1 septembre 2009

La rentrée morose des ministres de Sarkofrance

Nicolas et Carla Sarkozy ont enfin quitté leur résidence estivale du Cap Nègre, lundi matin. Après cinq semaines d’absence, à l’exception du bref aller et retour de la semaine dernière, le président français est revenu travailler. Iest parti en Allemagne, rencontrer Angela Merkel. En France, la rentrée, enfin, est sur toutes les lèvres : scolaire, mais aussi fiscale, sociales et politique.

Rentrée fiscale
« Est-ce que j’ai une tête à bluffer ? » s’est exclamé Eric Woerth. Dimanche, le ministre du budget a créé la surprise, en annonçant disposer d’une liste de 3 000 contribuables français ayant des comptes en Suisse. Il leur conseille de régulariser leur situation fiscale d’ici décembre, faut de quoi, le fisc sévira. S’il a cette liste, pourquoi attendre que les intéressés se dénoncent ? Les agents assermentés de l'Etat, quand ils ont connaissance de délits, font-ils habituellement preuve d'une telle clémence ? Sans doute Eric Woerth espère-t-il que certains évadés fiscaux, sans savoir s’ils sont mentionnés ou pas dans le fameux document, se précipitent à leur centre des impôts.

Le ministre a précisé que ces noms ont été obtenus auprès de 3 banques, sans contrepartie financière, et sans attendre l’entrée en vigueur (non encore votée par le parlement helvétique) de l’accord d’échanges d’informations fiscales entre la France et la Suisse en janvier prochain. En Suisse, on s’interroge et on critique : violation du secret bancaire, tentative d’intimidation, simple bluff, tout y passe.

"Le coup de semonce du ministre du Budget est perçu comme du bluff, lié à l’échec du guichet fiscal de régularisation qui, à ce jour, n’a bouclé que vingt dossiers." La Tribune de Genève.

Rentrée Umpiste
Xavier Bertrand se sent peut être à l’étroit dans son bureau de l’UMP. Les ministres ont occupé tout l’été le devant de la scène médiatique. Lui n’est plus ministre depuis 8 mois déjà. Sarkozy multiplie les appels à l’action et la détermination gouvernementales. Lui ne peut que suivre et commenter. A l’UMP donc, Xavier Bertrand a tenté de faire sa rentrée et rompre l’ignorance médiatique qui l’entoure. Et tout est bon pour le spectacle. Réfugié dans une station de ski des Alpes Maritimes, en compagnie de Christian Estrosi, Xavier Bertrand avait rassemblé quelques militants du parti présidentiel pour justifier l’élargissement estival aux souverainistes du MPF et aux chasseurs. Quatre parachutistes sont allés plantés un drapeau de l’UMP au pied du téléphérique d'Auron.
«Le MPF de Philippe de Villiers et les chasseurs nous rejoignent. Mais je n'ai proposé à personne d'adhérer à l'UMP. Le programme présidentiel est le ciment entre nous. Ce qui est important, c'est que nous ne nous trompions pas d'adversaire».
Mercredi, Nicolas Sarkozy reprend sa casquette de chef de clan, en présidant, à l’Elysée, le premier comité de liaison de la majorité en présence des nouveaux venus Philippe de Villiers et Frédéric Nihous, aux côtés de l'UMP, des radicaux, des chrétiens-sociaux, du Nouveau Centre (Hervé Morin), des « Progressistes » (Eric Besson) et de la « Gauche moderne » (Jean-Marie Bockel). Le toujours-pas-ministre Frédéric Lefebvre s'est expliqué, à contre-coeur, sur son nouvel échec gouvernemental. Nicolas Sarkozy a renoncé à tout remaniement gouvernemental avant mars prochain. Frédéric Lefebvre attend depuis juin un strapontin ministériel, en compensation de la perte de son mandat de député: "Quand vous quittez le Parlement sans en avoir pris la décision, je ne sais pas comment vous pouvez appeler ça si ce n'est une épreuve. Je ne vais pas vous dire que ça me fait plaisir." Il a aussi profité de son point presse de rentrée pour tancer Ségolène Royal. La présidente de Poitou Charente avait fustigé le projet de taxe carbone, vendredi dernier à la Rochelle. Lefebvre fit exprès de ne pas entendre la critique du PS. Ce dernier, rejoint par Michel Rocard, argumente que la fiscalité écologique doit être sociale.

Rentrée scolaire
Luc Chatel avait raté sa rentrée anticipée, il y a quinze jours. Invitant la presse à le rejoindre dans un supermarché pour le lancement de l'opération "LES ESSENTIELS DE LA RENTRÉE", une sélection de produits scolaires à bas prix, il avait été surpris en flagrant délit de manipulation médiatique : les rares clientes présentes dans les rayons étaient des militantes UMP. Patatras ! Depuis, Luc Chatel s’est surtout exprimé sur la grippe A H1N1. Le virus occulte les suppressions d’emploi (encore 13 500 pour cette rentrée) et la réforme du lycée (qui sera présentée plus tard en septembre). Des réformes Darcos des 2 dernières années précédentes, nombre d’entre elles sont restées lettre morte. Parmi les « réalisations », on peut citer les suppressions de postes (plus d’une dizaine de milliers par an, essentiellement dans des postes d’enseignants), et la généralisation du bac professionnel en trois ans. Autre annonce, des stages de remise à niveau ont également accueilli quelques 138 000 élèves cet été. En revanche, l’aide personnalisée, mise en place en contrepartie de la suppression des cours le samedi matin, n’a pas été étendue à toutes les écoles primaires, faute de budget. L’ouverture des lycées le dimanche, une déclinaison polémique de l’extension du travail le dimanche, n’a pas vu le jour. Il y a fort à parier que les établissements du secondaire resteront encore longtemps fermé le 7ème jour de la semaine, faute de moyens. On attend toujours aussi les «brigades de la paix scolaire» pour lutter contre la violence à l’école, et les portiques à l’entrée des établissements.

Rentrée policière
Lundi, le ministre de l'intérieur a entamé sa première journée de consultation, sur les trois qu'il organise cette semaine, sur le thème de la sécurité. Opération médiatique par excellence, ces travaux sont mis en scène avec soin, comme le notait le Figaro: lundi, "prévention et dialogue" entre police et jeunes; mardi, "repression" et riposte; mercredi, synthèse. Ce lundi, Hortefeux, acocmpagné de Xavier Darcos, Fadela Amara, et de Martin Hirsch, a reçu une vingtaine d'associations nationales ou de quartier (SOS-Racisme, Zy'va du Petit Nanterre, les Braves garçons d'Afrique, le Raid Aventures). L'occasion de rappeler que la police doit être courtoise, mais qu'elle a subi un nombre croissant de violences à son encontre. Les participants sont sortis contents. Ceux qui n'étaient pas invités rongent leur frein.

Rentrée sociale
Deux mois après son lancement, le Revenu de Solidarité Active en est à son premier bilan . Le quotidien La Tribune a critiqué le faible démarrage du dispositif. Les services de Martin Hirsch se défendent : 620 000 demandes d’inscription reçu à fin juillet, 200 000 supplémentaires en août, sur un potentiel estimé à 1,9 millions de personnes. Comment interpréter le faible taux de traitement ? 286 000 personnes ont effectivement reçus un RSA depuis juillet, soit 35% des demandeurs. La Tribune parlait de 195 000 bénéficiaires.

Depuis Berlin, Nicolas Sarkozy se satisfera de l'inauguration du premier "internat d'excellence", ces établissements réservés à des élèves méritants issus de milieux défavorisés. Dimanche, les 128 premiers élèves ont été accueillis dans une ancienne caserne militaire à Sourdun (Seine-et-Marne).

Un internat d'excellence, c'est bon pour l'image.

4 commentaires:

  1. L'explication du faible taux de traitement pour les dossiers de RSA est très simple, ce dossier RSA n'était pas finalisé, donc pas prêt à être lancé au final, il aurait fallu encore quelques mois de préparation supplémentaire.

    RépondreSupprimer
  2. @Flèche: sans compter que l'annonce du RSA a été faite "pouf comme ça", il a fallu laisser le temps aux organismes d'être formés et aux logiciels de traitement de s'adapter. (j'en parle d'expérience)

    Il ne s'agit pas de lancer une réforme sur un coup de tête, et dans ce cas, il n'y a que rarement de phase de préparation.

    RépondreSupprimer
  3. Je viens pas défendre Luc Chatel mais les fameuses clientes du supermarché étaient des employés du groupe et non pas des militantes UMP.

    Cela n'enlève rien à la manipulation qui fut peut être plus de la chaîne qui a voulu être plus royaliste que le Roi mais c'est plus exact.

    En tout cas joli tour d'horizon de notre chère rentrée des classes.

    RépondreSupprimer
  4. merci Fabien. C'est vrai qu'Intermarché a reconnu avoir placé des employés pour faire du monde dans les rayons. Mais il y a avait également des militantes UMP (notamment la mère de famille interrogée par le ministre devant les journalistes, qui était conseillère municipale UMP d'une commune voisine...)

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.