20 octobre 2009

Elysée.fr, seul média qui vaille en Sarkofrance

L'Elysée a publié une video sur la visite présidentielle "surprise" à Gandrange jeudi dernier. Un moment de Web-télévision. Lundi, Frédéric Lefebvre a dérapé. Le dialogue fut improbable, mais il illustrait combien l'UMP n'est totalement pas rassurée, n'en déplaise à ses cris de victoire, par l'élection de David Douillet en Ile de France. Le seul média qui vaille en Sarkofrance est bel et bien la web-Tv présidentielle...

A Gandrange, sur Elysee.fr
Ô surprise ! Finalement, une caméra au moins a filmé le déplacement élyséen impromptu à Gandrange: celle de l'Elysée. Lundi, les conseillers en communication ont publié, sur le site de la Présidence de la République, un court reportage fabriqué et maîtrisé sur la visite du Monarque à Gandrange. La boucle est bouclée. On s'interrogeait, dès jeudi, sur le sens d'une visite sans témoin. Nous sommes rassurés. Désormais, le président se déplace sans prévenir la presse, se fait filmé sans critique, ni journaliste curieux. Point de fouineur qui irait poser quelques questions dérangeantes à l'assistance, comme par exemple, lors d'une visite d'une usine Faurecia il y a un moins, où un journaliste belge découvrit que les employés de l'usine présents sur l'estrade derrière le président avaient été choisis en fonction de leur taille.
Sur cette video, Sarkozy sourit, serre des mains, rencontre des gens ravis, et, mauvais réflexe, vérifie régulièrement s'il est bien filmé (cf. photos). La mise en scène est parfaite. La prochaine fois, organisera-t-il ses rencontres de terrain en studio, avec figurants à l'appui ? Quand il vient parler aux "journalistes", il est bizarrement deux têtes plus haut que ces interlocuteurs. Sachant que le Monarque mesure moins d'un mètre soixante, il faut que l'estrade (cachée), ou les marches (cachées) le surélèvent sacrément. Qu'a-t-il annoncé, demande une "journaliste".
"On a fait le point avec les élus, le président de la région, le maire, les sénateurs, l'ensemble des forces syndicales sur les engagements qui avaient été pris à la suite de la crise économique et de la chute de la production sidérurgique qui a fait tant de mal à la Région Lorraine en général et à Gandrange en particulier; ça été l'occasion de faire le point, de confronter nos informations, il y a beaucoup d'engagements qui ont été tenus - pas de licenciements, des engagements de revitalisations - et puis il y a beaucoup de travail qui nous reste à faire. Au fond, qu'est-ce je crois, c'est que face à une crise de cette ampleur, on a besoin que tous on se serre les coudes, pour apporter des solutions aux problèmes concrets des gens. Vous savez, quand les gens, ils ont perdu leur emploi, ils ne se demandent pas la faute à qui, et est-ce que c'était sui d'gauche, esseke c'était sui d'droite, est-ce que c'était celui qu'était sur le terrain, ou celui qu'était en haut de l'échelle, ... ils veulent simplement du travail, du pouvoir d'achat, et un avenir pour leurs enfants."
Voici l'éthique de responsabilité entièrement résumée en quelques phrases dans un Français approximatif: ne cherchez pas le coupable, il n'y en a pas. Ne demandez pas de solutions, il n'en a pas. Sarkozy préfère convier les élus et représentants de Gandrange à venir à Paris pour trouver "ensemble" des solutions.

Faut-il que la mise en scène soit parfaite, pour qu'aucun "journaliste" sur place ne lui rappelle que le site d'Arcelor Mittal a fermé, avec plusieurs centaines de licenciements à la clé ?


Lefebvreries
Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, était interrogé par Jean-Michel Apathie sur RTL lundi 19 octobre. L'occasion de fustiger les médias en général, sans disctinction, à la plus grande surprise du journaliste.

Apathie : "Vous seriez incapable de citer un journaliste"
Lefebvre: "Mais enfin Jean-Michel Apathie, je ne vais en citer un, c’est tout le monde, ou presque..."
Apathie : "Mais enfin vous dites n’importe quoi"
Lefebvre : "Mais je ne dis jamais n’importe quoi"

Le porte-parole complète :

Lefebvre : "Il y un phénomène dans ce pays, c’est qu’on a une opposition qui ne fait plus son travail…"
Apathie: "… et ce sont les médias qui la remplacent ?"
Lefebvre : "Exactement !"
Apathie (abasourdi: "Bravo"
Lefebvre : "Exactement"
Apathie : "Ah ben dis donc…"
Lefebvre: "... Et les médias considèrent, chaque matin, qu’il trouver le sujet pour essayer de déstabiliser le président de la République."

L'ex-futur ministre ajoute : "La presse court de plus en plus après Internet". la messe est dite, les coupables sont trouvés.



Frédéric Lefebvre sur RTL (19/10/09)
par rtl-fr

Fils à papa
Ce week-end, le socialiste Gaetan Gorce a suggéré que les 9 représentants de l’Etat au sein du Conseil d’Administration de l’EPAD ne participent pas au vote de leur président. Une proposition accueillie avec soulagement par des responsables de l’UMP qui n’y avaient pas pensé eux-mêmes…

Resteraient 9 personnes, dont 4 élus UMP, 2 élus socialistes, 2 élus communistes et … le président de la chambre de commerce des Hauts-de-Seine. La voix de ce dernier pèsera donc lourd. Et qu’a-t-il dit lundi 19 octobre ? "C'est un garçon de qualité, sympathique, que je connais depuis très longtemps" a déclaré Clade Leroi sur l’antenne d’Europe1. La messe est dite. Faudrait-il rappeler quelques évidences, encore une (dernière) fois :
1. Jean Sarkozy a été élu conseiller général dans une circonscription de Neuilly-sur-Seine acquise à l’UMP. « Une chèvre UMP pourrait être élue » a ironisé Arnaud Montebourg.
2. L’Elysée a manœuvré à deux reprises depuis cet été pour faciliter l’élection de JS à la tête de l’EPAD. Patrick Devedjian ne souhaitait pas partir.

6 commentaires:

  1. A y réfléchir, entre Devedjan et JS, je préfère JS, on lui fermera vite le caquet.

    RépondreSupprimer
  2. Il est bon ce Lefebvre ! Mais on a une grande tradition de comiques portant ce nom en France... C'est à la fois "La Grande bafouille" et "Le Gendarme de l'Élysée"...

    "J'ai glissé, chef!"

    RépondreSupprimer
  3. Qui a dit :

    « Je pense que je suis plus influent et efficace que si je fais une chronique dans Libé. »

    « Et si Facebook réalisait plus vite, moins cher et en nombre l'idéal maçonnique ? »

    « Hé Pov'con Gandrange, tu t'en souviens? »

    « Benoît est jeune et beau. Personne ne le connaît vraiment, mais il est propulsé par Emmanuelli que tout le monde connaît mais qui n'est ni jeune, ni beau »

    « La profondeur du champ médiatique se réduit considérablement… Avec Dieudonné, on oublie déjà qu’Obama vient d’être élu »


    Pour le savoir, lisez le Blogs, Médias sociaux et Politique
    http://www.les2encres.com/pages/ouvrage.php?template=ouvrage_detail&ouv_id=222

    RépondreSupprimer
  4. Affaire de Karachi : la Direction des Constructions Navales confirme la piste de rétrocommissions en France.

    Les juges d’instruction Marc Trévidic et Yves Jannier, chargés de l’enquête sur l’attentat de Karachi, disposent désormais au dossier de deux documents explosifs issus de la Direction des constructions navales (DCN). Ils confirment, noir sur blanc, la piste du versement de rétrocommissions en 1994-1995 à des responsables politiques français en marge d’un important contrat d’armement avec le Pakistan, selon des témoignages et documents exclusifs recueillis par Mediapart.

    L’attentat de Karachi a causé la mort, le 8 mai 2002, de quinze personnes dont onze employés français de la DCN qui travaillaient à la livraison de sous-marins Agosta vendus, en 1994, au Pakistan, par le gouvernement de l’ancien premier ministre Edouard Balladur.

    Selon une enquête interne à la DCN, menée en 2002 sous le nom de code «Nautilus» par un ancien agent de la Direction de la surveillance du territoire (DST), Claude Thévenet, les causes véritables de l’attentat, initialement imputé à la mouvance Al-Qaida, seraient en réalité liées au non-versement de commissions occultes dues par la France à des officiels pakistanais (politiques et/ou militaires), comme l’avait révélé Mediapart en septembre 2008.

    L’arrêt de ces paiements fut le fait, en juillet 1996, du nouveau président de la République, Jacques Chirac. Celui-ci aurait alors suspecté son rival de l’époque, Edouard Balladur, d’avoir financé illégalement sa campagne présidentielle de 1995 à la faveur de deux gros contrats d’armement signés sous son gouvernement. L’un avec l’Arabie saoudite (contrat Sawari 2) ; l’autre avec le Pakistan (contrat Agosta).

    Le mécanisme mis en place aurait alors consisté à récupérer, par le biais de rétrocommissions, une partie de l’argent initialement versé dans le cadre de ces contrats à deux intermédiaires libanais, Ziad Takieddine et Abdulrahman El-Assir.

    Le directeur de la campagne électorale de M. Balladur était aussi son ministre du budget pendant la cohabitation de 1993-1995 : Nicolas Sarkozy.

    RépondreSupprimer
  5. Suite :

    S’il n’existe, pour l’heure, aucune preuve matérielle d’un lien entre l’arrêt du versement des commissions et l’origine de l’attentat, l’affaire de Karachi permet aujourd’hui de mettre en lumière les obscures pratiques financières qui entourent certains grands contrats d’armement internationaux. Elle réveille le spectre de la corruption et du financement illégal de la vie politique française qui en découle.

    Dans le cas du Pakistan, les juges Trévidic et Jannier ont récupéré ces derniers mois deux documents saisis lors d’une perquisition au siège de la DCN dans le cadre d’une affaire financière annexe, mais dont certains éléments ont été versés au dossier antiterroriste. Ces documents, non signés et non datés, mais extrêmement circonstanciés, font partie d’un lot de notes dont la première d’entre elles est à en-tête de la DCNI, une filiale de la DCN chargée de la commercialisation de son matériel de guerre.

    Ils évoquent les moyens pour la DCN et sa filiale DCNI de récupérer les sommes qui n’ont pas été versées aux intermédiaires du contrat Agosta. Ceux-ci devaient toucher, au total, 4 % du montant global du contrat (825 millions d’euros) jusqu’à ce que le versement de 15 % des commissions – soit environ 5 millions d’euros – ait été stoppé net en 1996 par Jacques Chirac, le reste ayant été déjà payé dans un délai inhabituellement court pour ce type de contrat.

    Des commissions bénéficiant à « des intérêts français »...

    Dans l’un de ces documents, titré «Concultancy agreement 12 juillet 1994 – Reprise de provision», il est clairement indiqué que l’intermédiaire missionné par la DCN a agi en «violation de la clause prohibant les retours des commissions en France». C’est la première fois que l’hypothèse des rétrocommissions est évoquée aussi frontalement dans un document émanant de la DCN. Il est également indiqué, sous la rubrique «Discussion», que la DCN serait en droit de réclamer «le remboursement des commissions déjà réglées».

    «Bien entendu, la violation de cette disposition [interdisant le versement de rétro-commissions] devra être établie, preuve à l’appui. Nous partons du principe que cette preuve pourra être apportée bien que DCNI ne dispose à notre connaissance d’aucun élément à cet égard, en dehors des déclarations et instructions en provenance des autorités françaises.» Il n’est pas inutile de relever la certitude avec laquelle il semblerait que la «preuve» de ces rétrocommissions, qui ont toujours été prohibées par le droit français, «pourra être apportée»…

    Le document en question date, selon toute vraisemblance, de l’été 2000 puisqu’il évoque l’entrée en vigueur «d’ici deux ou trois mois» de la convention OCDE contre la corruption d’agents étrangers dans le cadre des marchés d’armement. Or, celle-ci date de septembre 2000.

    Dans une autre note, similaire dans sa forme, mais également non datée et non signée – ce que l’on peut comprendre vu l’extrême sensibilité du sujet –, on peut lire que «la DCNI a décidé en 1996 d’interrompre le versement dû au Consultant après avoir été informé par les autorités françaises du fait qu’une partie des commissions était susceptible de bénéficier à des intérêts français».

    Le document, qui fait expressément référence au contrat du 21 septembre 1994 (date de la signature du contrat Agosta avec le Pakistan), indique par ailleurs que «les commissions ont été versées jusqu’au 15 juillet 1996 avec quelques retards en 1995 ayant fait l’objet d’une relance du consultant en octobre 1995». Puis que les paiements ont été «bloqués» en juillet 1996 «sur instructions des autorités françaises faisant état de retours illicites de tout ou partie des commissions en France».

    L’interdiction de se livrer à tout versement de rétrocommissions était, d’après la DCN, mentionnée dans l’article 9 du contrat signé avec les intermédiaires.

    RépondreSupprimer
  6. Suite :

    L'auteur de la note va plus loin. «Compte tenu des sanctions pénales frappant les faits de corruption commis en France, écrit-il, cette disposition contractuelle est fondamentale et sa violation constitue une rupture contractuelle justifiant la résiliation du contrat.»
    L'Elysée suit l'affaire de près.
    On lit encore, comme une confirmation, que «la DCNI a décidé en 1996 d’interrompre le versement dû au Consultant après avoir été informée par les autorités françaises du fait qu’une partie des commissions était susceptible de bénéficier à des intérêts français […] L’arrêt des paiements n’a, de manière surprenante, entraîné aucune réaction de la part du Consultant, resté silencieux jusqu’ici». Ce silence est interprété par les juristes de la DCN comme une «forte présomption d'acquiescement».

    Mais en cas de «réclamation» de la part du «consultant», il est envisagé par l'entreprise de se rapprocher des «autorités compétentes afin d'établir les faits constitutifs de la violation de l'article 9», dont «il n'existe pas de preuves matérielles à notre dossier», souligne l'auteur anonyme du document.

    Selon la même note, l’original du contrat liant la DCN à ses intermédiaires n’aurait pas été détruit et serait jalousement conservé dans le coffre d’un notaire suisse, comme l’avait déjà souligné l’ancien directeur financier de la DCN, Gérard-Philippe Menayas, dans un mémo datant d’avril 2008.

    M. Menayas avait pour sa part confirmé, le 14 mai 2009, dans le bureau du juge Trévidic, l'étroitesse des liens unissant les intermédiaires El-Assir et Takieddine et le gouvernement Balladur : « Il est parfaitement exact que Ziad Takieddine a été imposé à la DCNI par le pouvoir politique ainsi qu'Abdulrahman El-Assir. Quand je parle de pouvoir politique, c'est le ministre de la défense [François Léotard] ou son cabinet. Je sais que El-Assir et Ziad voulaient intervenir dans les contrats saoudiens mais, en 1996, ils ont été écartés par le nouveau gouvernement, étant donné leur proximité avec l'ancien. »

    La révélation de l’existence de notes issues de la DCN mentionnant le possible versement de rétrocommissions à destinations des balladuriens, à l’époque où Nicolas Sarkozy était l’un de ses ministres les plus influents et son directeur de campagne, n’est pas pour rassurer l’Elysée, qui suit de très près les développements des affaires impliquant la DCN.

    Déjà, dans un rapport de synthèse du 5 mars 2007, les policiers de la Division nationale des investigations financières (DNIF) ont fait ainsi allusion à une note découverte lors d'une perquisition à la DCN.

    D'après les enquêteurs, celle-ci « retrace les agissements du représentant de la DCNI au Luxembourg, Jean-Marie Boivin, d'août 1994 à 2004, avec notamment la création des sociétés Heine et Eurolux. Elle fait ainsi apparaître que la création de la société Heine au second semestre 1994 s'est faite après accord de Nicolas Bazire, directeur de cabinet du premier ministre Edouard Balladur, et du ministre du budget Nicolas Sarkozy, et fait un lien entre le financement de la campagne électorale de M. Balladur pour l'élection présidentielle de 1995 ».

    Confinée jusqu'ici à quelques témoignages épars, la piste des rétrocommissions et du financement politique occulte est donc en train de prendre une nouvelle ampleur avec, pour la première fois, des documents émanant de la DCN qui lui donnent corps. Même si aucune preuve formelle n'est encore à la disposition de la justice.

    http://www.mediapart.fr/article/offert/cf9dde56c3421bc95c3186b4e77456e2

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.