15 juillet 2009

Pour le 14 juillet, Sarkozy se réconcilie avec l'armée et la presse


Après un portrait hégériaque sur France 5, Nicolas Sarkozy a livré un entretien à France 2, dans la foulée du traditionnel défilé du 14 juillet. La suite d'une complaisance médiatique inédite en Sarkofrance.

Laquais médiatiques
On a regretté que le Pakistan, plutôt que l'Inde, n'ait pas été invité à défiler sur les Champs Elysées pour le 14 juillet. On aurait pu parler du Karachigate lors de la Garden Party présidentielle... La veille, France 5 a diffusé un portrait de l'action de Nicolas Sarkozy. Les deux (laquais) auteurs ont bien abordé la question du Pakistan, à propos de la prolifération nucléaire. Mais pas une question dérangeante sur cette histoire de commissions occultes supposées perçues par le camp Balladurien pour la campagne présidentielle de 1995. Mardi, le Figaro loue la "sobriété" de la Garden Party de l'Elysée. On y croise les membres du gouvernement, mais aussi Manuel Valls, Serge Moati, Fabienne Servan-Schreiber, ou Michel Charasse. La chaîne BFM-TV est en duplex depuis les jardins de l'Elysée: "une ambiance très bon enfant" et "où les buffets sont très bien garnis." L'autre chaîne d'info i-télé est également présente. Luc Chatel s'exprime au micro et reconnaît qu'il y a un peu moins d'invités que l'année dernière. Manuel Valls a aussi droit au micro pour dire que le 14 juillet "est un jour de rassemblement". A la soupe !
Parmi les 250 journalistes invités, Christophe Barbier, le directeur de l'Express, balance ses impressions sur Twitter. Florilège :
  • Alain Madelin parle de la presse italienne et d'un modèle "low cost, high quality".
  • Alain Bauer, conseiller pour la sécurité du président, chaperonne un haut-dignitaire de Bahreïn.
  • Pendant le discours de MM. Sarkozy et Singh. Les buffets suspendent toute activité... Sauf le bar à bière!
  • L'ambassadeur d'Israël trinque à la bière blonde avec Serge Moati.
Dans la soirée, Nicolas Sarkozy a les honneurs de France 2. A nouveau, on ne dérange pas le monarque. Il parlera armée et fierté nationale, devant Michel Drucker dans le cadre de l'émission "Voyage au cœur de l'armée de Terre". La saga continue.

Vive l'armée
Sur France 2, le président français s'est efforcé de se réconcilier avec l'armée. Les deux premières années de son mandats avaient été tendues. La Défense nationale avait dû accepter une réduction de 54 000 postes d'ici 2012. Hervé Morin avait lancé une réforme de la carte militaire pour faciliter ces suppressions de postes. Quelques 70 bases militaires "interrarmées" vont être établies. Et Le chef d'état-major de l'Armée de terre avait démissionné après les accusations d'amateurisme proférées par Sarkozy après le drame de Carcassonne (où un soldat du 3e régiment parachutiste d'infanterie de marine avait blessé par erreur 17 civils lors d'une démonstration). Aujourd'hui, le temps est à l'apaisement.
Dans le Parisien, le chef d'état-major des armées a précisé que l'armée n'est pas mal lotie: pour preuve, elle a renforcé son dispositif de renseignement et acquis pour quelques 104 millions d'euros d'équipements de protection individuelle (gilets pare-balles, etc) en 2008: "nous n'avons strictement rien à envier à nos alliés". Mardi 14 juillet sur France 2, Sarkozy a loué les qualités de nos militaires:
"Les Français doivent savoir qu'ils sont en sécurité parce que nous avons une des meilleures armées du monde. Je dis aux Français qu'ils peuvent être fiers de leur armée: elle est professionnelle, compétente, dévouée, fait un travail absolument remarquable".

"Nous leur avons imposé des modifications, des réformes comme jamais dans l'histoire on ne l'avait fait. Pourquoi? Parce que nous avons besoin d'une armée moderne, moins nombreuse en nombre d'hommes, plus compétente avec une technologie de pointe pour assurer la défense des intérêts des Français" "On ne peut pas rogner sur la sécurité de la France. Ce n'est pas possible"
A la télévision en direct de l'Elysée, on entend encore Sarkozy expliquer qu'"Il y aura moins d'hommes mais mieux armés."

Mardi, les hélicoptères français ont survolé les Champs-Elysées au son de la «Chevauchée des Walkyries» de Richard Wagner, un clin d'oeil au film Apocalypse Now.

Avec l'Afghanistan, Nicolas Sarkozy a-t-il trouvé son Vietnam ?

3 commentaires:

  1. C'est un peu comme à l'éducation nationale quoi ? On a les meilleurs profs du monde mais on va supprimer des postes pour améliorer le bouzin ?
    Parole, parole, …
    :-))

    [Bon en même temps, je ne vais pas les défendre, je suis antimilitariste de naissance !].

    RépondreSupprimer
  2. Attentat de Karachi : en juillet 2009, les juges antiterroristes chargés de l’enquête ont demandé au ministre de la Défense Hervé Morin de lever le secret-défense sur des documents relatifs à cet attentat.

    Dans ce cas précis, la Commission Consultative du Secret de la Défense Nationale ( la CCSDN ) doit donner son avis sur la levée du secret-défense.

    En septembre 2009, la CCSDN donnera au ministre de la Défense son avis sur la levée du secret-défense.

    Connaissez-vous cette commission, la CCSDN ?

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_consultative_du_secret_de_la_d%C3%A9fense_nationale

    La CCSDN est constituée de cinq membres :
    • un membre du Conseil d’État
    • un magistrat de la Cour de Cassation
    • un magistrat de la Cour des Comptes
    • un député
    • un sénateur

    Qui nomme les 5 membres de la CCSDN ?

    - Les magistrats et le conseiller d’État sont nommés par le Président de la République pour une durée de 6 ans non renouvelable.

    - Le député est nommé par le président de l’Assemblée Nationale, c’est-à-dire par l’UMP Bernard Accoyer.

    - Le sénateur est nommé par le président du Sénat, c’est-à-dire par l’UMP Gérard Larcher.

    Conclusion : les 5 membres de la CCSDN sont tous nommés par l’UMP. Leur impartialité, leur objectivité, leur indépendance seront donc totales ! ! !

    RépondreSupprimer
  3. La France a décidé d'acheter 94 millions de doses de vaccin contre la grippe A(H1N1) pour un montant d'un milliard d'euros auprès de trois laboratoires et tente d'anticiper une pandémie "presque inévitable."

    Le gouvernement a également décidé que les malades seraient pris en charge à partir du 23 juillet par le réseau de médecine libérale et non plus par les seuls hôpitaux.

    A la même date, des masques anti-projections seront distribués gratuitement dans les pharmacies sur prescription médicale.

    La France dénombre 481 cas confirmés de grippe A (et 628 identifiés) depuis le début de l'épidémie, a précisé la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, lors d'une conférence de presse.

    Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a jugé "presque inévitable" qu'une pandémie liée au nouveau virus s'installe en France à l'automne.

    "Si tel devait être le cas, les conséquences pourraient être considérables", a-t-il dit lors d'une réunion avec l'ensemble des préfets.

    Il a cité, outre l'impact sanitaire, des difficultés aiguës dans certains secteurs d'activité d'importance vitale ou dans les services de l'Etat, ce qui pourrait entraîner "une désorganisation de la vie sociale et économique."

    http://fr.news.yahoo.com/4/20090715/tts-france-grippe-vaccin-ca02f96.html

    Concrètement, ça donne quoi, " une désorganisation de la vie sociale et économique " ?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.