6 août 2009

Un p'tit four et puis s'en vont... en vacances !

2 commentaires:

  1. Les fruits et légumes constituent un secteur à part dans la politique agricole commune, la PAC, dans la mesure où il est peu soutenu financièrement. Plutôt que des aides directes, la Commission a préféré ici favoriser les regroupements de producteurs, pour qu'ils s'autorégulent.

    En revanche, le problème de ces aides nationales qui faussent la concurrence n'est pas spécifique aux fruits et légumes. Il risque de se poser dans d'autres secteurs agricoles dans quelques années, avec des montants beaucoup plus massifs.

    Avec une Europe à vingt-sept, il est difficile d'avoir une politique agricole uniforme. Le mouvement en cours de réforme de la PAC tend donc à donner une plus grande marge de manoeuvre aux différents Etats pour aider leurs agriculteurs.

    Or ces aides faussent forcément la concurrence. De ce fait, on risque à terme de rencontrer dans l'élevage ou d'autres domaines le même type de difficultés qu'aujourd'hui dans les fruits et légumes. Avec des enjeux financiers tout autres.

    http://www.lesechos.fr/info/agro/02092369356--le-meme-probleme-risque-de-se-poser-dans-d-autres-filieres-.htm

    Conclusion : les éleveurs français peuvent déjà sortir leur porte-monnaie, « avec des montants beaucoup plus massifs ».

    Les éleveurs français vont devoir eux-aussi rembourser des centaines de millions d’euros d’aide, parce que ça contredit le dogme de l’Union Européenne : « la concurrence libre et non faussée ».

    Eleveurs français, à votre tour, préparez-vous à payer, « avec des montants beaucoup plus massifs ».

    RépondreSupprimer
  2. Après l'agriculture qui bouillonne, l'industrie commence à bouillir, elle-aussi :

    Molex : les salariés remontés comme des "bêtes sauvages".

    La tension monte aux abords de l'usine Molex de Villemur-sur-Tarn, près de Toulouse. Le fabricant de composants électroniques Molex a annoncé mercredi soir la fermeture de son usine française de Villemur-sur-Tarn, en Haute-Garonne, après des incidents survenus sur le site mardi.

    Selon l'équipementier automobile, qui explique vouloir évaluer "la sécurité de ses personnels", un cadre dirigeant et deux membres du personnel de sécurité ont été attaqués et blessés. La direction fait aussi état de dégâts matériels et critique violemment la police française pour sa "passivité".

    Cette version des faits est contestée par les syndicats. Ceux-ci assurent que le directeur du développement Eric Doesburg, qui marchait avec une canne du fait d'une opération au genou, a simplement été bousculé mardi soir et des oeufs ont été lancés sur lui et ses gardes du corps. Un médecin lui a prescrit une ITT de 7 jours.

    "Pour moi, au delà de ce que dit la direction, cette fermeture est là pour créer dans l'esprit des gens une forme de peur. C'est un avertissement. C'est plus psychologique que sécuritaire", a déclaré Thierry Bonhoure, délégué syndical FO.

    Une cinquantaine de salariés, furieux contre leur direction, étaient rassemblés jeudi matin devant l'usine. "On a appelé l'inspection du travail car les représentants du personnel doivent pouvoir entrer, ça commence à se corser. S'ils cherchent l'épreuve de force, ils vont l'avoir. On est remonté, on est comme des bêtes sauvages", a averti le secrétaire du Comité d’Entreprise, Denis Parise.

    Jeudi à 10h00, Denis Parise et 3 salariés de Molex sont convoqués au Tribunal de Grande Instance, assignés en référé par Molex qui réclame la levée du blocage de l'usine.

    La fermeture de l'usine Molex est prévue pour fin octobre, mais le personnel espère une réindustrialisation du site, à condition que Molex cède l'outil de production, ce que refuse le groupe américain qui a construit une usine identique aux Etats-Unis pour y délocaliser sa production.

    http://aliceadsl.lci.fr/infos/economie/social/0,,4507586-VU5WX0lEIDUzNg==,00-les-salaries-remontes-comme-des-betes-sauvages-.html

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.