolas Sarkozy s'est considérablement agrandie. Politiquement, médiatiquement, économiquement. Mais la résistance s'est également affirmée. Les réseaux d'influence sont divers. Et les mouchards présidentiels n'y changeront rien.

"La bande du Fouquet's"
Maire de Neuilly et avocat d'affaires, Sarkozy a tissé de solides relations avec une partie de l'élite défiscalisée du pays. Depuis son élection, il a encouragé le pantouflage de ses proches conseillers. Leur nomination a été largement commentée. Nominations par ci, promotion par là. Sarkozy récompense et renvoit les ascenseurs avec les moyens du bord, qui sont immenses. Personne ne semble à l'abri. Dernière "capture", le sego-sceptique Philippe Val, ex-patron de Charlie Hebdo. Côté médias, trois gardiens de la Doxa sarkozyenne bien placés complètent le dispositif: Alexandre Bompard à la radio (Europe 1), Etienne Mougeotte dans la presse (Le Figaro) et Laurent Solly à la Télévision (TF1). La faille ? Internet. Sur le Web 2.0, la monarchie sarkozyenne se ridiculise et ne perce pas. Ses sites rénovés sont techniquement au point, chaque ministre important a sa web-tv. Le président est constamment filmé, jusque dans les coulisses de l'Elysée par les webcam de "Femme Actuelle."

L'Armée de l'Ombre
Politiquement, l'opposition à Nicolas Sarkozy est majoritaire dans le pays. Tous les sondages, y compris pour les prochaines élections européennes, et tous les scrutins nationaux ou locaux sont défavorables au pouvoir en place. Mais politiquement, l'opposition reste éparpillée, divisée et construit (trop) lentement sa crédibilité. Médiatiquement, les ilôts de résistance sont rares mais solides: un quarteron de magazines et journaux (Marianne, l'Humanité, Politis, Alter-Eco, ou Le Monde Diplo), de rares espaces de liberté en radio (France Inter avec sa la tranche du 7-10, ou Daniel Mermet), ou en télévision (je vous laisse chercher). Sur le Web, la blogosphère d'opposition a pris le relais. Les blogueurs "influents" sont majoritairement des opposants sans concession à Nicolas Sarkozy: Partageons mon avis, Sarkofrance, Marc Vasseur, Intox2007, Bah !?, Olympe, Hypos, jeandelaxr, Le coucou de Claviers, Les privilégiés parlent aux Français, Femmes engagées, Peuples.net, Rébus, Le Grand Barnum, ou Trublyonne; Résistance Inventerre, Torreador, La Pire Racaille, Little Brother, Jon, Betapolitique, Slovar, Donatien, donjipez, Torapamavoa, Antoine Besnehard, Crise dans les médias, Gauche de combat, La Rage au Ventre, Le Rocrocodile kinépeuthe, Lyonnitude(s), Monputeaux.com, Olivier Bonnet, Ruminances, Sarkobasta, Sarkostique, Sauce, Vogelsong, Watching Sarko, cpolitic, Rimbus, Cratyle.net, De Tout et De Rien, Irène Delse, Lait d'Beu, Le blog d'Hypos, MIP, Mrs Clooney, Antoine Besnehard, Sauce, la Section Socialiste de l'Ile de Ré, ou Victoire au poing; et même d'autres blogueurs plutôt classés à droite tel Autheuil, ou Hérésie restent indépendants. J'en oublie, qu'ils m'excusent.

Sur le Web, l'action du Président est réelle, mais inefficace. Chaque nouvelle Web-Tv est raillée, chaque video postée par le Président ou ses proches est découpée, analysée, buzzée sur le Net; chaque gaffe présidentielle ou ministérielle circule de site en forums. Le Web 2.0 pour la présidence est un cauchemar en puissance. Il permet à tout un chacun d'entendre, d'écouter, de voir Nicolas Sarkozy sans le filtre d'un média autocensuré ou contrôlé. Voilà tout le paradoxe. Nicolas Sarkozy se débrouille plutôt bien pour éviter les questions qui fâchent chez les médias traditionnels. Mais il ne maîtrise rien sur la Toile. D'où la loi LOPPSI 2...

Il cherche à éviter que l'on filme et reporte les manifestations, les huées, les centre-villes vidées par des centaines de CRS sur son passage, mais il y a toujours une caméra qui traîne. L'Elysée aimerait montrer son président proche du terrain, on retient ses gaffes, ses mimiques.

Les médias traditionnels ont une longueur historique d'avance. Le JT de TF1 est regardé par 10 millions de fidèles qui ne cherchent pas autre chose que l'info prémachée. Les blogs citoyens, de gauche, du centre ou de droite, ont tout intérêt à devenir des "Inglorious Basterds", à l'image du groupe de soldats, majoritairement juifs, "chasseurs de nazis", brillament mis en scène par Quentin Tarantino dans son dernier Opus. Contre la brutalité, ici médiatique, d'un pouvoir sans contrôle, il faut sans doute être brutal et sans concession. Les blogueurs, influents ou pas, sont nombreux. Ils relayent leur incompréhension d'une pourriture monarchique qui gangrène la République. Faudra-t-il quitter le pays, se mettre à l'ombre, revenir quand il sera trop tard ? La Sarkoripoublique place ses proches, détruit nos libertés, casse nos protections, précarise le plus grand nombre, manipule l'information, s'achètent les opposants.

Chez Tarentino, les Inglorious Basterds gravent des croix gammées sur les Nazis qu'ils épargnent, et fracassent à coup de batte de baseball les autres. Ils collectionnent les scalps. Et l'on jubile, avec sans doute un peu de mauvaise conscience, à cette loi du Talion des faibles. Les raccourcis historiques sont toujours dangereux. La France de 2009 n'est évidemment pas l'Allemagne de 1941. Mais il faut sans cesse réfléchir aux compromissions qu'on ne peut plus faire. Les tentations "objectivistes" d'un Lang ou d'un Valls n'ont aucun avenir. L'espace médiatique et politique ne permet plus de débattre sereinement des options. Il contraint au clivage.

"A la Libération, tu seras tondu", ai-je l'habitude de répéter à certains.

Désolé, billet violent.

Mais la réalité est violente, n'est-ce pas ?

10 commentaires:

  1. Nos battes ce sont nos claviers.

    Homerun !!!

    RépondreSupprimer
  2. Quand même Juan, quelle discrimination, si un hardeur Gay de confession juive veut s'exprimer, tu vas le censurer ?
    (bon ok je sors...)

    RépondreSupprimer
  3. Un réseau d'influence parmi d'autres : le réseau de ceux qui veulent détruire le modèle social français. Le 4 octobre 2007, l’ex-numéro 2 du MEDEF Denis Kessler écrit :

    « Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement Fillon s'y emploie.

    Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d'importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme...

    A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !

    A l'époque se forge un pacte politique entre les gaullistes et les communistes. Ce programme est un compromis qui a permis aux premiers que la France ne devienne pas une démocratie populaire, et aux seconds d'obtenir des avancées - toujours qualifiées d'« historiques » - et de cristalliser dans des codes ou des statuts des positions politiques acquises.

    Ce compromis, forgé à une période très chaude et particulière de notre histoire contemporaine (où les chars russes étaient à deux étapes du Tour de France, comme aurait dit le Général), se traduit par la création des caisses de Sécurité sociale, le statut de la fonction publique, l'importance du secteur public productif et la consécration des grandes entreprises françaises qui viennent d'être nationalisées, le conventionnement du marché du travail, la représentativité syndicale, les régimes complémentaires de retraite, etc.

    Cette « architecture » singulière a tenu tant bien que mal pendant plus d'un demi-siècle. Elle a même été renforcée en 1981, à contresens de l'histoire, par le programme commun. Pourtant, elle est à l'évidence complètement dépassée, inefficace, datée. Elle ne permet plus à notre pays de s'adapter aux nouvelles exigences économiques, sociales, internationales. Elle se traduit par un décrochage de notre nation par rapport à pratiquement tous ses partenaires.

    Le problème de notre pays est qu'il sanctifie ses institutions, qu'il leur donne une vocation éternelle, qu'il les «tabouise» en quelque sorte. Si bien que lorsqu'elles existent, quiconque essaie de les réformer apparaît comme animé d'une intention diabolique. Et nombreux sont ceux qui s'érigent en gardien des temples sacrés, qui en tirent leur légitimité et leur position économique, sociale et politique. Et ceux qui s'attaquent à ces institutions d'après guerre apparaissent sacrilèges.

    Il aura fallu attendre la chute du mur de Berlin, la quasi-disparition du parti communiste, la relégation de la CGT dans quelques places fortes, l'essoufflement asthmatique du Parti socialiste comme conditions nécessaires pour que l'on puisse envisager l'aggiornamento qui s'annonce. Mais cela ne suffisait pas. Il fallait aussi que le débat interne au sein du monde gaulliste soit tranché, et que ceux qui croyaient pouvoir continuer à rafistoler sans cesse un modèle usé, devenu inadapté, laissent place à une nouvelle génération d'entrepreneurs politiques et sociaux. Désavouer les pères fondateurs n'est pas un problème qu'en psychanalyse.

    Denis Kessler.

    http://www.challenges.fr/opinions/1191448800.CHAP1020712/adieu_1945_raccrochons_notre_pays_au_monde_.html

    RépondreSupprimer
  4. @Juan
    Dans la catégorie des blogs anti-Sarkozyste, cela ne m'aurait pas gêné que le blog de la section socialiste de l'île de Ré soit citée.

    A l'heure ou d'anciens socialistes collaborent et où d'autres s'apprêtent à la faire, les missionnaires socialistes de l'île de Ré (le pays ou les chiens glissent sur les crottes des vieux UMPistes) ne se compromettent pas et continuent la lutte.

    @mitiés socialistes

    Alain

    RépondreSupprimer
  5. @Juan

    Euh, à la fin du film de Tarantino, ils ne finissent pas tous mort ?!?

    Heureusement qu'on n'est pas (encore) dans un état totalitaire, vous finiriez tous pareil ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Juan, je viens de découvrir ton billet en rentrant de mon stage de désobéIssants, et je dois dire que je suis scotché de te vori aussi virulent, toi qui d'ordinaire est certes un opposant farouche, mais sur un registre beuaocup plus posé et documenté. Là, on sent poindre de l'émotion et j'avoue ne pas détester ça..

    De plsu, je trovue que ton billet le mien se répondent étrnagement, chacun sur son registre et selon son expression... Respectons les toutes et le monde ira mieux... Mon combat est le tien... Et vive la résistance ! Ps, nousa vons uiscuté dans mon satge avec quelqun de féru de logiciels libres de loi Lopsi 2... Il em semble qu'elle passe au aprlementmercredi prochain, j'aic ru voir ça quelquepart, et personne ne le sait, ni ne sait ce qu'il ya dedans à part de trop rares informés comme nous... Pourquoi n'y a t-il pas autant de tapage autour d'elle que pour Hadopi ? Alors que les dangers se précisent davantage, et que le musellement du net, dernier espace de liberté d'expression, est l'objet d'une tentative d'étoufffement par ce si petit homme qui fait tant de dégâts... résistance ! Et vive la France, oui, mais libre !

    RépondreSupprimer
  7. c'était bien ce film là dont tu avais vu le tournage pour partie non ?

    ça m'a l'air "jubilatoire", comme beaucoup de Tarantino

    RépondreSupprimer
  8. bonsoir,
    voici une petite étude sur les résultats attendus des prochaines européennes. En espérant que le verdict contredise ces résultats prospectifs.
    (http://danbau.over-blog.fr/article-31693979.html)

    RépondreSupprimer
  9. Quelques commentaire:
    - le blog "lait d'beu" ne semble plus être actif.
    - L'excellent blog de Superno (http://www.superno.com/blog/) aurait mérité d'être cité dans la liste, pour sa constance la la pugnacité (entre autre).
    - Le ton général de la blogosphère résistante est de plus en plus teigneux. Tu n'échappe pas à la règle et c'est tant mieux.
    - @ piratage: "nos battes sont nos claviers": Si on en restte là, les choses ne bougeront pas d'un poil, un clavier n'a jamais casser une machoire (quoique... :-)).

    Continuons la lutte, encore, et encore, et encore, pour nous, pour nos enfants.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.