19 août 2009

Délinquance, prisons : l'échec sarkozyen persiste

Pour Michèle Alliot-Marie et Brice Hortefeux, les vacances sont terminées ... par anticipation. Ils ont chacun reçu une mauvaise nouvelle. Pour la Garde des Sceaux, un 81ème suicide d'un détenu en prison; pour le ministre de l'Intérieur, une nouvelle confirmation de la hausse de la délinquance violente et même, cette fois-ci, une explosion des cambriolages. "La lutte contre l'insécurité est mon ADN" disait Nicolas Sarkozy il y a quelques mois. Dur, dur. Le vacarme médiatique autour de l'affaire Clotilde Reiss a fait long feu.

Prison: le suicide politique de MAM
Un détenu s'est suicidé en prison, lundi 17 août 2009. la ministre de la justice est contrainte de monter au créneau. Mardi, elle s'est donc précipitée à annoncer des "mesurettes", chipées à un rapport d'experts réalisé... en janvier dernier et qu'elle a décidé de rendre public. MAM commente: "Le suicide en prison est une réalité et je souhaite faire preuve de transparence sur le sujet". Question: sans ce 81ème suicide, le rapport aurait-il été mis en œuvre ? Pourquoi avoir attendu ? Sa prédécesseur, Rachida Dati, était certes aux abonnées absentes au ministère de la Justice en janvier dernier pour cause d'accouchement. Mais cela des mois que l'attentisme gouvernemental vis-à-vis de la situation carcérale est critiquée.
MAM demande à ce que les recommandations du rapport de la commission présidée par le docteur Louis Albrand soient "immédiatement" appliquées. On retiendra que les détenus "fragiles" seront donc prochainement dotés d'un kit "anti-suicide": des draps et couvertures qui ne se déchirent pas et de pyjamas jetables en papier, et que tous les "points permettant un arrimage facile d’un lien" doivent être éliminées de leur cellule . Parmi les autres recommandations du rapport retenues par MAM, citons l'extension de la formation à "l'intervention de crise" aux personnels qui interviennent "en amont de l'écrou" (garde à vue, transfèrement au Parquet, etc), l'amélioration du dépistage et du traitement de la dépression, l'exclusion des détenus fragiles des quartiers disciplinaires, le renforcement du suivi psychologique, notamment en matière préventive, et de leur surveillance. MAM promet un "plan de prévention et d’intervention". Même l'auteur du rapport, le docteur Albrand s'est dit déçu par la faible ampleur des annonces : «Ce sont des mesurettes! Ce qu'il faut c'est une véritable réforme pénitentiaire, avec des nouvelles prisons plus humaines, plus ouvertes, plus transparentes».

La section française de l'Observatoire International des Prisons, présidée par Florence Aubenas, a fustigé également "la politique absurde et mensongère" du gouvernement Sarkozy: " Il est désormais manifeste que la nouvelle garde des Sceaux entend perpétuer la politique de prévention des suicides initiée en 2004 à l’issue du rapport Terra et caractérisée par une focalisation sur des dispositifs visant d'une part, à empêcher matériellement la personne de mettre fin à ses jours et, d'autre part, à prévoir les comportements auto-agressifs." L'OIP rend compte d'un rapport confidentiel de l'administration pénitentiaire sur le suicide en prison... Et où l'on apprend que le nombre de suicides est visiblement camouflé; pire, selon les propres chiffres de l'administration, "71,5 % des détenus qui se sont suicidés durant l'année 2008 avait été repérés comme fragiles ou suicidaires et faisait l'objet de mesures spécifiques de suivi."

Pourquoi donc MAM s'entête-t-elle ? En Sarkofrance, la situation carcérale est doublement difficile: Sarkozy méprise le sujet, électoralement peu vendeur et déplacé dans son discours sécuritaire traditionnel. Et sa politique répressive (peines planchers, mesures antirécidive, etc) a aggravé inutilement la surpopulation carcérale. Un scénario "à l'américaine" pointe à l'horizon.

Délinquance: la mauvaise riposte d'Hortefeux
Parlons insécurité justement. Les dernières statistiques de la délinquance en France ont été publiées cette semaine par l'Observatoire National de la Délinquance (OND). Elles sont mauvaises, très mauvaises: sur 12 mois glissants (d'août 2008 à juillet 2009), les atteintes à l'intégrité physique augmentent de +4,3% (soit +18902 actes). Leur hausse s'accélèrent même au fil des mois. Depuis 2003, date d'entrée en fonction de Nicolas Sarkozy au Ministère de l'Intérieur, l'inflation est constante et manifeste (cf. Graph 3a du bulletin de l'OND). Plus précisément, les violences gratuites progressent toujours (+5,4%), tout comme les menaces et chantage (+2,9%). Les escroqueries et infractions économiques et financières augmentent de +3,8% (soit +19599 actes).
Et ce n'est pas fini : le taux d'élucidation des atteintes aux personnes baisse de 1 point: 38% de ces violences ne sont pas élucidées. Concernant les escroqueries et infractions financières, l'élucidation demeure encore plus faible, et baisse encore : 64% des faits restent sans réponse !

Brice Hortefeux, reprenant les conclusions de l'OND, se félicite toutefois de la baisse continue des atteintes aux biens. Pourtant, cette baisse a peu à voir, tout le monde le sait, avec l'action de son gouvernement : 87% des faits ne sont pas élucidés. Et ce taux d'élucidation des atteintes aux biens, déjà très faible (13,5%), régresse sur 12 mois !

Hortefeux "riposte", rapporte le Figaro. L'axe de communication est trouvé: "L'ennemi" est connu. Ce sont des "jeunes", très organisés en "bandes" qui cambriolent nos campagnes et nos pavillons... Evidemment ! "L'ami de trente ans" du Président annonce ses plans : primo, il avance de 15 jours une réunion technique (sic !): «J'ai décidé de convoquer par anticipation, dès le 1er septembre, tous les directeurs départementaux de la sécurité publique et les commandants de groupement de la gendarmerie». D'ici 15 jours, il va aussi confronter les 10 "meilleurs" préfets sur le terrain de la lutte contre l'insécurité avec les 10 plus mauvais. Deuxio, il explique: «la délinquance change». Tertio, il veut «tripler le nombre de caméras de surveillance sur la voie publique».

Mais même le Figaro doute : "Qu'en sera-t-il demain, si les effectifs diminuent de 5 à 10 % en application de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) dictée par Bercy ?"

Ami Sarkozyte, que reste-t-il des promesses de ton candidat ?

3 commentaires:

  1. Ah ! J'attendais ce billet (private joke).

    RépondreSupprimer
  2. Ce qui est toujours magnifique dans vos billets, c'est que vous ne prenez qu'une partie d'un rapport ,hors contexte et évidemment celle qui vous convient.
    Admirable, courageux et honnête.
    Ah les amis socialistes que vous reste-il ? Ah oui j'oubliais, les primaires...pour 2012.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.