13 juillet 2009

Karachigate: ce que l'on sait, et ce que l'on aimerait savoir


Finalement, cette affaire occupe ici ou là encore quelques journalistes. Les autorités françaises n'apportent aucune réponse, depuis les dénégations de Nicolas Sarkozy et d'Edouard Balladur il y a bientôt trois semaines. Peut-être faut-il rappeler quelques éléments, nouveaux ou pas.

1. Les ventes d'armes françaises à l'étranger s'accompagnent de versement de commissions occultes.
On soupçonne régulièrement le pouvoir en place au moment de ces juteux contrats de récupérer une fraction significative de ces commissions en retour. Dans l'affaire de l'attentat de Karachi en mai 2002, les enquêteurs ont mis la main, selon Libération, sur un mémo interne de la DCN qui portait la mention suivante : "Pour payer campagne BAL, AGO refuse de payer 2è réseau."

2. Nicolas Sarkozy est au courant des commissions versées.
D'abord parce qu'il est président. Ensuite parce qu'en 1994, alors ministre du Budget, il avait donné son accord au versement par la DCN de commissions à des intermédiaires dans le cadre de la vente des 3 sous-marins français au Pakistan. Selon Rue89, ces commissions se décomposent comme suit :
  • 6%, soit 49,5 millions d'euros, pour Ali Asif Zardari, mari de feu Benazir Bhutto, et son réseau, composé d'officiels pakistanais ;
  • 4%, soit 33 millions d'euros, pour le Syrien Abdul Rahman El-Assir, présenté comme l'un des financiers occultes du clan Bhutto, associé au Libanais Ziad Takkieddine.
3. Ces commissions n'ont pas été intégralement versées.
Selon le Point, il restait, en mai 1995, encore 15% des sommes à payer. Impayées à cause de Jacques Chirac, ces sommes sont-elles suffisantes pour déclencher un attentat en représailles contre la France ?

2. Le secret défense serait levé en septembre.
C'est une information de Rue89: "Le ministère de la Défense a bien reçu les demandes de levée du secret-défense des juges chargés de l'attentat de Karachi. Le cabinet d'Hervé Morin s'est engagé à répondre dès septembre. La procédure agace les militaires car ils ont le sentiment de jouer les boucs-émissaires de l'hyperprésident". Le cabinet d'Hervé Morin s'occupe directement de cette levée, demandée il y a quelques jours par les deux juges en charge de l'enquête sur l'attentat.

3. On fait le ménage dans les archives de la défense
Toujours d'après Rue89, les cabinets ministériels sont pris d'une frénésie de rangement. "consigne a été passée dans les administrations concernées de faire un ménage de printemps. En clair, il s'agit d'isoler et de trier les documents relatifs à cette affaire." On ne voudrait pas, au Ministère de la Défense, que les juges tombent sur des documents "par hasard". Ce ménage est la raison pour laquelle les juges n'auront accès aux archives ... qu'en septembre.

4 commentaires:

  1. Bonjour, je suis régulièrement les chroniques de Sarkofrance, un de mes blogs favoris ! Mais là, je ne comprends pas tout ce remue-ménage autour de l'affaire de l'attentat de Karachi.
    Affaire bien sûr tragique puisqu'elle a provoqué la mort de 14 personnes.
    Affaire bien sûr hautement politique.
    Mais qu'espérez-vous ? Que les responsables soient désignés publiquement et qu'ils soient jugés ?
    Qui croit vraiment cela possible ?
    Pour la mémoire des personnes qui sont mortes, il doit y avoir un procès, si leurs familles le désirent, mais ce procès ne débouchera-t-il pas sur un non-lieu ? Evidemment.
    En soi, cette sinistre affaire ne nous apprend rien que l'on ne sache déjà, à mon avis.
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  2. Sarkozy a pour l'instant réussi à endormir les média et l'opinion et ainsi à esquiver le boomerang... Mais j'espère qu'il se le prendra en pleine face pendant la prochaine présidentielle !

    RépondreSupprimer
  3. @goeland60 bien sûr que si cette affaire est importante !

    qui croit possible une mise en accusation et un procès équitable ? des juges attachés à leur mission, et apparemment ceux chargés de l'affaire le sont.

    RépondreSupprimer
  4. Touts les sujets intéressants sont exclus,Kersablen .

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.