7 juin 2009

Obama, Sarkozy et le narcissisme

Les médias en font-il trop ? La visite éclair de Barack Obama en Europe a suscité nombre de commentaires ironiques, y compris sur ce blog, sur l'agenda français du président américain.

Obama s'en fiche
Arrivé vendredi soir sur le sol français, Obama a préféré passer la soirée à l'ambassade américaine, place de la Concorde à Paris, à quelques mètres du Palais de l'Elysée, plutôt que de dîner avec son homologue français. Le lendemain soir, même topo. La famille Obama est sortie dîner "en privé" dans le 7ème arrondissement de Paris, après une visite de la cathédrale Notre Dame vers 19H30. Le couple Sarkozy pouvait disposer.
Samedi midi, devant les journalistes, Nicolas Sarkozy a montré un agacement certain. Un journaliste français demanda à Barack Obama les raisons d'une visite aussi brève. Le président américain répondit que son planning était trop serré (ce qui ne l'empêche pas plusieurs heures en famille lors de son séjour à Paris), que Nicolas Sarkozy était un "ami" qu'il pouvait appeler à tout moment («Je crois que vous prêtez trop de signification à mon emploi du temps»), et, last but not least,que Sarkozy parlait si vite que leurs rencontres n'avaient pas besoin d'être longue. Ouch ! Avec un ami pareil, Nicolas Sarkozy n'a qu'à bien se tenir...
Alors que la question ne s'adressait pas à lui, Nicolas Sarkozy embraya avec hargne et agacement:
«Vous croyez qu'on n'a pas autre chose à faire que de faire des belles photos en papier glacé?  Vous pensez qu'avec la crise économique internationale, le chômage aux Etats-Unis, le chômage en France, le chômage en Europe, le problème de l'Iran, on a que ça à faire de calculer, est-ce qu'on va prendre un bon restaurant ensemble ou est-ce qu'il va passer une nuit de plus ici ? Vous croyez que les gens attendent simplement qu'on soit là tous les deux en se tenant la main? Ils veulent des résultats, que sur des dossiers comme l'Iran ou la Corée du Nord, on soit en harmonie globale»

Les deux chefs d'Etat ont masqué autant que possible leurs divergences. Et Sarkozy sa jalousie ou sa rancune.... "l’illusion aura été parfaite" a commenté un journaliste de 20minutes. En France, tout le monde a bien sûr remarqué que le Monarque se cherchait une belle page de pub pour le scrutin du lendemain.

L'important était ailleurs
Aux Etats Unis, la presse s'intéresse peu à ses enjeux egotiques. L'essentiel du déplacement de Barack Obama était son discours du Caire. Barack Obama est un "visiteur qui embarrasse" le monde musulman, rapporte le rédacteur en chef d’Al-Hayat: "Notre célèbre visiteur en a visiblement embarrassé plus d’un. Il a démontré que le Grand Satan [nom donné aux Etats-Unis, notamment par l’Iran] demeure toujours séduisant." Effectivement, le positionnement politique de nombre d'intervenants sur la scène politique proche et moyen-orientales était plus aisé quand le locataire de la Maison Blanche s'appelait George W Bush et appelait à la guerre des civilisations...
"Le message est clair. Il n’y a pas de place pour le terrorisme, quel que soit le prétexte. Il faut un Etat palestinien, mais sa création présuppose une reconnaissance du droit à l’existence de l’autre Etat [Israël]. La création d’un Etat palestinien est dans l’intérêt des Palestiniens, des Israéliens et des Américains. On ne peut pas accepter une extension des colonies israéliennes. L’Iran a le droit à l’énergie nucléaire civile, mais pas à la bombe. Le respect des convictions [religieuses] et des droits des minorités et des femmes ainsi que la liberté d’expression sont des demandes qui doivent être satisfaites. Le profond respect dont Obama a fait preuve vis-à-vis du monde musulman met celui-ci au défi de créer, lui aussi, les conditions d’un partenariat. Il faudra patienter avant de savoir si le monde musulman a vraiment le désir et la capacité de s’insérer dans un partenariat d’intérêts communs, de dialogue et de solutions négociées." (Source : Courrier International)

8 commentaires:

  1. Personnellement, j'ai été stupéfait du traitement de cette info par le JT de France 2. La veille d'une élection on a eu le droit à "Sarkozy, président de la rupture", à des éloges sur l'entente franco-américaine,... De la pure propagande 12 heures avant l'ouverture des urnes, splendide !

    RépondreSupprimer
  2. Personnellement, j'ai été stupéfait du traitement de cette info par le JT de France 2. La veille d'une élection on a eu le droit à "Sarkozy, président de la rupture", à des éloges sur l'entente franco-américaine,... De la pure propagande 12 heures avant l'ouverture des urnes, splendide !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour

    Au sujet du narcissisme névrotique de qui vous savez, lire ceci :

    http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-32109731.html

    merci

    GdC

    RépondreSupprimer
  4. alors donc lui dire ce quie vous en pensez
    en direct
    http://baffe.cornibus.com/Nicolas-Sarkozy.html

    BOB

    RépondreSupprimer
  5. Cher Juan,

    En ce Dimanche 7 Juin en soirée, je suis annihilé. Cette Sarkofrance est toujours forte, sûre d'elle même.

    4*4, Grosses montres et strings apparents restent les valeurs de cet environnement.

    Je suis désespéré.

    Aussi, je viens chercher un peu d'espoir...

    Disparitus.

    RépondreSupprimer
  6. En France, quel est le taux d’abstention aux élections européennes ?

    En 1979, le taux d’abstention était de 39,29 %.
    En 1984, le taux d’abstention était de 43,27 %.
    En 1989, le taux d’abstention était de 51,2 %.
    En 1994, le taux d’abstention était de 47,29 %.
    En 1999, le taux d’abstention était de 53 %.
    En 2004, le taux d’abstention était de 57,24 %.
    En 2009, le taux d’abstention est de 60 %.

    Conclusion : plus on fait l’Europe, plus les citoyens français s’abstiennent. Le divorce entre l’Union Européenne et les citoyens français est consommé.

    En 1979, le parti politique au pouvoir en France était arrivé en tête (27,61 %).
    En 1994, le parti politique au pouvoir en France était arrivé en tête (25,58 %).
    En 1999, le parti politique au pouvoir en France était arrivé en tête (21,95 %).
    En 2009, le parti politique au pouvoir en France arrive en tête (28,3 %).

    Conclusion : ce soir, les ministres UMP qui disent que c’est la première fois que le parti au pouvoir arrive en tête sont des menteurs.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:%C3%89lections_europ%C3%A9ennes_en_France

    RépondreSupprimer
  7. Ainsi que le souligne avec justesse BA, "le divorce entre l'Union Européenne et les citoyens français est consommé".

    Plus tôt notre pays quittera "cette Europe" où personne parmi les simples citoyens ne se retrouve, mieux cela vaudra. A part garder l'Euro, mais en tant que simple monnaie commune, parce que c'est commode, presque tout est bon pour le panier.

    Mais pour cela, il faudra que l'équipe qui "tient" le pays soit expulsée. Ce sera sans doute la phase la plus difficile, car un PS à la mode actuelle, ou un Modem, reprendraient à peu près les mêmes fils conducteurs.

    Il faut vraiment du nouveau, avec sans doute (mais peut-être pas) un parti à créer sur ces bases-là. Un parti pour une nouvelle Europe, où l'humain reprendrait sa vraie place, alors que jusqu'à présent il a été évincé par les financiers et leur "Marché libre et non faussé" érigé en base, en moyen et en but.

    RépondreSupprimer
  8. Le 6 Juin, en Normandie, il y avait un géant et un nain....

    Devinez qui était le géant ?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.