17 juin 2009

Hué au Gabon, Sarkozy rate son hommage à la Françafrique

L'image, incroyable, d'un Nicolas Sarkozy hué au Gabon, lors des funérailles du président Omar Bongo, a surpris. Nicolas Sarkozy sortait tout juste de sa berline, après Jacques Chirac qui venait d'être (légèrement) applaudi par la foule présente aux abords, quand il fut copieusement hué. Le président français a expliqué lui-même (la précision est importante) que les médias français étaient visés: "Les gens sont assez remontés [...]. Vous savez les dégâts qu'a fait l'annonce prématurée du décès et un certain nombre de commentaires". Quelques manifestants auraient ainsi exprimé leur colère contre l'annonce prématurée du décès du président gabonais et l'enquête en cours sur d'éventuels détournements de fonds par Omar Bongo. La réalité est un peu différente : le site InfosPlus Gabon rapporte que les crieurs scandaient « Bongo est mort à cause de la France ! Nicolas Sarkozy vient au Gabon pour défendre ses intérêts ». Ecoutez les témoignages de l'envoyé spécial Libération sur place et de celui d'Europe 1.



Fallait-il lâcher que c'est la faute à la presse française ? Cette dernière peut se réjouir ! Voici donc un président français qui a renié sa promesse de remettre les droits de l'homme et l'éthique au centre de sa politique étrangère qui se prend les pieds dans le tapis : après la polémique sur les contrats juteux de Bernard Kouchner, cette affaire des sifflets ridiculisent un peu plus la Françafrique. Pour le souvenie, et le plaisir, voici une vieille video, un reportage de l'automne 2006 réalisé par la télévision publique gabonaise. Nicolas Sarkozy, alors candidat, allait recueillir les avis du "sage" Bongo (merci Rue89 !). Tout un programme !


Lire aussi:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.