15 septembre 2009

L'UMP a peur du Web

Au coeur de l'été, Xavier Bertrand et XXX expliquaient que l'UMP allait se déployer sur le Web. Première étape, la création des "Créateurs du Possible", un réseau social censé prendre exemple sur le modèle Obama. Lundi, Fillon annonçait qu'il s'engageait à ce que 100% des Français aient accès à Internet d'ici 2012. Mais le même jour, des responsables de l'UMP exprimaient, une fois de plus, leur méfiance à l'égard du Web. La polémique Hortefeux bat son plein, et certains ne l'ont pas digérée.

L'UMP, pas la France, a peur du Web
Brice Hortefeux peut remercier le Web 2.0. En quelques jours, depuis la diffusion d'une video le montrant faire une douteuse blague à connotation jugée raciste lors de l'université d'été de l'UMP, il est devenu la star du Web. Cette video a été vue plus d'un million de fois en l'espace d'une semaine. Public Sénat, dont un journaliste avait été à l'origine de la prise de vue, a dû diffuser l'intégralité de la video vendredi dernier. Cette diffusion surprise et incontrôlée pose un problème aux responsables du pouvoir de Sarkofrance: celui justement du contrôle.
Pour plusieurs ténors de la majorité, cette diffusion en ligne pose problème. Interrogé lundi matin sur France 2, Jean-François Copé a estimé qu'il faudrait "un débat public sur la question d'internet et de la liberté". Sur France info, Henri Guaino dénonçait vendredi "une transparence absolue qui est le début du totalitarisme". Patrick Devedjian et Eric Besson ont, eux aussi, estimé qu'il s'agissait d'un "piège", "d'un buzz extraordinaire (...) à partir de pas grand-chose". (source: Le Monde)
Les plans de Fillon
Le premier ministre, qui se définit par ailleurs lui-même comme un "addict" aux gadgets du Web 2.0, avait annoncé, jeudi dernier, ses plans de déploiement de l'accès à Internet. Coïncidence des dates, son intervention eut lieu le jour même où la polémique Hortefeux battait son plein. Imaginez la France de 2012 : des millions de Français enfin capables de voir les futures bévues des ministres de Sarkofrance sur Dailymotion ! Fillon a rappelé l'objectif:
Le Président de la République nous a fixé un cap qui est évidemment ambitieux : que 100 % des Français aient accès à l’Internet à haut débit fixe ou mobile avant la fin du quinquennat. Nous avons déjà pris un premier train de mesures. Grâce au plan « France numérique 2012 » et à la labellisation d’offres d’accès à Internet pour tous, l’accès à un tarif raisonnable à l’Internet à haut débit sur tout le territoire, notamment grâce aux satellites, sera une réalité dès l’année prochaine. Quant à la téléphonie mobile, j’ai demandé que le plan de couverture des zones blanches soit relancé et c’est une des missions que s’est assignée Michel Mercier.
François Fillon a surtout affiché de bonnes intentions. Rares ont été les mesures concrètes qui ont pu être confirmée:
  • Pour les zones qui ne pourraient être couvertes, le gouvernement "réserve une partie des fréquences qui seront libérées grâce à l'arrêt de la diffusion analogique de la télévision".
  • La Caisse des dépôts est chargée de consacrer 750 millions d'euros d'investissements au déploiement de la fibre optique.
  • L'économie numérique devra être l'une des priorités stratégiques du futur "Grand Emprunt National" de son patron de président
Bref, un discours pour rien et pour personne. Tout juste si on notera une certaine résonnance avec des sujets du moments : il s'est ainsi affirmé heureux que la Bibliothèque Nationale de France dialogue avec Google pour éventuellement confié à l'ogre amériacain la mise en ligne de ses contenus ("On s’est récemment émus que la BNF ose discuter avec Google au sujet de la numérisation de ses fonds d’ouvrages, mais ce qui serait choquant, c’est qu’elle ne le fasse pas ! Il faut sortir de la diabolisation contre-productive, sans basculer pour autant dans la naïveté. Ce qui importe, c’est que les décisions qui seront prises le moment venu se fassent avec les garanties absolues sur les intérêts à long terme de notre patrimoine culturel et donc dans le respect du droit des auteurs.") Les bienfaits de la mondialisation ne lasse pas de réjouir en Sarkofrance....

Les créateurs du possible
C'est le nom du réseau social que l'UMP veut mettre en place. C'est aussi, et surtout, le nom d'u site de "Do It Yourself", ouvert ... le 9 août. L'UMP n'aurait-elle pas vérifié la disponibilité de la dénomination ? Vendredi dernier, l'UMP conviait la presse à la présentation de ce nouvel outil. Hortefeux buzze toujours autant sur le web, et rares sont les médias qui relaient l'obscure conférence de presse de Xavier Bertrand et Benoist Apparu, en charge du projet avec le publicitaire Christophe Lambert...

"Nous voulons mettre en place un réseau social. Ce site permettra, par exemple, de fédérer autour d'actions locales des militants UMP, mais aussi tous ceux qui le souhaitent", avait expliqué, le 3 septembre dernier Nathalie Kosciusko-Morizet. L'un des conseillers-prestataires en analyse d'opinion de l'Elysée est impliqué. Pierre Giacometti explique : "Il s'agit d'impliquer vraiment les militants, plutôt que de dire à untel : "Tiens, va distribuer cette pile de tracts." Il s'agit de promouvoir le parti comme ayant une utilité sociale, pas seulement comme une structure destinée à préparer des carrières ou des élections."

De quel Web l'UMP parle-t-elle ?

5 commentaires:

  1. "une transparence absolue qui est le début du totalitarisme"

    Il faudra qu'il m'explique où il est allé chercher un tel concept le Guaino...

    RépondreSupprimer
  2. Comme Gwendal, j'ai sursauté en entendant une telle contre-vérité. Le Web est bien le meilleur rempart contre cette dictature à laquelle nos bons UMP voudraient soumettre tous les Français, rétifs ou pas.

    A moins de tout bloquer au niveau des fournisseurs d'accès, ils n'y arriveront pas. Et encore subsiste l'accès via des antennes paraboliques. Cher, mais faisable.

    RépondreSupprimer
  3. L'affaire de la vidéo de Brice Hortefeux nous aura servi de leçon.

    La vidéo de Brice Hortefeux a été tournée par un cameraman de PUBLIC SENAT. Le patron de la chaîne PUBLIC SENAT a censuré cette vidéo pendant cinq jours.

    Heureusement, un membre anonyme de PUBLIC SENAT a réussi à contourner la censure : il a transmis cette vidéo vers LE MONDE.FR, qui l'a aussitôt mise en ligne.

    Ensuite, le patron de PUBLIC SENAT a compris que des centaines de milliers d'internautes avaient vu la vidéo : il a finalement ordonné la diffusion de la vidéo, six jours après !

    Les leçons de ce scandale sont claires :

    - La censure et l'auto-censure sont monnaie courante dans les médias traditionnels.

    - Quand quelqu'un travaillant dans les médias traditionnels veut contourner la censure, il fait passer l'information censurée sur internet (en l'occurence, LE MONDE.FR)

    - Internet est le dernier média existant qui échappe à la censure.

    - Nous allons donc assister à une offensive généralisée de l'UMP pour contrôler internet (c'est-à-dire : pour soumettre internet à la censure).

    - Les discours de Jean-François Copé, Henri Guaino, Patrick Devedjian, Eric Besson, etc. sont la preuve que la reprise en main d'internet est LA bataille que nous allons devoir livrer.

    RépondreSupprimer
  4. Nous sommes d'accord. moi aussi, en entendant "une telle contre-vérité", j'ai sursauté... Qui a peur de la liberté du web ? ce n'est pas moi, ce n'est pas nous.... Mais EUX (lire ici UMP, FN, CNI, MNR, MPF) qui ont adopté la loi hadopi... avec la bénédiction de Lang (de vipère ?).

    RépondreSupprimer
  5. @Gwendal:Une telle contre-vérité, émise sans ciller par un membre de l'appareil politique au pouvoir, ça s'appelle de la novlangue.
    Ou l'art de dire le contraire de ce que l'on pense, tout en s'assurant la possibilité de penser le contraire, contre toute logique et toute réalité historique.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Novlangue

    http://jide.romandie.com/post/12008/110960

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.