14 mai 2009

A Nancy, Sarkozy écoute, mais récidive

Face caméra, assis devant l'écriteau habituel, Nicolas Sarkozy parle en faisant semblant d'ignorer qu'il est filmé. A Nancy, mardi 12 mai, il parlait de la réforme de l'hopital. La veille, il avait concédé au corps médical une gouvernance plus collégiale des CHU. Les opposants à la réforme Bachelot n'ont pas trouvé le geste suffisant. Sarkozy a annoncé qu'il ne cèderait pas: "Je crois que nous avons trouvé un bon équilibre, nous n'irons pas plus loin."

A Nancy, une sage-femme lui fait part, calmement, de ses inquiétudes (cf. video). Elle insiste notamment sur son "travail de prévention", vis-à-vis de couples "en rupture d'identité" et en "rupture sociale", qui n'est pas valorisé financièrement dans le système de tarification à l'acte. Globalement, le travail d'assistance des sages-femmes ne se mesure pas à la quantité de travail, mais à sa qualité. Comment faire ? "ça ne paye pas", "nos maternités deviennent déficitaires puisqu'on ne fait pas assez d'accouchements, pas d'actes". 


Hypocritement, le président botte e touche sr la question des moyens des hopitaux : "Je ne peux pas laisser réduire le problème de l'hôpital à la seule question du financement et des effectifs". Pourtant, le déficit des hopitaux est un reproche systématique avancé par le gouvernement depuis 2002 pour justifier la mise en place de la tarification à l'acte. "Ce déficit, je l'ai pas inventé, je l'ai trouvé (...) c'est pour ça que je suis là" a dû expliquer Nicolas Sarkozy à une laborantine qui l'interpellait le jour même pendant sa visite. Vraiment ?

Un peu plus tard, Sarkozy justifie sa politique fiscale. Et le voici qui ment à nouveau sur le bouclier fiscal...

1 commentaire:

  1. ATHENES - Le groupe de Bilderberg, qui réunit chaque année des personnalités de l'élite mondiale de la politique et des affaires, a entamé jeudi une conférence de deux jours dans un palace près d'Athènes protégé par des mesures de sécurité exceptionnelles, a constaté l'AFP.

    Les abords de l'Astir Palace, hôtel de luxe de la banlieue balnéaire de Vouliagméni où se retrouvent pour leur réunion annuelle les membres du groupe de Bilderberg, étaient patrouillés par des dizaines de policiers et l'accès à l'établissement était interdit au public et à la presse.

    Un patrouilleur de la marine grecque ainsi que des bateaux transportant des plongeurs d'élite étaient visibles à quelques mètres des côtes de la péninsule qui abrite l'hôtel.

    Selon la presse grecque, les organisateurs de la réunion toujours entourée d'une discrétion proche du secret qui nourrit les théories du complot autour du groupe de Bilderberg, ont demandé qu'elle soit protégée par des patrouilleurs des garde-côtes, des plongeurs, 2 avions F16 et un hélicoptère de la police.

    Parmi les personnalités invitées cette année à la réunion figurent notamment selon la presse grecque, le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner, le président de la Banque mondiale Robert Zoellick, l'émissaire américain Richard Holbrooke, les reines Sophie d'Espagne et Béatrix des Pays-Bas, le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et le ministre suédois des Affaires étrangères, Carl Bildt.

    Il n'était pas possible de confirmer la présence de ces personnalités auprès des organisateurs mais selon un porte-parole de la BCE, M. Trichet doit y participer, tout comme, selon son ministère, M. Bildt.

    Le journaliste espagnol d'origine russe Daniel Estulin, un spécialiste des conférences Bilderberg, a indiqué aux médias qu'elle doit se pencher cette année sur la crise économique mondiale.

    Les conférences Bilderberg réunissent chaque année décideurs et leaders d'opinion occidentaux pour une sorte de Forum de Davos secret et interdit à la presse.

    La première a eu lieu en 1954 aux Pays-Bas, dans l'hôtel Bilderberg de Oosterbeek (centre des Pays-Bas), dont elle a gardé le nom.

    Plusieurs sources prêtent les origines de ce groupe au Polonais Joseph Retinger (ami de l'écrivain Joseph Conrad), à l'ancien Premier ministre belge Paul van Zeeland et à l'ancien Pdg du groupe de produits de grande consommation Unilever, Paul Rijkens.

    Inquiets des tensions grandissantes entre l'Europe et les Etats-Unis, ils auraient monté une conférence destinée à rapprocher l'élite des deux côtés de l'Atlantique.

    http://www.romandie.com/ats/news/090514115752.q7qmizcr.asp

    Et l’année dernière, qui avait participé à la réunion du Groupe de Bilderberg ?

    Réponse : les 11 Français présents à la réunion du Groupe de Bilderberg 2008 à Chantilly, près de Washington, étaient les suivants :

    1- Baverez, Nicolas, essayiste, journaliste, chroniqueur de l’hebdomadaire « Le Point »
    2- De Castries, Henri, patron des assurances AXA
    3- Collomb, Bertrand, patron des Ciments Lafarge
    4- Jouyet, Jean-Pierre, ministre français des Affaires Européennes
    5- De Margerie, Christophe, patron de Total
    6- De Montbrial, Thierry, patron de l’IFRIS (Institut Français des Relations Internationales et Stratégiques)
    7- Ockrent, Christine, épouse de Bernard Kouchner, ministre français des Affaires Etrangères
    8- Pérol, François, secrétaire général adjoint de l’Elysée
    9- Trichet, Jean-Claude, patron de la Banque Centrale Européenne
    10- Valls, Manuel, député membre du Parti Socialiste
    11- Védrine, Hubert, ancien ministre des Affaires Etrangères, membre du Parti Socialiste

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.